Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

Un petit tour de manège?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Joe Findler

Lycan Libre
avatar
Lycan Libre


Messages : 14
Points : 208
Niveau de puissance : Grand Loup

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Taille: 1m86
Emploi: Animateur dans une école

MessageSujet: Un petit tour de manège? Dim 29 Jan - 17:42


Qu'est-ce qu'il était venu foutre ici?!
C'est vrai! N'avait-il donc aucun autre endroit pour venir faire un tour? Aucun autre endroit pour venir se changer les idées? Peut-être se sentait-il seul? Peut-être avait-il besoin de compagnie? Après tout, voilà plusieurs jours que Joe ne quittait plus son appartement le soir. Il avait pour habitude d'effectuer sa journée de travail, comme n'importe qui. Puis, le jeune homme rentrait tranquillement chez lui, ayant envie de calme et de tranquillité. Il dormait souvent, faisant une longue sieste jusqu'à la nuit tombée. Il aurait très bien pu parcourir les rues de Londres, lui qui était un animal nocturne. Mais les lycans n'étaient pas les seuls prédateurs à rôder dans l'obscurité… Les vampires étaient dangereux, du moins certains… A éviter donc… Et quelques loup-garous n'étaient pas fréquentables non plus. Trop brutaux, trop violents, trop sanguinaires… A éviter aussi… Non pas qu'il n'était pas capable de se défendre ou de se battre… Au contraire, Joe mordait quand la situation l'exigeait. Cependant, il préférait éviter les conflits inutiles…

Mais ce soir, impossible de rester enfermé. Ce n'était pas une nuit de pleine lune… Pourtant, il avait envie d'errer dans les rues, de fuir l'oppression de la grande ville pour aller taquiner les lapins dans les bois ou dans les champs… Le parc naturel lui manquait… Parcourir les environs boisés et vallonnés sous sa forme de loup aussi… Son ancienne vie lui semblait loin maintenant depuis qu'il s'était installé à Londres. Le jeune homme avait déjà pensé à quitter ces rues sinistres pour retrouver son petit coin de verdure. Cette pensée lui trottait souvent dans la tête, le rendant mélancolique. Puis c'était le visage de ses frères disparus qui apparaissaient, lui donnant toujours une raison pour rester ici. Tant qu'il n'aurait pas de nouvelles de leur part, tant qu'il ne saurait pas s'ils étaient en bonne santé, vivant ou non… Il préférait s'abstenir de trop penser à un départ imminent…

Comme à chaque fois, Joe retourna chez lui après le boulot. Cependant, il n'y resta pas bien longtemps. Juste histoire de faire une sieste et de manger un bout. Aujourd'hui, son appartement avait quelque chose d'oppressant, une atmosphère qui ne lui revenait pas. Le lycan avait besoin d'air, besoin de sortir et de voir du monde. Pas spécialement parler à quelqu'un mais d'être en compagnie d'être vivant, humains ou autre loup-garous. Le jeune homme prit la peine de se changer, rapidement, et mit une tenue plus décontractée: jeans, sweat à capuche et baskets. Puis, il abandonna son appartement pour parcourir les rues de Londres dans un premier temps. Finalement, ses pas le menèrent jusqu'à la fête foraine. Pourquoi la fête foraine? Le loup n'en avait pas la moindre idée… Peut-être parce qu'il s'agissait d'un lieu prisé, où se réunissait pas mal de monde. Lui qui était en mal de compagnie, c'était l'endroit rêvé finalement…

Joe s'engouffra dans la foule qui peuplait la fête foraine. Il se balada, s'attardant auprès des stands ou des attractions que pour observer les gens. Un bref instant, puis il reprenait sa marche comme si de rien n'était. Même s'il était sorti de sa tanière dans l'idée de se promener et de ne pas rester seul, ses sens restaient en alerte. Autant pour le prévenir d'un quelconque danger, venant d'un seigneur de la nui, d'un lycan ou même d'un humain… Mais également pour détecter le moindre signe qui trahirait la présence de l'un de ses frères. Le loup à crinière avait beau ne pas y penser, c'était une habitude qu'il avait pris depuis la disparition de deux membres de sa famille. Un tic, une manie qui s'installait progressivement, presque au point de l'obséder.

Un soupir franchit ses lèvres. Arrêter de penser à ça… Ce genre de pensée lui fichait le cafard et le rendait mélancolique. Autant s'occuper l'esprit… Joe se balada encore un peu avant de finalement s'arrêter à l'un des stands. Un simple jeu d'adresse, un classique jeu de massacre où il fallait faire tomber les canettes en lançant une balle. Banal, mais ce divertissement avait au moins le mérite de lui faire penser à autre chose. Concentré sur les cibles à abattre, Joe se sentit beaucoup plus détendu, moins sûr les nerfs. Il était occupé à autre chose qu'à se tracasser pour ses frères, au point de dépenser quelques dizaines de livres à ce jeu. Tant pis… Il avait bien le droit de relâcher la pression et de s'amuser un peu, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Black

Vampires Sanguinaires
avatar
Vampires Sanguinaires


Messages : 575
Points : 386
Niveau de puissance : Vampire supérieur

Feuille de personnage
Âge: 100 ans
Taille: 1m87
Emploi: Leader des Sanguinaires

MessageSujet: Re: Un petit tour de manège? Mer 22 Fév - 0:13





 

 

Un petit tour de manège


Feat. Damian Black et Joe


Hello Freedom, hello Life ! Une journée de pluie comme en connaissait trop souvent Londres m’avait offert la parfaite opportunité de sortir me mêler à ce dont j’étais en carence dernièrement : la vie ! Le bruit, la foule, le pot pourri d’odeurs diverses qui accompagne les grands rassemblements d’humains, j’en étais malade à force d’en rêver, extatique à l’idée d’en profiter. Avec ma dernière Insignia en bouche, et ma tignasse décidément trop reconnaissable sous la capuche, je sortai donc de mon antre aux premiers signes de la terrible averse, foulant les rues de ma ville natale avec pour seul témoin son Oeil malicieux.

Et c’est sous ses cils que je me rendis d’ailleurs, attiré comme un phalène trop curieux par le bruit et les sucreries. La cigarette longtemps morte glissa de mes lèvres quand je la vis, une énoooorme montagne de sucre, chimiquement rosé par un colorant cancérigène. Le pied !

“ Une barbe, please. “
Fis-je à la vendeuse en faisant voltiger un pound sur son comptoir. Les Français avaient vraiment de l’ingéniosité pour combler les palais les plus exigeants, fallait pas compter sur notre patrie pour ça… La gelée et le thé Tetley, ça allait bien cinq minutes, mais à termes, il était de notoriété publique que même mémé Élizabeth commandait son vin sur leboncoin, et qu’elle recevait tous les matins un croissant beurré de la boulangerie du p’tit péché ! Alors en dépit de l’Oeil contrarié, je pris à deux mains ma barbe et enfonçai mes crocs dans le sucre cotonneux pour en arracher tout un nuage. La sensation de rien crépitant sur ma langue était un peu frustrante, mais qu’est-ce que c’était bon. Je retournais en enfance. Enfin non, enfant jamais j’aurais pu espérer goûter à ce truc qui devait même pas exister, et ‘bon’ était relatif quand on n’pouvait discerner quel goût pouvait bien avoir le sucre. Mais à voir les visages des autres enfants qui se gavaient de barbe rose, ça devait l’être, terriblement bon. J’en reprenais tiens, et encore. Et encore, divaguant parmi la foule d’humains, de lycan et de…. Putain de gars du M15 ?

“ Merde… “


Merde merde merde… mais putain ! Qu’est-ce que la brigade foutait là en pleine journée en plein milieu d’une fête foraine. Pas comme si j’étais pas préparé à l’éventualité, chaque fois que je sortais, de m’en ratiboisier deux ou trois, mais là, ils étaient quatre, armés, et la tête d’un d’entre eux me disait vachement quelque chose - sûrement un haut gradé ayant participé au feu de joie qui avait soufflé mon manoir - et si moi je m’en souvenais, nul doute que lui aussi.
Merde… Bravo Damian, nan mais là chapeau bas. Bon, le bon côté c’est qu’on était en pleine journée, entourés de civils et que le M15 ne pourrait pas lancer l’offensive, au risque de faire des dégâts. S’ils m’avaient repérés, tout au plus se contenteraient-ils de me surveiller de loin jusqu’à ce je les attire dans un coin plus calme. Le mauvais côté, c’est que j’étais cuit, merde, voilà, y’a pas d’autres mots.
Sauf si… les voilà qui faisaient demi-tour… ils m’avaient pas repérés ? Ah, ils reviennent ! P’tain, bon vite, avec un peu de chance, j’étais pas encore dans leur radar et ma chance se trouvait là, juste devant mes yeux.

Un homme - non, une saleté d’aberration de lycan - répandait sa puanteur sur toute l’assemblée autour de lui. Parfait, avec ce répugnant parfum embaumant l’atmosphère, les connards pouvaient passer à trois centimètres de moi, aucune chance qu’ils me repèrent. Marchant tranquillement au même rythme que les autres, je me tournai vers lui et très naturellement, enlaçai le chien contre moi, glissant à son oreille un silencieux “ reste tranquille, et tu restes en vie “, sans l’ombre d’une menace dans ma voix. Toujours évoquer la meilleure option des deux.



©Damian Black

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joe Findler

Lycan Libre
avatar
Lycan Libre


Messages : 14
Points : 208
Niveau de puissance : Grand Loup

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Taille: 1m86
Emploi: Animateur dans une école

MessageSujet: Re: Un petit tour de manège? Dim 5 Mar - 11:07


Joe le sentit approcher avant même de le voir…
Une odeur âcre agressa subitement son odorat sensible de canidé. Le loup avait rarement senti un tel parfum. Cependant, il avait très vite appris ce que sa présence signifiait. Un vampire… Dans le coin… C'était plutôt mauvais signe… Jusqu'à présent, le lycan n'avait côtoyé aucun immortel. Le village où il vivait avant d'atterrir à Londres n'était soumis à aucune puissance vampirique. La majorité était humaine, quelques loups-garous éparses. Et comme aucun d'eux ne créait de problème, ils étaient bien accueillis et acceptés. Aucun suceur de sang… A croire qu'il préférait les grandes villes. Et sa seule rencontre avec un vampire ne s'était pas si bien passée… Joe en était ressorti avec quelques cicatrices. Résultat, il avait tendance à éviter leur présence et à être méfiant dès que l'un d'eux trainait dans les parages. Alors prudence…

Le loup jeta un bref coup d'œil par-dessus son épaule. Puis reporta son attention sur le jeu qui occupait ses autres sens. Non pas qu'il espérait passer inaperçue… Il savait très bien que son odeur de canidé était facilement détectable par les êtres de la nuit, aussi bien lycans que vampires. Alors à quoi bon tenter de se cacher… Ca attirait plus l'attention. Alors autant rester naturel, fendre de n'avoir rien vu ni senti tout en restant aux aguets. D'autant plus que les immortels n'étaient pas la seule menace en ville. Pour un loup-garou, les agents du M15 étaient tout aussi redoutables. Et cela ne l'étonnerait pas que quelques-uns d'entre eux trainent à la fête foraine. Pas d'esclandre, pas de grognement et tout irait bien… On lui ficherait la paix. Ou presque…

Plus facile à dire qu'à faire…
Contre toute attente, le suceur de sang fondit sur lui. Encore un qui cherchait la bagarre? Pourtant, le lycan n'avait pas été menaçant ni même agressif. Juste indifférent… Mais ce n'était pas une attaque, loin de là. Pas d'effusion de sang, de coups et de violence. Des bras glissèrent le long de sa taille pour l'enlacer avec naturel. Comme si les deux hommes se connaissaient depuis longtemps et qu'ils venaient de se retrouver. Son corps se crispa légèrement sous la surprise et cette intrusion dans sa bulle personnelle. Jamais il n'aurait imaginé se faire enlacer par un suceur de sang ni même se retrouver aussi proche, à peine quelques centimètres. Certains se seraient sans doute sentis mal à l'aise par cette proximité. C'était un peu le cas pour Joe… Avec les vampires, on n'était jamais sûr de rien… Mais cette situation avait un petit côté grisant à cause de cette proximité si dangereuse. Non pas qu'il soit masochiste… Mais le gout du risque avait quelque chose d'attirant et d'exaltant.

Reste tranquille et tu resteras envie… Une menace à peine voilée… Même si le ton de la voix de l'immortel n'avait rien d'agressif ni provocateur. C'était neutre, sans intonations expressives. Pourtant, ses paroles voulaient tout dire. Tu bouges, tu es mort! Ah bon? Vraiment? Joe tourna doucement la tête sur le côté, ses yeux dorés se posant sur le suceur de sang. Ce dernier essayait-il de se tirer d'affaire? Probablement… Sinon, il n'aurait pas approché un loup. Il n'aurait certainement pas été aussi tactile avec lui s'il n'essayait pas de paraitre discret. Et la meilleure façon de passer inaperçue était d'être naturel. Joe le resta aussi, ne s'offusquant pas de la présence de l'être de la nuit. Il joua le jeu. Non pas par contrainte ni sous la menace… Juste qu'il ne voyait pas la raison de balancer un type qui avait possiblement des problèmes. Ce n'était pas un cafteur ni un cherche-misère. Alors, le loup se tiendrait à carreaux. Plus ou moins…

Ce n'est pas un plan un peu foireux de tuer quelqu'un dans un endroit bondé et avec le M15 à proximité?

Sur un ton bas, pour que seul le vampire entende. Un petit regard malicieux dans en direction de l'impie, un petit sourire ne tarda pas à suivre. Ce n'était ni de la provocation ni de l'insolence. Une simple exposition d'idées suite aux paroles du vampire. Et en quelques sortes, une justification pour se sauver la peau si le vampire osait tenter quoi que ce soit. Joe acheva rapidement sa partie. A quoi bon jouer encore… Il n'était plus concentré à cause de la présence du vampire. Alors cela ne servait à rien de continuer. Son attention était ailleurs, posée sur le vampire et les éventuels problèmes de ce dernier. Parce qu'il avait réellement des soucis, Joe ne voulait pas s'immiscer dans les affaires de l'immortel non plus. Bien que pour le moment, il lui servait un peu de couverture. Pour une raison que seul le suceur de sang savait. En attendant, les deux êtres de la nuit n'allaient pas rester planter devant le stand. D'autant plus s'ils ne jouaient pas et empêchait d'autres clients de venir s'amuser. Alors le lycan lui proposa, continuant de jouer le jeu:

Tu veux aller manger une glace?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Black

Vampires Sanguinaires
avatar
Vampires Sanguinaires


Messages : 575
Points : 386
Niveau de puissance : Vampire supérieur

Feuille de personnage
Âge: 100 ans
Taille: 1m87
Emploi: Leader des Sanguinaires

MessageSujet: Re: Un petit tour de manège? Mar 7 Mar - 23:56


Un petit tour de manège


Feat. Damian Black et Joe


Le nez contrit dans le cou de mon otage, je retins mon souffle, les sens à l’affût du moindre bruit caractéristique d’une arme qu’on dégaine, d’une seringue qu’on apprête ou d’un sursaut de peur. Fortuitement pour moi, l’heure était à la fête, et tous les hères du coin rayonnaient de joie et d’insouciance, à l’exception des brigadiers qui respiraient posément, concentrés sur leur tâche de surveillance.
Le toutou se tenait tranquille, bien qu’il se fendit une remarque dont je me serais bien passé.

“ Ca, ça sera plus tellement ton problème avec un cran d’arrêt planté dans le coeur, mon p’tit loup. “ Lui glissai-je à l’oreille d’un ton dégoulinant de sarcasmes, en me penchant sur comme une amoureuse complimenterait son Dom Juan. Un Dom Juan français, manifestement, pour qui le rituel du bain devait se pratiquer une fois par mois et si occasion valable… C’que ça chlinguait les clébards… et pendant ce temps-là, la joyeuse compagnie nous passait juste derrière le train, leurs yeux perçants libidineux balayant tout ce qui se trouvait à portée. Pour un sang-froid, j’eus plutôt chaud en les sentant frôler le bas de mon blouson. C’était qu’après les événements du Manoir, les brigadiers avaient compris leur douleur. Le vent avait tourné, et avec ses odeurs de poudre et de sang de lycan, avait ramené d’Italie un nom et un visage qui m’étaient étrangement familiers. Certes, ce n’était rien de plus qu’un autre rigolo de la paposphère dégénérés qui voulait éliminer les hérétiques, rien de bien original quoi, mais celui-là, j’en avais entendu les exploits. S’ils restaient de l’ordre de la rumeur, leur envergure destructrice en cas de vérification méritait si ce n’est ma méfiance, en tout cas mon intérêt.
Cette troupe-là cependant ne devait pas avoir reçu sa formation de traqueur parfait, ils nous évincèrent d’un regard courroucé à peine voilé, qui me donna presque envie de les plaindre. Quoi, il n’avaient jamais vu de l’amour interracial ? Faut dire que les humains avaient de bonnes raisons de nous craindre.

Quand ils se furent éloignés, je m’apprêtai à me barrer, trouver un lieu en hauteur pour établir une stratégie de retrait ou d’attaque. Trois M15 en moins, c’était toujours ça de pris. Peut-être une gorge sucrée au passage, ça coûtait rien et ça adoucissait les plus dures journées. Un coup d’oeil vers mon acolyte forcé, j’en étais à me demander comment il pourrait m’être utile avant qu’il se propose de lui-même un rôle. Sous ma capuche, j’observais son intrigant regard. Les menteurs, les entourloupeurs, les manipulateurs, j’avais développé un don presque divin pour les démasquer tant ils jalonnaient le monde. Les plus lâches étaient les plus dangereux, les connards de Schrödinger, comme j’aimais les appeler, ceux qui vous suivaient par crainte et vous lâchaient dès l’occasion donnée. Lui, en revanche, ne semblait pas me craindre. Et ça, je pouvais l’utiliser.

“ Une glace ? “ Répétai-je, dubitatif, comme s’il m’avait proposé d’aller faire une transfusion de sang. “ Une glace. “ Mais après réflexion… “ Ouais OK, c’est moi qui rince ! Pour le coup des brigadiers. “ Finis-je par lui dire sur un sourire franc, avant de l’entraîner vers le dit stand. Tout en surveillant les casse-couilles de loin, je fis la conversation, c’était rare que j’avais l’occasion de discuter loup et transformation avec l’un des principaux concernés ! Et de nombreuses choses m’intriguaient.

Une fois arrivés devant le stand, je le laissai commander et règlai la consommation - bénissant Klaus et son trou du cul sans fond, à jamais dans mon coeur - puis donna un coup de langue dans ma chocolat-pistache.
L’excuse avait depuis longtemps quitté notre étrange duo, j’étais là parce que je m’amusais, et il semblait en être de même pour le loupiot. Je n’avais plus tellement envie de lui fausser compagnie, la conversation était de loin la plus agréable que j’avais eu depuis… Depuis Emma, et les occasions de m’amuser étaient rares. Jetant un coup d’oeil vers le ciel qui se teignait de sombre, gris, les néons de l’Oeil me firent plisser les paupières sur un air malicieux, et je me tournai à nouveau vers le cabot.

“ Hey, ça te dit un tour de grande roue ? Je suis Londonnien depuis plus d’un siècle et j’y suis jamais monté… Un peu comme un parisien n’a jamais foutu les pieds en haut de la Tour Eiffel, ça le fait pas trop, hein ? “



©Damian Black

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joe Findler

Lycan Libre
avatar
Lycan Libre


Messages : 14
Points : 208
Niveau de puissance : Grand Loup

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Taille: 1m86
Emploi: Animateur dans une école

MessageSujet: Re: Un petit tour de manège? Ven 31 Mar - 18:38


Silence radio… Le loup ne surenchérit pas la remarque du vampire. A quoi bon? Joe n'était pas là pour chercher misère à un immortel. Ni à personne d'ailleurs… Ce n'était pas son genre de créer des problèmes à qui que ce soit. Non pas qu'il doutait de lui… Le loup connaissait très bien ses capacités. Et il ne doutait pas que le suceur de sang qui le collait ne se défendrait pas farouchement non plus. Mais bon… Autant éviter les querelles inutiles. Le lycan était là pour passer une bonne soirée, pour s'amuser, faire des rencontres… De plus, il n'était pas quelqu'un de belliqueux, cherchant des noises à n'importe qui. Au contraire, il était social, patient et calme. Et autant avec le vampire qu'avec les brigadiers qui n'étaient pas loin, il tenait à garder l'image sympathique qu'on avait de lui. Joe resta donc impassible, laissant la remarque couler.

Le jeune homme se désintéressa des brigadiers. Il ne créait pas de problèmes dans les environs, alors pourquoi viendraient-ils l'embêter? Parce qu'il était en compagnie d'un immortel? Les agents leur auraient déjà sauté dessus s'ils avaient vraiment envie de les supprimer. Ou alors ils n'avaient pas remarqué qu'ils avaient affaire à des créatures surnaturelles à proximité. Non, à la place, les brigadiers passèrent derrière eux en leur jetant un regard. Peu importe le raison de leur passivité, elle lui était complètement égale. C'était très bien comme ça: chacun de son côté sans se déclarer la guerre. L'attention du loup retomba rapidement sur le vampire à ses côtés. Ce dernier sembla vouloir quitter les lieux mais se raviser probablement suite à sa proposition. D'abord incrédule, comme s'il venait de lui proposer l'impensable. Mais se ravisa finalement pour accepter son offre. Joe lui répondit par un petit sourire satisfait lorsque le suceur de sang annonça lui offrir sa glace. Pour le coup des brigadiers. Il ne dirait certainement pas non.

Ça marche!

Le loup-garou se laissa entrainer par son compagnon de soirée. Marchant tranquillement à côté de lui, il inspectait discrètement les environs. Son odorat s'activait, son nez humant toutes les odeurs qui passaient à proximité. La fête foraine était un vrai nid à parfums. Entre les stands qui vendaient de la nourriture aux senteurs salées et grillées et les autres odeurs délicieusement sucrées, c'était difficile de ne pas laisser trainer sa truffe un peu partout. Ni de saliver pour un rien. C'était qu'il était un rien gourmand, le loupiot. Si ça ne tenait qu'à lui, il aurait certainement déjà pris une barbe à papa, des hamburgers, des popcorns, des hot-dog… Mais il se contenait… D'autant plus qu'il était accompagné maintenant. Et qu'il ne voulait pas paraitre mal élevé ni glouton. Encore moins trop animal. On le regarderait d'un drôle d'air après…

Arrivé près de l'étalage glacé, le loup observa les bacs à glace avec intérêt. N'étant pas difficile, le choix du parfum ne fut pas aisé. Fraise et pistache… Non! Chocolat-banane… Non… Autre chose… Hmm… Joe finit par arrêter son choix sur un cornet chocolat et noix de coco. Il commanda donc et laissa son comparse payer à sa place. De suite, le lycan le remercia chaleureusement avant de commencer à dévorer sa glace avec plaisir. S'éloignant tranquillement du stand givré, il suivit à nouveau le vampire à travers la fête foraine, glace en main. Le loup et le suceur de sang bavardèrent de tout et de rien, comme s'ils étaient de bons vieux copains. Une discussion bien agréable. Ca le changeait la vision qu'il avait des immortels. Non pas qu'il était bourré de stéréotypes, au contraire, le jeune homme laissait sa chance à chacun. Mais depuis son arrivée à Londres, il n'avait croisé qu'un seul vampire. Et l'altercation qu'il avait eue avec ce dernier n'avait pas été des plus paisibles…

Achevant son cornet, Joe tourna lentement la tête vers le vampire lorsque celui-ci lui posa une question. Automatiquement, son regard se détache de l'Impie pour se poser sur la grande roue. Remarquable depuis n'importe quel endroit de la fête foraine, le manège tournait lentement sur lui-même, faisant monter et descendre à un rythme lent toutes les petites nacelles. La grande roue illuminait la nuit de ses couleurs chatoyantes, visibles même depuis l'autre côté de la Tamise. Ses yeux dorés revinrent se poser sur son compagnon du soir, à son tour surpris par sa proposition. Déjà qu'il l'avait été lorsque le vampire avait accepté sa demande… Maintenant, il était encore plus stupéfait par cette invitation à aller faire un tour de manège. Le loup hésita quelques instants avant de finalement sourire, prêt pour un tour.

Pourquoi pas! Je n'y suis jamais monté non plus!

Puisqu'ils avaient tous les deux finis leur sucrerie glacée, les deux comparses pouvaient donc se diriger vers la fameuse grande roue. L'attraction attirait toujours autant de monde. Pourtant, il s'agissait d'une simple roue lumineuse qui roulait lentement sur elle-même pour faire monter et descendre des cabines. Décrite comme ça, elle n'avait rien d'extraordinaire… Cependant, plus Joe approchait et plus il sentait une certaine impatience grandir. S'il ne se retenait pas, on aurait dit un vrai gamin. Il n'était jamais monté dans ce genre de manège. Là où il habitait avant, la foire se composait juste d'un ou deux carrousels pour enfants. S'il voulait une vraie fête foraine ou un parc d'attraction, il fallait se rapprocher des grandes villes. Et personnellement, ce genre de manège ne l'avait jamais attiré à l'époque. Maintenant, il avait très envie d'y faire un tour. Même avec un vampire.

Le lycan fit la file, s'approcha de la caisse quand se fut son tour et sortit son portefeuille pour payer son ticket. Une fois le bout de papier coloré obtenu, les deux hommes n'eurent pas d'autre choix que d'attendre leur tour, le temps que la roue monte quelques nacelles. Avant qu'une autre ne se vide pour leur laisser la place. Joe prit place tranquillement dans la cabine, laissant l'immortel s'installer en face de lui. L'agent de l'attraction leur souhaita un bon amusement et ferma la porte derrière eux. La cage s'ébranla légèrement avant de monter lentement, à l'allure d'une tortue pour que les gens puisse profiter de la vue. Directement, le loup se colla contre la vitre pour observer le monde devenir de plus en plus petite, au fur et à mesure que la nacelle s'éloigne du sol. Il frissonna brièvement en apercevant la Tamise au loin. Berk! Qu'est-ce qu'il n'aimait pas les grandes étendues d'eau! Mais son malaise passager disparut rapidement lorsque son regard se posa sur l'ensemble de la ville. La vue était magnifique d'ici!

Londres est magnifique vue d'en haut!

Puis, la roue s'arrêta de tourner, la cabine s'immobilisa en vacillant un peu, laissant les occupants en hauteur admirer Londres de nuit, illuminées de mille et une lumières, depuis les hauteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Damian Black

Vampires Sanguinaires
avatar
Vampires Sanguinaires


Messages : 575
Points : 386
Niveau de puissance : Vampire supérieur

Feuille de personnage
Âge: 100 ans
Taille: 1m87
Emploi: Leader des Sanguinaires

MessageSujet: Re: Un petit tour de manège? Sam 8 Avr - 12:13


Un petit tour de manège


Feat. Damian Black et Joe


Étrangeté et Londres allaient souvent de pair, main dans la main avec l’horreur et la misère. Insulté, menacé, mais récompensé, le p’tit loup m’accompagnait toujours, avec sa langue glacée et son sourire sucré. Côte à côte, nous fendions la foule sans même le remarquer, trop absorbés par la dégustation de nos sucreries et notre conversation dont le sujet avait maintenant dévié sur les filles. Ah les filles, celles qu’il avait eues, celles que j’avais eues, celles que nous voulions et celle-ci, un peu à droite de la file d’attente du London Eye, dont la mini-jupe stricte et les petits talons renvoyaient à une carrière dans les bureaux.

“ Connard de p’tit copain en retard. “ Avais-je prophétisé sur un ton assuré, mon regard cherchant le sien qui papillonnait frénétiquement sur la foule, ne se posant sur rien. “ On parie qu’elle est encore là après notre tour ? “

Avec la plus grande camaraderie du monde, nous nous insérions dans la queue pour attendre notre cabine en poursuivant sur nos habitudes de ponctualité. D’ici le monument me paraissait immense, bien plus haut que la tour du M15 qui narguait ma sécurité chaque fois que je mettais les crocs dehors. Retenant ma capuche au-dessus de mon crâne entre deux doigts, je levai les yeux vers le sommet pour apercevoir les gondoles de métal branlantes dodeliner paresseusement. Une couleur rouge vive illumina les néons, me brûlant soudain la rétine et forçant ma vue à se reposer dans les mires mordorées du lycan.
Enfin, nous fûmes invités à nous avancer et à acheter deux places pour un tour de roue. Comme le métamorphe le proposait, je le laissai gracieusement m’inviter, et le remerciai d’un clin d’oeil charmeur avant d’entrer le premier et de m’installer confortablement sur l’une des deux banquettes. Le p’tit loup s’installa en face de moi. Nous étions tous deux trop grands pour être à l’aise dans l’habitacle, et nos jambes étendues en diagonale, en parfaite symétries les unes avec les autres occupèrent de rires et de blagues foireuses le premier quart d’heure de notre ascension. Avec le sérieux reprit notre conversation.

“ Nan, j’ai jamais quitté Londres moi. Un vieux de la vieille comme on dit, j’ai toujours vécu ici. C’est ma ville.
“ Répondis-je à sa question sur mes origines, non sans un petit accent de fierté dans la voix. Je considérais réellement Londres comme ma ville, celle de Damian Black, celle qui avait vu naître et grandir mon clan, avait tanné le terrain aux révoltes des années 2000 et renvoyé Dracula dans les abîmes où cette vieille relique délabrée appartenait. Je l’écoutais alors me parler de sa Cambrie natale, de sa cambrousse profonde, de sa famille heureuse et ses chasses dans le parc de Lake District, imaginant parfaitement à quoi avait dû ressembler son enfance… radicalement opposée à la mienne. L’époque, sans doute.
Après une bonne demi-heure de bavassages, les engrenages de l’attraction nous immobilisèrent, suspendus dans le vide à plus de cent trente mètres du niveau de la Tamise, mettant fin à la première moitié de la balade et à notre conversation.

Soufflé, c’était le mot. J’étais soufflé par la vue, moi qui ne voyais de paysage que plus bas que terre depuis des mois, une sensation grisante de liberté m’enlaça soudainement, comme des ailes d’oiseau prêtes à se déployer. D’ici, j’avais l’impression de n’être personne, d’avoir le droit à une vie, un nom qui n’apparaissait sur aucun avis de recherche, un visage qui ne risquait pas de faire la Une à chaque fois qu’un accident survenait. La fraîcheur de la liberté se tarit lentement en amère nostalgie. Et… un… sentiment, que je n’arrivais pas à définir.

Londres est magnifique vue d'en haut!

“ Ouais… magnifique. “

En une seconde, le charme fut rompu. Mes mains sur mes cuisses, je détournai mon regard du panorama pour observer le lycan perdu dans sa contemplation. Des aberrations comme lui courraient dans les rues de ma cité depuis des décennies, arrivées de tribus lointaines et anciennes comme le monde, leur existence nous avait longtemps échappé comme la nôtre aux humains, et leur dévoilement avait été une humiliation qui mettrait l’éternité à se pardonner. Un insondable sourire glissa sur mes lèvres comme l’homme tournait son regard interrogatif vers moi. Doux et naïf, c’était ce qui ressortait de ce visage juvénile et impeccablement rasé.
La cabine se remit en route dans une petite secousse, tout juste suffisante pour faire vaciller mes mèches indomptées sur mes tempes. J’en replaçai mollement une sur le côté de mon visage avant de me rallonger contre le dossier.

“ Et sinon, t’es de quel règne, toi ? Renard ? Rapport à tes cheveux - très jolie couleur au passage (clin d’oeil complice) - tu peux te transformer à volonté ? Ca doit être bien pratique dans la vie de tous les jours. “

Un sourire...renardesque étira mes lèvres comme je le laissais m’instruire sur son don de changeforme. Le mythe était aussi banal que sa manière de raconter, fascinante. Finalement, les humains avaient visé plus juste en mystifiant ces bêtes que leurs ennemis nocturnes, compréhensible quand on sait que notre histoire s’est dallée de secrets et de mystères afin de protéger tant eux que nous d’une guerre mutuelle. D’un regard vers l’extérieur, je constatai que notre descente était bien avancée. L’arrivée approchait, et avec elle, se solidifiait ma résolution.
Les yeux pétillants et la bouche en coeur, je vis mon compagnon de cabine ôter prestement de ses épaules sa veste en jean et son pull noir. Je vais t’montrer, qu’il avait dit, fier comme un paon, et avec l’enthousiasme paternel qui précède l’exploit d’un enfant, j’avais acquiescé dans le flegme de mes jambes croisées.

Un, son pull passa devant son regard, je pris tout mon temps. Deux, le vêtement échoua sa course à côté de lui sur la banquette, je voulais voir ses yeux.

“ Trois… “

Ce regard, plongé dans la terreur et l’incompréhension, me déchargea d’un frisson délicieux. En trois secondes - pas même le temps de me presser - ma lame s'était enfoncée d’un centimètre sous le plexus, pas plus qu'il n'en fallait. Mon visage à vision déformée du sien, son souffle chocolat coco mourrait sur mes lèvres à intervals réguliers. “ Tu as le salut des sanguinaires, mon p'tit loup ! “ Et puis de plus en plus rapide, de moins en moins sereins, à mesure qu’il prenait conscience de la situation. Ses mains s’accrochèrent frénétiquement à moi comme à une bouée de sauvetage, et je ne le repoussais pas. Pas tout de suite. Je délogeai la lame d’entre ses os, décoinçant le sang qui engorgeait son organe pour m'arracher enfin de son emprise et me réinstaller confortablement en face de lui.

“ La la, plus tu t’agites, plus ton poumon va se gorger de sang, et ça fait mal. Très mal. “ Essuyant paresseusement mon arme sur son jean, au niveau du genou, passant une fois chaque côté de la lame contre le tissu rugueux, je la rangeai dans son fourreau avant de lui sourire. “ C'était sympa cette p'tite sauterie, faudra se r'faire ça... “

Un regard éloquent sur sa blessure termina la fin de ma phrase. Mais mon sourire était sincère, je l'aimais bien ce petit, quel dommage que sa route ait croisé la mienne...

Dans un clac caractéristique, le verrou de la porte se débloqua. J’ouvris le panneau vitré, aspirant une grande bouffée d’air libre tandis que lentement l’habitacle gondolant poursuivait sa course. Face à moi, deux jeunes femmes, des soeurs visiblement, s'approchèrent, attendant patiemment que je m’écarte pour effectuer leur tour.

“ Allez, à la revoyure... “

Je les saluai silencieusement en m’écartant sur la plateforme stable.

Quand leurs cris résonnèrent, longtemps après le clac de fermeture du verrou, j’étais déjà loin du regard de la justice. Mon p’tit loup était reparti pour une promenade dans les airs dont il ne redescendrait probablement pas. Et aux bas des marches, à droite de la file d’attente, dans sa mini-jupe stricte la secrétaire avait ôté ses talonnettes douloureuses et pleurait la non-venue de son indigne petit-ami.

“ Pff… J’ai gagné. “

Such a shame, je ne connaissais même pas son nom.



©Damian Black

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joe Findler

Lycan Libre
avatar
Lycan Libre


Messages : 14
Points : 208
Niveau de puissance : Grand Loup

Feuille de personnage
Âge: 32 ans
Taille: 1m86
Emploi: Animateur dans une école

MessageSujet: Re: Un petit tour de manège? Dim 16 Avr - 11:56


Renard? Non… Un loup! Un vrai! Même si le loup à crinière était plus proche du renard que d'un loup gris. Mais passons… Cette race n'était pas spécialement connue du grand public. Mais si on devait malgré tout donner un lien de parenté, le goupil était sans doute le plus proche parent. Donc pas la peine de débattre des heures sur la nature de son côté lycan. Joe préféra acquiescer à la demande du vampire pour confirmer son hypothèse. Il ne pouvait pas le cacher, ses cheveux étaient roux. Normale que son pelage de lycan soit de la même couleur. Il n'empêche que le loup en question apporta un complétement à l'information du renard. C'est de la même famille! C'était tout ce qu'il avait rajouté pour parler de ses origines. Pas besoin de s'étaler… Non pas qu'il avait honte de ce qu'il était, mais les loups n'étaient jamais bien vus. Autant par les humains que par les vampires… Parfois même, les lycans eux-mêmes… Lorsqu'il s'agissait de nouveaux loups et non de pures souches…

Je vais t’montrer! Lui montrer quoi? Non, pas sa transformation en loup. Il n'y avait pas vraiment assez de place pour accueillir un loup dans la cabine. Et puis, son apparence lupine était sans importance. Qu'est-ce qu'un vampire aurait bien à foutre de voir la métamorphose d'un lycan? Rien du tout… Donc pas la peine de s'étendre sur le sujet. Joe retira sa veste et son pull. Non, il n'était toujours pas décidé à lui montrer sa forme animale. Au contraire, il voulait lui montrer qu'il avait l'air plus humain qu'il n'y paraissait. Lui montrer qu'il n'avait rien avoir avec les monstres qu'on croisait dans les livres. Que tous les loups n'étaient pas des bêtes sanguinaires, qu'ils pouvaient autant apprendre que des humains et qu'ils avaient tout autant leur place sur cette terre que n'importe qui.

Le loup ne réalisa pas bien ce qui venait de lui arriver…
C'était soudain, au moment où il avait le plus relâché sa vigilance sans doute. Il ne vit rien, il n'entendit rien… Mais la douleur était belle et bien présente. Là, juste au niveau du plexus solaire. Ça faisait mal… Et puis l'un de ses poumons commença à siffler douloureusement. L'air semblait lui manquer. Un gout ferreux envie sa langue et son palais. C'était comme s'il se noyait, comme s'il revivait la noyade quand il était gosse. Dans cet étang pourtant aux allures si paisibles. Sauf qu'il n'y avait pas d'eau, qu'il était loin du premier point d'eau. Qu'il était dans une cabine, dans un manège… Mais la sensation restait identique. Ou presque… Seule la douleur marquait la différence… Et ce gout de sang qu'il avait en bouche.

Joe préféra ne pas regarder plus bas. Sa respiration s'était déjà assez affolée comme ça, rien qu'avec cette sensation de demi-noyade. Pourtant, des doutes commençaient à jaillir dans son esprit, concernant la situation. Il n'avait pas envie d'y croire, pourtant les preuves étaient clairement étalées devant lui. Le vampire venait de le poignarder. Non pas pour le charcuter… Loin de là… C'était net et précis, peu voyant en apparence. Ce ne fut que lorsque l'immortel délogea la lame d'entre les chairs qu'une vilaine tache rougeâtre fit son apparition sur le t-shirt du loup. Ses mains s'étaient rattachées aux épaules du suceur de sang lorsque le lycan sentit son corps pencher vers l'arrière. Les doigts solidement ancrés sur les vêtements, il put porter l'autre main à la blessure. Le sang coulait autant à l'extérieur qu'à l'intérieur… d'où cette sensation de manque d'air…

Sa main fit compresse sur la plaie. Elle n'était pas spécialement grande, mais elle l'était suffisamment pour laisser le sang s'échapper. Au moins, il pouvait contenir le liquide rouge à l'intérieur en appuyant. Mais ce n'était pas certain que ce soit une bonne idée. Parce que son poumon était touché. Le loup le savait… Alors le sang continuerait à le remplir… Plus s'il commençait à s'agiter, à perdre son calme. Il devait rester serein malgré la situation. Autant dire que c'était plus facile à dire qu'à faire… Puis, Joe se retrouva sur la banquette en face du vampire. Ce dernier s'était détaché de son emprise pour le regarder, sourire aux lèvres. Le connard… Qu'est-ce qu'il lui avait fait pour mériter ça? Parce qu'il était un lycan? Franchement, quelle pensée archaïque! Les immortels n'étaient décidément pas mieux que certains loups… Barbares et immoraux… Et lâches en plus! Qu'il se casse! Le loup s'en tirait bien tout seul… Enfin, c'était ce qu'il espérait…

Mais ce sortir de cette situation seul allait être plutôt ardue…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Un petit tour de manège?

Revenir en haut Aller en bas
Un petit tour de manège?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» un petit tour au kenya
» Petit tour en train (Nouvel Orient Express)
» Un petit tour de manège ? * pv. Anouk.
» Un tour de Manège [libre]
» Allons faire un tour, du coté de chez Swan… (Alexandra & Molly)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: London Eye-
Sauter vers: