Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

(Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Moïra Campbell

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 49
Points : 193

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 1m58
Emploi: Journaliste

MessageSujet: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Ven 17 Mar - 2:03

Perdue dans une grande ville
Voilà maintenant une bonne semaine que j’étais arrivée en ville. Le déménagement s’était passé sans trop d’encombre, quoiqu’un carton d’assiettes avaient dévalé l’escalier, m’obligeant, de fait, à manger dans des bacs en plastique. Cela dit, cela m’éviter d’avoir à faire plus de vaisselle puisque je mettais les dites boites directement dans le micro-onde !
Enfin bref ! J’étais arrivée il y a une semaine avec mon petit calepin, mon stylo et mon envie de tout voir. Une semaine durant laquelle j’avais traversé Londres de fond en comble, où j’avais tenté de dénicher le moindre scoop. Mais voilà. Ça avait été une semaine sans aucun ragot, rien, pas la moindre petite rumeur inutile. Jamais le journal ne pourrait avancer si c’était ça la vie à Londres !
Alors, afin de me changer les esprits et oublier se départ plus que raté dans la capitale anglaise, j’avais enfilé une robe et de petites ballerines noires pour filer me promener. Dans l’un des guides touristiques acheté par Papa pour mon départ, j’y avais déniché un petit article sur un parc naturel. Quoi de mieux que la nature pour respirer un peu et oublier les problèmes ? Dans mes Highlands natals, j’avais toujours eu l’habitude de partir pour de longues randonnées, cela me ferait donc surement du bien de parcourir la forêt.

Lorsque j’arrivai sur les lieux de ma promenade, le soleil était au zénith. Aucun nuage n’était à l’horizon. Ça allait être une magnifique journée ! Mon sac en bandoulière bien calé sur l’épaule, je partis sur la route, espérant croiser çà et là quelques animaux sauvages, ou tout du moins quelques petits lapins – histoire d’éviter les cougars et les lions parce qu’honnêtement, ce n’est pas ce que je préférais... D’ailleurs, je me demandais même pourquoi je pensais à ces deux animaux puisqu’aucun n’était présent à Londres... N’est-ce pas hein ?....
J’avançais donc, le pas léger, sautillant à travers les chemins de terre qui coupaient à travers bois. Autour de moi défilaient des arbres de toute sorte : saules, sapins, chênes... Enfin... je crois... Je n’ai jamais été douée pour reconnaitre les différentes essences. Donc... Non. Arrêtons-nous à « arbres ». Il y avait des arbres. Beaucoup d’arbres. Je ne faisais pas vraiment attention à mon chemin, avançant au gré de mes envies. De temps en temps, je m’arrêtais prendre en photo un bout de paysage, un arbre, une pancarte. D’autre fois, je m’asseyais juste quelques instants sous un arbre, sans bouger, écoutant le chant des oiseaux autour de moi. Londres avait beau être magnifique, les Highlands écossais me manquaient déjà... Cette petite virée nature me permettrait peut-être de recharger les batteries, de repartir plus prête que jamais pour affronter la ville et ses démons.
Assise contre un gros tronc – sûrement celui d’un chêne puisque tous les chênes sont gros... Non ? – je regardai désespérément mon carnet vide de toute note. Une si grande ville et rien. Pas même un petit gribouillis dessiné sur la couverture. Le carnet restait vierge. Je poussai un gros soupir. De ma main droite, je m’emparai d’un crayon de bois. Il fallait bien commencer quelque part... Alors... Pourquoi ne pas faire un article sur ce lieu ? Je fronçai les sourcils. C’était une bonne idée. Je n’avais croisai que peu de monde jusque-là. Cet endroit ne devait pas être si connu !
Contente de ma petite découverte, je me relevai. La première chose à faire était de connaitre mon emplacement exact. Par chance, le guide contenait une carte de la forêt ! L’étalant à terre, je me positionnai face à elle, debout, en me tenant le menton.
Mouais.
Cette carte ne me disait rien vaille. Autre soupir. Je regardai autour de moi, tentant, tant bien que mal, de comprendre ma position. Des arbres. Il y avait des arbres. Ce qui est... logique... dans une forêt...Un panneau ! Il fallait trouver un panneau. Calmement, je rangeai la carte dans son étui et continuait ma route vers... Tout droit en fait, je bifurquai un peu vers la droite, comme dans les labyrinthes, je crois. Un peu plus à droite, toujours tout droit, encore une fois à droite et... Le grand arbre !
Je venais de retourner sur mes pas ! Bien. Je tentai de rester calme. Il ne servait à rien de paniquer. Je respirai un grand coup et reparti, cette fois, directement sur la gauche, puis la droite, tout droit, un peu la gauche, la droite, puis j’oubliai ma direction... Je marchai de la sorte une bonne dizaine de minute lorsqu’enfin j’aperçu une clairière... Avec un grand arbre. LE grand arbre.
Ma respiration commençait à accélérer, mon pouls s’affolait. Etais-je perdue ? Il fallait que je me rende à l’évidence. Je m’étais égarée dans un grand parc. Un – grand – PARC. Comment diable allais-je retrouver mon chemin ? Je n’avais croisé personne depuis des lustres !
Mes cours de survie ! Je devais me rappeler de mes cours de survie ! J’en avais eu un, une fois, lorsque j’avais 14 ans. Nous avions appris à... à faire du feu ! Oui c’est ça ! Faire du feu ! Et puis aussi à... Chercher à manger ! Raaaah ! Mais se repérer faisait partie du programme de 2ème année, et je n’avais pas voulu le suivre. Je m’insultai mentalement. Quelle bécasse je faisais, adolescente !

A bout de nerf, je me rassis à mon arbre, fatiguée d’avoir tant marché, mais surtout angoissée quant à un possible non-retour à la vie moderne. Que ferais-je donc une fois ma batterie éteinte ? Que ferais-je donc lorsque la nuit tomberait et que les créatures maléfiques venus des enfers comme les gorgones viendraient à ma rencontre... Les larmes aux yeux, je me recroquevillai sous mon arbre. Qu’allai-je donc bien devenir ?
Codage par Libella sur Graphiorum

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Christiansen

Lycan Mac Hawks
avatar
Lycan Mac Hawks


Messages : 103
Points : 498
Niveau de puissance : Loup respecté
Emploi et loisir : Naviguer en mer

Feuille de personnage
Âge: 126 ans
Taille:
Emploi: Garde Côte + Dominants Bêta

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Lun 20 Mar - 19:34

J’avais passé la matinée à travailler au port. Il y avait eu plusieurs incidents sur l’eau, des accrochages, des moteurs qui brisent et des contraventions à donner. Mon métier la plupart du temps demande de la courtoisie, de l’entregent et d’être travaillant. La plus grande partie de temps, je n’ai besoin que d’assister les marins lorsque leur embarcations fait défaut et de m’assurer que tous soit en sécurité sur l’eau. Il y a d’autre moment où je dois malheureusement donner des contraventions aux capitaines ne faisant pas honneur au règlement applicable sur l’eau. Et très rarement, je dois faire preuve de courage lors de tempête ou évènement d’envergure. Aujourd’hui avait été une journée de paperasse et s’est en soupirant fortement que j’avais terminé de remplir mon dernier rapport.

Je me laissais tomber contre le dossier de la chaise sur le petit navire de la police et laissait le soleil réchauffer mon torse. J’avais envie de retirer mon chandail et de plonger à l’eau, mais je devais avant tout ramener le navire au port et écrire mes heures dans le système informatique au bureau. Je remettais le moteur en marche et retournais rapidement au port. Alors que je naviguais entre les vagues, je consultais rapidement ma montre du regard pour constater l’heure. Il était encore tôt et le soleil était chaud aujourd’hui, c’était aussi une bonne opportunité pour aller me rafraichir sous ma forme animale dans le Richmond Park.

Alors que j’attachais le bateau au port et que je rangeais les papiers dans le bureau, je décidais finalement d’aller me dégourdir les pattes au Richmond Park. Cette grande réserve naturelle où les lycans peuvent courir paisiblement dans la nature et chasser s’ils en ont envie. J’allais rapidement me changer pour ne pas rester en uniforme et grimpais dans ma mustang deux portes bleu. Arrivé au parc ne me prit qu’une dizaine de minutes. Je prenais rapidement le sac à dos dans le coffre de ma voiture comme dans mes habitudes et commençais à marcher dans l’un des nombreux sentiers.

Bien rapidement, je sortais du sentier pour m’aventurer dans du hors-piste. Je courais à travers les bois sous ma forme humaine et enviait déjà le moment où je pourrais laisser libre court à ma vrai nature. Mon enveloppe humaine était bien trop grande pour passer aisément sous les branches d’arbres et beaucoup trop large pour passer inaperçus. Je trouvais rapidement un bon endroit pour me dénuder et ranger mes effets personnels dans le sac à dos que j’avais apporté avec moi. Je cachais le sac sur une branche d’arbre en hauteur et relâchais toute la tension qui était présente depuis mon arrivé dans les bois. Je me laissais aller à la magie de la transformation. Mon corps et mes muscles s’adaptait à la musculature du loup en moi. Pendant que mon corps se couvrait d’une douce fourrure noire comme la nuit, mes yeux bleus adoptaient un teint rouge comme le sang. Je hurlais un bon coup et remuais ma queue de gauche à droite à cause de l’excitation. J’adore la sensation de la terre et des feuilles sous mes pattes…

Je me lançais alors dans une course folle dans la forêt, utilisant ma vitesse pour courir le plus rapidement possible en esquivant agilement les arbres et racines sur mon chemin. Je menais ensuite une vraie vie de chien. Je chassais un mignon petit lapin, que je ne plus me résoudre à croquer finalement. Je le laissais donc fuir les lieux à contre cœur avant d’aller me baigner dans la rivière qui traverse le grand parc naturelle. Je me faisais ensuite sécher au soleil et me couchait de plusieurs façon différente sans toutefois arriver à m’endormir. Le soleil était encore bien présent dans le ciel et maintenant que mon pelage était complètement sec, il était temps de retourner dans la civilisation!

En route vers mon sac à dos, je reniflais une odeur particulière dans l’air, l’odeur d’un humain. Mais qu’est-ce qu’un humain pouvait bien faire dans un endroit aussi reculé de la forêt? Tout le monde sait pourtant que cette forêt est le royaume des canidés. Je décidais d’aller voir l’humain en question, par curiosité uniquement. Bon d’accord, pour m’assurer que cette personne n’était pas en danger… Je trouvais bien rapidement l’humain, enfin l’humaine en question. Elle était assise, le dos contre un arbre. Je voyais ses épaules bouger légèrement et voyait des larmes dans le coin de ses yeux. La pauvre semblait terrifiée. J’allais sortir de mon buisson pour aller la voir, lorsque je remarquais un tout petit problème. J’avais failli aller la voir sous ma forme de loup! Il n’y aurait rien eu de rassurant à la vue d’un grand loup noir aux yeux rouge! Mais je ne pouvais pas aller la voir sous ma forme humaine non plus, mes vêtements étaient bien loin dans mon sac à dos et je serais nu une fois sous ma forme humaine… J’avais le choix entre avoir l’air d’un violeur ou d’un meurtrier dans les pires cas. Retourner à mon sac à dos et revenir étaient aussi hors de question, au cas où je la perde de vue par la suite.

J’optais finalement pour une approche humoristique sous ma forme animale. Je sortais la tête du buisson et laissait tomber mes oreilles vers l’avant en tournant la tête sur le côté. Je devais avoir l’air d’un idiot de cabot à l’instant… Je laissais sortir un petit gémissement mignon et inoffensif pour attirer son attention, façon d’annoncer ma venue. J’avançais ensuite très lentement vers elle, prudemment. J’avançais avec la tête basse en reniflant son odeur alors que je m’approchais. Je gardais tout de même un mètre de distance entre nous deux et m’immobilisait. Je m’asseyais et tournais de nouveau la tête sur le côté et émettant un nouveau gémissement curieux. Je devais avoir l’air de tout, sauf d’un alpha à cet instant… Mais je n’avais pas le choix d’agir ainsi pour ne pas l’effrayer. Je la regardais de mes yeux de loup dans l’attente de la voir réagir à ma présence.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Campbell

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 49
Points : 193

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 1m58
Emploi: Journaliste

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Mar 21 Mar - 0:14

Perdue dans une grande ville
VUn énième sanglot me traversa le corps. Voilà bientôt trente minutes que j’étais assise, là, sous cet arbre à me morfondre, sans trouver de solution viable – Non parce que j’ai bien pensé à voler, mais c’était pas possible... Je commençai à me dire que tout était fini (j’avoue ne jamais avoir été sûre de mes capacités. Je baissai donc les bras très rapidement !)
Pourtant, soudain, un bruit retint mon attention. Effrayée, je me remis sur les pieds. Ce fourré avait bougé ! J’en étais sûre !

« Faites que ce soit un petit lapin mignon ! Faites que ce soit un petit lapin mignon ! » Priai-je à voix haute.

Le buisson bougea une nouvelle fois. Non. Cette fois c’était trop ! La peur me prenait au ventre, m’en donnant presque quelques nausées. Je tentai de faire un pas en arrière. Impossible. L’arbre était trop proche et il ne m’était même pas venu à l’idée de faire un pas sur le côté pour échapper à l’emprise du végétal.

« Y.... Y a quelqu’un ? » Articulai-je, la voix tremblante « Nan mais... S’il y a quelqu’un... Sortez ! Vous me faites un peu peur là... »

Cette réflexion était totalement inutile. Genre gravement à côté de la plaque, mais c’était bien la seule chose qui m’était venue à l’esprit !
Autre bruissement. Instinctivement, je fermai les yeux. Je les gardai clos quelques minutes. Etais-je toujours vivante ? Je me palpai. Apparemment. A moins qu’au paradis, on ne soit pas transparent, mais, j’avais toujours imaginé terminer en fantôme. Or, visiblement, je n’en étais pas encore un.
Prudemment, j’ouvris un œil. Face à moi, une tête.
Une tête ?!
J’ouvris le deuxième œil. C’était une tête de loup ?! Cette tête m’observait, la tête penchée sur le côté et les oreilles en avant, il avait l’air tellement adorable !
Je posai mes deux mains sur mes joues, laissant exprimer ma surprise dans un « Oooooooh » admiratif. C’était un loup ! Un vrai de vrai, avec des poils, des yeux, une queue et des patounes ! Un VRAI ! Et quel beau loup ! Un pelage noir qui semblait très accueillant, des yeux rouges de la couleur du plus pur des rubis.
Il avançait. Je restai figée, de peur de l’effrayer. Après tout, ça restait un loup, n’était-ce pas facilement apeurés ces bêbêtes-là ? Lorsqu’il s’arrêta à un mètre de moi, j’en profitai pour faire un petit pas, parcourant de fait une petite vingtaine de centimètre. Enfin, il s’assit dans une petite voix curieuse. J’avançai d’une nouvelle vingtaine de centimètre.

« Bonjour Monsieur ou Madame le Loup » Dis-je naïvement, sans savoir le sexe du Loup – d’ailleurs avaient-ils un sexe ou étaient-ils hermaphrodite ?

Je me laissai alors tomber sur le sol, en tailleur, en profitant pour avancer mes fesses jusqu’au loup-super-beau. Non, vraiment, il était magnifique. Les yeux emplis d’étoile je n’osai pas tendre une main vers lui. J’étais comme subjuguée et impressionnée. C’était, après tout, la première fois que je pouvais en croiser en vrai, en chair et en os.

« Vous êtes trop beau... » Lâchai-je sans vraiment m’en rendre compte.

Lorsque ce fut le cas, je plaquai mes deux mains sur ma bouche, rougissant de toute part. Quelle bêtise j’avais encore dit là ! J’étais vraiment infernale ! Pourquoi ne pouvais-je pas tourner ma langue sept fois dans ma bouche, voire plus ! Il me faudrait au moins la tourner une trentaine de fois pour espérer ne plus dire de telles âneries !
Levant la tête vers le ciel, la réalité me frappa alors soudain. Si je n’étais toujours pas morte, j’étais cependant bel et bien perdue au milieu des bois. L’air penaud, je penchai la tête dans le même sens que le loup. Je jouai légèrement avec les cailloux sur le sol, du bout des doigts.

« Dites... Hum... Je me suis un peu perdue... Et puis... J’ai vraiment froid de ne pas avoir marché pendant tout ce temps... Vous pourriez peut-être m’aider ? »
Codage par Libella sur Graphiorum
[/quote]

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Christiansen

Lycan Mac Hawks
avatar
Lycan Mac Hawks


Messages : 103
Points : 498
Niveau de puissance : Loup respecté
Emploi et loisir : Naviguer en mer

Feuille de personnage
Âge: 126 ans
Taille:
Emploi: Garde Côte + Dominants Bêta

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Mer 29 Mar - 5:30

Je l’avais entendu demander à voir apparaître un petit lapin mignon. J’eus une nouvelle pensée pour le lièvre que j’avais laissé partir entre mes pattes un peu plus tôt. En loup, je suis loin de ressembler à un mignon petit lapin… J’avais donc joué le cabot stupide et gentil, en espérant ne pas l’effrayer. Lorsque tu as des yeux rouges comme le sang et que ta tête sous forme animale arrive à la poitrine de l’humaine devant toi, tu te dis automatiquement que tu as peu de chance de ne pas la faire partir en courant. Je n’avais même pas sorti ma grosse tête du buisson qu’elle reculait déjà dans l’arbre. Je pouvais sentir sa peur et refoulait rapidement mes envies de chasser. Je suis tout de même un loup civilisé je me contrôle à la perfection.

Lorsque j’avais sorti ma tête du buisson, elle avait les yeux fermés. Une fois que ces deux pupilles furent ouvertes, je ne voyais plus de la peur dans son regard, mais de la curiosité et de l’admiration? La situation semblait s’être retournée, elle ne bougeait pas comme si elle voulait s’assurer qu’elle ne m’effraierait pas. Alors que nous sommes d’accord, je suis le prédateur. Je pourrais lui briser le cou d’une simple morsure si je le voulais. Elle avançait vers moi comme l’aurait fait un aidant envers une victime, lentement pour ne pas l’effrayer. Elle me saluait alors, utilisant les deux sexes pour me définir. En effet vu ma position et mon pelage épais il ne devait pas être évident de déterminer mon sexe!

Elle se laissait alors tomber sur le sol devant moi. Mon museau arrivait maintenant bien au-dessus de sa tête. Elle avançait tout près de ma personne avec des étoiles dans les yeux. J’étais heureux qu’elle ne soit pas effrayée, mais je me questionnais sérieusement sur son instinct de survie! Elle me dit alors que j’étais très beau. Je tournais alors la tête sur le côté et replaçait mes oreilles bien droites pour être attentif. Avais-je bien entendu? Elle plaquait alors ses deux mains sur sa bouche et je voyais rapidement son visage prendre le même teint qu’une tomate. Je battais alors ma queue de gauche à droite, amusé par la situation.

Elle prenait alors un air plus sérieux. Elle penchait sa tête dans le même sens que la mienne et me demandait un service tout en jouant avec des cailloux sur le sol. Elle s’était perdue et me demandait de l’aider à retrouver son chemin. Chose facile pour un loup aussi entraîné que moi… J’installais alors une lueur d’intelligence dans mes yeux. Je lui lançais un regard aiguisé et vif d’esprit. Je me relevais alors et faisait un autre pas dans sa direction, remplissant le petit espace qui nous séparait. J’avançais mon museau vers sa main qui jouait avec des cailloux sur le sol et sentait son odeur. Une fois que je l’eu reniflé un peu, je lui léchais la main délicatement et amenait le dessus de ma tête sous sa main pour qu’elle puisse me toucher un peu, question d’être plus à l’aise dans ce que j’allais essayer de faire très bientôt…

Je laissais la jeune humaine me caresser un peu la tête et fermait les yeux lorsqu’elle me flattait juste derrière les oreilles. Lorsque je remarquais finalement un sourire sur ses lèvres, je venais m’assoir devant elle en battant de la queue. Je lui montrais mon dos de mon museau à plusieurs reprises, question de lui indiquer qu’elle pouvait monter dessus. La transporter serait la façon la plus efficace de l’aider à retrouver son chemin. Elle serait au chaud contre mon pelage et pourrait reposer ses jambes. En voyant qu’elle ne montait toujours pas sur mon dos, je laissais sortir un petit jappement joyeux en lui montrant mon dos de mon museau de nouveau. J’attendais patiemment qu’elle monte sur mon dos tel que cheval pour la guider vers le sentir qui lui permettrait de sortir de ces bois.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Campbell

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 49
Points : 193

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 1m58
Emploi: Journaliste

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Lun 3 Avr - 1:22

Perdue dans une grande ville
Il battait de la queue. Il battait de la queue. Il battait de la queue. Il était content ? Haaaa ! Il était conteeeeeent ! C’était ça non ? Un lycan, c’était comme un gros chien après tout ?! Je rougis d’avantage encore. Je rendais un lycan content ! Mais était-ce moi ou autre chose qui le rendait content ? Je passai mon regard sur les alentours. Il n’y avait que nous. C’était donc moi ? Oui ! Je le rendais moi-même heureux. A cette pensée, mon visage devint non plus rouge mais pourpre de timidité.
Lorsque Grand Loup se leva, j’ouvris grand les yeux. Il semblait avoir réfléchi à une idée. Pouvait-il m’aider ? Il semblait le pouvoir en tout cas. Doucement, il approcha sa tête. Sa grande et belle tête. Je ne fis pas un geste. Il fallait l’apprivoiser. Doucement. Tout doucement.
J’ouvris grand la bouche. Sa langue venait d’entrer en contact avec ma main. Il voulait que je le caresse ? Oui ! Je sentis ses poils sous ma main droite. Il était doux, tout doux, et tout poilu. Doucement, je passais ma main sur sa tête, osant enfoncer mes doigts dans son pelage noir. La sensation me fit frissonner. C’était la première fois que je pouvais voir un loup d’aussi près. C’était la première fois que je pouvais toucher un loup, en plus sous sa forme animale. Et quel loup ! Il était vraiment magnifique. Plus que dans n’importe quel livre d’image. Je le grattai derrière les oreilles. Sa queue battait encore. En plus d’être beau il était a-do-rable !
J’étais aux anges !
Pourtant quelque chose me tracassait. J’avais l’impression qu’il tentait de me parler. Enfin, de me faire comprendre quelque chose, à défaut d’utiliser sa langue. Je me levai alors. Que voulait-il ? La tête penchée sur le côté, je soupirai. Je ne comprenais pas.
C’est au jappement, que mon cerveau s’illumina enfin ! Il voulait que... Non ! Il voulait vraiment que je monte sur son dos ? Je laissais échapper un petit glapissement de joie. Oui oui oui ! J’allais faire un tour de lycan comme on le ferait avec un poney !
Avec un peu de mal, au vue de ma souplesse de bois mort, je me hissais sur son dos. Ouh ! Ce n’était pas très stable, mais je m’accrochai à son cou, à défaut d’oser m’accrocher à sa fourrure, de peur de lui faire mal.

« Dis... Tu vas pas trop vite hein... »

A vrai dire, je n’étais pas une grande fan des attractions à sensation, et cette attraction-là me semblait être très dangereuse. Je n’avais pas franchement envie de me retrouver par terre, encore plus perdue, alors que Grand Loup aurait continué sa course.
D’ailleurs... C’est vrai que Grand Loup lui allait bien comme surnom. Je me penchai alors vers son oreille que je grattait encore une fois.

« Tu es mon Grand Loup, alors » Dis-je en souriant. « Merci... »

Codage par Libella sur Graphiorum

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Christiansen

Lycan Mac Hawks
avatar
Lycan Mac Hawks


Messages : 103
Points : 498
Niveau de puissance : Loup respecté
Emploi et loisir : Naviguer en mer

Feuille de personnage
Âge: 126 ans
Taille:
Emploi: Garde Côte + Dominants Bêta

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Mar 11 Avr - 19:25

L’humaine montait difficilement sur mon dos, mais il ne faut pas oublier que je suis un grand loup tout de même. Probablement l’un des plus grands de Londres… Une fois bien installé et accrocher à mon cou, je faisais un hochement de tête pour lui faire comprendre que je n’allais pas aller rapidement. Mon but n’était pas de la faire tomber de mon dos non plus, mais de l’aider à retrouver son chemin et de la réchauffer. Il ne faut pas oublier aussi que je n’ai pas la même physionomie qu’un cheval, il serait donc plus difficile pour elle de rester sur mon dos, mais au moins elle serait en sécurité.

Je commençais alors à marcher bien calmement dans les bois. J’allais lentement et reniflait de temps à autre le sol pour trouver mon chemin vers mon sac à dos. L’humaine semblait profiter de la balade pendant ce temps et me trouvait même un surnom. Alors qu’elle me grattait l’oreille, elle me baptisait ‘’Grand Loup’’. J’aurais pu avoir un surnom pire que celui-ci et décidait donc de ne pas l’argumenter. Je laissais toutefois un petit grognement joyeux résonner lorsqu’elle me grattait derrière les oreilles. Les oreilles et le ventre son décidément les endroits les plus agréable pour les gratouilles.  Je continuais toutefois de marcher vers mon sac à dos, car je ne pouvais pas la ramener au stationnement sous ma forme de loup… Cela causerait sinon une panique général chez les visiteurs du Richmond Park et il ne tarderait pas à envoyer les chasseurs pour m’abattre.

Nous arrivions finalement à mon sac à dos. Je me couchais alors sur le sol pour faire descendre l’humaine de sur mon dos. Je m’ébrouais alors la fourrure et me retournais vers l’humaine. Je m’asseyais et faisait le beau, en plaçant mes deux pattes avant devant mes yeux. J’essayais de lui faire comprendre qu’elle devrait se cacher les yeux. J’observais alors son regard émerveillé et aurait aimé pouvoir soupirer à ce moment. Je replaçais mes pattes sur le sol et recommençais la manœuvre, en espérant que cela lui sonnerait une cloche. Contrairement à ce que je pensais, cela n’eut encore aucun effet, hormis créer de l’amusement chez l’humaine.

Je secouais ma tête de gauche à droite. Bon et puis, tant pis! Elle n’aurait qu’à me voir nu! Ce n’est pas comme si j’étais un homme pudique de toute façon. Quand on est un loup, il ne faut pas avoir peur de déchiré des fringues ni avoir peur de la nudité. Je me reculais de deux pas et reprenait ma forme humaine devant la demoiselle. J’abandonnais ma forme animale pour redevenir un grand homme à la coiffure en bataille à cause de la transformation. J’étirais légèrement mes muscles gonflés et découpé pour les habituer rapidement à ma nouvelle forme. La musculature d’un loup et d’un homme est complètement différente. Cela prend toujours une seconde ou deux pour s’y habituer. Je souriais alors à l’humaine d’un sourire enjoué. Nu comme un vers je me présentais finalement à elle, sans essayer de cacher mes parties. Elle n’avait qu’à se retourner sinon, non?

-Ce sera un peu plus facile de discuter ainsi… J’aime bien le surnom que vous m’avez donné, mais permettez-moi de me présenter officiellement. Je me nomme Lukas, puis-je avoir votre nom aussi?


Je remarquais alors son expression, et me rappelait que j’étais encore nu comme un vers. Maintenant qu’on en parlait, je sentais le vent sur mon corps, plus particulière sur mes parties intimes. Je riais alors légèrement et agrippait mon sac à dos sur la branche de l’arbre. Je lui dis d’une voix un peu gêné,

-Désolé! Je ne suis pas une personne très pudique de nature… J’oublie ce type de détail parfois…

J’enfilais alors mon caleçon bleu ciel et lui demandait en enfilant mon jean,

-J’imagine que vous vous êtes perdu en sortant des sentiers? Les arbres sont parfois trompeurs pour retrouver son chemin, surtout le soir…

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Campbell

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 49
Points : 193

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 1m58
Emploi: Journaliste

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Mer 12 Avr - 10:10

Perdue dans une grande ville
Le lycan venait de reprendre forme humaine. ENFIN ! J’allais pouvoir comprendre ce qu’il voulait me dire ! Quoique tout ça fut très amusant, surtout son numéro de cirque ! C’était trop mignon !



De légèrement rosie, mes joues passèrent au rouge pivoine – voire même plus rouge que ça. Les yeux écarquillés, je gardai la bouche grande ouverte. Aucun son ne sorti cependant de celle-ci alors que l’homme – puisqu’il en était redevenu un – m’apparaissait nu.



Quelques longs instants de blocage, mes yeux descendirent sur sa… « chose » alors qu’il m’informait de son prénom. Immédiatement, je montai mes mains sur mes yeux pour m’occulter la vue. « Je…. » Je ne savais pas quoi dire. Si ! Il m’avait posé une question. Mais encore une fois, petite Moïra n’avait pas écouté ! Enfin, cela dit, j’avais une bonne excuse. QUI donc pouvait se moquer de ce genre de chose ? Je n’étais pas prude (ou juste un peu) mais quand même ! C’était exagéré !



Il… OUBLIAIT ce type de détail ?! Je laissais échapper un couinement. Non non non ! On ne pouvait pas oublier ce genre de détail, d’autant plus devant… D’autant plus devant n’importe qui !
Doucement, mes doigts s’écartèrent alors que le lycan s’habillait. Bon… Il me fallut avouer qu’en fait, s’il était super beau en loup, il ne l’était pas moins en humain. Ses cheveux noirs contrastaient avec ses yeux bleus et son torse… Quels muscles…. Je refermai presque instantanément mes doigts sur mes yeux. NAH ! C’était pas une raison pour mater !
J’attendis encore quelques instants pour écarter, une nouvelle fois, mes petits doigts. Il était habillé. Enfin. Habillé. Il portait un jean. Ce qui, somme toute, était plus civilisé. Enfin, je laissai tomber mes mains le long de mon corps, le visage toujours rouge de honte – et d’un peu pudibonderie.

Je me laissai tomber, assise, sur le sol. Cela faisait beaucoup trop d’émotions pour la journée ! D’abord je me perdais, puis je rencontrais un lycan super beau, puis le lycan me portait sur son dos – HO MON DIEU ! C’était génial ! – et enfin il se transformait en super bel homme devant mes yeux… entièrement NU !
Dans un élan de lassitude, ou peut-être était-ce de l’abattement général, je basculai en arrière afin de m’allonger. La tête sur le sol, je me mis à regarder les nuages alors que Lukas semblait reprendre la parole. Mince… Il avait vraiment repris la parole… Et qu’est-ce qu’il avait dit ? J’avais compris le mot « perdu »… Bah oui je m’étais perdue… Sinon… J’serais pas monté sur son dos !
Je me relevai doucement, m’appuyant sur mes avants bras et penchai la tête vers la gauche. Bon. Soyons logique. Essayons de répondre quelque chose de bateau, de passe partout. Peut-être cela fonctionnera-t-il et m’évitera de demander à Lukas de répéter.

« Je suis arrivée suuuper tôt, avec mon guide » Je le sortis de mon sac. « Et puis j’ai marché, en suivant le chemin, sauf que c’était pas le chemin, mais ça y ressemblait, je vous jure ça y ressemblait ! Y avait des feuilles par terre et ça faisait chemin ! Enfin bref ! J’ai suivi le pas chemin, et j’ai finis par trouver une clairière. Vu que j’étais fatiguée, je me suis assise, et j’ai commencé à écrire un article. Ha oui, parce que je suis journaliste. Quand il  fallut que je reparte, je me suis levée, et j’ai continué à marcher. Sauf que j’ai marché marché marché…. EN ROND ! Je retombai tout le temps sur cette clairière… Alors je me suis dit que j’allais mourir toute seule là et puis… Vous êtes arrivés. »

Mince… J’avais dit passe-partout. Ce n’était pas passe partout ! C’était tout sauf passe partout ! Et puis… MINCE ! Je ne lui avais même pas dit comment je m’appelais. Etait-ce ça qu’il avait demandé juste après sa transformation ?  Il fallait quand même être polie !

« Ho… Et je m’appelle Moïra Campbell. Et je vous promets que vous aurez le droit à un article dans mon journal ! »

Bien sûr que Lukas aurait le droit à un article ! Il venait de… Me sauver la vie ! Je n’allais pas mourir seul et sans gâteaux dans la forêt – Oui car je comptais bien mourir en mangeant des gâteaux !
Dans un élan de bonté, ou de folie, je me relevai et me jetai dans les bras de mon sauveur-super-sexy. D’ailleurs plutôt que Grand Loup, je pourrais peut être l’appeler Sexy Wolf. C’était sympa Sexy-Wolf !
Agrippée à son cou, je levai la tête pour lui baiser la joue en guise de remerciement, histoire de ne pas trop l’assommer avec mon débit de parole ultra rapide.

Lorsqu’enfin je me reculai, j’observai une légère moue. Si moi, je m’étais perdue, lui… Après tout, que faisait-il à courir dans un bois en forme de loup ? Est-ce qu’il… Chassait les petits lapins trop mignons ?!

« Et vous… Vous faisiez quoi dans les bois ? » Osai-je alors demander, même si je craignais fortement qu’il ne m’apprenne être un tueur de lapin… Ou pire ! De petits écureuils !


Codage par Libella sur Graphiorum

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Christiansen

Lycan Mac Hawks
avatar
Lycan Mac Hawks


Messages : 103
Points : 498
Niveau de puissance : Loup respecté
Emploi et loisir : Naviguer en mer

Feuille de personnage
Âge: 126 ans
Taille:
Emploi: Garde Côte + Dominants Bêta

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Dim 16 Avr - 19:50

La réaction de la demoiselle ne fut pas celle que je pensais. Normalement les gens se retourne en me voyant nu ou ferme les yeux en riant à cause de ma nudité. Mais elle semblait aimer la vue et se ressaisit seulement par la suite. Elle se laissait alors tomber sur le sol, sur le dos et regardait le ciel. J’haussais les sourcils, mais elle faisait quoi là ? J’avais prononcé ma dernière phrase d’une voix douce et clair, peut-être qu’elle ne m’avait pas entendu ? Où elle était peut-être en état de choc ? Qui sait, les humains sont tellement des créatures fragiles…

Elle s’était relevé légèrement et m’avait finalement expliqué ce qui l’avait amené à se perdre dans le Richmond Park. Je riais légèrement lorsqu’elle m’expliquait toute son histoire. Elle déballait son sac sans s’arrêter, avec une nervosité visible. Je ne pouvais m’empêcher de me demande qu’est-ce qui la rendait nerveuse ? Elle était en sécurité à mes côtés non ? Je l’aurais croqué bien plus tôt si cela avait été mon intention. J’apprenais rapidement qu’elle était journaliste et qu’elle avait eu peur de mourir seule dans les bois. Je riais alors légèrement et elle s’arrêtait de parler.

Je la regardais de nouveau tout en enfilant mes chaussettes et mes chaussures. En attendant qu’elle continue son récit, puisqu’elle ne s’était toujours pas présenté. Je lui lançais un regard empathique et l’encourageait à continuer alors que je lassais mes chaussures à mes pieds. Elle s’appelait donc Moira Campbell et elle me promettait que j’aurais droit à un article dans son journal. Je grimaçais légèrement, j’allais poliment refuser cette offre. Je ne voulais pas apparaitre dans le journal directement et être listé comme lycan par la suite. Le département de la police était au courant de ma condition, mais il était prévu que je ne me transforme pas dans le cadre de mes fonctions. Bon, je n’étais pas sur les heures de boulot… Mais cela paraîtrait tout de même mal aux yeux de mon superviseur.

Je me relevais finalement sur mes pieds et prenait alors mon t-shirt dans ma main. Je le sortais du sac à dos et eu juste le temps de le laisser tomber sur le sol pour libérer ma main et attraper l’humaine à la place. Je l’attrapais dans mes bras et l’amortissait avec mon torse. Je commençais alors à rougir et à la regarder avec un regard des plus surpris. Elle s’accrochait alors à mon cou, avant de me donner un petit baiser sur la joue. Je rougissais encore plus, ne laissant plus une once de beige sur mes joues. Je me figeais sur place et arrêtait de bouger comme un idiot. J’arrêtais de la retenir contre mon corps lorsqu’elle se reculais, laissant finalement à mes joues la chance de retrouver peu à peu leur teint bronzé.

Moira me prit finalement de court, en me demandant ce que moi je faisais dans les bois. Je réfléchissais une seconde, mentir ou être honnête ? En tant que piètre menteur, je n’allais pas voir le choix de lui dire la vérité ! Je réfléchissais alors quelques secondes. Réfléchir n’est pas mon fort, mais je trouvais une façon de lui exposé la vérité de façon humoristique. Je venais alors me gratter l’arrière de la tête avec ma main droite et lui disait avec un malaise visible,

-Je ne te mentirais pas, j’étais venu me dégourdir les pattes et chasser comme tu dois t’en douter… Mais je n’ai pas pu résister face au yeux doux du petit lapin que j’ai croisé et je l’ai donc laissé partir… Et c’est à ce moment que je t’ai vu.

Je prenais une pause et riait légèrement en rajoutant,

-Je ne suis pas un loup des plus violents comme tu peux le remarquer !

Je sentais alors un courant d’air sur mon torse nu. Ha merde ! J’avais complètement oublié mon t-shirt ! Je me penchais et ramassais mon chandail que je secouais légèrement pour retirer les saletés dessus. Je l’enfilais alors, avant de retourner mon regard bleu océan vers Moira. Je rajoutais d’une voix grave en enfilant mon sac à dos,

-Bon ! Sortons de cette forêt maintenant !

Je lui proposais alors mon avant-bras, et lorsqu’elle le prit, entamait la marche vers le sentir principale du Richmond Park. Je brisais le silence et lui demandait calmement,

-Tu est venu en voiture ? Car si tu as besoin, je peux aller te porter chez toi une fois que nous serons sorties d’ici ?

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Campbell

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 49
Points : 193

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 1m58
Emploi: Journaliste

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Jeu 4 Mai - 10:23

Perdue dans une grande ville
Il était beau, il était mon sauveur, il était Sexy-Wolf et EN PLUS il était gentil avec les petits lapins ?! Un large sourire éclaira mon visage un peu bouffi. Le petit lapin s’en était sorti ! Mais… Et le petit écureuil ?!
Je secouai la tête. Nan ! Lukas avait l’air d’être quelqu’un de très gentil ! Il fallait lui faire confiance ! Et il fallait clairement que j’arrête de faire confiance à tout le monde aveuglément sans chercher à les connaître ! C’était, il fallait l’avouer, l’un de mes défauts : j’étais bien trop prompt à devenir dévouée et à ne plus me méfier. Cela ne m’avais certes jamais trop porté préjudice, je crois, mais il fallait que ça change, et cela changerait !... Après Lukas !

J’acquiesçai largement la proposition du lycan. J’avais grand hâte de sortir de cette forêt de malheur qui m’avait égaré ! Une chose était sûre ! Jamais elle n’aurait son petit mot dans mon journal, ou elle devrait payer très cher pour y apparaître !
Doucement, je pris le bras si galamment proposé par l’homme. Il semblait fort et musclé. Il était chaud. Il avait tous des lycans que j’idéalisai dans mes livres et ma tête… Nous nous sommes alors mis en route ensemble vers… Ce que je supposais être la sortie, puisque de toutes les manières j’étais encore perdue, je n’avais pas retrouvé ma route sur le dos du lycan, trop obnubilée par la course, le vent dans mes cheveux et les poils sous mes mains. Il n’y avait donc qu’à espérer que Lukas ne se serve pas des jeunes filles perdues pour les enlever et les séquestrer dans une cabane au fond des bois !

« Tu est venu en voiture ? Car si tu as besoin, je peux aller te porter chez toi une fois que nous serons sorties d’ici ? »

Je secouai la tête négativement. Je n’avais même pas de voiture, et en fait… Je n’avais même pas le permis ! Il faudrait que je me le paie un jour… Quand j’aurais de l’argent… Quand mon journal se vendra… D’ailleurs je devrais peut être essayé de le vendre à Sexy-Wolf, cela serait toujours ça de prix !

« Je suis venue en  bus… » J’hésitai un court instant. « Mais ne vous en faites pas ! Je peux rentrer seule ! Personne ne va venir m’agresser, et puis je sais me battre ! Je suis une femme forte ! Je… »

A nouveau, mes joues se rosirent alors que mes lèvres se clôturaient se fermait. Non mais vraiment ! Il fallait arrêter de parler pour ne rien dire ! Le pire ! C’est que je savais qu’il ne fallait pas, mais voilà ; les mots sortaient de ma bouche sans passer par mon cerveau. A croire que celui-ci était souvent sur son mode « off », ou à défaut, sur un mode sans filtre. Cela dit, personne ne pouvait dire que j’étais malhonnête ! Ah ça non ! Ce que je disais était généralement pensé même si irréfléchi !
J’imaginai quelques instants les pensées de l’homme qui m’accompagnait. « Quelle bécasse ! Mais qu’elle arrête donc de parler ! » Je gonflai légèrement les joues, boudeuse. Même si rien n’était avéré, c’était quand même pas très gentil de penser ça ! Surtout que je n’étais pas une bécasse, un peu sotte des fois, d’accord, mais c’est tout !
Bon ! Il fallait lui prouver que je n’étais pas une petite inconsciente irréfléchie et sans cervelle ! Prenant donc mon air sérieux, je tournai légèrement mon visage vers lui.

« Et vous… Que faites-vous dans la vie ? » Demandai-je en tentant de changer ma voix somme toute fluette pour une voix plus grave, qui ne m’allait sûrement pas mais qui faisait, d’après moi, « grande dame ».

Attendant sa réponse, je me risquai à lever les yeux au ciel. Il faisait beau, il faisait bon. Le vent frais rafraîchissait les rayons du soleil qui s’écrasait en cascade sur ma peau. J’adorais ce temps-là. Je l’adorai d’ailleurs tellement que j’en oubliai même de regarder où je mettais les pieds. En un instant, je passai alors d’une marche gaie et enjouée à un cloche pied mal entreprit. Mon pied droit avait butté dans une racine, m’arrachant un léger gémissement de douleur. Je pus avancer encore de quelques centimètres, sautant sur mon pied gauche, mais mon équilibre faisant, la position ne sut être tenue par mon corps. Doucement mais sûrement – enfin… Il me sembla bien que cela dura de très longues minutes, mais tout le monde sait que le cerveau humain est capable de beaucoup de choses pour nous effrayer – je tombai en avant, sans même chercher à me rattraper. Cerveau en mode « off »… Jamais utile.



Codage par Libella sur Graphiorum

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Christiansen

Lycan Mac Hawks
avatar
Lycan Mac Hawks


Messages : 103
Points : 498
Niveau de puissance : Loup respecté
Emploi et loisir : Naviguer en mer

Feuille de personnage
Âge: 126 ans
Taille:
Emploi: Garde Côte + Dominants Bêta

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Lun 8 Mai - 20:26

Moira me dit alors qu’elle était venu en Bus. C’était donc confirmé, j’allais aller la porter chez elle avec ma voiture. Même si elle me disait de ne pas m’inquiéter, qu’elle était une femme forte qui ne se ferait point agresser. Peu importe ce qu’elle me dirait, les dés étaient jetés et j’allais la raccompagner. Je lui souriais alors calmement, comme on le ferait avec une amie qu’on ne veut point argumenter et j’observais à ce moment ses joues rosirent. Pourquoi elle rougissait? Nous ne nous étions pas embrassé à ce que je savais?

Je la regardais alors en haussant les sourcils curieusement. Mais pourquoi elle gonflait les joues? Elle boudait? Je ne lui avais pourtant rien dit? Je n’avais même pas argumenté mon doute sur sa capacité à se défendre seule en cas d’agression. J’allais lui demander calmement à quoi elle pensait, pour mettre les choses au clair, lorsqu’elle m’adressait un regard sérieux. Je lui avais fait quoi, là? Je n’avais rien dit, je ne l’avais pas taquiné et elle me tenait toujours le bras… Je vous ai déjà dit que je suis complètement nul avec les femmes. Elles sont un mystère pour moi… J’arrive difficilement à comprendre comment elles réfléchissent.

Elle changeait alors l’intonation dans sa voix, pour lui donner un ton plus grave. Je lui souriais alors avec amusement. Elle voulait se donner des airs plus matures? Mais elle était mignonne avec sa petite voix douce! Elle me demandait alors ce que je fais dans la vie. La question qui tue. C’est souvent à ce moment des entretient qu’on sait ensuite à quoi s’en tenir. Le métier d’une personne en dit beaucoup sur sa personnalité. Il y a des situations où cette règle ne s’applique pas, mais d’ordre général, certain traits de caractère seront commun à la profession. Je vois par exemple difficilement un avocat exercer son métier sans détermination. Ou un militaire travailler sans un minimum de discipline. Je lui répondais alors d’une voix calme en souriant légèrement,

-Je suis policier. Enfin, garde-côte plus précisément. Je suis un policier, spécialisée pour les interventions sur la mer. Je travaille principalement au port de Londres, rarement en ville!

C’est alors que je sentais une résistance sur mon bras. Je regardais rapidement Moira, pour la voir trébucher sur une racine, alors qu’elle gémissait de douleur sous l’impact. Elle tombait alors vers l’avant, sans même chercher à se retenir ou à tomber d’une autre façon. Soit sur le côté, ce qui aurait été vachement moins douloureux après un impact! J’utilisais alors ma vitesse et force de lycan pour l’empêcher de tomber en plein sur le visage. Je l’a rattrapais dans sa chute et amenait son dos contre torse. Une fois qu’elle fut hors de danger, je m’assurais qu’elle avait retrouvé son équilibre en utilisant mon corps et mes mains autour de sa taille pour la stabiliser. Lorsque je la sentais stable de nouveau, je relâchais mon emprise délicatement et lui dit alors en soupirant,

-Ouf! Tu as failli te retrouver avec une ecchymose au visage! Comment va ta cheville et ton pied? L’impact a semblé particulièrement douloureux…

Je l’aidais alors à s’assoir sur un tronc d’arbre brisé et me penchait pour observer son pied droit. Je le touchais alors délicatement, et lui faisait faire de léger mouvement en rotation.

-C’est douloureux lorsque je le bouge ou le touche? Si oui, la douleur se situe à quel endroit sur une échelle de 1 à 10?

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Campbell

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 49
Points : 193

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 1m58
Emploi: Journaliste

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Mer 10 Mai - 10:55

Perdue dans une grande ville
Il était beau, il était sexy, il était musclé ET il était policier ? Haaa le fantasme de l’uniforme, un fantasme vieux comme le monde. Et je n’étais clairement pas insensible aux charmes des policemen. Enfin, entre nous… Je n’étais insensible à personne, je crois. C’est ce qui faisait mon don en journalisme, si tant est que j’en ai un, ce que je pensais ! Après tout, il faut toujours être fier de son travail ! Et décidément, ce policeman devait avoir le droit à tous mes remerciements dans le journal ! Il m’avait par deux fois sauvé la vie ! Qu’aurais-je fait si mon visage avait été abîmé ? Non pas qu’il me serve tous les jours mais Caïn aurait été drôlement embêté si je n’avais pas pu lui faire la moue à son retour ! N’est-ce pas ?... Ou alors il en profiterait pour rire de moi, ce qui n’était pas non plus dans mes attentions, je lui donnais déjà beaucoup trop de raison de rire !

Mon dos appuyé contre son torse dur, j’en oublierais ma misérable chute !

« Ca va… » Prononçais-je à mi-voix.

Comment aurait-il pu en être autrement ? J’étais avec Sexy Savior (il fallait vraiment que je lui trouve un surnom fixe !), contre lui, abandonnée dans ses bras. Pourtant, il abandonnait rapidement – trop rapidement – cette position pour venir tâter la blessure, qui n’en était pas une, je l’avais déjà presque oubliée !

Presque…

« Aïe !! 10 ! 10 ! 10 ! »

Bon… Peut-être avais-je exagéré, la douleur ne devait être qu’à 9, ou 8.5 à la limite. Mais ce que ça faisait mal ! Je tentais de retirer ma cheville de ses mains mais une sorte de courant électrique me parcourut la jambe jusque dans le dos, m’arrachant une grimace.

« Ho non… » Me lamentai-je les larmes aux yeux.

L’oubli fut vite passé, et je me rendis compte que je ne pouvais bouger la cheville sans éprouver une certaine douleur, beaucoup trop importante pour mon corps et mon pauvre cœur qui ne demandait qu’à se reposer.

« Idiote ! » M’insultai-je à voix haute.

Pourquoi n’avais-je pas fait attention ?! Mais quelle bécasse je faisais ! Trop absorbée par mon nouvel ami, mon sauveur, Sexy Wolf (non, vraiment, Sexy Wolf était ce qui lui allait le mieux !), je n’avais encore une fois pas regardé où je mettais les pieds ! Et pourtant je savais que j’étais maladroite !
A chaque fois, ou presque, que je partais en forêt, c’était toujours la même chose ! Je finissais par m’égratigner quelque part ou pire ! Bon, cette fois, c’était pire. Une chance, cela dit, que je sois aussi bien accompagnée. La seule pensée que cela aurait pu tout aussi bien arriver seule me fit frissonner. J’allais réellement finir par vénérer Sexy Wolf à la fin !

Mais il nous fallait continuer d’avancer ! Et puis, je lui avais dit que j’étais une femme forte n’ayant peur de rien. J’aurais tout le temps d’appeler le médecin (ou les pompiers, surtout les pompiers) une fois chez moi ! Mais avant cela, il fallait que j’atteigne mon appartement et donc que nous puissions arriver à l’arrêt de bus !
Ha que ne direz pas Papa et Maman lorsqu’ils recevraient la facture du Docteur… Ils allaient rire… Ou se fâcher… Dans tous les cas, je n’allais pas DU TOUT apprécier !
Et Caïn… Que dirait-il s’il me voyait avec des béquilles ?
Et mon rendez-vous de demain ?! Je l’avais oublié !! J’avais rendez-vous avec un nain qui se prenait pour un leprechaun et qui voulait cacher un pot de pièce d’or sous un arc-en-ciel. Un super article pour mon journal ! Mais comment allais-je bien pouvoir m’y rendre avec une cheville douloureuse ? Et d’ailleurs… Pourquoi elle était douloureuse ?! Elle n’était quand même pas cassée ?! Non ! Je n’avais pas entendu de craquement ! Foulée alors ? Je ne savais même pas réellement ce que cela voulait dire…

Bon…

Je me décidai enfin à avancer. Il le fallait. Je devais rentrer chez moi !
Doucement, je me libérai de l’étreinte du lycan pour poser le pied à terre. Le foudroiement fut presque immédiat et je tombai à genoux.

« Aïe… » Murmurai-je.

Non ! J’étais une femme forte ! J’étais une femme…
Je m’assis sur les fesses en grelotant. La douleur me donnait une sensation de froid dans tout le corps. J’étais bien trop faible…
Les larmes aux yeux, je regardai ma cheville en faisant la moue. Comment allais-je bien pouvoir faire ?...
Codage par Libella sur Graphiorum

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Christiansen

Lycan Mac Hawks
avatar
Lycan Mac Hawks


Messages : 103
Points : 498
Niveau de puissance : Loup respecté
Emploi et loisir : Naviguer en mer

Feuille de personnage
Âge: 126 ans
Taille:
Emploi: Garde Côte + Dominants Bêta

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Jeu 18 Mai - 16:45

Lorsque je bougeais légèrement son pied, je l’entendais me dire rapidement que la douleur était à 10/10. Lorsqu’elle essayait de se dégager de ma prise, un autre spasme de douleur parcourait son corps. Des larmes montèrent rapidement jusqu’à ces yeux, alors qu’elle se traitait d’idiote. Elle essayait ensuite de se relever, avant de rapidement tomber à genoux. Si j’avais été sous ma forme de loup, j’aurais caché ma tête entre mes pattes pour ne pas voir ce spectacle. Je ne fus pas assez rapide cette fois pour la rattraper alors que ces genoux touchaient le sol. Je me penchais alors sur elle pour l’aider à s’assoir de nouveau sur le tronc d’arbre.

Je me penchais à nouveau devant elle et replaçait les bandoulières de mon sac à dos. Je regardais sa cheville qui enflait à vue d’œil. Je pris alors son menton délicatement avec deux de mes doigts pour la forcer à me regarder dans les yeux. Je plongeais alors mes yeux bleus dans les siens. D’une voix douce et apaisante, je lui dis out en séchant une larme qui coulait sur sa joue avec l’un de mes doigts,

-Mais non, ne soit pas aussi dur avec toi-même. Tu es loin d’être une idiote! Laisse toi faire, je vais te prendre dans mes bras pour le reste du chemin. Il ne faut pas que tu marches sur ta jambe.

Je prenais alors MoÏra dans mes bras comme si elle était une princesse. Elle était un poids plume littéralement et je la levais sans aucune difficulté. Les poids que je lève lorsque je m’entraîne sont trois à quatre fois plus lourds que sa personne… L’amener de cette façon jusqu’à ma voiture n’allait aucunement être exigeant physiquement pour ma personne. Alors que je reprenais la route je lui souris alors et rajoutait,

-Nous serons à ma voiture dans environs 5 minutes. Car il est hors de question que tu prennes le bus dans ton état.

Je prenais une petite pause alors que j’enjambais une grosse branche d’arbre. Une famille de chevreuil un peu plus loin levait la tête nerveusement dans notre direction. L’envie de chasse était toujours présente. J’envie de planter mes crocs dans leur chair pour en faire un festin, mais je devais me retenir, surtout en présence de la journaliste dans mes bras. Comme s’ils sentaient le prédateur en moi, la famille fuyait rapidement les lieux pour s’éloigner de nous en sautillant. Je souriais à Moïra et rajoutait avec un ton mi- amusé,

-Pardon, ils doivent sentir le loup en moi.


Je réfléchissais une seconde et rajoutait avec un sourire en coin,

-Je ne crois pas que tu ais une fracture. Par contre, la chose certaine est que tu devras aller voir un médecin s’il n’y a aucune amélioration d’ici demain matin. J’ai deux propositions à te faire… Soit je te ramène chez toi et tu vas voir un médecin demain matin accompagné de quelqu’un. Ou deuxièmement, je t’amène chez moi et t’amènerait personnellement au bureau du médecin demain.

Je lui souriais alors avec entêtement et douceur,

-Ce sont les deux choix qui s’offrent à toi. Si je serais toi, je poserais les pours et les contres avant de prendre ma décision.

Le parking rentrait alors dans mon champ de vision. Je voyais plusieurs voitures stationnés et finalement la mienne. Je marchais directement vers ma voiture sport à deux porte, couleur bleu ciel et lui demandait avec douceur,

-Alors MoÏra, tu as fait un choix?

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moïra Campbell

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 49
Points : 193

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 1m58
Emploi: Journaliste

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Lun 29 Mai - 16:01

Perdue dans une grande ville
Merdouille ! Mais quelle boulette je faisais ! Et en plus ça faisait réellement mal ! Et ma cheville ! Ma cheville ! Elle enflait à vue d’œil, elle allait finir par exploser ? Ho ! Et si elle explosait ? L’os exploserait-il avec ? Je ne voulais pas voir mes os moi ! Ils étaient très bien à l’intérieur ! Ils n’avaient rien à faire à l’extérieur et puis…

Je me sentis alors soulevée comme une princesse. Haaaa ! J’étais une princesse ! Bon, une princesse qui avait franchement mal, mais une princesse quand même ! Pourtant, j’avais pris un peu de poids depuis que j’étais arrivée sur Londres. La faute au Burger King. Je passais ma vie dans les Burger King, et la faute au sport aussi. Il faut dire que le métro était bien pratique. D’ailleurs, en parlant de métro ! Si je tenais ce Damian Black qui a fait exploser le métro, je lui dirais deux mots ! A cause de lui j’étais obligé de marcher puisque certaines lignes avaient été coupées ! Mais au fait… Je regardai mon pied. Comment j’allais faire pour marcher jusqu’à l’imprimerie moi ?!! Et puis  le journal devait sortir dans quelques jours !! Non mais ! J’avais pas le temps ! J’allais faire comment moi ?! Ouuuh ! J’allais avoir des problèmes ! Et avec mes parents aussi ! Si le journal ne sortait pas à temps, je ne pourrais pas le leur envoyer, si je ne pouvais pas le leur envoyer, ils allaient savoir que je ne faisais pas mon travail correctement, s’il le savait, ils allaient vouloir me couper les vivres, s’ils me coupaient les vivres, je devrais trouver un emploi autre que le journalisme et si je devais trouver un emploi autre que le journalisme… JE NE POURRAIS PLUS FAIRE MON JOURNAL ! CATASTROPHE !

« Mais… » Tentais-je de rétorquer. Visiblement, pourtant, il ne semblait pas possible de se soulever contre la décision du lycan de m’aider… Il était trop trop trop gentil ♥ Vraiment ! Une petite idiote et maladroite comme moi méritait-elle autant d’attention ? Hoooo ! Il devait être un policier parfait ! Je suis sûre que Caïn, lui, il m’aurait laissé tomber comme une vieille chaussette parce que j’étais cassée ! A cette pensée, mes joues se gonflèrent un peu et mon visage prit une forme un peu plus enfantine.

Lorsque la famille de chevreuils partit en courant, j’haussai les sourcils, les joues toujours gonflées.

« Pourtant… Vous… Tu… N’avez… Heu non n’as… Pas l’air d’une bête féroce. » Arg ! Tu, vous, c’était trop difficile ! Mon cerveau avait quelques problèmes pour suivre ! Mais il me tutoyait, il fallait bien que j’en fasse autant, mais il me troublait ! Non, il me perturbait ! C’est ça ! Il était perturbant ! Et puis… C’était un lycan ! Tous les lycans me perturbaient ! Bien plus que les vampires ! En plus ils étaient plus gentils ! « En tout cas ! » Continuai-je en prenant l’air le plus assuré possible. « Moi je te trouve vraiment gentil ! » Je lui embrassais la joue. « Merci beaucoup ! » Tout de même ! Il me fallait le remercier, il n’avait pas à faire tout ça et il le faisait et puis… Il me proposait de m’amener chez lui ?! Mes joues se tintèrent de rouge. Jamais quelqu’un ne m’avait proposé de venir chez lui ! Enfin non. Jamais un lycan ne me l’avait proposé ! Et puis un lycan aussi gentil !

« Hein ? Heu… Je… Oui… Je veux bien… Je sais pas… » Je bégayais. Je ne savais plus quoi dire, et mes pensées se bousculaient. Pourtant, ce n’était qu’une invitation de bienséance, pour être gentil. Il ne me connaissait même pas ! Pourquoi il agissait comme ça ? Ce n’était pas logique en fait ! Ce n’était pas logique du tout ! Et moi ! Je devais accepter ? Si j’acceptais, cela pourrait-il me faire passer pour une fille trop facile ? Non ! Enfin si peut-être, mais d’un côté, il me proposait aussi de m’emmener chez le médecin, et je ne voulais pas appeler Caïn pour m’y emmener, d’ailleurs je ne suis même pas sûre qu’il me réponde. Il était toujours trop occupé pour moi ! Mais il fallait que j’aille chez le médecin, et je n’avais pas de béquilles à l’appartement. Peut-être pourrais-je trouver des bouts de bois pour me faire une canne ? Non ? Non. Surement pas, en plus, maladroite comme j’étais, j’aurais pu me casser l’autre jambe. Mais il semblait que ce n’était pas une fracture, alors…
Peser les pours et les contres… Bon… Oui… C’était une bonne idée en fait.

« Hé bien… Les pour de rentrer chez moi… Bah je serais chez moi déjà, et puis, c’est tout. Les contre, je… Je n’ai pas de béquille et pas d’amis pour m’emmener chez le médecin » Ma voix se baissa, un peu honteuse d’avouer que j’étais seule dans cette si grande ville. « Bon… » Il fallait bien l’avouer après tout… « Je veux bien venir chez vous heu non toi… » Je relevai la tête. « Mais dis… On pourra commander des pizzas à l’ananas ? »

Codage par Libella sur Graphiorum

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas Christiansen

Lycan Mac Hawks
avatar
Lycan Mac Hawks


Messages : 103
Points : 498
Niveau de puissance : Loup respecté
Emploi et loisir : Naviguer en mer

Feuille de personnage
Âge: 126 ans
Taille:
Emploi: Garde Côte + Dominants Bêta

MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas] Lun 12 Juin - 17:30

Je souriais gentiment à MoÏra, la pauvre était tellement influencé par la douleur qu’elle semblait éprouver de la difficulté à parler. Elle passait du vous, au tu et bégayait. Je riais légèrement et sans aucune méchanceté. C’est alors qu’elle eut une attitude plus confiante. Elle me mentionnait me trouver gentil et me remerciait en me donnant un petit baiser sur la joue. Mon visage devenait alors rouge sur les pommettes pendant que la gêne me gagnait de plus en plus. Je souriais alors timidement à MoÏra et tentait de m’éclaircir la voix pour cacher ma gêne,

-Hmm… Ça me fait plaisir… Et puis … Hm…

Je prenais alors une voix plus confiante et rajoutait avec un sourire empathique, pendant que le rouge quittait mes joues avec ma gêne,

-Si tu m’aurais trouvé dans les bois blessé, je suis certain que tu m’aurais rendu l’appareille! Tu m’as l’air du type de personne qui ferait tout ce qui est en son pouvoir pour aider son prochain.

J’observais de nouveau une expression surprise lorsque je lui avais proposé de venir chez moi, question que j’ai la portée chez le médecin le lendemain. Elle s’était remise à bégayer, avant de probablement faire les pours et les contres dans sa tête. Elle était resté silencieuse quelques minutes, le temps que j’arrive directement devant la porte du côté passager de ma voiture. Elle m’avait expliqué son raisonnement à voix haute et acceptait de venir dans mon domicile. Je lui souriais amicalement lorsqu’elle me mentionnait être seule. Je n’ai jamais eu le sentiment d’être seul ou de vivre de l’isolement social avec les meutes. Ma meute en Norvège et les Mac Hawks ont toujours été mes familles, et les membres de mes familles sont nombreux!

J’avais alors retenus Moïra d’une seule main, pendant que je cherchais les clés de ma voiture dans ma poche de pantalon de l’autre. Je trouvais finalement les clés tant désiré et appuyait sur le bouton pour déverrouiller les portes. J’ouvrais la porte du côté passager et éclatait alors d’un rire clair et amusé à la demande de l’humaine. Une pizza à l’ananas? De toute les demandes qu’elle aurait pu me faire, c’était bien la dernière à laquelle j’aurais pensé! Je lui répondais alors avec un sourire amusé aux lèvres,

-Va pour la Pizza à l’ananas! Je connais une bonne pizzeria près de chez moi. On rajoutera un extra comme une rondelle d’oignon, des ailes de poulet ou une frite aussi si tu en as envie!

Je déposais alors ma nouvelle amie sur le siège et refermait la porte lorsqu’elle fut bien assise et que je n’eus pas peur de lui refermer la porte dessus. Je faisais le tour de la voiture pour prendre place à mon tour derrière le volant. J’insérais les clés, les tournais puis le moteur de ma voiture sport commençait alors à ronronner doucement. J’attachais ma ceinture de sécurité et m’assurait que ma camarade avait fait de même. Je reculais la voiture hors de son stationnement, puis m’engageait alors enfin sur la route. Tout en conduisant prudemment en m’assurant de bien suivre les limitations sur la vitesse je spécifiais alors à Moïra pour qu’elle n’ait pas de mauvaise surprise,

-Je t’avertis, j’habite au port de Londres. Ma maison est enfaîte un grand voilier! Donc ne soit pas surprise qu’on prenne la route du port. Il y a d’ailleurs une bonne pizzeria tout près de celui-ci.

En route vers le port, j’arrêtais à la pizzeria acheter une pizza à l’ananas pour deux personnes. J’ajoutais une frite à notre commande et prenait ensuite la route vers le port de Londres avec ma nouvelle amies.

HRP:
 

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: (Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas]

Revenir en haut Aller en bas
(Terminé) Perdue dans une grande ville [PV Lukas]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Arrivée dans une nouvelle ville.
» Grève dans la grande distribution
» Une Ame perdue dans la forêt de Cendre [Pv Nuage de Cendres]
» Le Nomade et la Lamia, auberge perdue dans la basse ville
» Perdue dans la grande pomme ... Clara Sheiller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Richmond Park-
Sauter vers: