Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

Tu me manques...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Chléo Maters

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 912
Points : 270
Niveau de puissance : Humaine
Emploi et loisir : Etudiante en éthnologie

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 5.25 foot (1m60)
Emploi: Etudiante

MessageSujet: Tu me manques... Lun 3 Avr - 7:36


Tu me manques…

En Compagnie d’Aessa Kane.
    C
hléo marchait d’un pas lent sur la route conduisant au cimetière de Highgate. Il faisait bon pour un jour de début Avril, ce qui plaisait fortement à la jeune femme qui allait rendre visite à la tombe vide de son père décédé. D’un geste las, elle replaça derrière son oreille quelques mèches qui s’échappait de sa queue de cheval. L’étudiante referma sur elle son gilet noir et croisa les bras alors que ses ballerines martelaient lentement le sol. Elle n’avait pas vraiment envie d’y aller, ça lui rappelait tellement de mauvais souvenirs.

    L
a jeune femme poussa la grande grille forgée noire qui séparait le monde des vivants à celui des morts. Toutes ses végétations et ses pierres tombales lui donnèrent la chair de poule. Elle n’aimait pas vraiment ces endroits et encore moins quand il s’agissait d’aller voir une tombe vide. Cependant, elle y tenait, elle voulait rendre hommage à son père indirectement. Bien qu’elle sût qu’il était mort et porté comme tel, elle ne cessait de se persuader au fond d’elle qu’il était peut-être encore vivant, qu’il avait réussit à échapper à la mort, qu’il était monté dans un bateau et qu’il était encore en vie, quelque part dans ce monde. Dans ce cas, pourquoi n’est-il pas revenu?.

    L
orsque la jeune femme leva les yeux, elle avait prit un tout autre chemin qu’elle prenait d’habitude. Elle tourna sur elle-même faisant virevolter sa robe noire. Elle fronça les sourcils, elle avait du mal à reconnaître l’endroit. Elle soupira et s’aventura parmi les tombes alignées. Elle marchait lentement, observant longuement les marbres étendus, un par un. Certains recevaient de la visite comme en témoignaient les fleurs fraîches, tandis que d’autres étaient littéralement laissé à l’abandon. La jeune femme soupira et s’approcha d’une tombe dont les fleurs était tombées par-terre, elle les ramassa et les remit droite dessus avant de lire le nom.

"Aaron Sualk, 19 mars 2028-5 Septembre 2030… Pauvre bichon.

    E
lle se releva et s’en alla dans la direction qu’elle jugea être celle où se trouvait la tombe de son père. Lorsqu’elle marchât, elle lisait les noms sur les tombes, leur rendant un petit hommage en pensant. Thomas Harris… Claudia Erian… Miean Clods… Gisèle Loiseau… Théodore Huiz… Chléo s’arrêta net en fronçant les sourcils. Elle fit demi-tour et vint se placer devant la tombe de Gisèle. La jeune femme écarquilla tellement les yeux, qu’ils manquèrent de rouler sur le sol. Elle s’accroupit et mit ses lunettes sur le nez pour voir plus clair.

"Oh non… Gisèle… Pas vous… Voilà pourquoi je n’arrivais plus à vous contacter…

    A
ttristée d’une telle nouvelle, Chléo passa sa main sur la stèle avec un léger sourire.
Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aessa Kane

Brigade de l'Ombre
avatar
Brigade de l'Ombre


Messages : 64
Points : 185

Feuille de personnage
Âge: 24 ans.
Taille: 1.65m
Emploi: Mercenaire.

MessageSujet: Re: Tu me manques... Lun 3 Avr - 8:24


Tu me manques…

En Compagnie d’Aessa Kane.
    C
e matin, comme pour tout les autres matins d’ailleurs, je me levais aux alentours de quatre heures du matin pour mon entraînement quotidien. A peine ais-je posée les pieds sur le carrelage froid de l’appartement que je me précipitais vers l’une des armoires adossées au mur pour me vêtir d’une tenue d’entraînements. Assez simpliste : une veste, un legging et des baskets. Tout ça d’un joli noir. Je me plaçais en face du mannequin fait de bois et de tissus qui commençait à rendre l’âme. Normal vu tous les coups que je pouvais lui mettre ! Quand des déchirures ou que le bois se fendait, j’avais tendance à mettre du scotch mais il allait vraiment falloir que j’investisse dans un nouveau.
Même si ces entraînements me permettaient de me vider la tête, de me défouler et de rester en forme, ce matin de début avril, je n’avais pas spécialement la tête à ça. Depuis la mort de ma grand-mère, Gisèle, je me rendais chaque début de mois au cimetière pour déposer des gerbes de fleurs sur sa tombe. Tant ma grand-mère hantait mon esprit ce matin-là, je cessais l’entraînement au bout d’une dizaines de minutes pour me jeter sous la douche.

    J
e m’étais longuement attardée sous la douche, laissant l’eau chaude presque brûlante, ruisseler sur ma peau. Il devait être huit heures lorsque je décidais enfin de quitter mon petit appartement, après m’être vêtue d’un jean slim noir et d’un petit pull blanc. Il faisait plutôt bon même si nous n’étions que début du mois d’avril et j’aurais presque regrettée d’avoir mis un pull lorsque je me m’y à arpenter les rues en direction du fleuriste où je me rendais tout le temps. C’était une jolie petite échoppe, assez discrète et géré par un charmant jeune couple. J’avais mes habitudes là-bas et à peine fus-je entrée que la femme, Sandy, se détourna de la préparation de ce qui semblait être un bouquet de mariage et de m’offrir son plus agréable sourire.

"Aessa ! Comment vas-tu ? J’imagine que tu viens pour le bouquet de ta grand-mère..

    Cette femme m’étonnait, elle était toujours pleine d’entrain et souriait constamment. Elle doit avoir de sacré crampes aux joues à la fin de la journée… me dis-je mentalement en m’avançant vers le comptoir où trônait de jolies bouquets d’exposition de diverses formes, tailles et couleurs. Je ne lui répondit que d’un sourire, c’était toujours comme ça à chaque fois que je venais. Je repensais à ma grand-mère et j’avais peur de fondre en larmes si jamais j’ouvrais la bouche pour dire quelque chose. Probablement que Sandy la comprenait. D’ailleurs, je remarqua quelle c’était dirigée vers la réserve que lorsqu’elle revient devant moi en tenant entre ses petites mains un large bouquet faites de différentes fleurs : roses, tulipes, lys, … Toutes ces fleurs formaient un merveilleux mélange qui donnait l’impression d’un feu d’artifice de couleurs. Je déposais le montant de la commande sur le comptoir et repartit, toujours sans un mot, le bouquet dans les bras.

    Q
uelques personnes se trouvaient devant le cimetière lorsque j’arriva. C’était un groupe de personnes âgés, sûrement des amis. Lorsque l’un des vieillards me vit approcher de la grande grille de fer forgé, les bras chargés par mon bouquet, il m’ouvrit le passage. Je le remercia d’un sourire et d’un hochement avant de reprendre la direction de la tombe de ma grand-mère. Un nœud s’était formé dans ma gorge, j’allais très certainement verser quelques larmes une fois devant la tombe en repensant aux moments que j’avais passé avec ma grand-mère. Lorsqu’elle passait ses doigts tordus par l’arthrose dans mes cheveux blancs, quand elle me préparait ses délicieux biscuits à la cannelle, quand elle me racontait pour la énième fois son histoire d’amour avec mon grand-père.
Au virage qui menait à l’allée de la tombe de Gisèle, je m’arrêtais net et cessais de penser à tout ses souvenirs. Une jeune femme était accroupie et passait ses doigts sur la stèle. Je fronçais les sourcils. Qui était-elle ? Comment se permettait-elle de toucher la stèle de ma grand-mère ? Je restais quelques secondes à la détailler avant de m’approcher lentement. Je m’arrêtais à quelques pas d’elle, les sourcils toujours froncés et posais mon regard bleuté sur la femme.

"Je peux vous aider ?
Code by Fremione.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Ae's themes :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chléo Maters

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 912
Points : 270
Niveau de puissance : Humaine
Emploi et loisir : Etudiante en éthnologie

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 5.25 foot (1m60)
Emploi: Etudiante

MessageSujet: Re: Tu me manques... Lun 3 Avr - 13:20


Tu me manques…

En Compagnie d’Aessa Kane.
    L
a jeune femme caressait la stèle avec un léger sourire triste. Elle aimait bien Gisèle. L’étudiante n’était pas être à fleur de peau car elle se sentait toujours touchée par la mort de personnes qu’elle aimât.

"Je peux vous aider ?

    L
‘étudiante sursauta et lâcha la stèle pour faire volte-face en se redressant. Elle joignit ses mains derrière elle et observait longuement la jeune femme face à elle, tenant un bouquet de fleurs entre les mains. Chléo balbutia avant de se décaler sur la droite pour laisser libre la tombe de Gisèle à la femme. Rouge de honte, elle ne savait plus vraiment où se mettre, elle recula encore d’un pas pour être sûre de ne pas la déranger lorsqu’elle dépoât le bouquet sur le marbre gris.

"Je suis vraiment désolée, c’est juste que je connaissais cette personne et que je suis triste qu’elle ai quitté notre monde.

    L
a jeune femme sourit timidement et regarda autour d’elle. Elle se sentait incroyablement seule. Chléo sourit tristement et recula à nouveau d’un pas pour s’éloigner de la jeune femme, elle ne voulait pas l’empêcher de faire son deuil. Elle referma son gilet devant elle avant de croiser les bras.

"Vous la connaissiez ? Demanda-t-elle comme pour retarder sa visite à la tombe de son père.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aessa Kane

Brigade de l'Ombre
avatar
Brigade de l'Ombre


Messages : 64
Points : 185

Feuille de personnage
Âge: 24 ans.
Taille: 1.65m
Emploi: Mercenaire.

MessageSujet: Re: Tu me manques... Lun 3 Avr - 14:58

>
Tu me manques...
ft. Chléo Maters

Visiblement, je venais de la surprendre en pleine réflexion. Dans un sens, je m’en voulais de l’avoir tiré de ses pensées, le cimetière est un lieu de recueillement, pour se rapprocher un peu de nos morts. Mais dans un autre sens, je voulais savoir qui cette femme était et pourquoi elle était au chevet de la tombe de ma grand-mère. Cette dernière n’avait jamais parlé de quelconque connaissances mise à part ses copines du bridge. Et la femme qui se trouvait en face de moi ne semblait pas, aux premiers abords, faire partie d’un club de bridge. Mais évidemment, peut-être que je me trompais.

Gênée, la demoiselle s’était relevée et décalée. Elle était plutôt mignonne et avait de splendide yeux bleus qui lui rappelaient les miens. Je la détaillais quelques instants de haut en bas avant de finalement m’accroupir devant la stèle de ma grand-mère. Je déposais ensuite l’imposant bouquet de fleur juste devant, sur le marbre gris, non sans jeter de petits coups d’oeil à la demoiselle non loin de moi. Je me posais pas mal de question. Connaissait-elle ma grand-mère ? Si oui, où l’avait-elle rencontrée ? Pourquoi n’avait-elle jamais parlé d’elle lors de mes visites quotidiennes chez elle ?

« Je suis vraiment désolée, c’est juste que je connaissais cette personne et que je suis triste qu’elle ai quitté notre monde. » avait-elle expliquée.

Donc elle connaissait vraiment ma grand-mère. J’eue un pincement au coeur. Pourquoi grand-mère ne m’avait-elle pas présenté à elle ? Après un petit soupire, je détournais le regard vers elle et détaillais de nouveau son visage.

« Vous la connaissiez ? » rajouta-t-elle.

Mon visage s’éclaira alors qu’un sourire amusé étira mes lèvres. Apparemment, grand-mère ne lui avait pas parlé de moi. Je me redressais pour lui faire face en croisant les bras contre ma poitrine.

« Bien sûr que je la connaissais. C’est ma grand-mère. »
(c) sweet.lips

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Ae's themes :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chléo Maters

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 912
Points : 270
Niveau de puissance : Humaine
Emploi et loisir : Etudiante en éthnologie

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 5.25 foot (1m60)
Emploi: Etudiante

MessageSujet: Re: Tu me manques... Lun 3 Avr - 18:18


Tu me manques…

En Compagnie d’Aessa Kane.
    C
hléo regardait la jeune femme déposer le bouquet multicolore dans un silence presque religieux. Elle se sentait vraiment mal à l’aise d’être venir sur une tombe dont elle n’avait aucun lien de parenté avec la personne et, pire encore, s’être fait surprendre. La jeune femme ne dissimula guère sa surprise quand elle apprit qu’elle se trouvât en face de la petite fille de Gisèle Loiseau. Ses joues devinrent pourpre, elle ne savait plus vraiment où se mettre. Toujours en étant mal à l’aise, elle vint gratter sa nuque comme si cela pouvait l’aider à se sentir mieux.

"Je suis vraiment désolée, je savais qu’elle avait des petits enfants mais je ne m’étais jamais réellement attardée sur ça… Non pas que je ne voulais pas en savoir plus mais juste que je n’avais pas vraiment de temps de libre.

    L
‘étudiante joignit à nouveau ses mains devant avant de s’aventurer à lever les yeux vers elle. Elle sourit timidement, elle n’était vraiment du genre à parler aux inconnus mais elle n’avait nul envie de se retrouver face à la stèle de son père. Rien que d’avoir cette simple idée qui lui parcouru l’esprit, un frisson dressa tous les poils de son corps.

"Je ne connaissais peut-être pas très bien Gisèle mais elle était vraiment une très bonne personne, dit-elle.  

    C
hléo cherchait à retarder le moment fatidique, se recueillir sur une tombe vide ne lui plaisait pas vraiment. Pour autant, cela ne l’empêchait pas de le faire régulièrement.

"On ne s’est pas présentée, je m’appelle Chléo… Chléo Maters et vous ? Demanda-t-elle timidement en tendant la main vers son interlocutrice.

Code by Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aessa Kane

Brigade de l'Ombre
avatar
Brigade de l'Ombre


Messages : 64
Points : 185

Feuille de personnage
Âge: 24 ans.
Taille: 1.65m
Emploi: Mercenaire.

MessageSujet: Re: Tu me manques... Mar 4 Avr - 9:41

Tu me manques...
ft. Chléo Maters

Je détaillais le visage de la demoiselle. On me l’avait déjà dit, je pouvais être assez déstabilisante à autant fixer quelqu’un, mais c’était une façon d’essayer à apprendre à connaître la personne qui était en face de moi. Et il fallait bien le dire, j’aurais aimé connaître davantage cette fille lorsque ma grand-mère était encore en vie. Ça aurait pu être un moyen de partager encore plus de moment avec elle, avec une de ses connaissances. Car seul Dieu sait à quel point je pouvais haïr les autres grands-mères avec qui Gisèle traînait d’ordinaire.

« Il n’y a pas de problème, c’est inutile de vous excuser. Je trouvais juste bizarre de voir quelqu’un d’aussi jeune se recueillir sur sa tombe. » répondis-je en levant la main gauche pour appuyer le fait que ce n’était rien.

Il était vrai que Gisèle était une personne au grand coeur. J’avais déjà eu vent de feu mes parents qu’elle avait déjà aidée pas mal de sans abri à remonter la pente ou à aider des associations en temps que bénévoles. Pour ça, je l’admirais. C’était une femme pleine de charme qui était prête à aider son prochain du mieux qu’elle le pouvait et pour ça, elle était formidable. Rien que de repenser, je sentais les larmes me monter mais il était hors de question de pleurer devant quelqu’un, encore moins devant une inconnue. Je ravalais mes larmes en espérant que la demoiselle n’ait rien remarquée.

« Enchanté Chléo. Je m’appelle Aessa Kane mais certains m’appellent Ae. » fis-je en arborant un petit sourire.

Je lui tendais le main, pour la saluer. C’était la seule façon que j’appréciais de saluer quelqu’un. Il m’était quasiment impossible de faire la bise, je trouvais ça… Peu hygiénique. Mon entourage avait prit l’habitude de ma maniaquerie et mon penchant abusif pour la propreté et l’élimination des microbes, mais ça pouvait être surprenant lorsqu’on ne me connaissait pas.
(c) sweet.lips

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Ae's themes :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chléo Maters

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 912
Points : 270
Niveau de puissance : Humaine
Emploi et loisir : Etudiante en éthnologie

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 5.25 foot (1m60)
Emploi: Etudiante

MessageSujet: Re: Tu me manques... Mar 4 Avr - 14:29


Tu me manques…

En Compagnie d’Aessa Kane.
    L’
étudiante se sentait vraiment mal à l’aise, elle sentait le regard de la jeune femme la détailler. Elle n’avait pourtant rien de spécial. Des cheveux bruns attaché en queue de cheval comme à leur habitude, des yeux bleus qui cherchaient autour d’elle une issue de secours à cette situation gênante, une robe noire simple recouvert d’un gilet en laine noire. À son épaule pendait son sac en cuir marron clair qu’elle transportait partout. Chléo se demandait bien ce qu’elle pouvait essayer de détailler.

    C
hleo sourit timidement à la jeune femme quand cette dernière lui dit qu’il était inutile de s’excuser.Pourtant l’étudiante pensait que c’était le moins à faire, si elle se serait légèrement renseigner, elle l’aurait sûr et cela aurait éviter bien des inconvénients. Si elle l’avait su plus tôt, elle se serait sûrement déjà rencontré et détourner ce problème. Elle leva les yeux vers elle avec un léger sourire en coin. Chléo voulait répondre mais elle ne parvint à articuler le moindre mot, tous étant bloqués dans sa gorge. Elle se contenta alors de baisser le regard sur ses mains, elle ne vit pas l’effort qu’Aessa s’infligea pour ne pas pleurer.

    C
hléo se présenta alors en tendant la main vers elle. L’étudiante sourit à son interlocutrice.

"Enchanté aussi… Si je peux me permettre, je trouve votre prénom très joli et original, vous êtes la première personne que je rencontre avec ce prénom. complimenta-t-elle.  

    O
bservant les tombes les entourant, la brunette eût un frisson d’effroi qui lui parcouru l’échine, dressant chacun de ses poils. Elle allait devoir aller devant la tombe de son père à présent. L’idée de devoir aller voir une pierre debout et un cercueil vide la partagea entre colère et tristesse, émotions visible sur son visage. La jeune femme se ressaisit et soupira bruyamment pour se expulser toutes les ondes négatives qui l’avaient envahit.

"Euh… Commença-t-elle.

    N
‘ayant pas pour habitude de parler à des inconnues – surtout dans un cimetière -, Chléo avait des difficultés à s’exprimer. Elle ne savait pas comment s’élancer dans une discussion, ni même comment aborder quelqu’un. Elle passait le plus clair de son temps dans les livres.

"Je voulais vous proposer… De marcher un peu et de parler de Gisèle éventuellement, on pourrait apprendre à se connaître… J’ai juste quelque chose à faire avant… Si ça ne te dérange pas ?

    E
lle sembla hésiter. Chléo insista du regard, elle ne voulait pas terminer le chemin seule. Un sourire timide se dessina sur les lèvres de l’étudiante alors qu’elle entamèrent la route ensemble. La brunette dirigea Aessa en direction de la tombe de son père. La première partie du chemin se fit en silence mais trouvant le silence trop pesant, Chléo s’arma de son courage pour entamer la discussion.

"Je sais que ce n’est pas vraiment un sujet heureux mais j’aimerais savoir, comment est morte Gisèle ? Si tu ne veux pas en parler, je comprends… Ce ne sont pas des choses qu’on apprécie généralement.

    L
e visage de la jeune femme se fit terne subitement. Elle baissa les yeux sur ses pieds qui avançait l’un devant l’autre, gardant le silence.


Code by Fremione.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je parle en #87ADE5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aessa Kane

Brigade de l'Ombre
avatar
Brigade de l'Ombre


Messages : 64
Points : 185

Feuille de personnage
Âge: 24 ans.
Taille: 1.65m
Emploi: Mercenaire.

MessageSujet: Re: Tu me manques... Mer 5 Avr - 2:48

Tu me manques...
ft. Chléo Maters

En effet, je semblais l’avoir mise mal à l’aise à force d’ainsi la détailler. Des fois, je pouvais me haïr d’être comme ça, de les gêner, surtout dans ce genre de cadre assez intimes. Cependant, si c’était dans un cadre un peu plus professionnel, je ne me serais absolument pas dérangée de détailler de la sorte mon interlocuteur pour le déstabiliser !

A mon plus grand soulagement, la demoiselle me serra la main. Mon sourire s’élargit alors que je secouais rapidement nos mains, en guise de salutation. La remarque sur mon prénom me fit légèrement rire. Ce n’était pas la première à me dire ça. Mes parents avaient des goûts très originaux en matière de prénoms. Ils m’avaient confiés, avant leur mort, que s’ils avaient eu un deuxième enfant, ils l’aurait appelé Jeyn si c’était une fille ou Callum si c’était un garçon ! Mais je ne regrettais absolument pas le choix de ce prénom, il me plaisait.

« Merci beaucoup. Mes parents voulaient un prénom différent pour leur petite fille. Mais j’adore le tien aussi ! Chléo.. Même s’il ressemble à Chloé, le fait d’avoir inversé deux lettres, ça change tout ! C’est même beaucoup plus charmant ! » répondis-je sans quitter mon sourire.

J’eue l’impression de ressentir comme un malaise en Chléo. Mais au départ, je cru que ce n’était qu’une simple impression. Mais la colère et la tristesse se lisait assez clairement sur le visage de cette dernière. Elle devait être venue pour voir quelqu’un qui lui est proche, un parent ou un ami.

« Il n’y a aucun problème, je te suis. Gisèle doit déjà être contente qu’on se soit rencontrée, elle ne nous en voudra pas de la laisser pour apprendre à se connaître ! » dis-je avant de rire légèrement.

Même si la mort de Gisèle m’attristerait toujours, j’aimais bien rire comme à l’instant pour détendre l'atmosphère et rappeler que la mort n’était pas une fin en soit et qu’il fallait continuer à vivre.
Je me mis à marcher aux côtés de Chléo, enfouissant mes mains dans les poches de mon jean. Mon regard se déposait de tombe en tombe, de stèle en stèle. Certaines étaient garnis de fleurs, de plaques et autres objets alors que d’autres étaient quasiment laissée à l’abandon. C’était triste que personne ne daigne s’occuper de leur mort. Un silence de mort -mauvais jeu de mot- s’était installé entre nous, c’était assez pesant mais je ne savais pas quoi lui dire. Au bout de quelques minutes, ce fut mon interlocutrice qui éleva la voix. Je détournais le regard vers elle.

« Elle est morte de vieillesse. Les médecins ont dit qu’elle n’avait pas souffert. Dans son sommeil, le coeur s’est arrêté de battre.. » dis-je en baissant également le regard vers le sol. « Si j’avais su que vous étiez amies, je vous aurait invitée à son enterrement. » précisais-je.
(c) sweet.lips

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Ae's themes :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chléo Maters

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 912
Points : 270
Niveau de puissance : Humaine
Emploi et loisir : Etudiante en éthnologie

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 5.25 foot (1m60)
Emploi: Etudiante

MessageSujet: Re: Tu me manques... Mer 5 Avr - 7:27


Tu me manques…

En Compagnie d’Aessa Kane.
         Sur le visage contrarié de Chléo se dessina un léger sourire quand elle entendit le rire d’Aessa. Elle avait l’air de quelque de bien, Chléo se sentit alors à l’aise en sa compagnie. Elles marchèrent toutes les deux en silence, un silence qui pesait lentement sur elles, heureusement que l’étudiante  mit fin sinon elle aurait sûrement explosé avec la tension qui régnait. Chléo n’aimait pas vraiment les cimetière, premièrement parce qu’ils rappelaient sans cesse que nous sommes fragile que et la vie peut basculer à tout moment. Elle repensa à ce petit Aaron Sualk qui était un bon exemple. Mais aussi car il était un lieu d’abandon. Il était déjà triste de constater qu’une personne âgée était abandonnée mais lorsqu’elle était morte… Elle était totalement effacée des mémoires. Sans oublier, le fait que cela ramenait de mauvais souvenirs à la mémoire.

         Chléo leva les yeux en écoutant les paroles de Aessa. À seulement quelques mètres se dressait la tombe de son père, elle pouvait la voir. Cette pire grise, gravée, pointant le ciel. Elles étaient encore trop loin pour que l’étudiante puisse lire ce qui était inscrit sans ses lunettes mais le fait de les savoir si proche lui donna la chair de poule, les larmes lui montèrent aux yeux. Elle aurait aussi aimé qu’il mourût dans son sommeil, de vieillesse, comme la grand-mère d’Aessa. Mais ce fut Chléo qui le tua.

         La brunette leva un regard réconfortant vers sa partenaire de marche et posa une main sur son épaule avec un léger sourire qu’elle voulait consolant.

         
« Ne t’inquiète pas, ce n’est pas grave… Ce sont des choses qui arrivent… Et puis, je ne pense pas que je serais venue… Je n’aime pas vraiment voir les gens se faire enterrer…  »


         En réalité, elle ne savait pas ce que cela faisait de voir quelqu’un se faire enterrer car le cercueil de son père était vide. On a jamais retrouvé le corps. C’est pour cela qu’elle se plaisait à se dire que quelque part, il est encore vivant et qu’il va bientôt revenir. A force d’être plongée dans ses pensées, elle se rendit compte que trop tard qu’elle avait conduit Aessa directement à la tombe. Elle aurait voulu la laisser un peu en retrait mais elle l’omit.

         Chléo leva des yeux remplient de larmes vers Aessa avant de les baisser sur la tombe. Elle ramassa le pot de fleur en plastique qui était tombé et le replaça au centre de la tombe après avoir nettoyer la pierre de sa main.

         
« Il n’aimait pas les vraies fleurs…  » Dit-elle pour justifier les plantes factices, « Il a toujours voulu qu’on les laisse dans la nature. J’ai respecté ses envies.

         Elle passa sa main sur le nom gravé dans la pierre : Marc Maters, 10 Août 1975 – 13 Juillet 2018. 13 Juillet 2018. La jeune femme se leva d’un bond, les larmes aux yeux et, sans prendre le temps de se recueillir, elle demanda à Aessa de partir. Les joues luisante de larmes.

         Elle s’éloigna de la pierre tombale en s’essuyant les larmes à l’aide de son gilet de laine. Chléo n’aimait pas se recueillir sur des planches de bois.  

Code by Fremione.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je parle en #87ADE5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aessa Kane

Brigade de l'Ombre
avatar
Brigade de l'Ombre


Messages : 64
Points : 185

Feuille de personnage
Âge: 24 ans.
Taille: 1.65m
Emploi: Mercenaire.

MessageSujet: Re: Tu me manques... Jeu 6 Avr - 3:04

Tu me manques...
ft. Chléo Maters


Nous nous connaissions à peine, ça ne faisait que quelques minutes que nous avions commencées à discuter. Mais je me sentais bien avec elle, je ne sais pas pourquoi, j'avais cette impression que je pouvais lui faire confiance. De toute façon, discuter un peu de Gisèle avec une de ses amies me faisait clairement du bien. D'ordinaire, je ne déballais pas toute ma vie à une inconnue mais là, c'était différent.. Un moment de faiblesse ou un cruel besoin de se confier à quelqu'un ? Que sais-je. Il est vrai qu'à la mort de papa et maman, j'avais pu discuter avec Gisèle, pour extérioriser tout ça, avoir une épaule sur laquelle pleurer leur mort. Mais à la mort de Gisèle, sur quelle épaule pouvais-je me reposer ? Je ne connaissais personne à Londres.
La demoiselle me rassura sur le fait qu'il n'était pas grave qu'elle ne soit pas venue à l'enterrement et posa une main réconfortante sur mon épaule. Je comprenais que voir un enterrement n'était pas quelque chose de super plaisant, mais peut-être que Gisèle aurait appréciée. Mais il était trop tard pour regretter quoi que ce soit.

Je ne savais pas exactement où nous nous dirigions. De temps en temps, mon regard se perdait sur les tombes alentours. Mais soudainement, Chléo s'arrêta alors j'en fis de même. J'en conclus que nous étions arrivées là où elle souhaitait se recueillir. C'était un peu gênant, je ne la connaissais pas et je m'incrustais un peu dans son moment de recueillement. Je posais mon regard sur le visage de la demoiselle, elle avait les larmes aux yeux. Ça me faisait de la peine et je m'éloignais légèrement, les mains toujours dans les poches, pour la laisser faire ce qu'elle avait à faire.

Elle m'expliqua que son père préférait les fleurs synthétiques, qu'il n'aimait pas qu'on les cueille. Je ne savais pas vraiment quoi dire, je mordais nerveusement mes lèvres en détournant mon regard bleuté sur les alentours. Mais mon attention fut reportée vers ma nouvelle amie lorsqu'elle se releva d'un bond et me demanda de partir. Elle était en pleure et ça me faisait réellement de la peine.

Je la suivait calmement. Je retirais les mains de mes poches pour en passer une contre le dos de la demoiselle et le lui caresser délicatement. Je voulais la réconforter, je me disais qu'on ressentais la même chose : la perte d'un être cher n'était pas facile à accepter alors je voulais l'aider.

« Ça va aller, ne t'en fais pas... » lui murmurais-je d'une voix que je voulais réconfortante.

Même si j'aimais réconforter les gens, surtout les personnes que j'appréciais, ce n'était pas vraiment mon fort. Mes actions et mes paroles étaient assez maladroites de temps à autres, faisant des blagues de très mauvais goût pour tenter de les faire rire mais ce n'était pas vraiment gagné d'avance.

(c) sweet.lips

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Ae's themes :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chléo Maters

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 912
Points : 270
Niveau de puissance : Humaine
Emploi et loisir : Etudiante en éthnologie

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 5.25 foot (1m60)
Emploi: Etudiante

MessageSujet: Re: Tu me manques... Jeu 6 Avr - 4:50


Tu me manques…

En Compagnie d’Aessa Kane.
         Chléo s’éloignait à pas rapide de la tombe. Elle avait l’impression que si elle osait se retourner pour la voir, elle verrait toutes les personnes qu’elle connaissait la pointer du doigt pour lui hurler que ce fut de sa faute. Elle vit avec cette culpabilité depuis son huitième anniversaire, elle ne vit plus de la même manière. D’ailleurs, c’est pour cette raison qu’elle a accepté le contrat avec Elizabeth, cela permet de protéger son père encore vivant et pouvoir avoir la sensation de sécurité qu’il ne mourût pas à cause d’elle.

         La brunette leva les yeux vers Aessa qui lui caressait gentiment le dos. Elle s’immobilisa subitement pour observer la jeune femme. Durant quelques instant, le silence se fit entre elle. Chléo scrutait son interlocutrice. Elle se rendit compte qu’elle dégageait quelque chose de bénéfique, de réconfortant, de soulageant. Elle n’avait pas l’air de se forcer à se comporter de la sorte. Rien que cela, fit sourire Chléo. Un sourire triste noyé dans les larmes, certes, mais un sourire. Elle secoua la tête et regarde devant elle, comme pour ne pas à avoir à supporter le regard d’Aessa.

         
« Je ne sais pas si ça va vraiment aller…  »Dit-elle le souffle coupé par les sanglots qu’elle retenait.


         Les larmes remontèrent, son nez se mit à piquer. La brunette le frotta vivement avec sa manche pour faire partir cette désagréable sensationalors que sa vue se troublait. Elle se mordit fortement la lèvre inférieure pour faire partir toutes ces sensations désagréable avant de se tourner vers la jeune femme au teint blanc.

         
« Je ne sais même pas pourquoi je viens ici… Je ne sais même pas pourquoi je viens me recueillir alors que la tombe est vide ! Je rends régulièrement visite à un pierre et quatre foutues planches de bois clouées entre elles…   » répliqua-t-elle plus en colère que triste, « on a jamais retrouvé son corps mais mon père a toujours qu’on fasse un enterrement… Auquel je ne suis pas allée. Je n’avais pas envie de voir une boîte vide...  »

         La jeune femme ferma les yeux alors qu’une larme coula lentement sur ses joues. C’est de ta faute Chléo, tu ne peux que t’en prendre à toi même! se dit-elle. Elle secoua vivement la tête et se tourna vers Aessa. Devant le visage ahuri d’Assa, l’étudiante secoua lentement la tête. Elle hésitait à tout lui raconter et pourtant…  

         
« Il n’est pas mort de la même manière que ta grand-mère. Gisèle est morte de vieillesse… Mon père, il est mort à cause de moi… J’ai tué mon père… Cette culpabilité me ronge depuis mes huit ans… Oui oui… Mes huit ans. J’ai assassiné mon père le jour de mon huitième anniversaire. Depuis ce temps, je me sens coupable. Je n’arrive plus à vivre normalement, je ne fête plus mes anniversaires… Devenus de trop mauvais souvenirs pour moi.  » Expliqua-t-elle.

         Chléo s’arrêta subitement de parler. C’était une inconnue et elle venait de tout lui raconter. Pourquoi ? Elle fronça les sourcils et détourna le regard. L’étudiante prit une grande respiration pour se calmer avant de se tourner vers Aessa.

         
« Désolée… Je te raconte ma vie mais ce n’est pas intéressant…   » Répliqua-t-elle avant de reprendre lentement la marche au milieu des tombes.
Code by Fremione.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je parle en #87ADE5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aessa Kane

Brigade de l'Ombre
avatar
Brigade de l'Ombre


Messages : 64
Points : 185

Feuille de personnage
Âge: 24 ans.
Taille: 1.65m
Emploi: Mercenaire.

MessageSujet: Re: Tu me manques... Lun 22 Mai - 3:53

Tu me manques...
ft. Chléo Maters


La détresse, la tristesse et la peine se lisait très clairement sur le visage angélique de ma nouvelle amie. J'eue vraiment un pincement au coeur de la voir comme ça, j'avais vraiment envie de m'occuper d'elle, de la réconforter, de lui dire que tout irait bien maintenant. C'était étrange, je ne la connaissait à peine mais je la considérait déjà comme une soeur que je voudrais protéger du mieux que je le pouvais. Une soeur avec qui je pourrais tout partager, tout dire sans gêne et sans honte. Oui, c'est vrai que c'est bizarre, on ne se connait maintenant que depuis quelques dizaines de minutes mais il était certain que je m'étais liée d'amitié pour elle. Tout ce que j'espérais à présent, c'était de pouvoir lui rendre son sourire.

Nous nous éloignons presque à grande enjambées de la tombe, je ne cessais de caresser affectueusement son dos dans l'espoir de pouvoir la calmer. Chléo releva un regard emplit de larmes sur moi et le silence se fit. Nous nous regardions sans rien dire, je gardais une main sur son épaule comme pour lui signifier que je serrais là pour elle quoi qu'il arrive. Il était certain que si Chléo avait besoin de parler, je serais là pour l'écouter, qu'elle pourrait se reposer sur mon épaule et décharger toute sa haine, sa colère et sa tristesse avec moi. Un sourire éclaircit son visage rougit par les larmes. Ce sourire était communicatif car il me fit sourire à mon tour.

« Mais si, ne t'en fais pas. » lui répondis-je, d'un air confiant.

Cependant, lorsque j'entendis la suite, la surprise put se lire sur mon visage. J'écarquillais les yeux. La tombe de son père était vide ? C'était encore plus triste que je ne l'aurais cru. Pour pouvoir comprendre ce qu'elle pouvait ressentir, j'essayais d'imaginer cette situation avec Gisèle. J'aurais été très bouleversée si elle était morte et que jamais son corps n'aurait été découvert. Qu'on aurait du enterrer un cercueil vide, faire une cérémonie sans la principale concernée.. Mais la suite était encore plus surprenante. C'était Chléo qui avait tué son propre père ? Au départ, je me demandais si elle se fichait de moi. Mais rien qu'à voir son expression, je compris bien qu'elle ne mentait pas. J'eue une petite pointe de colère, comment avait-elle pu tuer son propre père ? Mais je me dis bien rapidement que, au fond, ce n'était pas totalement mes affaires, que si elle l'a fait, c'était pour une raison. De toute façon, il était mort et rien ne pourrait désormais changé.

Alors que Chléo s'éloignait, je restais plantée là quelques instants à réfléchir sur ce qu'elle venait de m'apprendre. Mais je me ressaisis d'un mouvement de tête et me redirigea vers la demoiselle, un faible sourire étirant de nouveau mes lèvres rosées.

« Ta vie n'est pas inintéressante. Et ne t'excuse pas de tout me raconter, si tu l'a fait, c'est que tu en avais besoin. » lui répondis-je.

J'accélérais légèrement le pas pour pouvoir dépasser Chléo et pouvoir me planter juste devant elle. Je glissais la main droite dans ma poche droite de jean pour en ressortir mon téléphone portable. Je le tendis à Chléo, avec un sourire amicale.

« Ça te dérange si on échange nos numéros de téléphone ? Si t'as un coup de blues, des problèmes ou juste l'envie de parler, tu pourras. Je serais toujours à ton écoute. »

(c) sweet.lips

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Ae's themes :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chléo Maters

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 912
Points : 270
Niveau de puissance : Humaine
Emploi et loisir : Etudiante en éthnologie

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 5.25 foot (1m60)
Emploi: Etudiante

MessageSujet: Re: Tu me manques... Lun 22 Mai - 14:13


Tu me manques…

En Compagnie d’Aessa Kane.
         La chaleur dégagée par la main d’Aessa dans le dos, réconfortait énormément la jeune étudiante dont les pleures disparaissaient peu à peu. Elle prit une grande respiration. Il se lisait sur son visage que ça lui faisait du bien de se sentir réconfortée. Elle n’avait personne pour ce genre de chose, s’étant juré qu’elle ne craquerait jamais devant son père. Elle leva des yeux rouges vers la jeune blonde qui lui tenait compagnie. Elle les baissa ensuite vers ses pieds tout en soupirant, ne pouvant pas supporter le fait qu’elle la vît dans cet état. Je suis tellement pathétique… On dirait que je suis faible !

         Durant un instant, Chléo se sentait marcher seule. Elle ne s’arrêta pas pour autant, laissant ses pieds se dépasser l’un l’autre lentement et presque sans vie. De loin, on aurait pu croire  un mort vivant sorti de sa tombe qui déambulait dans le cimetière. Elle soupirait, se demandant longuement pourquoi Aessa s’était arrêtée, sans pour autant cesser de marcher.
         La présence chaleureuse de sa nouvelle amie – ainsi la considérait-elle – lui rendit le sourire. Tout comme sa comparse, il était faible et attristé.

         Aessa
         « Ta vie n'est pas inintéressante. Et ne t'excuse pas de tout me raconter, si tu l'a fait, c'est que tu en avais besoin. » lui répondit-elle.

         Chléo souriait. Sa nouvelle amie semblait être une personne extraordinaire visiblement. L’étudiante s’arrêta brusquement en la voyant se placer juste devant elle. Curieusement, elle suivit sa main plonger dans la poche de son jean pour en sortir un téléphone. La brunette fut d’abord surprise puis, après un court instant pour comprendre ce qui lui arrivait. Elle ouvrit son sac pour y plonger sa main.

         Chléo
         « Hum… Oui bien sûr… Attends que je cherche mon téléphone,  » dit-elle en fouillant.

         La jeune femme proféra des insultes dans sa barbe, commença à s’affoler, pensant qu’elle l’avait perdu avant de finalement le trouver dans la poche arrière extérieur de son sac. Elle soupira et l’alluma pour aller chercher son numéro. C’était un vieux modèle, des années deux-milles dix-sept. Il avait appartenu à son père et, marchant encore, elle l’avait récupéré pour s’en servir. Un téléphone tout à fait basique qui lui servait juste à appeler et écrire des messages quand elle en avait le besoin. C’était pour cela qu’elle ne connaissait pas son numéro de téléphone. À l’aide d’un schéma, elle déverrouilla l’écran pour accéder à ses contacts, elle ouvrit son numéro.
         D’un voix claire, elle articula chaque chiffre avant de lever un sourire amical avec Aessa.

         Chléo
         « Voilà mon numéro… Hum, si jamais tu en as envie, tu peux m’appeler quand tu veux, si je le peux je te répondrais sûrement, dit-elle en laissant glisser son téléphone dans son sac.  
Code by Fremione.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je parle en #87ADE5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aessa Kane

Brigade de l'Ombre
avatar
Brigade de l'Ombre


Messages : 64
Points : 185

Feuille de personnage
Âge: 24 ans.
Taille: 1.65m
Emploi: Mercenaire.

MessageSujet: Re: Tu me manques... Mer 31 Mai - 9:39

@Aessa Kane a écrit:
Tu me manques...
ft. Chléo Maters


Je me rendit compte que j'avais cessée de respirer lorsque Chléo, ma nouvelle amie, accepta volontiers qu'on échange nos numéros. Sûrement avais-je eu trop peur de me prendre un non catégorique, de me rendre compte qu'elle ne me voyait que comme une inconnue pour l'instant et qu'il était hors de question pour elle de passer son téléphone à une banale petite personne. Sûrement, mon sourire témoignait de mon soulagement et je ne perdis pas une seconde ce sourire pendant que la brunette me donnait un à un ses numéros après avoir sortit son téléphone de son sac.

« C'est gentil, j'en prends note. Merci. » lui répondis-je en souriant.

Je n'osais pas vraiment l'avouer, mais j'étais bien une mordue de mon téléphone, il ne me quittait jamais. Pourtant, je ne connaissais pas grand monde, mais il me servait principalement à jouer à de petits jeux sans réels intérêts. Mais ils m permettaient de m'évader, tout comme la musique pour certains.

Lorsque j'eus noté le numéro de Chléo, je rangeais mon téléphone dans ma poche pour me replacer aux côtés de la jeune femme. Je m'avançais de quelques pas avant de me retourner vers Chléo pour voir si elle m’emboîtait le pas. Je ne savais pas où nous pourrions nous rendre, mais il était certain pour moi que je ne voulais plus traîner dans ce cimetière, venir y déposer une gerbe de fleurs était suffisant et je ne voulais pas m'y attarder. De plus, il était certain maintenant que Chléo éprouvait une certaine douleur à s'y rendre également. Il fallait qu'on se change les idées, et ce n'était certainement pas ici que l'on pourrait.
(c) sweet.lips

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Ae's themes :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chléo Maters

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 912
Points : 270
Niveau de puissance : Humaine
Emploi et loisir : Etudiante en éthnologie

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 5.25 foot (1m60)
Emploi: Etudiante

MessageSujet: Re: Tu me manques... Ven 9 Juin - 9:02


Tu me manques…

En Compagnie d’Aessa Kane.
         Tout en laissant son téléphone retomber dans son sac à bandoulière, Chléo souriait, toutes dents dehors, à celle qui vînt de devenir une amie. Quelle sensation étrange était-ce pour ce petit bout de femme qui n’avait pas connu ce genre de relation au cours de sa misérable vie. [color:50ad=87ade5]Combien de temps suis-je restée enfermée dans cette chambre qui était la mienne ? Combien de temps ai-je gardé mon nez dans des livres ? Se demandait-elle en joignant ses mains devant elle, devant son ventre. Trop longtemps, beaucoup trop longtemps. La réponse s’était imposée d’elle-même, telle une évidence. Le mobile d’Aessa glissait dans sa poche sous le regard bleuté attentif de Chléo qui devînt, ensuite, un regard hagard, se perdant dans le vide face à elle.
         Elle s’immobilisa, comme lorsqu’un ordinateur vînt de planter. Aucuns sons ne semblaient lui parvenir, sa vue se flouta plus qu’elle ne l’était déjà. Pourquoi avait-elle refusé tant de fois de profiter de la vie comme lui avait ordonné son père ? Après quelques secondes, durant lesquelles corps et esprit furent séparés, elle revint à elle en clignant à plusieurs reprises des paupières. Aessa avait mis de la distance entre elle mais la jeune étudiante brune trottina jusqu’à être à sa hauteur. Baissant la tête sur ses pieds, elle réfléchissait à tous ces lieux à Londres qu’elle connût. Autant dire qu’il y en avait pas énormément. Elle réfléchissait à un lieu où elle pourraient aller, loin de cette endroit de douleur et de silence mortuaire.

         Chléo
         « Dis, Aessa, que dirais-tu d’aller ailleurs ? Dans un autre endroit que celui là… Enfin, je veux dire que ce n’est pas un endroit qui me plaît le plus pour faire de nouvelles rencontres…  » dit-elle en lançant un regard circulaire sur les environs.

         Bien que ce soit le milieu de l’après-midi, le cimetière semblait lugubre et obscure pour la jeune femme. Un environnement digne d’un film d’horreur. Elle frissonna avant d’accélérer le pas.

         Chléo
         « On pourrait, peut-être, aller boire quelque chose à une terrasse ou même chez moi si tu veux. Je te laisse faire ton choix.  

         La jeune femme se saisit de la main de sa nouvelle amie pour l’entraîner rapidement à l’extérieur du cimetière. Plus rapidement elles seraient dehors, mieux elle se sentirait. Elle était restée trop longtemps entre ces grilles, ces tombes et tout le reste.

         Lorsqu’elles furent définitivement sorti de ce lieu oppressant, elle lâcha enfin cette pauvre Aessa qui avait été traînée de force par Chléo à travers les chemins de terre du cimetière. L’étudiante se tournait vers elle, le rouge aux jours.

         Chléo
         « Je suis désolée de t’avoir traînée comme ça mais j’avais besoin de sortir de cet endroit, je n’en pouvais plus de rester ici… Tu as décidé où est-ce que tu voulais aller ?  » Demanda-t-elle sans même lever les yeux vers la jeune blonde.
Code by Fremione.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je parle en #87ADE5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Tu me manques...

Revenir en haut Aller en bas
Tu me manques...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 03.Tu me manques | Roxy
» Tu me manques, je sens un vide sans toi[Hugo]
» « Si tu pouvais seulement savoir à quel point tu me manques et que je suis perdue sans toi... » Aidan & Savannah
» Maison, tu me manques déjà ...
» Tu me manques quand tu es loin ( Roro)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Cimetière-
Sauter vers: