Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Avis aux nouveaux, et aux futurs DCs: Les lycans sont en sous-population. Allez-vous laisser gagner les vampires? Prenez note que le nombres d'employés de la brigade de l'ombre est en constante chute libre. ♦♦♦ NB: Le groupe des Sanguinaires ainsi que de la guilde de Saint-Pierre sont désormais fermés pour un temps indéterminé: les groupes sont en surpopulation. Merci! ♦♦♦


Partagez|

Elizabeth Rosenbach

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Elizabeth Rosenbach

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 708
Points : 519
Niveau de puissance : Vampire supérieure
Emploi et loisir : Barmaid

Feuille de personnage
Âge: 170 ans
Taille: 1m69
Emploi: Barmaid

MessageSujet: Elizabeth Rosenbach Ven 6 Jan - 8:53


ElizabethRosenbach



Identification

Nom: ROSENBACH
Prénom: Elizabeth Amelia Mary
Surnom: Lizzie
Âge: 23 ans / 170 ans
Sexe: Féminin
Orientation sexuelle: Bisexuelle
Pays d'origine: Angleterre - Galles
Race: Vampire
Groupe: Libre
Emploi: Barmaid
Supérieur immédiat: Dimitri


Derrière l'écran

Prénom: Maïwenn
Surnom: Aucun
Âge: 23 ans
Découverte: Sur Google, un peu par hasard
Fréquence de connexion: Ca va dépendre Smile En ce moment tout le temps Laughing en fin d'année avec mon mémoire, un peu moins !
Autres personnages: Nobody
Autres trucs sur vous: Hé bien... Je ne mors pas trop fort, promis !
Commentaires: Bisous <3

Le physique qui me différencie
Elizabeth est une jeune femme d'un mètre soixante neuf, talons hauts non compris. Très menue, comme toutes celles de son espèce, elle semble assez fragile aux yeux du monde car elle n'a pas le moindre muscle saillant, peut être mis à part ses mollets, souvent mis à contribution par les hauts talons sur lesquels elle se perche chaque jour.
Ses longs cheveux roux descendent en cascade bouclée jusque le haut de ses hanches. Très peu souvent attachés, ils volent régulièrement au gré du vent.
De son père, elle tient ses grands yeux autrefois verts. Ces yeux sont son arme de séduction : perçant et mystérieux, elle aime jeter des regards "qui en disent long" à qui bon lui semble digne d'intérêt. Par ailleurs, son visage, bien que fin, a gardé les traits de sa jeune enfance comme avec ses deux pommettes creusées lorsqu'elle se met à rire.

Elizabeth n'est pas l'une des ces femmes "à la mode". Vestimentairement parlant, c'est une jeune femme en retard sur son temps. En effet, elle est la première à aimer reprendre les vêtements des années 1950 à 2000, voire même à retrouver sa vieille garde robe du temps où toute femme était dans l'obligation de cacher ses mollets.


Le psychologique qui m'habite
Le premier qualificatif pour décrire cette jeune personne sera le mot "calme". En effet, Lizzie est une femme calme et très discrète dans sa façon d'être. Elle n'aime guère se faire remarquer par son entourage et préfèrera donc largement l'écoute à l'action.
Néanmoins, c'est une femme enjôleuse et aimant séduire, paradoxalement. Ainsi, si elle n'aime pas se faire remarquer, elle n'hésitera pas à jouer des formes pour obtenir ce qu'elle veut car son entêtement n'a pas de prix si ce n'est le temps perdu à essayer de tenter.

Elizabeth est une femme cultivée. Jamais vous ne pourrez la croiser sans qu'elle n'ait en sa possession un livre ou deux. Bercée dès son enfance par la littérature, Lizzie attache une réelle importance au savoir. C'est d'ailleurs grâce à ses connaissances qu'elle a pu maîtriser la Bête. En effet, déjà jeune vampire, c'était ses romans qui réussissait pour la plupart du temps à calmer ses ardeurs sanguinaires. Néanmoins, une seule chose demeure sa hantise : la perte de contrôle. Elizabeth a besoin de tout contrôler. Et elle devient hors d'elle si elle sent le contrôle d'elle et des autres lui échapper.

Enfin, il est à savoir qu'Elizabeth peut paraître, aux premiers abords, comme une femme froide. Si elle aime plaire, elle ne s'ouvre réellement que rarement à ses conquêtes, préférant rester superficielle et donc intouchable. Romantique, elle a toujours rêvé de rencontrer son prince charmant, comme dans l'un de ses romans (Heathcliff, ce personnage torturé est d'ailleurs son préféré !).

Vampire, Lycan, Humains... Qu'importe pour elle. Tous les êtres sont équivalents : des égoïstes sans coeur, des personnes qui désirent prendre sa liberté et ses droits. Et JAMAIS elle ne cédera à ces êtres impurs.


Le passé qui m'a construit

30 janvier 1860.

Georges ROSENBACH refit pour la cinquantième fois le tour du salon. Ses quatre enfants étaient réunis en son centre, assis sur les fauteuils et canapés environnant. Le rythme de l'horloge était ponctué par les cris déchirant d'une femme à l'étage. Cette femme, c'était Ludovica ROSENBACH, épouse du Docteur ROSENBACH qui, malgré ses protestations, avaient eu pour interdiction de participer à l'accouchement de son cinquième enfant.
Les minutes passées sans que les cris cessent, et Georges semblait de plus en plus inquiet. Il n'était pas normal que l'accouchement dure aussi longtemps !

« C'est une fille ! » Entendit-il alors du haut des escaliers.

Sans attendre, il se précipita dans la chambre de l'accouchée pour accueillir son cinquième enfant, sa première fille.

30 septembre 1861.


Voilà trois heures que les infirmières étaient arrivées.
Ludovica avait perdu les eaux à 19h00. Et pourtant rien ne se passait.
Elizabeth dans ses bras, Georges reprenait la même démarche qu’un an auparavant. Faire les cents pas le calmait.
Quatre heures. Quatre longues heures d’attente toujours interrompue par les cris de douleurs de sa femme et ceux d’encouragement de la sage-femme.
Soudain. Le calme. Le silence. Le remue-ménage à l’étage s’était éteint. La sage-femme arriva alors, les bras chargés d’un paquet de linge. Au milieu de ce paquet de linge, un petit bonhomme d’une quarantaine de centimètres.

« C’est un petit homme », lui dit doucement la femme en lui présentant son sixième enfant.

Mais alors que la joie aurait dût le gagner, la gorge de Georges resta nouée. Il serra un peu plus sa fille contre lui. Le silence, en haut, se faisait bien trop présent.

« Ludovica… » Étouffa-t-il.

La sage-femme le regarda, muette, avant de se retourner vers les escaliers. En haut, le médecin dépêché pour l’occasion observait la scène en silence, la tête baissée.
Vacillant, Georges alla s’asseoir dans le fauteuil non loin de là, déposant Elizabeth au passage. Le visage enfouie sous sa main, le Docteur laissa échapper un sanglot.

« Emmenez l’enfant », grogna-t-il alors. « Je ne veux pas le voir. »

22 décembre 1880.


Elizabeth était devenue une jeune femme pleine de vie. Elle aimait se promener dans le parc non loin de sa demeure, courir à travers les vallées galloises. Et pourtant, plus que tout, Elizabeth aimait rester enfermer dans la bibliothèque ; assise sur le sol près de la cheminée, entourée de ses romans préférés.
Elle était désormais la dernière enfant de la maison. Ces quatre frères étaient devenus tour à tour militaire, pasteur, professeur de sciences et étudiant en droit. De ce fait, la jeune femme était d’autant plus choyée par son père, qui la gâtait de tout ce dont elle pouvait rêver, et notamment de très nombreuses œuvres.

Comme à son habitude, la jeune femme était allée se réfugier dans son antre. Au coin du feu, elle était en pleine lecture des Hauts de Hurlevent lorsque la porte claqua soudain.

« Miss Elizabeth ! Votre robe ! Relevez-vous donc ! »

La gouvernante l’obligea à se relever.
Miss TALLING était arrivée dans la famille le 30 novembre 1861, soit un mois après la mort de la mère d’Elizabeth. Elle n’était jamais repartie. Elizabeth n’avait donc connu qu’elle comme sorte de figure maternelle et d’autorité, son père étant loin de la figure d’autorité qu’il aurait dût avoir envers sa fille.

« Votre père vous cherche partout, Miss ! Dépêchez-vous un peu ! »
« Il me cherche ? »
« Le bal, Mademoiselle ! La voiture est déjà prête ! »

Sans demander son reste, la jeune fille prit son manteau et dans un geste de la main partit vers la voiture dans laquelle son père était déjà installé, sous le regard amusé de sa gouvernante. C’était une jeune fille vive, mais tellement distraite…

Pour le grand soulagement de Georges, la voiture démarra enfin.

« Où étiez-vous donc passée, Lizzie ? » Lança-t-il en secouant la tête. « Je suppose que je sais déjà où vous étiez, après tout ».
« En effet », répondit-elle en lui souriant.

Par chance, la route avait été dégagée et le trajet jusqu’à la demeure du Comte dura moins d’une heure.

« Nous sommes en retard » Maugréa Georges « Et vous savez que je n’aime pas être en retard »
« Vous avez sauvé la vie de Monsieur le Comte, Père. Surement acceptera-t-il quelques instants de retard ! »

Lorsqu’enfin le père et la fille descendirent de voiture, le Comte était en effet sur le pas de la porte, à les attendre, l’air ravi de leur arrivée, bien que tardive.

« Docteur ROSENBACH ! » Lança-t-il joyeusement. « Je commençais à m’inquiéter ! La route a-t-elle été bonne ? » Il se retourna vers l’un de ses valets. « Conduisez la fille du Docteur ROSENBACH à la salle de bal, je dois m’entretenir avec son père. »

Sans même avoir pu ouvrir la bouche, Elizabeth fut entraînée dans l’immense salle de bal du château. Seule. Sans même une compagnie à qui se rattacher.
Si la jeune femme était toujours pleine de bonne volonté, cette cage aux lions réduisait à néant toute sa motivation. Autour d’elle, tous les jeunes gens du Comté étaient rassemblés, riant, discutant, dansant. Qu’allait-elle donc bien faire seule dans un bal ?

« Je crois me sentir aussi seul que vous l’êtes… »

Elizabeth tourna la tête, surprise. A ses côtés un homme. Elle l’observa de la tête aux pieds, détaillant chaque fragment de son apparence. C’était un homme d’un mètre 90, au moins. Les cheveux blonds et lisse lui descendait aux épaules. Ses yeux noirs semblaient percer de toute part n’importe qu’elle matière qui serait passée sous son regard. Habillé de velours et de satin, il semblait arrivé de la très haute société galloise, ou anglaise. Ses gants à la main, il se tourna vers la jeune femme.

« Accepteriez-vous de m’accorder cette valse ? »

Elle eut à peine le temps de répondre que l’homme la fit tournoyer au centre de la salle.
Ô grand jamais elle n’avait dansé de la sorte. Les effluves de vin et de nourritures autour d’elle, le son des instruments et le bruit de toutes ces personnes brassées autour d’eux finirent par lui donner des vertiges.
Soutenue par son cavalier, tous deux sortirent du château, afin de prendre l’air.

« Allez-vous bien ? » S’enquit l’inconnu.
« Je crois… » Balbutia-t-elle. « Mais, qui êtes-vous ? »
« Je manque à tous mes devoirs ! » Il s’inclina « Lord Dimitri VLADIMOV. Je suis un ami proche de Monsieur le Comte. Et vous êtes ?... »
« Elizabeth ROSENBACH »
« Etes-vous une amie de la Comtesse ? »
« Ho non ! Je suis la fille du Docteur ROSENBACH, le médecin du Comte ».

Lizzie et Vladimir passèrent le reste de la soirée à discuter sur le banc, dans le parc. La jeune femme était tombée sous le charme de cet homme si compréhensif, si gentil, si passionné.

21 septembre 1883.

Voilà près de trois ans que Vladimir et Lizzie ne s’étaient pas quittés. Les lettres avaient été de plus en plus enflammées au fil du temps et le cœur de la jeune fille se serrait à l’idée de devoir encore attendre pour revoir l’homme tant aimé.
Mais le jour tant attendu était enfin arrivé. Un dernier détail était encore à régler et Elizabeth pourrait être entière…

« Dussiez-vous être la dernière femme sur terre que vous ne verriez pas cet homme seule ! »

Son père étant la dernière étape avant la libération, la jeune femme étaient devenue bien impatiente.

« Père ! Ne comprenez-vous pas ce que je vous dis ? »
« Miss TALLING vous accompagnera ! Notre discussion s’arrête ici ! »

Il ne servait à rien de se battre. Dimitri était d’ailleurs en train d’arriver. Pire même ! Le voilà déjà sous le porche.
Dans un coup de vent, la jeune fille partit vers l’entrée et attendit son chaperon en maugréant. Lorsque la porte s’ouvrit, elle s’inclina.

« Je suis ravie de vous revoir. Et m’excuse par avance de la présence de Miss TALLING, imposée par mon père »

Dimitri lui sourit, amusé.

« Il n’en est rien, ne vous en faites pas ». Il baissa le ton « Nous arriverons bien à nous débarrasser d’elle quelques instants ! »

Saluant le Docteur, Dimitri prit la jeune galloise par la main et ensemble, ils partirent pour le parc.
Lorsqu’il fut sûr de ne plus être vu par la maisonnée, Dimitri s’arrêta.

« Attendez-moi quelques instants », murmura-t-il avant de se retourner vers Miss TALLING. « Miss ? Pourriez-vous me suivre s’il vous plait ».

Curieuse et amusée, la gouvernante le suivit sans poser de questions. Ils discutèrent quelques rapides instants. Puis, Miss TALLING tourna les talons et partit en direction de la baie de Cardiff.

« Où se rend-elle donc ? » S’enquit Elizabeth
« Nous chercher notre déjeuner ! J’ai commandé quelques mets au poisson. »

Lizzie parut aux anges. Cet homme était si prévenant…
La fin de matinée se passa magnifiquement, bien que le soleil soit largement absent, remplacé par des nuages noirs.
Vladimir était un homme doux, amoureux et romantique. Jamais elle n’aurait pu rêver meilleur ami.

Lorsque midi fut passé, alors qu’Elizabeth s’étonnait du non-retour de sa gouvernante, Dimitri fit lever la jeune femme et s’agenouilla près d’elle. De son veston, il sortit un écrin en velours rouge.

« Dans mon pays, nous ne sommes pas aussi stricts qu’ici. La romance à l’anglaise est loin d’être l’une de mes spécialités. Ainsi, Miss Elizabeth, j’aimerais vous demander votre main à cet instant et pour l’éternité. »

Enfin son rêve se réalisait !
Elle hocha la tête : bien sûr qu’elle acceptait !

Pourtant, Dimitri se releva, l’air soucieux.

« Mais avant… Pour que nous puissions rester ensemble, je dois accomplir une tâche. »
« Une tâ… »

Elle n’eut pas le temps de finir que le noir se fit. Elle ressentit soudain une déchirure en son sein, comme si ses veines éclatées les unes après les autres, comme si son coeur se gelé et ses membres se raidissait.
Rien rien ne pouvait l'aider à supporter cette douleur qui fut alors telle que la jeune fille tomba, inconsciente.

Un jour d’octobre 1883.
« Vous êtes enfin réveillée, darling » entendit-elle

Elle se redressa. Autour d’elle tout était sombre, néanmoins, elle distingua nettement Dimitri qui se tenait près de la fenêtre aux rideaux tirés.

« Où sommes-nous ? » balbutia-t-elle.
« Chez moi ».

Chez lui ? Mais où était-ce ? A vrai dire elle ne s’était jamais enquis de son lieu d’habitation tant elle était absorbée par la personne.

« Que s’est-il passé ? »

Il se retourna vers elle et s’assit dans le fauteuil, à la tête du lit. Ainsi, il lui dévoila tout, son identité, son origine, sa condition de vampire, ce que cela impliquait et ce qu’il venait de faire. Tout. Tout ce qui allait désormais changer dans sa vie. Il en profita pour lui donner son premier repas de vampire, ayant ramassé dans la rue un vieil homme sénile.
Le sang de cet homme parut alors à Elizabeth comme la plus belle chose du monde, la meilleure. Sans attendre, elle se régala de ce met si nourrissant, cette nourriture qui arrivait à la calmer...
Une fois terminé, Elizabeth murmura un "Encore". Oui, elle en voulait encore. Plein. Mais Dimitri secoua la tête. Il voulait lui montrer quelque chose avant : une chose horrible s’était passée durant les longues semaines de coma de la galloise en lui tendant le journal de la semaine passée. En gros titre, l’on pouvait lire « la gouvernante met le feu à la maison de son employeur avant de se noyer dans la baie ».
Sans autre émotion que la stupeur, Elizabeth rendit le journal au vampire.

« Vous n’auriez pu le revoir », ajouta Dimitri.

Février 1902.

Elizabeth venait de fêter ses 42 ans terrestres, dont 19 en tant que vampire. Elle s’était adaptée à sa condition, comptant sur le soutien indéfectible de son compagnon. Elle avait appris à maîtriser sa faim, un tant soit peu. Elle avait appris à essuyer les traces de sa venue lorsqu'elle se nourrissait, et elle avait appris à être elle-même.
Néanmoins, en ce jour d’hiver, alors qu’elle s’ennuyait dans sa demeure galloise, Elizabeth tomba sur un vieux carnet.

Elle connaissait l’habitude de son ami de noter sa vie dans un carnet mais elle n’avait jusque-là jamais réussis à le trouver. Bien que la curiosité soit un vilain défaut, elle ne put se retenir de l’ouvrir. S’installant dans un coin de la pièce elle commença à parcourir le carnet des yeux. Celui-ci datait de bientôt 20 ans.
Elle commença sa lecture. C’était le jour de leur rencontre. Par une chance inouïe, ELLE s’est retrouvée seule ce soir. J’ai enfin pu l’approcher. Voilà des mois que j’attendais ce moment.
Surprise, elle tourna les pages. Mais alors qu’elle feuilletait et feuilletait encore, elle tomba sur une date. La date. Celle qu’elle voulait oublier. Le jour où son père bien aimé était décédé. Le jour où son enfance s’était terminée. Quelques années auparavant, elle aurait jeté ce carnet maudit, désirant à tout prix oublier ce moment maudit. Mais quelque chose, aujourd'hui, la poussait à lire, alors elle lut. Enfin. ELLE est à moi. ELLE m’appartient. Tout ce que j’ai enduré pour ELLE. Enfin. La colère paternelle n’est plus. Je L’ai obtenue. Les hommes ont fait leur travail, ils ont éliminés tous les obstacles.
Frénétiquement, Elizabeth tourna la page et continua la journée suivante. Tout est en bonne voie. ELLE n’est pas morte, pas encore. Bientôt, un peu. Mais ELLE est à moi. Il n’y a plus qu’à attendre. Encore un peu de patience.
Plus les pages se tournaient, plus la vampire se sentait mal. Tout avait donc été manigancé. De leur rencontre à sa fin.

Soudain, elle leva la tête. Il était face à elle, le regard impassible. Sans un mot, elle se leva et lui tendit son carnet. La rage au cœur, elle rassembla ses affaires et quitta le petit manoir.
Sur le pas de la porte, elle s’arrêta. Il était toujours derrière elle. Elizabeth se retourna, lentement.
Un rictus sur le coin des lèvres, il fit un pas en avant, elle fit un pas en arrière.

« Tu reviendras, darling » lâcha-t-il en souriant. « Je t’ai fait connaître les plus belles années de ta vie. Tu reviendras en me suppliant de te reprendre ».

Sans réponse aucune, Elizabeth partit sous la lune pleine, laissant derrière elle tout ce qui lui restait.

Mars 1913.

Voilà maintenant plus de dix ans qu’elle avait quitté Dimitri, sans un mot, sans un regard. La rage qui la tenait était encore présente, mais aujourd’hui, c’était au côté de Louis BEAUCHAMPS qu’elle se réveillait, dans les beaux quartiers londoniens.
Elle l’avait rencontré un an plus tôt, lors d’une petite réception donnée par Margaret Haig Mackworth, une suffragette galloise et son ami Julian MOORE, un vampire très impliqué dans les affaires politiques.
C’était sa première aventure après dix ans de solitude. Petit à petit, elle sentait l’espoir renaître. Peut-être n’errerait-elle pas seule pour l’éternité – la mort complète ne lui paraissant qu’une solution lâche.
Bien sûr, il ne connaissait rien de sa condition. Se faisant, Elizabeth avait dut à apprendre à contrôler la Bête en elle bien plus que lorsqu’elle se trouvait avec l’Autre.
Mais cela n’était pas important : elle revivait, intérieurement.

12 juin 1914.

Malgré les bonnes mœurs de l’époque, Elizabeth avait élue domicile chez son ami depuis déjà six mois. Mais plus le temps passait, plus elle se sentait prisonnière. Si Louis lui laissait toute la liberté qu’elle désirait, elle se sentait épiée, prise au piège dans un enfer perpétuel. Et le trou béant dans sa poitrine ne faiblissait plus.
Après sa « mésaventure », quoique le terme fût assez faible, Elizabeth s’était forgé un caractère froid et suspicieux. Elle n’avait confiance en rien ni en personne. Certains auraient même ramené cela à de la paranoïa.
Ce jour-là, Elizabeth sortait d’une énième réunion des suffragettes lorsque le vent se leva. La nuit était déjà bien avancée. Il lui fallait rentrer avant d’inquiéter Louis.
La maison était à moins d’un mile. Il ne lui faudrait donc qu’une dizaine de minute, à peine pour rentrer.
La pluie se mit à tomber. Plus que cinq cents yards. Elizabeth courrait jusqu’à en perdre haleine – qu’elle n’avait bien sûr plus, mais l’habitude était de se comporter « comme tout le monde » pour se fondre dans la masse.
Pourtant, arrivée face à la maison, elle s’arrêta. La porte était grande ouverte, ce qui n’était pas l’habitude de ses occupants : en tant que défenseurs des droits de la femme, le couple avait souvent eu la visite d’inconnus en colère.
Sur ses gardes, elle entra dans la demeure. Le silence y régnait.

« Louis ? » Appela-t-elle.

Aucune réponse. Peut-être était-il absent. Dans tous les cas, la maison était vide. Aucun bruit n’était perceptible. Elizabeth se détendit et ferma la porte à clé.
Une petite lettre posée sur le rebord de la cheminée éteinte attira alors son attention. Louis lui avait sûrement laissé une note pour qu’elle ne s’inquiète pas de son absence. Sans attendre, elle l’ouvrit et la lâcha presque instantanément. Cette écriture… Elle ne l’avait plus vu depuis plus de douze ans.
Tremblante, elle reprit la lettre. Tu n’as que moi.

« Louis ? » Répéta-t-elle alors, la voix oscillante. « Louis, si tu es là répond… »

Doucement, elle monta les marches. Une à une. Tentant d’être la plus discrète possible, elle poussa la porte de leur chambre. Il n’y avait rien. Pas l’ombre de Louis.
Chacune leur tour, les portes furent ouverte, avec la même constatation : Elizabeth était seule. Elle finissait par se demander si elle n’était vraiment pas prise de folie. Il ne lui restait plus qu’une porte, celle du bureau de Louis. Elle n’entrait que rarement dans l’antre de son compagnon, préférant sa bibliothèque à ce bureau lugubre.
En s’ouvrant, la porte grinça. La pièce était plongée dans l’obscurité la plus totale. L’on n’y voyait à peine ses pieds. Elizabeth ralluma un chandelier posé sur la commode près de la porte.
Elle avança dans la pièce. Le bureau était vide, laissé en désordre, comme d’habitude. Non décidément, Lizzie était bien seule ici.
Pourtant, en se retournant, une chaussure attira son regard. Elle éclaira alors le coin gauche de la pièce et découvrir ce qu’elle craignait le plus.
Louis était étendu là, pâle comme un mort, les yeux écarquillés comme s’il avait vu la faucheuse en face.

16 juin 1914.


Ce jour-là, l’on enterra Louis.
Sa mort passa, grâce à l’aide du suffragiste Julian MOORE, pour un début d’épidémie de choléra, qui eut pour conséquence d’affoler tout le bon peuple londonien.
Elizabeth brûla le soir même la lettre laissée par Dimitri. Un jour, elle se vengerait.
A partir de cet instant, Julian fut du plus grand des secours, lui promettant de l’aider dans sa reconstruction.

23 novembre 1918.

L’armistice avait été signé quelques semaines plus tôt. La guerre était terminée et Julian était revenu. Tout le temps de la guerre, il avait été envoyé au front, en France dès mai 1915. Mais malgré cela, il avait toujours tenu à soutenir Lizzie. A travers ses lettres, bien que censurée, il soutenait son combat contre la Bête, il la réconfortait dans sa solitude et encourageait ses engagements.

Néanmoins, son retour marqua aussi la fin de leur relation si fusionnelle : Julian partait pour l’Espagne. Il avait grand besoin d’air, loin de la pluvieuse Angleterre. Mais s’il partait, jamais il n’abandonnerait Lizzie. Elle était devenue comme une petite sœur que l’on protège et promit de passer la voir dès que l’occasion se présenterait.

31 décembre 1999.

Le passage aux années 2000. Un grand tournant dans la vie des humains, un petit rebondissement dans celle des vampires.
Julian était revenu d’Angleterre accompagnée d’une nouvelle amie, Louise, vampire de son état. Minuit approchait.

Un coup.
Deux coups.
Trois coups.

Soudain, Elizabeth eut une impression gênante.

Quatre coups.
Cinq coups.

« IL est là » murmura-t-elle à Julian

Six coups

Il se retourna prestement.

Sept coups

« Il n’y a personne Lizzie »

Huit coups
Neuf coups
Dix coups

Le monde retenait son souffle.

Onze coups

C’est aussi un souffle glacial qu’Elizabeth sentit dans son cou.

Douze coups.

Elle fit alors volteface et, pendant une fraction de secondes, elle se retrouva face à Dimitri, à quelques centimètres de son affreux visage aux traits si magnifiques. Elle l’aurait parié. Mais le visage se dissipa en quelques instants.
Elle secoua la tête, ce n’était qu’un cauchemar qu’elle tenta alors d’oublier rapidement en se mêlant à la foule des embrassades pour ce nouveau millénaire.

Aujourd'hui.

Lizzie est prête à vivre sa vie comme elle l'entend, à faire ce qu'elle désire. Alors elle n'attend plus que sa libération dans les rues de Londres. Elle s'est désormais trouvé un emploi nocture de barmaid, et elle est prête à ré-explorer Londres !



Dernière édition par Elizabeth Rosenbach le Ven 6 Jan - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hailey Van Kuren

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 1294
Points : 831
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : manipuler les gens

Feuille de personnage
Âge: 220
Taille: 1.73 m
Emploi: Escort girl de luxe

MessageSujet: Re: Elizabeth Rosenbach Ven 6 Jan - 9:09

Hello et malvenue à toi ! Bon courage pour ta validation ♥

Je m'appelle Hailey, je suis un vampire âgée de 220 ans. Ennemie public n°1 ?... C'est ce que l'on dit, mais ce n'est pas mon point de vue =P ! J'aime juste le sang chaud et frais, m'amuser ainsi que profiter, tout comme jouer avec mes jouets(être vivant du moment) jusqu'à ce que je me lasse ! Aujourd'hui, j'habite seule dans le manoir familiale après y avoir fait un massacre dedans. J'ai partagé 10 ans de mon existence avec Mikaël Crown dont je suis le vampire supérieur ... Voili voilou !
Bon jeu parmi nous !!!

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Mon manoir
Avis de recherche
Nom d'escort girl : Leïya
Je parle en #9933ff
video:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://domination-hybride.forumactif.fr/
Elizabeth Rosenbach

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 708
Points : 519
Niveau de puissance : Vampire supérieure
Emploi et loisir : Barmaid

Feuille de personnage
Âge: 170 ans
Taille: 1m69
Emploi: Barmaid

MessageSujet: Re: Elizabeth Rosenbach Ven 6 Jan - 9:27

Je suis enchantée de faire ta connaissance !

Peut-être pourrons nous devenir bonnes amies, au vue de tes passes-temps !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bryan Grey

L'administrateur sadique
avatar
L'administrateur sadique


Messages : 2827
Points : 3420
Niveau de puissance : Louveteau
Emploi et loisir : Mercenaire

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Taille:
Emploi: Mercenaire

MessageSujet: Re: Elizabeth Rosenbach Ven 6 Jan - 11:33

Yop! Bienvenue!

Je tiens à dire que ton histoire est super bien structuré, j'adore! Il y a que deux petits trucs manquants dans la description psychologique: une peur (qui est obligatoire) et le point de vue de Elizabeth sur les autres races. Sinon, c'est tout! Wink

Personnellement, j'ai hâte de voir ton personnage évoluer dans notre univers! J'accepte ta fiche sans soucis, je te fais confiance pour les deux petites modifications Wink

Ne manque plus que Evelyne!

Petite présentation en attendant: Bryan Grey, 24 ans, mercenaire pour la Brigade de l'ombre. Lycan depuis peu, mon poste est malheureusement mit sur la glace. Je souhaite néanmoins reprendre du service dès que cela me sera possible de le faire. Souhaitons se rencontrer en ville en de bonnes circonstances!

sur ce, bon courage, et bon jeu! Wink

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
FicheConnaissancesSuivi de RP ♦ #ffffff
Carte d'identité de la brigade de l'ombre:
 


• I've never been perfect, but neither have you •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Elizabeth Rosenbach

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 708
Points : 519
Niveau de puissance : Vampire supérieure
Emploi et loisir : Barmaid

Feuille de personnage
Âge: 170 ans
Taille: 1m69
Emploi: Barmaid

MessageSujet: Re: Elizabeth Rosenbach Ven 6 Jan - 13:33

Embarassed J'ai corrigé ça !
J'ai tout écrit sur word donc j'ai dût le zapper ^^" Désolééééée !

En tout cas merci Very Happy
(IRL, je suis romancière aussi :p )

Sinon... Enchantée de vous rencontrer ! J'espère que les circonstances seront effectivement bonnes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyne Salt

Vampire Ancestral
avatar
Vampire Ancestral


Messages : 2140
Points : 2406
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Me divertir

Feuille de personnage
Âge: 233 ans
Taille: 5p6
Emploi: Assassin/Mercenaire

MessageSujet: Re: Elizabeth Rosenbach Sam 7 Jan - 8:00

J'ai bien aimé lire ton histoire, très structuré, tout comme Bryan l'a dit! Je ne suis pas du type a aimer les histoires faite comme des journaux, mais la tienne m'a bien plus!

Vu les modifications dans ton psychologique, soit l'ajout d'une peur et de sa vision quant aux autres races, je valide!

Je te rajoute ta couleur de ce pas Wink


Tu es validé!



Bienvenue parmi nous! Le pire moment est fini. Courage, on a presque terminé!

Maintenant, c'est l'heure de la paperasse et le bout ennuyant :
✦ Valider les règlements, si ce n'est pas déjà fait ➤ ici;
✦ Il faut recenser son avatar ➤ ici;
✦ Recenser son nom, si ce n'est pas déjà fait ➤ ici
✦ Receser le double-compte, si c'est le cas ➤ ici
✦ S'il y a un emploi, il faut le recenser ➤ ici
✦ Créer votre carnet de connaissances et de relations et le maintenir à jour ➤ ici
✦ Créer votre carnet d'évolution des RP et le maintenir à jour ➤ ici

Et n'oublie pas: Amuses-toi bien parmi nous!


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Elizabeth Rosenbach

Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Rosenbach
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Doucement Megan ! [priorité à Elizabeth]
» Présentation d'Elizabeth Stonem [Validée]
» Lumière, soleil, passion ? [Elizabeth Tudor]
» (F) ELIZABETH OLSEN — ho hi, sister UC
» (F/LIBRE) elizabeth olsen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Espace membre :: Présentation :: Registre officiel :: registre officiel des Vampires-
Sauter vers: