Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Message Sujet: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Jeu 15 Déc - 5:08

Invité
Invité


Not exactly what you were expecting for
La douleur c'est surfait

Comment en était-elle arrivée là ? Par imprudence en grande partie, par un concours de circonstances qu’elle avait provoqué. En même temps, affronter un ancestral de front et seule, avait-elle perdue l’esprit. Mais elle n’avait pas voulu exactement cela. Elle savait que c’était un coureur connu des services, un tortionnaire et un vampire sur la liste de ceux à décimer. Mais elle était là uniquement pour renseignements à la base. Tout avait si bien commencé…  Elle ferma les yeux, jugulant la douleur pour penser à autre chose, le temps que le tortionnaire change d’outils. Qu’il était susceptible celui-là … Et bien trop habitué à avoir tout ce qu’il veut… C’en était tellement banal, qu’il perdait tout charme et intérêt aux yeux de la vampire.

Plus tôt dans le début de soirée, elle était pour une fois sortie de sa routine, pas de signal du M15, elle avait donc sa soirée pour elle. Comble du hasard, l’endroit qu’elle avait choisi ce soir-là elle avait de suite reconnu le bien connu Vergil. D’aucuns disait qu’il était le plus proche de Dracula lui-même, et qu’il contrôlait le manoir des ancestraux, ainsi que tous ceux-là même. La rencontre n’avait pas été faite aussitôt, elle avait observé à demi le vampire, lui avait souri quand il avait croisé ses iris saphir, puis avait légèrement décalé la tête pour faire genre de vérifier si le sourire était pour elle. Rien de tel que susciter l’intérêt, et elle espérait juste être au goût du vampire. Si elle parvenait à pénétrer les lieux fermés, elle pourrait amasser de nombreuses informations d’importances. Quand il l’avait fait venir à sa table, elle avait fait un sourire ravie, s’était installée avec grâce et avait commandé deux bouteilles supplémentaires.

Boire elle, pas vraiment, elle avait échangé subtilement son verre toute la soirée, ce qui fait qu’elle était plus que consciente durant tout le temps qu’ils passèrent ensemble. Quand il fit mine d’aller plus loin, elle joua la prude, se refusant une première fois de s’approcher pour joindre leurs lèvres. Il s’était emparé de son cou, elle heureusement qu’elle avait eu un frisson mais de froid à cet instant. Au fur et à mesure de la soirée, elle badinait, parlant de choses et d’autres sans importances, de chiffons principalement, rien de tel pour faire boire un homme et ne pas avoir à répondre à une conversation pareille. Puis plus tard il avait été temps de s’en aller, elle avait fait une légère moue mais n’avait pas insisté, elle avait pas mal de choses déjà mais l’invitation du vampire l’avait surprise. Elle n’avait pas hésité, posant sa main légère, gantée de rouge assortit à sa robe longue, elle avait emboité le pas au vampire.

Dans le véhicule elle avait de nouveau reculé, prétextant que cela ne se faisait pas dans une voiture, et qu’elle appréciait le confort d’une chambre. Le temps d’un trajet éclair et les voilà entre les murs imposants et précieux du manoir ancestral. Un frisson de nouveau avait peut-être enduit en erreur une nouvelle fois l’homme. Une fois dans le hall, elle avait fait semblant d’admirer chaque œuvre, s’arrêtant à de nombreuses reprises, sans oublier de confier la bouteille du club à son compagnon. Qu’elle arrive vide à la chambre l’arrangeait, elle ne désirait pas participer à ce qu’il attendait d’elle. Elle avait eu de nombreux autres frissons sur le chemin de la chambre, plus de peur pour certains et de froid pour d’autres, son étole ayant été confiée à un serviteur. Puis vint le moment où il la poussa dans la chambre, apparemment, ses nombreuses rebuffades avaient eu l’effet inverse sur le vampire. Fort heureusement elle usa d’une dernière ruse, qu’il devait se changer. Une fois le vampire dans sa salle de bain, elle s’était évanouie dans les airs.

Rapidement elle avait fait demi-tour, silencieuse parmi les ombres, désactivant les interrupteurs pour observer plus pleinement les pièces. C’était épatant qu’avec tout l’alcool qu’il avait ingurgité qu’il tienne encore debout. Elle se faisait discrète, ouvrant des fenêtres pour faire croire à sa fuite face à l’envie flagrante du vampire. Puis un son la glaça totalement, un bruit immense retentit de l’étage d’où elle venait. Il semblait avoir remarqué qu’elle avait  mis les voiles. Et vu ce qu’il venait de briser, elle devait remettre sa visite des lieux à une autre fois. De préférence quand le locataire n’était pas là. Elle se dirigea rapidement vers une fenêtre mais trop tard. Des yeux de déments l’arrêtèrent alors qu’elle reculait. Puis voilà le reste mérite-t-il vraiment d’être raconté ? Il l’avait traîné jusqu’à un espace clos, avec divers outils qu’elle aurait préféré ne pas voir. Puis les chaînes et maintenant la douleur, intense qui lui vrilla le dos lui arrachant un cri de plus. Elle avait résisté autant qu’elle avait pu dès le départ, serrant les dents alors qu’il fouettait son dos. Mais voyant la chair refermer les plaies il commençait à passer à d’autres joujous. Elle se répétait qu’au moins ce soir ce ne serait pas un humain à subir cela. Elle serrait les dents ne pouvant empêcher les larmes de sang de couler sur ses joues, autant les sons elle pouvait contenir, autant la douleur elle passait outre sa volonté. Elle prit sur elle une dernière fois avant de siffler au vampire une insulte de plus parmi toutes celles qu’il avait déjà entendu.

Je comprend mieux, vous avez besoin de ça pour vous croire le plus fort ? Ce n’est pas le cas espèce d’incontinent !


Code by Joy


Ordre de jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Jeu 15 Déc - 20:12

Vergil Vacaresco
Vampire Respecté
avatar
Messages : 193
Points : 490
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Tuer les sanguinéreux

Feuille de personnage
Âge réel: 215 ans
Taille: 1m80
Emploi: Gestion du clan


Not exactly what you were expecting for.
PV Charity, Vergil, Evelyne, Masanari, Vlad.

Quoi de plus amusant qu'une petite balade bien tranquille au clair de lune, direz-vous? Oui. Telles étaient les termes utilisés pour justifier sa sortie au reste du clan. Il n'avait peut-être pas nécessairement besoin de se justifier, certes, mais il préférait quand-même tenir les membres aux aguets. Le vampire commençait à sortir des traditions et des dogmes du clan, s'inventant lui-même des règlements et n'écoutant plus ceux du réel chef des Vampires Ancestraux... du coup, il se sentait un peu en besoin de prévenir de ses sorties, question d'éviter d'éveiller d'avantages de soupçons à son égard. L'envie de se retrouver en correction sous les griffes de Dracula lui-même ne l'enchantait pas, c'est sûrement la raison pour laquelle il jouait de prudence.

Cependant, Vergil avait d'autres plans derrière la tête... comme à ses habituels sorties nocturnes. Il était bon menteur, et se démerdait plutôt bien dans ses bourdes. Le vampire s'était donc rendu à un bar, un endroit plutôt festif, joyeux, et où plusieurs bonnes pièces de chair se déhanchaient de façon indécente sur la piste de danse. L'odeur délicieuse du sang humain, la douce mélodie des coeurs qui palpaient, le goût de l'alcool sur sa langue, la vue de toutes ces courbes qui bougent devant lui... c'était... juste à point. La chaleur de l'ambiance était superbe, et pour couronner le tout, le noctambule n'avait toujours pas été barré de cet endroit... comme s'il collectionnait les interdictions d'entrer, en ce moment. Cependant, il avait préféré user de prudence en cette soirée relaxe, et avait invité une jolie vampire à le rejoindre. Une magnifique pièce, d'ailleurs, le type de femme que l'on pourrait dévorer cru à n'importe quel heure du jour, peu importe sa race. Ses cheveux semblaient aussi doux que de la soie, ses lèvres légèrement pulpeuses, juste à point, semblait inviter les baisers de l'homme au regard vermillion. Elle était son type de proie.

Quelques avances, beaucoup d'alcool, et le voilà parti dans ses délires: il tentait certains rapprochements envers cette femme. Elle semblait avoir de l'âge, chose sur laquelle Vergil préférait jouer, d'ailleurs. Il y allait un peu à l'ancienne, sans toutefois lui faire la cour. L'envie de la ramener se faisait de plus en plus ressentir.... c'est alors qu'il l'invitait à le rejoindre au manoir. Le vampire n'avait pas perdu de temps à se rendre à sa voiture, invitant la demoiselle à monter à bord.... tentant quelques avances encore une fois, toutes aussi repoussées les unes que les autres. La raison? Elle préférait le confort d'une chambre? Pas de soucis, c'était la prochaine direction que le vampire comptait prendre... direction sa chambre, son lit... dans son manoir.

Il comptait bien avoir la demoiselle pour lui seul... et une fois entre les murs du château, si ce n'était pas de gré, ce sera de force.

En un éclair, ils étaient arrivés devant la grande porte en fer forgé du manoir, entrant dans le stationnement. La porte se refermait automatiquement derrière la voiture, ils étaient enfin en sécurité. Malgré toute l'alcool ingurgité, Vergil avait été en moyen d'arriver chez lui en bon état, la voiture n'étant pas endommagée et la demoiselle n'étant pas traumatisée. Il venait ouvrir la porte de sa proie de façon assez galante, refermant la portière de la voiture et s'assurant que le tout soit bien verrouillé et fermé. Ensuite? Direction le manoir, évidemment, menant bien assez vite la noctambule dans la mâchoire de son prédateur.

Invitée? Non, elle s'était rétrogradée assez rapidement au stade de proie, et ce, par ses propres moyens.

Elle avait profitée du temps que le propriétaire des lieux avait mit pour aller se changer, et elle s'était poussée. La jeune femme aux prunelles de saphir s'était mise en tête de fuguer, fuir des griffes de son démon, et pourtant, elle était loin de pouvoir le faire. Oh que non: Vergil avait plus d'un tour dans son sac. Ce manoir, on y entre sans savoir quand, et dans quel état on s'en sortira.

~

Son regard Vermillion apparaissait bien assez tôt devant la jeune malmenée, sûrement pour une dixième fois en quelques minutes. Il venait planter ses iris en direction de ceux de la jeune femme, réjoui du contraste azure de ses yeux et le rubis de ses larmes. Son visage terni par la douleur, luisant sous la sueur, rougi par les larmes de sang qui coulaient jusqu'à son menton. Son corps complètement attachée, les bras liés à des chaînes qui sont solidement fixées au plafond, le cou si délicieux de la jeune femme parsemée de morsures encore pleinement visibles,  le dos de sa robe complètement déchirée et laissant ainsi voir la peau martyrisée de Miss Brixton, les plaies peinant à cicatriser sous la faiblesse de la demoiselle, mais qui se refermaient tout de même trop rapidement aux yeux du tortionnaire.

Une insulte de plus. Un jouet de plus.

Il filait vers une armoire, non loin, allant agripper un couteau, cette fois-ci. Si la violence brute n'allait pas fonctionner, peut-être qu'avec un peu plus de souplesse, la poussant à la culpabilité, la forcer à regretter ce qu'elle avait dit.... user de torture psychologique. Alors là, c'était une idée qui plaisait à Vergil!

«Si ce n'est pas le cas...... que fais-tu attachée?» Un rictus des plus malsain s'étirait sur ses lèvres rougies par le sang qu'il lui avait prit durant sa session torture. Une solide main agrippait la chevelure de soie de sa proie, forçant cette dernière à regarder Vergil dans les yeux. «Tu es faible, tu es lamentable. Voilà pourquoi tu es attachée.» Une pointe de sadisme hors pair pouvait se lire dans ses pupilles, qui scrutait le visage torturé de Charity, puis son corps, et ce avec une envie assez particulière. «Devrais-je te montrer où es ta place, femelle?» Le bourreau optait pour de la pure provocation, mais il comptait bien continuer comme ça.

La lame du couteau venait se poser sur un sein de la jeune femme, une partie de son corps qu'il s'empressait de dévêtir en agrandissant les déchirures du tissu. Le métal glacé touchait la peau froide de la vampire, menaçant de la percer à tout moment. «Ta façon d'agir... ta tentative de fugue... tes insultes... le mieux que tu mérites en ce moment, c'est de vivre dans le fond de cette cage, nue, à servir de vide-couilles et de défouloir.» Il échappait un autre rictus, mystérieux, sadique. Il agumentait la pression de la lame sur la peau sensible du buste de la noctambule. «J'aimerais bien te voir dans cet état lamentable, moi.» Il perçait la peau de son sein, assez pour y faire une écorchure dedans. Il reprit son arme par la suite pour la poignarder dans le ventre, de plein fouet. La voir cracher du sang.... l'entendre crier... Ce n'est pas ce qui allait la tuer, loin de là... elle était une vampire, et dans son état de faiblesse, dix minutes et cela devrait être cicatrisée... et il pourrait recommencer... encore et encore.La faire souffrir, c'est ce qu'il voulait.

C'est ce qui réveillait le plus l'immonde être qu'était Vergil.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Fiche ..  ♦  .. Suivi RP  ..  ♦  .. Liens  .. ♦ ..   Voice  .. ♦  .. # bf0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Jeu 15 Déc - 20:25

Evelyne Salt
Vampire Respecté
avatar
Messages : 2222
Points : 2520
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Me divertir

Feuille de personnage
Âge réel: 233 ans
Taille: 1m70
Emploi: Assassin/Mercenaire
J’étais revenu au manoir dans les alentours de minuit. Vergil m’avait demandé d’exécuter un emmerdeur sans réel importance, mais un emmerdeur quand même. Il avait découvert notre manoir, ainsi que sa position. J’avais donc chassé le jeune loup, avant de l’abattre froidement d’une balle dans le crâne dans un petit boisée non loin du Richmond Park. Il avait dû prévoir de se transformer pour ensuite s’enfuir dans l’énorme Parc de Londres. Je devais avouer qu’il aurait été difficile pour moi de traquer un petit loup dans une forêt aussi dense, il aurait été dans son en élément et ses sens aurait été plus adapté pour les bois que les miens. Heureusement, je m’étais sauvé beaucoup de temps et exécutant mon contrat très rapidement avant qu’il n’atteigne sa destination.

Lorsque j’étais revenu au manoir, j’avais trouvé l’ambiance étrange. J’avais premièrement remarqué l’absence de bruit. Je voyais quelques membres marcher ici et là, mais remarquais très rapidement qu’ils se tenaient tous à carreaux. Une bombe avait-elle sauté durant mon absence? De mes connaissances, Vergil ne devait pourtant pas être présent ce soir… Pourtant une ambiance lourde régnait dans le manoir. Je décidais d’aller voir à l’étage si Vergil était présent, question mettre les choses au clair. Je cognais à la porte de son bureau, aucune réponse. J’allais ensuite cogner à la porte de sa chambre, toujours aucune réponse. Il devait être sorti, après tout…

Vergil avait changé depuis un certain temps. Les ancestraux avait comme valeur, le respect, l’anti-esclavagiste et la noblesse. Nous voulions donner une bonne image aux vampires, qu’il soit perçu autrement que comme des bêtes assoiffées de sang. Nous voulions leur donner leur prestige d’antan, du moins, c’était les directives qu’avait donné Dracula à Vergil en lui remettant les rennes des Ancestraux. Mon pauvre ami dépérissait à vue d’œil. Son vocabulaire autrefois si élaboré devenait de plus en plus vulgaire. Ses prestiges s’étaient transformés en rage et sadisme. Il ne défendait et ne remplissait plus le mandat que Dracula lui avait fait instaurer. Il avait recruté des membres en utilisant le discours des Ancestraux, mais instaurait désormais sa propre loi. Il avait fait construire des cages dans le sous-sol et utilisait la torture comme moyen de discipline. Un régime de peur amène la soumission, mais non le respect. Dans un groupe composé de vampire aussi puissant, un régime de peur amène généralement rapidement une rébellion. Je ne voulais aucunement devancer mon ami, ni le retirer de son poste… Mais quelqu’un allait devoir lui remettre les idées en place à un certain moment.

Toujours armé de tout mon équipement. Soit mon arme adoré qui reposait dans mon dos, dans un étui le long de ma colonne vertébrale, un pistolet accroché à ma cuisse, un imposant couteau militaire sur l’autre cuisse et des chargeurs pour mes deux armes à feu dans une petite étui à ma taille. Je portais une veste pare-balle noire couvrant uniquement mon torse, laissant ainsi paraitre la chair de mes bras. Pour compléter ma tenue, je portais des pantalons noires style cargo, très pratique et confortable en situation de combat. Je décidais de retourner vers le sous-sol pour ranger mes armes dans l’armurerie. Je m’arrêtais en chemin vers les escaliers. Pourquoi faire un détour et ne pas vérifier immédiatement auprès de Vlad ce qui se tramait ici. Je n’aurais qu’à aller me changer après… Ce n’est pas comme si j’allais intimider le vampire après tout, il est loin d’être facilement impressionnable.

Une fois devant la porte du bureau de Vlad, je remarquais alors un autre membre Ancestraux dans le couloir, Masanari. Un vampire sympathique tout de même. J’avais discuté avec lui à quelques reprises, tout ce que je savais à son sujet était qu’il donnait des cours de japonais et qu’il désapprouvait les méthodes de Vergil. Je lui souris alors, comme si de rien n’était. J’amenais mon sourire jusque dans mes yeux normalement froids et neutres uniquement. Je lui dis alors d’une voix douce,

-Bonsoir, comment allez-vous? Je dois avouez que je suis plutôt contente de vous croiser, peut-être pourriez-vous m’expliquer la raison de cette ambiance des plus morbide dans le manoir? J’ai l’impression d’avoir manqué un épisode durant ma petite sortie.

J’espérais à ce moment qu’il ait été présent dans le manoir durant mon absence et qu’il soit au courant de la raison pour laquelle tous les membres étaient si moroses. Peut-être que les bruits de notre conversation attirerait l’attention de Vlad si il était dans son bureau par la même occasion.

J’avais envie de lui parler de Vergil, question de voir si lui aussi il voyait clairement les changements dans le comportement de notre vieil ami.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Sam 17 Déc - 5:06

Masanari Yasahiro
Vampire Supérieur
avatar
Messages : 231
Points : 479
Niveau de puissance : Vampire Supérieur
Emploi et loisir : Professeur de Japonais à son compte.

Feuille de personnage
Âge réel: 195 ans
Taille: 1m71
Emploi: Prof de japonais à son compte

Mananari n’était arrivé que depuis peu à Londres. Il ne connaissait pas encore toutes les subtilités de la vie Londonienne ni toutes les rues mais il savait où se trouvait le Manoir de son Clan, ce qui était plutôt utile. Son intégration ne se passait pas trop mal, du moins, le vampire n’avait pas encore eu d’accident, même si les affaires n’étaient pas forcément florissantes au niveau de ses cours de japonais. Enfin, il n’était pas encore connu, pas de quoi s’alarmer. La nuit était tombée depuis quelques heures déjà sans qu’aucun appel ne vienne troubler son téléphone passablement « has-been » comme dirait les humains mais toujours en état de fonctionnement. Encore vêtu de son yukata, le buveur de sang réfléchissait à quoi faire de sa nuitée – il s’ennuyait beaucoup – et se décida enfin à aller au Manoir, afin de mieux connaître les autres Ancestraux maintenant qu’il habitait sur place et discuter avec eux afin de savoir optimiser son temps libre pour aider son Clan.

Sachant la nuit fraîche, Masanari se vêtit de plusieurs couches savantes, se finissant par son kimono blanc aux bordures dorés, de ses bottes blanches et de sa queue de cheval. Il traversa la ville sans encombres particulières à son grand soulagement et entra dans le Manoir. Quelque chose avait changé avec les années. Lui n’avait pas forcément remarqué en y restant que lors des réunions obligatoires mais à présent, cette visite le lui confirmait : l’ambiance était devenue… glauque. Même Vergil, pourtant le chef, ne lui inspirait plus le même respect qu’auparavant. Il n’arrivait pas vraiment à mettre le doigt dessus, mais quelque chose clochait ici.

S’avançant dans le Manoir, Masanari entendit soudain un cri de douleur féminin. Plusieurs. Son visage accentua son expression contrariée : où était passé la galanterie, la noblesse d’esprit ? Visiblement le japonais s’était trompé d’endroit et cet événement le confirmait. Les valeurs semblaient s’être dégradées. Il n’avait pas signé pour ça ! Est-ce qu’il allait repartir d’ici ? Quitter le Clan et Londres ? Non ce serait lâche et la lâcheté n’était pas noble. Torturer des gens dans sa chambre n’était pas de la plus haute élégance non plus ceci dit. En fait, pour rajouter au désagrément, il avait l’impression de reconnaître la voix qui criait… Massacrait-on une de ses connaissances ? Il devait faire quelque chose ! Mais quoi ? Peut-être pas tout seul… Pensif il s’arrêta dans un couloir. A qui s’adresser ? Lui était plutôt un littéraire, pas un guerrier ! S’il avait bien apprit deux ou trois trucs aussi bien par Alwin que de façon empirique, son niveau n’était pas celui d’un soldat et de fait il ne se voyait pas stopper un vampire - chef de surcroît - à mains nues.

- Bonsoir, comment allez-vous? Je dois avouez que je suis plutôt contente de vous croiser, peut-être pourriez-vous m’expliquer la raison de cette ambiance des plus morbide dans le manoir? J’ai l’impression d’avoir manqué un épisode durant ma petite sortie.

Masanari se retourna vers sa congénère venant de faire une apparition dans le couloir. Il l’a connaissait un peu, leurs rapports étaient cordiaux sans forcément qu’ils se connaissent énormément mais l’équipement de la demoiselle vampire lui suggérait sans mal que celle-ci savait mieux se battre que lui. De plus, elle connaissait mieux Vergil que lui, puisque Masanari n’était présent que ponctuellement jusqu’à récemment. Caustique, il déclara – avec toujours son accent japonais mais cela restait compréhensible :

- Je crains que notre chef de Clan ne soit devenu pour la torture, ce sur une de mes connaissances, et j’envisageais de l’arrêter.

Il ajouta avec sarcasme après un soupir :

- Visiblement il semblerait que ce soit un nouveau passe-temps. Je n’étais pas au courant.

Masanari regarda Evelyne dans les yeux pour poser une très grande question :

- Pouvez-vous m’aider ? Le temps presse.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Dim 18 Déc - 1:32

Invité
Invité









Not what you were expecting for

Feat. Charity, Evelyne, Masanari, Vergil & Vlad


Une ambiance festive. Une voûte de velour noir, sans lune, piquée de scintillements pour cette nuit édénique. Vladislav est d’une humeur exquise en ce moment, et ce qui le rend ainsi, il a du mal à l’expliquer. D’après Meredis, ça date de plusieurs soirs, depuis cette fameuse réception pompeuse pour la récolte de dons. L’avocat a d’ailleurs été satisfait de voir son boss se mettre à la résolution des dossiers qui traînent sur son bureau depuis des mois, et il est derrière ce même bureau lorsque des voix se confient au silence juste devant la porte de chêne blanc.

MeredisL’homme aux mèches cuivrées se lève de son pas dansant, un peu plus précipité qu’à l’accoutumée, histoire d’aller dire à ces charmants bavares que son travail requiert une concentration totale et qu’il serait bon qu’ils aillent tergiverser ailleurs, mais la teneur de la conversation le fait avorter son geste. Ambiance morbide et torture… étonnante combinaison de réjouissances qui, s’il devait être honnête, l’ont également frappé depuis son arrivée.
Plus encore que les autres jours, cette soirée aux allures de nuit parfaite lui a laissé dans la gorge un arrière-goût ferreux au réveil, comme si l’air ambiant s’était lui-même teint d’un nuage de sang.
L’avocat réfléchit un instant. Les Ancestraux ne sont pas connus pour être des enfants de coeur, mais la torture est censée être prohibée sous les ordres de leur chef, absent, mais adoré… Mais absent… et voilà que dehors conspirent deux de ses enfants contre le porte-parole, évoquant la possibilité que l’homme au regard écarlate soit à l’origine de tous les interdits. Ici-même, sur le sol du manoir.

Un sourire d’apparat fleurit sur son visage. Son Signore est en visite privée ce soir, et ne sera pas de retour avant quelques heures, et c’est son devoir de veiller à ses intérêts et sa sécurité. S’il ne peut plus la garantir dans l’endroit-même où il vit, quel intérêt Vladislav aurait de le garder à ses côtés ? C’est donc avec la plus grande révérence qu’il ouvre la porte du bureau, et salue ses congénères d’un large sourire chaleureux.

“ Bonsoir ! “

Sous son chapeau à bord large, son regard qui ne manque rien alterne entre le Japonais et la Russe. Le premier, il n'a aucune idée de qui ça peut bien être. Elle en revanche, il l’a déjà croisée plusieurs fois ici. Un redoutable pilier du clan, proche de celui qui leur sert de chaperon, et qui entretient une relation somme toute courtoise avec son patron.

“ Je m’inquièterais volontiers de savoir comment vous allez, mais j’imagine qu’il n’y a qu’à lire sur vos visages. Vous parliez d’une connaissance à vous ? “
Questionne-t-il d’une voix claironnante Masanari, en tournoyant un peu autour des deux vampires. Son regard brille soudain d’un éclat étrange. “ Si c’est le cas, je crains qu’au vu des cris que nous entendons depuis tout à l’heure, il serait bon de nous hâter… La pauvrée doit en être à sa limite. “

Et sur ce, il prend sur lui de guider la petite troupe vers l’origine des éclats d’horreur que personne ne pouvait plus ignorer.

Quelques minutes après, un rire à leur glacer le sang mort dans les veines retentit, tandis qu’ils approchent. Une odeur qui n’est pas méconnue interpelle le Grec, par-dessous le rance du sang séché et du foutre.

La porte est verrouillée, qu’à cela ne tienne, ils ont une guerrière solidement armée à leur côté qui se fera sans doute une joie de leur ouvrir la voie. Souriant aimablement, Meredis se tourne vers Evelyne et s’incline avec humilité.

“ Après vous, très chère… “



Code by Vlad for L&T

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Dim 18 Déc - 20:54

Invité
Invité


Not exactly what you were expecting for
La douleur c'est surfait

La douleur physique, n'est rien, elle n'atteint que les nerfs, par la volonté on peut l'atténuer, la reléguer au second plan pour se concentrer sur d'autres choses. A cet instant précis ? C'est sur la colère qu'elle porte son attention, chaque coup dans son corps, chaque marque ou morsure, renforce sa volonté de résister. S'il est si proche du Saigneur, c'est que ce mage noir est décidément un monstre pire qu'elle ne l'imagine elle même. Elle savait pouvoir supporter bien plus que ne l'aurait fait un humain, et les pratiques barbares du vampire dans son dos ne faisait que la conforter dans sa mission. Elle les détruirait, leur espèce ne devait plus fouler le sol de cette terre. Ils n'étaient tous que des monstres, certains en collier comme elle, quelque soit la situation, et d'autres horribles, tortionnaires et dangereux pour tous. Ses remarques touchaient pourtant l'ancestral, et son sourire s'étira plus encore à sa remarque. S'il savait, la vrai force ne réside pas dans le pouvoir que l'on obtient des autres, mais dans celui qu'on se trouve soit même. Il était tellement aveugle qu'elle en aurait presque rit, mais elle grimaça juste quand il tira sa tignasse défaite pour lui relever la tête. Il pouvait lire une détermination sans faille dans le regard azuré. Lui faire peur ? Elle avait réalisé dernièrement qu'elle n'arrivait à vraiment l'être que d'un seul être, et elle n'avait sentit ni sa présence ni son odeur ce soir.

Elle le regardait, dans ses pathétiques et illusoires tentatives de domination. Mon cher, vous vous adressez à une vampire qui a eu deux centaines d'années presque pour parfaire sa haine. Elle sentait la lame sur son buste, et pas un frémissement ne parcouru son corps quand la lame se plaça dessus. Pour le reste, cette robe était irrécupérable de toute façon, vu comment il l'avait lacéré de toutes part... Désolant, elle avait aimé le contraste du taffetas et du velours, il faudrait qu'elle contacte le créateur, pour en refaire faire une. Oui, pendant que monsieur tortionnaire enfonçait la lame sur sa poitrine, elle préférait à la douleur des réflexions relativement éloignées de la situation. Le corset était à terre, troué et marqué des coups répétés dessus. Elle sentait dans son dos les marques se refermer mais lentement. Avait il prit tant de sang que cela que ses dons n'arrivent pas à prendre le dessus ? Elle sentit la douleur traverser sa poitrine et n'osa pas pencher le visage vers cette nouvelle plaie. Et bien lui fit, le coup suivant lui fit échapper un râlement et un cri presque étouffé par la douleur et la surprise. Elle sentit la bile et le sang emplir sa bouche alors que tête baissée elle crachait ce qui encombrait sa trachée.

Il l'avait fait, l'erreur qu'elle attendait depuis les coups dans le dos, il était largement assez proche, et elle n'hésita pas. Usant de sa rapidité de vampire, elle envoya de toutes ses forces sa jambes tendue vers les parties vulnérables de l'ancestral. Voila pour vider les couilles, monsieur faut en avoir, disait le sourire en coin de la jeune femme qui respirait avec difficulté pour prendre le pas sur la douleur de nouveau. Elle pouvait le faire, elle avait subit pire, bien pire, et elle venait de venger les coups d'un seul. Et malgré la douleur lancinante elle se mit à rire, entrecoupé de toux dans lesquels des crachats de sang lui échappait, elle rit de le voir plié en deux sur le sol. Qu'est ce que cela faisait du bien, qu'est ce que cela lui rendait sa haine de sa propre espèce. Des êtres vils, sans aucunes tenues, sans aucuns savoir vivre, des mâle motivés encore une fois par leur propre désir. Dommage qu'elle n'ait pas eu de lame dans sa bottine, elle lui aurait bien sectionné les parties aussi. D'une voix entrecoupée et haletante, et pourtant très satisfaite d'elle, elle lui lança une nouvelle pique.

Tu veux appeler à l'aide tout de suite où je continue ?

Elle savait qu'il souffrait, elle lança de nouveau le pied dans sa direction, moins certaine de réussir son coup cette fois. Elle avait puisé dans toutes ses forces pour le premier coup, le deuxième pour lui démonter la mâchoire n'atteindrait sans doute pas sa cible. Mais elle avait la satisfaction, il allait se rendre compte que les êtres "faibles" selon lui ne l'étaient pas forcément, et qu'elle pouvait très bien le blesser en retour. Et dire que Vlad cautionnait ces actions, elle en avait la nausée, heureusement qu'il n'était pas présent, être ainsi face à lui dans cette position relativement peu confortable, avec les plaies qui laissaient échapper son sang de partout... Ce n'était pas ainsi que l'idée de body-painting lui était venue à l'esprit .. Quand à cet homme qui se permettait des privauté avec son corps.... Elle se promettait de lui rendre la monnaie de sa pièce avec les intérêts !

Code by Joy


Ordre de jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Mar 20 Déc - 19:35

Vergil Vacaresco
Vampire Respecté
avatar
Messages : 193
Points : 490
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Tuer les sanguinéreux

Feuille de personnage
Âge réel: 215 ans
Taille: 1m80
Emploi: Gestion du clan


Not exactly what you were expecting for.
PV Charity, Vergil, Evelyne, Masanari, Vlad.

L'homme à la chevelure ébène qui se faisait une joie de tabasser sa victime était plus que satisfait de la première réaction de celle-ci.... c'était un bon début, mais il n'était pas prêt d'en avoir terminé, ça, c'est quelque chose de sûr. La réaction que le vampire lui avait arraché venait tout juste de réveiller le monstre en lui: l'envie gonflait en son être autant que son ego démesuré. Sa tête ne passerait plus dans les portes, et là, ce serait bien le cas de le dire! L'envie de la voir ramper au sol hantait le tortionnaire, et le poussait à continuer encore et encore ses mauvais traitements à son égard. C'était comme la drogue, il n'en avait jamais assez, il en demandait toujours plus... et il s'arrangerait pour obtenir ce qu'il demande.

Il avait de nombreux autres plans derrière la tête, mais alors qu'il avait baissé sa garde, le pied de la demoiselle s'élevait, venant frapper en plein son entre-jambe. Il avait négligé ce détail: ses pieds n'étaient pas attachés... mais encore, le vampire n'aurait jamais imaginé qu'elle ait la force de lever le pied. La douleur lacinante du coup lui montait jusqu'au cerveau, lui élançant une onde de choc rapide. Se pliant en deux tout en se tenant fermement, il jurait de nombreuses fois, jubilant sous les grognements de douleur. Il n'était pas prêt de lâcher prise, ça non: il n'allait pas tomber à genoux devant elle. Un autre coup de pied volait en sa direction, chose qu'il arrêtait d'un coup d'épaule, évitant ainsi de se le prendre en pleine tronche. Il se redressait, péniblement, tentant de déplier son corps qui ne cessait de vouloir se recroqueviller sous la douleur... mais il avait réussi à se redresser. Un long grognement sortait de sa gorge alors qu'il reprenait sa position fière, debout. Bien malgré la douleur, ses iris prenaient une teinte vermillion, intense, et son regard devenait violent en soi, sombre, une pointe de sadisme hors pair pouvait se lire dedans. L'absence de sourire sur le visage du vampire pouvait confirmer le tout: il n'allait pas lui laisser la victoire.

«C'est la dernière chose que tu auras faite de toute ta misérable vie.» Cette seule phrase était suffisante pour laisser à la vampire les plans machiavéliques qu'il avait derrière la tête. Il s'élançait vers elle, lui mettant en premier lieu un bon coup de poing dans le ventre, en plein sur la plaie que le couteau lui avait laissé. Le sang de celle-ci coulait sur la main fermée de la tignasse de jais, et un long grognement de rage surgissait de ses cordes vocales alors qu'il lui portait un autre violent coup de poing en plein au visage. On sentait la rage dans ses coups autant qu'on l'entendait dans les grognements, sans négliger l'image de l'homme s'élançant de tout son corps, armé de sa colère pour défoncer le crane d'une pauvre femme. Déloyal soit-il: Vergil était dans une rage comme il était rare de le voir, et pour le moment, rien n'allait l'arrêter dans sa course: la tuer à grand coup de poings, là était son but. Peu importe le sexe, la race, la grandeur, l'âge ou encore l'état de sa victime: il allait l'exterminer. Quiconque lui porte un coup devient sa cible... elle en avait fait l'erreur, et bien Vergil l'avait ajouté sur sa blacklist.

«Meurs, salope, meurs!!!» Un troisième coup fusait en sa direction, heurtant quelque part à la hauteur de l'épaule, sûrement: il était complètement aveuglé par la colère, il n'y voyait plus rien, la teinte rouge sang hantait son point de vue.  Il suait, hurlait sa rage, criant son désir de la voir mourir. La douleur de son sexe atteint à grand coup de pieds alimentait sa colère à un point de non retour. Il ne voyait même plus où il frappait, mais un quatrième coup filait vers elle. Il l'avait touché, mais où, c'est quelque chose qu'il ne pouvait confirmer.

Le bourreau  se lassait bien vite des coups, ses poings remplis autant de son propre sang que du sang de sa victime. Ses jointures étaient ouvertes par endroits sous la force des impacts. Haletant, il s'empressait de se joindre à sa gorge, l'agrippant violemment pour la serrer entre ses doigts. Il pouvait sentir chaque nerf, chaque muscle travailler, il sentait tout ce qui était possible de ressentir entre ses doigts. Le poul presque inexistant des vampires se faisait ressentir beaucoup plus rapidement que sensé, preuve qu'elle n'était pas très forte, et que son corps luttait pour regénérer le sang qu'il pouvait. C'était compliqué pour un vampire de se regénérer avec la faim dans l'estomac, mais la demoiselle devant lui semblait lutter inconsciemment. Son poul s'accélérant, ses muscles forçant, les nerfs se tendant, cela alimentait le sourire sombre du sadique. Il sentait ses doigts s'engourdir, preuve qu'il serrait de plus en plus. «Étouffe......» Il continuait encore, s'arrangeant pour bloquer sa trachée de ses pouces, fermement. «Que la mort t'emporte, péris, va en enfer et brûle-y pour le reste de l'éternité.»

Il savait que des gens se trouvait dans la cage d'escaliers... il entendait leurs pas, il sentait leur odeur, il ressentait leur présence. Il lançait un vif coup d'oeil vers le cadre de porte, sans plus, ramenant son regard vers la jeune femme. Ils étaient dans son manoir, son clan........ ou du moins, le clan de Dracula, un clan qui s'auto-anéantissait par Vergil lui-même, devrions-nous dire. Il ne respectait plus les valeurs nobles du passé, Dracula était à présent dans les oubliettes du bourreau. Il était trop occupé, où il faisait exprès de contrer les lois que le comte avait mit en place dès le début? Nul ne saurait dire. Avec lui, un mauvais pas, c'est suffisant. La soirée c'était bien commencée, mais la jeune femme avait trop hésitée, posée trop de résistance, et l'élastique s'était brisé. Vergil avait pété les plombs.

Comme quoi une simple conquête d'un soir peut devenir sa prochaine victime...


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Fiche ..  ♦  .. Suivi RP  ..  ♦  .. Liens  .. ♦ ..   Voice  .. ♦  .. # bf0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Jeu 22 Déc - 10:21

Evelyne Salt
Vampire Respecté
avatar
Messages : 2222
Points : 2520
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Me divertir

Feuille de personnage
Âge réel: 233 ans
Taille: 1m70
Emploi: Assassin/Mercenaire
D'un fort accent japonais, mais compréhensible, l'homme m'expliquait alors que Vergil avait maintenant des tendances pour la torture. Rajoutant qu'il n'était pas au courant du nouveau passe-temps du chef des Ancestraux. Pour ma part j'étais au courant depuis longtemps... Je n'en m'étais toutefois pas mêler, car Vergil est assez vieux pour faire ses propres choix et prendre ses propres décisions. Je n'aurais jamais pensé qu'il perdrait le contrôle à ce point dans ces activités illicites. C'est alors que je sentis le regard de l'homme japonais se poser dans le mien. Il me demandait d'un regard grave, si je voulais l'aider à intervenir. Car la nouvelle victime serait l'une de ses connaissances. Je dirigeais mes pupilles glacées dans les siennes. Il était temps que j'intervienne et je n'avais plus vraiment le choix. Si je voulais protéger mon ami des autres membres et de lui-même...Il allait falloir que je le raisonne un peu.

-C'est d'accord, je vais vous aider. Suivez-moi, il n'y a plus de temps à perdre.

J'allais sortir du couloir pour me diriger aussitôt vers le sous-sol, lorsque la porte de Vlad s'ouvrit subitement, faisant ensuite place au vampire. Je lui ai parlé quelquefois dans le manoir, mais sans plus. Je sais qu'il connait lui aussi bien Vergil et qu'il vit avec nous sans être un membre, mais rien de plus. Lui aussi mit l'accent sur l'important de ne pas perdre de temps et décidait de nous accompagner vers la source des cris. Les cris devenaient des plus en plus longs et agonisants. J'identifiais la voix d'une femme, mais rien de plus. Les deux hommes avaient raison, elle devait être près de sa limite. Chaque individu à une limite, différente sur le plan physique et psychologique. La pauvre victime devait être gravement blessée vu la puissance de ses cris.

La situation était devenue hors de contrôle. Tous les membres du manoir pouvaient entendre les cris d'horreur. Des sons provenant fort probablement de coups et d'autres sévices... Et ensuite un rire des plus froid, à glacer le sang. J'aurais bien aimé pouvoir dire que j'étais horrifiée, mais la vérité est que le tout me laissait indifférente. J'intervenais en ce moment non parce que ma moral me demandait de le faire pour aider une victime, mais parce que mon ami et notre chef devaient être raisonnés. De plus, j'étais la mieux placée pour arrêter Vergil physiquement. Les deux autres hommes m'accompagnant n'étant pas particulièrement des combattants à ma connaissance.

Nous arrivions finalement devant la porte d'où provenaient les cris. Je connaissais cette pièce, le cachot de Vergil. Il s'était fait une joie de me la montrer pour me faire réagir lors de mon arrivée au manoir. La porte était verrouillée, ce qui n'était aucunement un problème pour mon petit équipement...J'avais bien fait de ne pas me changer finalement. En s'inclinant avec humilité, le vampire des plus distingués m'invitait à leur ouvrir le chemin. Je laissais alors un doux sourire apparaître sur mes lèvres pour le remercier de toute cette politesse. J'entendais alors un nouveau bruit, en fait... L'absence de cri. La voix de Vergil résonnait en arrière-plan, invitant la dame à mourir et à ''s'étouffer''. Il n'y avait plus de temps à perdre...

Habilement et très rapidement, je me plaçais devant les deux hommes. Je dégainais mon Desert Eagle, un pistolet de gros calibre. Je retirais très rapidement le cran de sécurité et tiraient deux coups de feu sur la serrure de la porte. Détruisant la serrure sans difficulté, j'ouvrais la porte à la volée. Je ne pris pas le temps d'observer la scène réellement, je réagirais plus que je réfléchissais. Je me laissais guider par mes nombreuses années d'entraînement sur le terrain, n'oubliant pas mon objectif qui était de secourir la demoiselle en détresse. Avec précision et tout en me dirigeant vers la cage à la porte grande ouverte, je tirais alors une balle dans l'avant-bras du chef des Ancestraux afin qu'il puisse laisser respirer sa victime. Je lui tirais une autre balle dans son deuxième avant-bras, pour qu'il ne dirige pas ses mains aussitôt vers la gorge de la fragile femme. Ayant utilisé toute la vitesse dont j'étais capable, j'arrivais devant mon vieil ami une seconde après qu'il est reçu la deuxième balle. Avec la crosse de mon pistolet, je lui donnais un coup avec toute ma force et précision dans le cou à un endroit précis. Je frappais alors son cou, directement sur l'un des nerfs principaux. Le temps d'une dizaine de secondes, du au nerf atteint, Vergil aurait de la difficulté à contrôler ses mouvements et à respirer, donc parler par le fait même.

Alors que le manque de contrôles des jambes de mon ami s'emparait de lui, je ne lui laissais aucun répit. Je lui donnais un nouveau coup de cross, mais à l'arrière de sa tête et près de sa nuque dans la région du cervelet, en espérant le sonner un peu plus... Son corps tomba alors sur le sol. J'étais maintenant entre lui et la vampire encore attachée à ses entraves. Je lui donnais un dernier coup, un coup de pied dans les côtes, question de le pousser un peu plus loin. Je me permis alors de pouvoir observer la scène un peu plus en détail. Je voyais un trousseau de clés au mur près de l'entrée de la cellule, ses clés servaient fort probablement à détacher ses chaines. Pour ma part, j'avais accompli mon mandat pour le moment, je laissais donc les deux hommes s'occuper de la femme. Je me contentais alors de dire,

-Les clés pour ces chaînes sont contre le mur face à la porte de la cellule.


Je fis alors un nouveau pas vers mon ami. Restant entre lui et sa victime, afin de l'empêcher de l'atteindre de nouveau. Il devrait me passer sur le corps pour passer et je n'attendais que ça.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Jeu 22 Déc - 12:44

Masanari Yasahiro
Vampire Supérieur
avatar
Messages : 231
Points : 479
Niveau de puissance : Vampire Supérieur
Emploi et loisir : Professeur de Japonais à son compte.

Feuille de personnage
Âge réel: 195 ans
Taille: 1m71
Emploi: Prof de japonais à son compte
Heureusement pour Masanari, la vampire armée allait lui prêter main forte d’après ses dires, pensant à peu près comme lui sur l’urgence de la situation. Le japonais ne remettait pas forcément un nom sur la connaissance potentiellement torturée mais cela faisait toujours bizarre de se dire qu’il allait surement reconnaître la personne, du moins un minimum. Lui aussi allait partir mais un nouvel individu fit son apparition… Masanari ne le resituait pas. Un invité peut être ? A sa question rhétorique, l’Ancestral ne lui décocha qu’un regard blasé, ne l’aimant déjà pas vraiment. Trop gaie et enjoué ce vampire à chapeau. Mais comme ce n’était guère le propos, le vampire japonais se contenta de suivre le mouvement, tâchant de faire fit de l’odeur du sang – beaucoup de sang – qui amplifiait au fur et à mesure de leur approche hâtive.

Masanari ne dit mot pendant tout le trajet, appréhendant un peu ce qu’ils risquaient de trouver : l’identité de sa connaissance et surtout, ce que faisait le chef. Une partit de lui espérait que ce ne soit qu’un malentendu, qu’un dissident autre enfreignait le règlement mais hélas, qui serait assez fou pour défier les lois au sein du Manoir ? Mise à part le porte-parole en personne… Etait-ce sa voix qu’il entendait, déclamant des insultes épouvantables et des menaces de mort ? Si le vampire était anxieux, il n’en montra rien et attendit patiemment l’ouverture de la porte... et n’en cru pas ses yeux, figé.

Impossible. Il ne voulait pas y croire. Pas croire que le représentant de Dracula était en train de faire une chose si inélégante et dénué de noblesse. Ses yeux glissèrent sur la victime et il pensa à voix haute :

- La patineuse…

L’élégante vampire lui ayant appris les bases du patin à glace… Il n’avait rien contre elle, voir même elle lui avait laissé une impression neutre – voir positive – ce qui le laissait éberlué. La pauvre était dans un état lamentable, preuve des sévices subit. Vergil était-il tombé aussi bas ? Oui. La preuve était sous ses yeux… Son cerveau n’arrivait pas à concevoir une telle chose. Stupéfaction et incompréhension faisaient place à une colère immense… Tout ceux en quoi il croyait n’était donc qu’un mensonge ? Qu’en était-il des valeurs des Ancestraux ? Est-ce qu’il les avait rejoint pour ça ?! Son regard s’assombrit progressivement. Evelyne gérait la situation – mieux qu’il l’avait envisagé – et le sortit de ses pensées :

- Les clés pour ces chaînes sont contre le mur face à la porte de la cellule.

Cela fini par faire bouger Masanari. Sans dire mot, il s’avança vers le mur et prit les avant de s’approcher des chaînes, méfiant, se demandant si le représentant des Ancestraux risquait de lui sauter dessus malgré ses blessures. Enfin, il y avait Evelyne entre le tortionnaire et sa victime, le bourreau n’allait surement pas passé facilement. Ses yeux se posèrent brièvement sur Vergil. Cet individu ne lui inspirait plus que méprit et dégoût. Avait-il été aveugle ? Depuis quand cet être si peu noble commettait ses exactions ? Son respect venait de s’évaporer. Il était hors de question de lui obéir à nouveau – après tout le règlement n’était visiblement qu’optionnel – et même de s’apparenter à ses individus, à ce clan. Le vampire n’avait pas l’intention de remettre les pieds ici quand tout sera fini. Durant son court chemin, Masanari enleva une partit de son habillement, sa longue veste à ample manche qu’il dénoua et posa sur les épaules de la femme vampire pour éviter que son torse soit exposé, tentant de lui redonner un minimum de dignité et glissa dans un souffle acerbe en essayant de détacher sa congénère :

- Il semblerait que je me sois trompé de vocation en signant chez eux.

Qu’importe qu’il soit entendu de tous. Soudain, il n’était plus sûr de rien. Leur Seigneur avait il fait exprès de nommer un vampire salissant leurs principes ? Vergil n’était-il qu’un imposteur ? Le visage fermé, Masanari sentait sa colère tourbillonner en lui, envisageant même d’aller massacrer cette bête sauvage à coup de clef de cellule mais il n’en fit rien – il n’en avait de toute façon pas les moyens.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Jeu 22 Déc - 22:39

Invité
Invité


Not what you were expecting for

Feat. Charity, Evelyne, Masanari, Vergil & Vlad


La porte vole en éclat sous les coups d’une arme dont Meredis serait bien incapable de donner le nom… La guerrière ayant l’air de savoir maîtriser et le feu de ses jouets, et les arts de mettre quelqu’un à terre, c’est avec une curiosité détachée que le vampire avocat se pose contre l’embrasure, et l’observe estoquer leur digne hôte. Il n’avance pas dans la salle, il n’en a pas très envie avec ce sang qui y traîne partout, ni besoin pour reconnaître celle qui bat des doigts faiblement entre ses chaînes.

Un regard brillant luit soudain sous son chapeau. Si l’homme semble indifférent, légèrement en retrait au point de dégainer son téléphone pour y consulter une chose sans intérêt, ses doigts y pianotent rapidement un message. Il lève les yeux un instant, hésitant à y joindre la photo du carnage, mais se ravise. Un simple “Plus d’un de vos amis pourraient bien avoir des ennuis par ici…” suffira à faire hâter le pas du carrosse qui doit ramener le prince noir dans ses quartiers.
Puis il replace l’objet dans sa poche arrière, et s’avance en quelques entrechats vers un Masanari qui a fini de détacher la petite princesse et souillent de ce fait ses longues manches de kimono.
D’une voix amusée, il claironne à son intention.

“ Oh vous n’aviez pas vocation à enfermer des humains dans votre cave et massacrer vos coups d’un soir, Masanari-san ? C’est étonnant ! Je m’étais toujours dit que vous dissimuliez quelques chaînes dans votre furisode pourtant… “


Et tout en l’aidant à installer leur invitée dans une position plus confortable, il jette un dernier regard aux deux combattants.


Il a les genoux encombrés des rapports de la dernière réunion, quand son insupportable smartphone vibre contre sa cuisse. Cet objet reste silencieux la plupart du temps, mais chaque fois qu’il s’anime il faudrait accourir pour être à son écoute… Vladislav a horreur de cette sensation que son temps et son espace ne lui appartiennent plus.
Il hésite un instant. Le seul qui a son numéro est un homme qui le connaît trop pour ignorer qu’il est déjà en route vers le manoir, et qu’il préfèrerait largement parler face à face plutôt que de s’échanger des “textos”, comme ils piaillent tous… Cette vibration ne peut donc signifier que deux choses, soit le téléphone a faim, soit il y a une urgence.
L’Italien se décide alors à réveiller l’écran pour y découvrir le message… Les mots employés font preuve d’une retenue étonnante, et inquiétante. Plusieurs scénarios s’invitent dans son imagination… N’est pas son ami qui veut dans la bouche de Meredis, et au manoir il ne désignerait probablement que ce cher Vergil pour s’associer un tel rang. Et à moins qu’il soit déjà découpé en plusieurs morceaux, Vergil compte pour un… Cet avocat et ses fichus jeux de mot…

Le vampire pose une main sur l’épaule du siège conducteur, maîtrisant sa voix pour ne pas y trahir l’urgence.

“ Veuillez presser l’allure, Ludwig. “ - “ Bien, monsieur. “
Se faire répondre est une chose, voir l’exécution d’un ordre en est une autre, mais le paysage se met à rapidement bouger, la voiture à trembler, et à manger les virages comme si elle était affamée d’asphalte. Le profil noble du manoir du chef Ancestral ne tarde pas à se dessiner à l’horizon.

Sitôt la voiture immobile, la portière s’ouvre à la volée et Vladislav est dans l’entrée. Une odeur de sang, une odeur terriblement connue, le prend à la gorge. Meredis a omi de lui dire dans quelle pièce ce fameux ami en danger avait été transporté, mais il ne lui faut pas longtemps pour le trouver, suivant à la trace le fumet digne d’un film horrifiant.
L’avocat chantonne, adossé au mur et lui offre un large sourire de bienvenue. Vladislav l’ignore superbement, constatant d’un regard Evelyne et Vergil d’un côté, de l’autre Masanari et la chose emmitouflée dans son hanten souillé. Il a une horrible impression en s’approchant de cette dernière, une terreur presque enfantine de découvrir le visage morcelé qui se perd sous ses mèches noires.
Il pose un genou à son chevet, croisant les saphirs abîmés de souffrance et de rage. Une main se pose contre sa joue, lui rendant une caresse dont elle l’avait honoré à peine quelques jours plus tôt.
Le vampire relève ses iris acier dans ceux dorés de Meredis.

“ Elle a besoin de sang... “

Et tandis que l’avocat s’éclipse, les lames aiguisées se tournent sur un Vergil prostré, visiblement incapable de remuer plus que ses paupières nerveuses pour un temps. Il n’entend pas ce qu’il marmonne, pas que les vociférations d’une dame Salt suréquipée. Son attention est aux cliquetis des chaînes pendantes, au souffle éteint de la mourante, à son coeur qui lutte contre le manque de sang.
L’avocat ne met pas longtemps à ramener bon gré mal gré, un humain nourricier dans la pièce du carnage.
Vladislav a pour l’esclave une poigne sur la nuque, presqu’une caresse. Dans son regard acier se dispute un ouragan d’émotions, fureur, détresse, un cocktail qui éveille sans mal ses crocs qui se plantent sans douceur dans la gorge du mortel, mais n’en aspirent pas le sang. De la même poigne, il force la morsure contre les lèvres de l’Anglaise.

“ Bois, ou je tue cet humain. “

Ah il sait ce qu’elle en pense, il sait que ça ne va pas arranger sa haine, mais il est hors de question qu’il la laisse s’extraire, quitte à la nourrir lui-même s’il doit en venir là.



Code by Vlad for L&T



Dernière édition par Vlad E. Ambrogio le Ven 23 Déc - 8:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Ven 23 Déc - 7:46

Invité
Invité


Not exactly what you were expecting for
La douleur c'est surfait

Note à soi même, pousser quelqu'un dans ses retranchements est dangereux, surtout quand on ne connait pas la personne. Elle avait manqué son deuxième cou, mais malgré cela, on pouvait voir qu'elle était pleinement satisfaite du premier. Face à la figure enragée, elle avait un air calme qui devait encore plus énerver son agresseur. N'avait il eut à faire qu'à des humains ? Elle cracha de nouveau du sang quand il percuta de son poing le flanc déjà percé, elle fut à moitié sonné par le cou suivant en pleine tête, sentant sa lèvre se fendre et ne devant sa survit que grâce à sa nature vampirique. Les coups suivant elle ne les compta pas, les impacts se faisaient précis, douloureux et le liquide vital suintait par toutes les ouvertures crées. Elle sentait le malheureux palpitant immortel lutter pour régénérer. Puis le souffle vint à manquer. Elle sentit les mains se resserrer sur sa gorge alors qu'ils chantaient des mots délicieux à ses oreilles. La mort, enfin ? Elle l'espérait, elle entendait les vagues échos de présences approchant et ne savait pas...

Elle revint quelque peu à elle, l'odeur qui approchait, elle en reconnaissait. Elle.. Elle suffoqua. Non, pas lui, pas ici, pas maintenant. Son esprit pourtant las se remit à combattre, puisant dans les forces pour contraindre un minimum de respiration pour ne pas sombrer. L'enfer ? Elle y était déjà, pas avec lui, non, mais dans cette enveloppe immortelle qu'elle n'avait pas désiré. C'était plus l'image des personnes derrière la porte qui l'inquiétait, non pas le tortionnaire lui même. Car... S'il était là, s'il parlait, s'il avertissait alors... Alors ce serait pire que tout. Elle pouvait encaisser les coups, encaisser la haine, mais pas sa présence quand elle était déjà si faible. La serrure ne résista pas du moins du moins elle eut presque un rire en imaginant un bâton de dynamite glisser dans l'interstice. Bien mal lui en prit le peu d'air qui lui restait lui échappa alors que la suite parue quelque peu ... Floue. Elle se rassura en se disant que ce n'était pas des renforts pour lui, enfin du moins des amis venus festoyer n'auraient pas défoncer la porte à coup d'arme à feu.

L'étreinte se fait moins forte sur ses voies rapidement, mais l'air à du mal à passé dans la trachée écrasée, elle ne veut pas affronter les regards tout de suite, sa tête tombant sur son buste le couvrant de ses cheveux noircit et gluants d'hémoglobine. La voix féminine lui est inconnue, ses sens altérés perçoivent juste des êtres immortels, comme elle. Elle tente de retrouver la vue d'abord, sentant une présence approcher elle tente de tirer sur les chaînes, la confiance n'a jamais été là avec ses semblables, elle les a suivit une fois pour son malheur et s'en mord encore les doigts. Pourtant c'est un vêtement qui se pose sur son corps affligé de plaies plus suintantes les unes que les autres. Le tissu s'en imbibe rapidement, gonflant le poids sur ses épaules frêles à cet instant. Quand les chaînes ne la retienne plus, ses jambes ont du mal à la soutenir, mais c'est d'un grognement sourd qu'elle se maintient par la force de la volonté uniquement.

Son regard se pose sur l'étoffe à ses pieds, ruine d'une tenue hors de prix, rien que cela, ils allaient avoir la note. Penser lui permet de repousser la douleur dans un coin, on la pousse sur un siège, même si elle foudroie ce qu'elle peut du regard, l'azur des pupilles est latéré, comme oscillant entre vie et mort. Trop tôt... Ils sont arrivés trop tôt murmure cette part d'elle qui n'en peut plus de cette existence. Pourtant elle accroche les regards des autres, la femme ne lui dit rien, elle ne sait pas qui elle est, elle sait juste ce qu'elle est. Son regard se pose sur celui qui remet en cause sa venue en ces lieux. Lui par contre... Elle se rappelle, c'était avant... Avant la soirée avec... Elle tourne la tête vers Meridis. Lui... Elle ne le cerne pas, elle ne comprend ni ces desseins ni la place qu'il occupe vraiment et elle s'en méfie. Mais au moins ce n'est pas... Elle sait avant même qu'il n'entre qu'il est là et envoie un regard chargé de haine brut au serviteur du seigneur noir. Elle ne lui pardonnera pas, elle devait partir ! Sur le champs ! Présumant de ses forces elle n'arrive même pas à se lever et c'est défaite et pâle, comme si la mort finalement accédait à son souhait, qu'elle le voit entrer dans la pièce.

Son tortionnaire dans un coin, elle affronte le regard d'acier, d'un oeil, l'autre fermé et noir du coup dans le visage, la lèvre fendue, elle doit avoir bien piètre allure. Elle le toise, l'accuse du regard des ignominies perpétrées ici, et finalement est contente qu'il n'ait pas vu son état dans les chaînes. Elle l'observe approcher, comme le ferait un animal blessé face à un chasseur compatissant. Mais ne prononce pas un mot. Quand il lève la main elle ne recule pas, sentant la caresse comme une brûlure sur ses joues rougies de son sang. Elle sent le contact, l'apprécie, en ferme l'oeil un moment, comme acceptant ce que son corps lui dit, qu'il n'est que temps enfin. Elle l'aura revu une dernière fois, c'est suffisant, amplement. Elle a faillit, elle n'a pas trouver le Saigneur tout puissant, n'a pas pu atteindre son but, mais dans sa faiblesse elle laisse toutes les pensées aller. A la remarque du prince noir, elle extrait laborieusement une main du carcan et tente de la poser sur son bras. Elle ne veut pas, il le sait, il le devine et quand le pauvre humain est trainé dans cette pièce elle sent pourtant la faim renaître.

Non ! Elle refuse, elle ne veut pas, elle préfère que ce corps las s'épuise et partir, c'est mieux, pour lui comme pour elle, pour tous. Ce sang sur ces mains c'est aussi celui de ceux dont elle a prit l'existence. Elle détourne le regard, elle ne veut pas le voir mordre, elle ne veut pas laisser ses sens reprendre le dessus. Pourtant l'odeur du liquide sous ses lèvres, elle ne fait rien avant d'entendre la sentence. C'est suffisant pour ranimer sa haine, largement assez pour approcher ses lèvres de la plaie. Il ne lui donne pas le choix une fois de plus, elle le déteste, le lui fait savoir d'un regard. Elle hésite, elle ne veut pas voir l'humain mourir, mais sait qu'il mettra sa menace à exécution sous ses yeux. Le sang coule en perle rubis sur le cou du malheureux, et elle cède. Lui tenir tête ne raviverait qu'un peu plus la douleur, et elle sait, elle en a besoin de ce sang. Le sien ne suffit plus, elle se penche et lape quelques gouttes. Elle refuse de mordre cependant, se contentant de ce qui coule. Avec la vie qui revient la haine monte, lentement furieusement.

Pas contre la pauvre petite chose blonde qui semble habituée à n'être qu'un repas sur pied. Elle se déteste de voler la vie encore une fois. Elle sait déjà que les larmes brulent de nouveau ses joues, mais elles sont de rage cette fois. C'est cette colère qui la maintient en vie, elle repousse le malheureux, elle n'a qu'à peine but mais le peu suffit à sa force, les plaies se referment à présent plus vite, elle sent la moiteur sur sa peau et rêve d'un bain. Elle toise les vampires présent, a chacun une haine différente née dans son regard. L'attaquante parce qu'elle a mit deux secondes à mettre ko l'agresseur, quand elle n'a pas pu seulement anticiper. Au patineur d'avoir vu et couvert son corps exposé à la vue de tous. A Meridis, chien fidèle et responsable à ses yeux de sa déchéance devant le prince noir. Qui a droit au même regard défiant, il l'a de nouveau forcé à boire, il le sait, elle le sait, c'est un affront de plus à ses yeux. Elle se dresse, serrant les pans du vêtement imbibé lourd de ses propres flux. Elle n'est pas grande mais sa colère est palpable, visible, inquisitrice. Elle les toise tous un par un, même ceux trainés là qui ignorent pourquoi ils le sont.

C'est donc cela vos nouveaux amusements ? Je n'ai pas eu le temps d'apprécier, vraiment....

Elle enrage intérieurement, elle sait pourtant de quoi ils sont capable, alors pourquoi cette douleur de le voir et le constater ? Elle refuse de s'abaisser plus qu'elle ne l'a déjà fait, s'il veut tuer l'humain qu'il le fasse. Elle se sentira mal, mais plus qu'à cet instant ? Elle en doute. Encore vacillante elle recule, un animal blessé est dangereux, mais un à terre l'est encore plus. En son état elle doute d'avoir les réflexes nécessaires pour repousser l'agresseur. Quel qu'il soit. Et son regard passe rapidement sur la porte. Elle est loin et beaucoup d'obstacles l'en sépare. Elle ignore même si elle parviendra à échapper aux autres vampires du lieu. Elle le sent, elle le sait, ils sont là, dans les étages, elle ne peut tous les fuir. Il le faut pourtant. Elle se fige soudain, ayant sans doute pressentit ce qui allait se passer elle préfère reculer, ils sont 4 qu'ils se débrouillent avec ce qu'ils appellent leur chef.

Code by Joy


Ordre de jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Dim 25 Déc - 10:56

Vergil Vacaresco
Vampire Respecté
avatar
Messages : 193
Points : 490
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Tuer les sanguinéreux

Feuille de personnage
Âge réel: 215 ans
Taille: 1m80
Emploi: Gestion du clan


Not exactly what you were expecting for.
PV Charity, Vergil, Evelyne, Masanari, Vlad.

La colère qui bouillait, la souffrance qui palpait, la douleur du coup qu'elle avait donnée, sa rébellion malgré sa position, tout ces choses étaient des trucs suffisants pour agrémenter la violence que Vergil pouvait porter à l'égard de sa victime. Il avait rarement vu des cas aussi rebelles, aussi têtu, mais il s'était mit dans la tête de lui faire comprendre qui était le maître dans le sous-sol de ce bâtiment. Ses mains se resserraient de façon significative, et la réaction de la vampire devant lui n'était en rien rassurant pour elle-même, mais rien de plus délicieux aux yeux du vampire. Un large sourire des plus malsain s'étirait sur son visage en voyant que celle-ci perdait ses moyens, ses facultés. Il était ivre de sa propre rage. Il entendait des voix, mais il avait perdu tous ses moyens, à un point où il ne réalisait même pas quelles étaient les conversations prononcées de l'autre côté de la porte.

Un coup de feu avait été suffisant pour faire sursauter le propriétaire des lieux: qui osait saccager sa porte de sous-sol? Son regard abritant une couleur sang se retournait vers la provenance de tout ce charabia, pour constater que Evelyne entrait...... et pointait un flingue vers lui. Elle faisait quoi? Elle était en train de le trahir? Il l'avait sous-estimée, il l'avait perdue de vue depuis des dizaines d'années, et c'est ce qu'elle était devenue, pendant ce temps? Une traîtresse?

Vergil n'avait pas eu le temps de réagir qu'elle tirait: la douleur lacinante dans ses bras lui arrachait un grognement étouffé. Il relâchait la jeune femme, jurant, ramenant ses bras contre lui tout en se penchant sous la douleur. Il lançait un regard noir en direction de toute la troupe qui débarquait au sous-sol. Son clan. Ses conseillers, ses partenaires de combat, ses amis, sa famille.... tout son clan. Tout son clan venait de se retourner contre lui. Une demande de Dracula, ou ils s'étaient tous ouverts les yeux sur sa connerie? Son regard endolori se rivait rapidement vers Evelyne, cette dernière étant déjà près de lui avant même qu'il ait eu le temps de répliquer. Il n'avait même pas eu le temps de prononcer son questionnement qu'il se retrouvait avec un coup d'on ne sait quoi contre le cou, Vergil n'avait pas eu le temps de voir avec quoi... mais un onde de choc s'était emparé de lui, il étouffait un gémissement sous la douleur. Un nerf avait été frappé, Vergil était paralysé, debout, sans pouvoir porter aucune réaction. Ses muscles s'étaient tous crispés en même temps, la douleur présente dans tous les membres de son corps lui étaient drôlemnt pénible, et très inconfortable. Ses iris rubis dilatées sous la pression fixait sa vieille amie, des iris tremblants, et quand bien même ses tentatives, il n'arrivait pas à parler, encore moins à répliquer.

Un autre coup se portait à son cou, près de sa tête. Un autre gémissement étouffé par l'onde de choc encore présent surgissait de sa gorge alors qu'il s'écroulait lourdement au sol tel un pantin. Il tremblait légèrement, il avait peine à respirer, sa vue se troublait pour finir par donner une simple image noire, remplie de points blancs. La panique l'envahissait sur le coup: il tentait de respirer, mais cette simple acte lui était tellement difficile à accomplir que les tremblements s'emparaient de lui, ses mains à peine contrôlés se ramenaient difficilement à son cou, qu'il massait, il tentait de déloger ce qui l'empêchait de respirer. là, ce n'était rien de physique qui obstruait ses voies respiratoires, mais bien un trouble neurologique et cervical qui pourrait prendre quelques secondes avant de se replacer. Un tel coup aurait sûrement tué, ou paralysé un humain, mais le vampire y avait survécu au vu de sa condition... mais allait-il être marqué psychologiquement par ce coup?

Un grognement étouffé se faisait entendre alors qu'un coup de pied retentissait en plein dans ses côtes, lui en fracturant deux au passage. Il fut poussé contre les barreaux assez violemment. L'onde de choc encore présente dans son corps rendait ce dernir plus sensible, et le coup qui lui avait été portée lui paraissait beaucoup plus douloureux qu'en réalité. Haletant, il tentait de se redresser, péniblement, et le plus qu'il avait su faire était de porter appui sur ses bras. La vision revenait peu à peu, il constatait que la jeune femme venait d'être détachée, et que le clan s'occupait d'elle. Le propriétaire des lieux se redressait finalement, de toute sa taille, se retenant difficilement contre le mur question d'encaisser les vertiges qui le hantait et qui l'empêchait d'avoir sa pleine équilibre.

«Qu'est-ce que... ça signifie..... tout ça? » Il lui sautait à la gorge, carrément. Il agrippait la gorge de Evelyne à deux mains, la serrant violemment, la secouant au passage. Il n'avait pas encore l'autonomie d'y faire parvenair un quelconque coup, ou de faire un mouvement trop rapide, alors qu'il s'était précipité sur elle pour être sûr de ne pas manquer son assaut. Ses mains se resserraient autour de la gorge de son amie d'enfance.

«HEIN!? QU'EST-CE QUE ÇA SIGNIFIE, TOUT ÇA?»

Sa voix était rauque, la phrase lâchée dans un cri assez puissant malgré tout. Tous les gens l'avaient entendu. Il voulait se faire entendre, il cherchait à comprendre. Il ne semblait pas avoir réalisé que le majeur problème entre ces murs, c'était lui. Est-ce que son clan allait agir en nobles hommes, et le ramener dans le droit chemin? Ils allaient le tuer? Vergil avait grandement désavantage en ce moment, mais son orgueil l'avait poussé à attaquer Evelyne quand-même. Il ne comprenait pas encore. Il avait traîné le clan du noble comte Dracula dans la déchéance de la torture et la maltraitance, le sadisme s'emparant de lui, il devenait peu à peu comme les sanguinaires, comme Damian... un homme qu'il s'était habitué à trouver peu noble, le type d'hommes qui détruisait la noblesse des vampires... le type d'homme qui n'avait plus aucune loyauté... les faibles sadiques, comme les Sanguinaires... comme Damian, son ennemi...

il devenait comme lui.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Fiche ..  ♦  .. Suivi RP  ..  ♦  .. Liens  .. ♦ ..   Voice  .. ♦  .. # bf0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Dim 25 Déc - 13:05

Evelyne Salt
Vampire Respecté
avatar
Messages : 2222
Points : 2520
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Me divertir

Feuille de personnage
Âge réel: 233 ans
Taille: 1m70
Emploi: Assassin/Mercenaire
Chaque coup que je lui avais donné avait été à contrecœur… Enfin, je ne peux nier avoir apprécié le fait qu’il ne tombe pas instantanément lors du coup sur ses nerfs… Et qu’il survive ensuite au coup sur le cervelet… Et qu’il se relève même après avoir reçu deux balles dans ses bras et reçu un coup de pied assez puissant pour lui avoir cassé des côtes au passage. Tomber sur un adversaire puissant qui peut tolérer les coups avait un côté divertissant, voir agréable. Par contre, j’aurais aimé pouvoir donner ces coups sur un autre vampire. Sur quelqu’un d’autre que mon vieil ami…

J’avais fait un pas dans sa direction pour qu’il s’attaque à moi avant de s’attaquer aux autres. Je voulais qu’il me passe sur le corps avant de s’attaquer à quelqu’un d’autre. J’espérais que j’arriverais à la raisonner. Ses pupilles étaient rouge sang, remplit par la folie et la haine. J’espérais au fond de moi que le bleu glacé de mes yeux arriverait à refroidir sa colère des plus brûlantes. J’espérais que le coup à la tête allait lui avoir replacé les idées, qu’il allait se rappeler le temps où nous marchions sous les ciels étoilés et qu’il ne pratiquait par la torture sur une base régulière. Le temps où il dirigeait les Ancestraux avec de la noblesse, un peu d’orgueil et surtout du bon sens. J’espérais…

Je le regardais se relever péniblement. Ses gémissements avait été un son des plus pénible à mes oreilles. En tant qu’ami, je me devais de le protéger de la souffrance… Je n’aurais jamais cru devoir un jour utiliser mes compétences au combat sur lui. Devoir le remettre à sa place pour son propre bien. Une chose qui me rassurait, était justement mes capacités. Je savais que je pourrais le mettre hors d’état de nuire sans le tuer. Mon style de combat le mettrait KO, sans lui faire de dommage irréversible. Je doutais par contre que les trois autres vampires dans la pièce feraient preuve d’autant de délicatesse s’il s’attaquait à eux.

Je le regardais se relever péniblement, haletant et utilisant le mur comme appuie. Je restais devant lui, comme un pilier au milieu d’une tempête. Je gardais un regard froid et vide. J’allais en avoir de besoin pour lui donner plus de coup. Être émotionnel avec mon ami m’empêcherait d’effectuer mon travail efficacement. Mon travail étant de le mettre hors d’état de nuire… Je laissais les deux vampires derrière moi s’occuper des longs discours moralisateurs. Vergil et moi avons toujours plus eu une relation basée sur la confiance, l’orgueil et l’action. Le message passerait beaucoup plus clairement de ma part en lui donnant une bonne volé sans le tuer. Il savait de quoi je suis capable, que je n’aurais qu’à dégainer mon arme à feu sur lui pour en finir. J’espérais que dans sa tête qui est si dure, il réaliserait que nous ne sommes pas contre lui, mais avec lui. Que j’aurais pu lui tirer une balle dans le crâne depuis bien longtemps, mais que je ne le faisais pas par amitié, respect et loyauté…

J’étais à un pas de lui. Mon pistolet était encore dans ma main gauche et reposait le long de mon corps. Le vampire était maintenant debout et de toute sa grandeur. Par son regard, je pouvais clairement dire qu’il allait passer à l’action. J’eu espoir qu’il allait être rationnel lorsqu’il nous demandait pourquoi nous agissions ainsi, mais il me sauta à la gorge immédiatement après avoir posé sa question. Par réflexe, ma main gauche voulu se relever pour lui tirer une balle dans le cœur… Entre nous, j’aurais été incapable de tirer et probablement qu’il le savait intérieurement… Je peux abattre n’importe qui froidement, hormis deux personnes. Vergil et Anna…

Avec sa vitesse et malgré les blessures sur ses bras du aux coups de feu, je sentais alors ses mains agripper ma gorge. Je sentais mon souffle se couper, un tremblement parcourir tout mon corps et du reculer l’une de mes jambes un peu plus vers l’arrière pour me retenir de tomber sur le dos. J’utilisais mes deux mains pour faire une force contre les siennes, essayant de me dégager de sa prise sans le blesser. Dans l’une de mes mains, j’avais encore mon pistolet… Je pointais le canon de celui-ci vers le plafond au cas où l’envie de nous tirer dessus lui prendrait. Quoi que cela n’avait jamais été son style… Malgré la situation, je voulais le garder à distance des autres vampires. Plus il serrait, moins j’étais en mesure de respirer facilement. Lors de la secousse, j’avais ressenti une douleur dans l’arrière de mon cou, un humain aurait fort probablement eu une ou deux vertèbre de brisé… Il cria de nouveau sa question. Sa voix était rauque, puissante et remplit de haine.

Je commençais à avoir de la difficulté à respirer sous la force de ses mains autour de mon cou. Je plongeais alors mes yeux glacé et calme dans les siens si affolé. Avant d’obtenir moi-même ce regard dû au manque d’air, je décidais de me dégager. Ses mouvements étaient encore peu autonome et ralentit par le coup au nerf. Mes mains elle-même déjà occupé à l’empêcher de me tuer par étranglement, j’utilisais toute ma force et lui donnait un coup de pied puissant sur la rotule du genou droit. J’entendis un craquement et pu finalement me dégager lorsqu’il me lâchait sous le coup de la douleur. Je lui donnais alors un coup de poing directement sur le nez, avant de le voir tomber sur les fesses de nouveau.

J’avais besoin d’une petite minute avant le prochain assaut. J’utilisais ma main valide pour me masser le cou comme je le pouvais. Je devais probablement avoir quelques marques sur la peau. Je pouvais me consoler en me disant qu’elles partiraient rapidement vu ma nature vampirique. J’en profitais pour prendre quelque grande respiration. S’il avait été en possession de tous ces moyens, cela n’aurait pas été aussi facile… Il aurait premièrement donné un coup pouvant fort probablement m’immobilisé un instant avant d’essayer d’atteindre ma gorge, pour m’empêcher de répliquer aussi facilement. Heureusement que je l’avais atteint au nerf un peu plus tôt…

Malgré ce coup, Vergil a tellement un orgueil puissant que je ne doutais point qu’il allait se relever de nouveau. Ses nerfs ne seraient plus endoloris bien longtemps… Ce coup est seulement bon pour immobiliser quelqu’un temporairement. Je me préparais à une nouvelle attaque tout en me massant le cou. Je dis alors d’une voix ferme,

-Ça suffit Vergil… Reste au sol… Ne me force pas à te casser autre chose…

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Dim 25 Déc - 19:13

Masanari Yasahiro
Vampire Supérieur
avatar
Messages : 231
Points : 479
Niveau de puissance : Vampire Supérieur
Emploi et loisir : Professeur de Japonais à son compte.

Feuille de personnage
Âge réel: 195 ans
Taille: 1m71
Emploi: Prof de japonais à son compte

Oh vous n’aviez pas vocation à enfermer des humains dans votre cave et massacrer vos coups d’un soir, Masanari-san ? C’est étonnant ! Je m’étais toujours dit que vous dissimuliez quelques chaînes dans votre furisode pourtant…

Après fait de son mieux pour couvrir la patineuse, ledit Masanari décocha un regard noir au vampire à chapeau, peu d’humeur à plaisanter alors que la situation était grave. La femme enchaînée quelques instants plus tôt risquait de perdre connaissance, voir même de mourir, et Evelyne se battait avec Vergil – ce chef déshonorant soit dit en passant – de l’autre côté. Il marmonna simplement au joyeux luron :

- Très amusant.

Se demandant ce qu’il allait faire, il jeta un coup d’œil vers la porte, prêt à aller… Il ne savait trop quoi faire, surement chercher du sang pour éviter la mort de la demoiselle. Il n’eut néanmoins pas besoin d’aller bien loin car un autre inconnu débarquait avec un humain pour l’offrir à celle-ci de manière… Inapproprié.


Bois, ou je tue cet humain.

Charmant. Lui aussi faisait dans la noblesse et l’élégance, n’est-ce pas ? La colère de Masanari monta encore d’un cran – pourtant il ne pensait pas cela possible. Ses dents étaient serrées et son regard semblait vouloir incendier à peu près tout le monde. Combien de personne étaient au courant ? Tous ? Avoir vécu loin des autres au Pays-Bas avait dû obscurcir son jugement. Il avait bien fait de passer au Manoir aujourd’hui. Est-ce que personne n’avait réagi ? Cela n’avait pas dû déranger grand monde jusqu’à maintenant… Et puis cet humain… ramené comme un vulgaire esclave apeuré… Etait-ce cela qu’il défendait comme procédé ? Il regardait la patineuse boire puis repousser le blondinet. Ses émotions s’entrechoquaient. Le japonais n’était plus habitué à en ressentir d’aussi violentes en une fois, et le laissait figé, comme incapable de faire réagir correctement corps et esprit.

Les deux vampires continuaient de se battre, Vergil cherchait à étrangler sa congénère et cria une absurdité :

«HEIN!? QU'EST-CE QUE ÇA SIGNIFIE, TOUT ÇA?»

Pourquoi était-ce lui qui hurlait une telle question ? C’était exactement ce qu’avait envie de crier Masanari. Aussi n’avait-il pas la réponse… Deux coups bien placés plus tard, Vergil était au sol. Mais Evelyne semblait avoir besoin d’assistance. Quand enfin il retrouva la parole il s’avança un peu vers Vergil pour répondre avec un regard glacial et une voix dure de son accent japonais :

- Cela signifie la fin des valeurs des Ancestraux, si jamais elles ont existé. Cela signifie la chute de notre Clan et la déchéance du Manoir. Comment n’ai-je pu le voir plus tôt ? Une telle honte…

Et il ne plaisantait pas. Il avait l’impression que le clan entier, lui compris pour ne pas l’avoir vu, trahissait les valeurs de noblesse qui n’apparaissaient à présent que comme factices. Pour finir il ajouta, caustique :

- Vous devriez démissionner de votre poste, s’il vous reste un tant soit peu d’honneur.

Sur ce il recula. Masanari n’avait rien d’autre à ajouter – si ce n’est une flopée d’insultes mais cela entacherait sa bonne conduite – et partit voir l’humain, s’assurer de son état de santé. Non pas qu’il soit le plus compatissant des êtres mais ce n’était pas ainsi que le vampire voyait la notion de montrer aux humains que les buveurs de sang étaient des êtres respectables, bien au contraire. Son regard restait froid, ses gestes assurés il sortit de sa tunique un mouchoir en tissus et le passa à l’humain pour essuyer son sang. Le vampire était agacé salir ses vêtements aujourd’hui mais comparé à la découverte qu’il se faisait des illusions depuis des années, ce n’était pas grand-chose. Laver un vêtement est plus simple que laver son honneur.

Masanari ne savait même pas si on pouvait "démissionner" du poste de représentant de Dracula mais pour lui c’était l’option la plus sage quand on avait violé allègrement les lois. Autant le dégager. Il ne prêta pas spécialement attention à la colère de la patineuse, parce qu’il était déjà en train d’essayer d’encaisser l’énormité de la déchéance du Manoir et il avait de quoi s’occuper. Ses yeux glissèrent légèrement sur le nouveau venu, restant prêt de l’humain, lui faisant comprendre que si jamais le vampire voulait s’en prendre à lui il aurait Masanari pour le défendre. Quoique le japonais envisageait très sérieusement d’embarquer le donneur de sang pour le sortir d’ici, et lui avec, trop dégoutté de rester dans cette pièce glauque, ayant besoin de prendre l’air pour digérer les révélations de cette nuit.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Lun 26 Déc - 6:52

Invité
Invité


Not what you were expecting for

Feat. Charity, Evelyne, Masanari, Vergil & Vlad


Un oeil impérieux surveille que les lèvres bleuies se referment sur la morsure, et en aspirent la source. Des couleurs moins funestes reviennent apaiser les boursouflures de cet adorable visage, Vlad a un discret sourire satisfait. Et une pointe de soulagement, dans un soupir volé.
Alors que l’humain terrifié se fait repousser, le noble impie le dégage de son chemin dans les bras de Meredis, ou de Masanari, ou que lui importe le sort cette insupportable vermine ! Il fixe le regard chargé de colère que lui offre son adorée. Cette émotion est ce qui les a toujours liés, il entend à peine ses mots, tout ce qu’il voit est son corps marqué, ce corps qu’il a fait sien trop de fois pour son propre bien-être, battus et violés par un autre. A son esprit s’impriment les traces de morsures, les coups de griffes, les bleus. Il sent sa mâchoire puissante se serrer, ses joues tendues striées de muscles, comme pour retenir quelque chose, une injure peu noble, ou un cri de rage peut-être. Elle recule et il avance d’autant, posant sa main gauche sur les siennes qui retiennent le hanten sur ses épaules. Il l’enveloppe toute entière de sa haute carrure, comme pour la cacher aux yeux des autres. Il ne supporte pas qu’elle ait pu être ainsi traitée, qu’elle soit encore là, à portée d’une autre crise de fureur de son bourreau. Une lueur de colère n’a pas quitté son regard intense, il entend à peine ce qui se déroule derrière lui, comme hors du temps et de l’espace, jusqu’à ce que la voix de son dégénéré d’ami résonne dans tout le manoir.

Vladislav jette un regard par-dessus son épaule sur la chose fulminante de nouveau mise à terre par Dame Evelyne. Il a pitié du chef des Ancestraux, presqu’autant qu’il lui en veut d’avoir posé ses mains impures sur sa belle. Une fulgurante envie de se joindre à la bastonnade le prend, sa main tremble un peu sur celle de la jeune femme mais c’est sans doute plus raisonnable qu’il reste près d’elle… autant pour empêcher Vergil de finir ce qu’il a commencé que d’éviter à sa victime de se venger - il n’a pas tellement envie d’avoir à choisir lequel des deux tuer pour sauver l’autre…

Quand l’Ancestral japonais se met à parler, il se retourne cependant, assistant à cette plaidoirie crachottée avec un léger accent. Vladislav grogne un peu. Leurs histoires de noblesse et de valeurs lui passent royalement au-dessus de la tête, honneur et bravoure sont des termes qui résonnent d’hypocrisie et d’inconsistance dans l’histoire. Dans le fond, il n’est pas foncièrement en désaccord avec ce que prône son vieil ami. Les humains sont une race de proies, et la conséquence naturelle voudrait qu’ils soient ainsi à la solde des impies, la torture étant en principe un procédé efficace pour y parvenir. Sauf que Charity n’est pas humaine, et que ce qui lui a été infligé n’est rien d’autre que de la souffrance gratuite.

Le point serré, il se tourne vers Masanari et rétorque de sa voix autoritaire.

“ Il était peut-être temps d’en arriver là… Les Ancestraux… vous n’avez plus de grandeur que les hauts-faits du passé raccrochés à votre nom. Votre chef est enterré quelque part comme un couard terrifié, je n’ai pas le moindre respect pour un vampire qui se planque dans l’ombre après une défaite, et encore moins pour ses soi-disant valeurs. Qu’il ne s’étonne pas si ses enfants prennent leur destin en main. “


Et à Vergil, d’un timbre beaucoup plus doux, qui n’a d’égale que la rancoeur et le dégoût qu’il lui porte.

“ Mais vous mon ami… regardez-vous. L’immortalité vous aura-t-elle érodé le cerveau pour que vous ne puissiez même plus vous contrôler ? Même dans vos jeunes années, vous ne vous seriez pas abaissé à torturer une femme… vous vous faites honte à vous-même. “

Que ses mots frappent durs, il n’en a cure. Le Vergil tel qu’il est là n’est pas de taille à lui évoquer la moindre terreur, il est un gamin honteux d’avoir été pris sur le fait, qui trépigne contre des adultes tentant de le raisonner. Vladislav supporte à peine de voir celui pour qui il nourrissait tant d’estime réduit à cette mauvaise parodie d’adolescent en pleine crise, il détourne le regard, conscient que si l’autre se met à bouger, Evelyne et Meredis se mettront sûrement en travers de sa route.
Cette querelle interne lui scie les nerfs...Tout ce qui lui importe est de voir Charity hors d’ici, de chasser d’elle l’odeur de son congénère, d’effacer les traces de son violent passage. Il sait qu’elle lui en veut de l’avoir forcée à se nourrir, si elle veut mourir il accédera à sa requête, mais de sa main. Pas de celle d’un autre, ou du destin. Il entoure d’en bras la jeune femme, son corps entre elle et son agresseur. “ Viens. “ Lui ordonne-t-il sèchement.



Code by Vlad for L&T

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Lun 26 Déc - 13:06

Invité
Invité


Not exactly what you were expecting for
La douleur c'est surfait

Elle regarde le chef de ce qu'ils osent appeler élite se faire rosser comme un gamin. Il parvient presque à étouffer l'autre vampire, mais cela semble presque trop facile à elle de le rabaisser au sol. Qu'il n'y reste pas, elle voulait le voir tenter encore et encore et retomber dans son propre sang. Les craquements ne l'effraie pas, elle voudrait assister à leur mort. A tous. Elle le voudrait mais dans son état elle ne peut que reculer, recul qui ne fait rien contre lui. Il avance toujours, la rejoignant et la dominant de toute sa taille. Elle voit la colère dans son regard et lui rend, inconsciente que ce n'est pas forcément envers elle qu'il en a. Elle voudrait qu'il recule, pourtant cette mains sur les siennes l'empêche sans doute de se saisir d'une armes pour percer les flancs de son agresseur. Elle connait bien trop la force de cette main pour la contrer dans son état présent.

Ce qui la calme sur le coup est le léger tremblement qui le prend, elle le sent bien sur sa propre main. Lui toujours si maitre de lui, qu'est ce qui peut ainsi influer sur ses nerfs imperturbables ? Elle n'a ni la force ni l'envie à ce moment précis de fouiller le regard si perçant de son seigneur noir. Elle est lasse, mais la colère est toujours là, grondante, a ramper au seuil de sa fatigue. Elle ne regarde pas le patineur, elle n'a révélé à personne ses premiers pas hésitants. Mais ses mots... L'honneur... Un vampire n'en a pas... Ils n'en ont jamais eu, ils fuient, tuent prennent ce qu'ils désirent puis tuent encore et encore. Sa forme vacille, le mur est proche, heureusement. Elle entend les mots de celui qui lui fait obstacle vers l'homme à terre. Il a raison, le Saigneur est à terre quelque part, et le seul à en connaitre l'endroit est cet homme au sol. Elle a la réponse à portée de main, comment mettre fin à ce règne d'immortels. Mais la voix qu'il prend pour s'adresser à son tortionnaire la glace, l'enfonce dans l'horreur un peu plus.

Elle regarde plus attentivement le vampire au sol. Est ce qu'elle l'a déjà rencontré ? Est ce qu'elle a fait cet faute ? En même temps que les autres ? Elle tremble, elle sent ses forces raréfiées déjà faiblir. Elle refuse, elle ne veut pas qu'il en soit ainsi. Ils se connaissent ? S'apprécient ? Est ce donc pour épargner son "ami" qu'il se place ainsi devant elle ? Elle voit le bras se placer sur ses épaules, elle entend son ordre, sec, dur. Ses sourcils se froncent. Non, il gagnera pas, ils ne gagneront pas. Elle ne veut rien devoir à quiconque et surtout pas à lui. Elle a envie de rire, pleurer et hurler à la fois, mais c'est en lady qu'elle se doit d'être. Lentement, d'un geste simple, elle se détache de l'épaule sur laquelle elle s'appuyait. Elle n'est peut être pas aussi ancienne qu'eux, elle n'a cependant que faire de leurs valeurs. D'un pas lent, les pieds nus sur le sol froid, elle s'avance vers le dépositaire à terre. Et lui envoie son talon dans la mâchoire. Le crac très significatif remonte sur ses lèvres un sourire simple. Sa voix est froide quand elle s'adresse à ce qui est encore pour le moment le chef des ancestraux. Elle se tourne une dernière fois vers la forme au sol puisse son regard glisse sur la robe en miette et sa voix est froide autant que glaciale quand elle annonce.

Quand une femme dit non. C'est non. Je vous enverrais la facture.

Elle sait qu'il lui reste un long chemin pour rentrer, elle s'en moque, drapée seulement de ce que le patineur à bien voulut lui offrir pour sauver ce qui reste de sa dignité, elle s'approche de celui-ci.

Je vous le ferais retourner. Une fois remit en état. 

Inutile d'en dire plus, elle n'a ni l'envie, ni les forces suffisantes pour faire plus. A la jeune femme aux armes elle envoie un simple signe de tête. Qui veut tout et rien dire. Elle devra peut être passer plus de temps en salle d'entrainement, si elles se rencontrent, elle ignore encore qui pourrait avoir le dessus... A Meridis c'est un regard glacé, chargé de haine brute d'avoir mandé son employeur qu'elle envoie. Quand au prince noir, elle le toise, s'avance et lui lance tel un soufflet de mot.

Je n'ai pas d'ordres à recevoir de vous.

La colère est là, c'est la seule chose qui la maintient debout, c'est la seule chose qui la guide vers la sortie. Ce n'est qu'une fois la porte passée qu'elle sait qu'elle a présumé de ses forces. Elle s'appuie au mur, et tente d'avancer tant bien que mal dans le couloir. Les traces de sang derrière elle s'allonge des plaies qui peinent encore à se refermer. Elle sait qu'elle aurait simplement du accepter le bras, elle refuse qu'il la voit plus longtemps ainsi, pâle défaite et... Dans une tenue fort peut appropriée.... Rentrer ... Et un bain... Sa vue se brouille légèrement... Sa main laisse une trainée de sang sur le mur, telle une piste pour un traqueur, elle serait une proie si facile à ce moment. Mais demander son aide, c'est s'humilier davantage, c'est... Tendre la main... Et elle s'est déjà saisit du vide... Elle oscille légèrement... Les formes sont vagues, ses yeux se ferment dans sa lente chute vers le sol.

Code by Joy


Information sur le jeu:
 
Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Mar 27 Déc - 9:31

Vergil Vacaresco
Vampire Respecté
avatar
Messages : 193
Points : 490
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Tuer les sanguinéreux

Feuille de personnage
Âge réel: 215 ans
Taille: 1m80
Emploi: Gestion du clan


Not exactly what you were expecting for.
PV Charity, Vergil, Evelyne, Masanari, Vlad.


Il avait agrippé son amie d'enfance par la gorge, il s'apprêtait à sectionner le corps de celle-ci, ses doigts se resserraient sur sa trachée. Un craquement se faisait entendre... un délice à ses oreilles. L'empêcher de respirer, la tuer, tels étaient ses buts... Les deux perles de sang de ses yeux était rivées dans la glace du regard de Evelyne, celle-ci restait de marbre. Outre les suffocations, son regard ne démontrait aucune peur, ce qui faisait jurer le vampire entre ses dents serrées.

Vergil était devenu dévergondé au point de s'en prendre ainsi à sa vieille amie? Il n'avait plus du tout conscience de ce qu'il faisait... La haine et la colère l'habitait, contrôlait chacun de ses mouvements bien malgré son envie folle de se barrer d'ici. Il y avait trois membres du clan, ami d'enfance, vieux amis, et une  conquête d'un soir qui s'étaient retournés contre lui, carrément... encore heureux que Lawrence et Esteban ne s'étaient pas mêlés de tout ça, manquait bien ces deux là..... Lawrence avait les oreilles fines, il aurait été du genre à entendre ce qui se passe, et descendre, possiblement s'en mêler... et au vu de la tournur des événements, il aurait probablement prit le penchant des autres vampires de la place. Pour ce qui est de Esteban, il s'agit ici d'un des plus grands et des plus baraqués du clan, c'est surtout lui et ses coups que Vergil craignait... puisque quand il a l'occasion de frapper, il le fait...
Spoiler:
 


À sa grande surprise, un coup volait à l'égard du chef du clan: un bon coup de pied venait lui arracher un grognement puissant. Un craquement s'était fait entendre alors qu'une  douleur cuisante se faisait ressentir au niveau de son genou: elle venait de lui briser la rotule. Ses mains lâchaient prise, il perdait l'équillibre et un bon coup de poing sur le nez avait suffi à l'envoyer au tapis, encore une fois. Ses mains venaient à présent se joindre à sa rotule, brisée, il grognait sous la douleur. Son nez s'était mit à saigner, il n'arrivait plus à se lever. Des vertiges le hantait encore, il peinait à se redresser assez pour voir ce qui se passait autour de lui. La douleur était vive, son nez cassé, sa rotule cassée, deux côtes également par le coup de pied de Evelyne un peu plus tôt... les fractures ne se comptaient plus. Il souffrait, fallait pas le cacher, il était au sol, haletant, restant au sol tellement les vertiges étaient présents... cela lui en donnait des nausées, et la douleur qui hantait toutes les parcelles de son corps en ce moment ne faisait qu'augmenter son envie de rendre tout ce que son estomac contenait.

La voix de Masanari se faisait entendre, encore une fois, mais cette fois-ci il ne s'agissait pas d'une phrase pour lui-même, mais bien à l'égard du propriétaire des lieux. Des mots frappants, un sens cuisant à ses phrases. Il devrait démissionner, il ne respecte plus la noblesse du clan, le manoir était voué à la déchéance? Le tout raisonnait en lui comme une gifle en pleine tronche. Son regard devenait perdu, alors qu'il repensait encore et encore à toutes les atrocités qu'il avait fait vivre aux autres... Un vague souvenir, tous les visages qu'il avait vu se tordre de douleur sous sa torture dernièrement... Il se souvenait également des mots de Dracula lors de son dernier passage: la torture n'était pas valorisée par le comte, et encore moins par les valeurs de noblesse que le clan possédait. Vergil avait tout bafoué en un temps record. Tout le monde était contre lui?

La voix de Vlad venait à sa rescousse... venant répliquer à Masanari à l'aide de ses propres valeurs personnelles, ce qui semblait apaiser le coeur en peine du pauvre chef de clan.

Cependant, la situation se retournait bien vite. La voix de Vlad s'était mit de la partie pour rendre Vergil encore plus coupable qu'il ne l'était. Les atrocités, depuis quand il les faisait vivre? Depuis le décès de ce fameux Jakob... il y a 90 ans... lors de la guerre, où il a perdu une grosse partie de ses émotions, de sa capacité à ressentir de la compassion... ce fameux Jakob était mort avec tout son amour, ses sentiments, sa compassion, et une partie de son raisonnement... et au moment où il a prit la supervision des Ancestraux, cela s'était empiré. Depuis le moment où Dracula l'avait promu chef de ce clan, là où il lui avait fait assez confiance pour transmettre ses ordres au clan... il en avait abusé, le pouvoir lui était monté à la tête.

Son regard perdu, vide semblait chercher quelque chose sur lequel s'accrocher. Il ne réagissait plus, il ne respirait presque plus alors que toutes les images de son passé lui revenait, toutes les erreurs lui torturait l'esprit. La douleur psychologique lui est plus pénible que toutes les cassures qu'ils lui avaient été infligées depuis quelques minutes.

Torturer une femme... jamais il s'en serait rabaissé, Vlad avait raison... et pourtant...

Cette femme en question se rapprochait de lui, pied nu, et le regard de Vergil s'élevait doucement vers elle, un regard en larmes, presque suppliant, qui pourtant portait encore sa lueur de haine particulière. Elle lui foutant un coup de talons en pleine mâchoire en guise de vangeance. Le vampire étouffait un gémissement. Il n'écoutait même plus ses mots, sa mâchoire avait craquée, solidement... une autre cassure à son actif. Il n'avait presque pas réagi à ce dernier coup, bien que la douleur lui était bien présente. Allongé au sol, tel un pantin, il ne respirait presque pas, son regard perdu rivé quelque part, on ne sait trop où.

Vergil avait besoin de se retrouver. Il avait besoin de réfléchir sur lui-même.

Il devenait haletant, lentement, peu à peu. La faiblesse le hantait, la douleur lui volait de l'énergie... et là, il avait faim. Il voulait du sang humain. Sa gourmandise lui avait foutu une habitude de manger pour rien, du coup il en avait oublié sa tolérance. Les crocs sorties, les yeux carmin brûlants, son visage habitait pourtant une expression vide, on pourrait presque le croire mort...

Il avait eu tort toute sa vie... le voilà à la merci de son clan. C'était là la pire torture qu'on aurait pu lui refiler... mais le pire est à venir: il allait devoir réfléchir à ses problèmes, et vivre avec la culpabilité de ce qu'il avait fait durant toutes ces années... et le souvenir que ce qui lui est arrivé... la honte qu'il s'était foutu lui-même... La seule chose qui pourrait manquer, c'est qu'on le réduise à l'esclavage en prime, ainsi il saura ce qu'il fait ressentir aux autres... cependant... le clan ne favorisant pas la torture et l'esclave...

...Vergil espérait qu'ils gardent leur noblesse..... pour une fois.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Fiche ..  ♦  .. Suivi RP  ..  ♦  .. Liens  .. ♦ ..   Voice  .. ♦  .. # bf0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Mar 27 Déc - 15:37

Evelyne Salt
Vampire Respecté
avatar
Messages : 2222
Points : 2520
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Me divertir

Feuille de personnage
Âge réel: 233 ans
Taille: 1m70
Emploi: Assassin/Mercenaire
Un puissant grognement était sorti de ses lèvres lors de mon coup de pied sur sa rotule droite. Mon coup de poing sur le nez l'avait pour sa part mis au tapis de nouveau. La haine et la rage de mon ami l'empêchaient de se battre correctement. Elle l'empêchait de réfléchir et de faire preuve de bon sens... Des coups comme ceux que je venais de lui faire n'auraient jamais aussi bien fonctionné. Normalement, mon ami est un grand combattant au corps à corps à main nue. Il était donc anormal que je sois debout devant lui, sans blessure visible alors qu'il avait de multiples fractures. Je le regardais se tenir le genou de douleurs, avec une grimace des plus douloureuse dans son visage. Son nez commençait à saigner, alors que ses yeux haineux semblaient finalement se poser sur les autres vampires.

Il essaya de se relever, sans succès. Je restais devant lui, droite et fière. Mon pistolet reposant toujours dans ma main gauche, je gardais la main droite libre pour lui donner un autre coup si nécessaire. Je me préparais à utiliser mes jambes s'il essayait de m'amener au sol avec lui. Je fus bien contente de le voir dans l'impossibilité de se relever. Il restait couché au sol, haletant dans son propre sang et suant à grosses gouttes. Je ne pouvais dire ce qu'il ressentait, mais son expression douloureuse me montrait clairement qu'il souffrait malgré la haine dans son regard. Il ne semblait pas prêt de se relever, mais je restais près de lui tout de même au cas où que l'un des autres vampires ait envie de l'achever. Vlad ne lui toucherait pas, mais je n'avais pas confiance en les trois autres...

Les discours des deux hommes furent plus efficaces que n'importe quelle fracture que j'aurais pu lui faire. Son regard était encore haineux, mais le nom verbal de mon ami s'affaissa complètement sur le sol. Les tensions sur son corps étaient maintenant descendues et il n'essayait plus de se relever. Il semblait être pris dans ces pensées, perdu bien loin au fond de lui. Son regard perdu cherchait quelque chose à quoi s'accrocher. Je gardais le même regard que lorsqu'il avait osé mettre ses mains sur mon cou. Je restais de marbre. La leçon n'était pas encore terminée, même si mon ami semblait souffrant et cherchait de l'aide, il ne méritait pas encore notre pitié.

Son regard vide, je le reconnaissais. C'est le même regard que j'ai lorsque je me regarde dans le miroir. Pour faire certains actes, il faut bien souvent abandonner une partie de soi. La détruire, l'égaré ou la perde. Pour commettre toutes ces monstruosités, il avait dû cacher son empathie et sa sympathie bien loin en lui. J'ai le même regard, sauf que le mien est uniquement vide et blasé... Pour tuer des personnes de sang-froid, je ne peux en effet pas perdre mon temps avec des remords. La différence entre mon regard et celui de mon ami, est que le sien était aussi perdu. Un bon signe quant à moi. Cela voulait dire qu'il comprenait qu'il s'était perdu lui-même, qu'il ne se reconnait plus. Du moins, j'espérais qu'il avait ces réflexions... Pour ma part, je n'ai pas cette lueur égarée, car je sais depuis lustre qui je suis et je n'ai pas besoin de réfléchir sur ma personne à ce sujet. Vergil par contre, allait devoir faire beaucoup de travail interpersonnel puisqu'il semblait être en plein crise d'identité. Je ne suis pas psychologue, mais n'importe qui connaissant le vampire un minimum aurait pu poser ce diagnostic.

Lorsque la vampire se rapprochait de Vergil, j'eus envie de me mettre en travers de sa route. Après réflexion faite en observant les blessures sur son corps, elle avait bien droit à un coup bien placé pour se défouler un peu elle aussi. Et puis, Vergil le méritait bien, il faut l'avouer. Elle lui décocha un bon coup de talon sur la mâchoire, initiant un nouveau craquement. Et une fracture de plus pour le chef des ancestraux.

La dame me faisait alors un signe de tête. Je lui répondais en faisant le même signe avec un petit sourire en coin. J'imagine que ce n'était pas le moment pour la complimenter sur ses courbes. Ce signe de tête voulait tout et rien dire a la fois. Je comprenais exactement ce qu'elle avait voulu me dire avec cette simple expression. C'était un remerciement et à la fois un avertissement. Un jour nous allions nous recroiser, fort probablement nous battre l'une contre l'autre et c'est à ce moment que nous pourrions déterminer qui est la plus balèze. Comme deux hommes qui se jauge avant de se battre loyalement. Je l'attendrais patiemment et le jour où je la croiserais, je gagnerais. Je ne manque pas de pratique depuis un certain temps d'ailleurs.

J'avais complètement ignoré ses réactions face à Vlad, leur problème émotionnel était bien le dernier de mes soucis. J'entendais encore la colère dans sa voix, je me demandais bien pour quelle raison. Nous l'avions sauvé, non?  C'est bien la première fois que je sauve quelqu'un des griffes de la mort au lieu de l'entraîner en enfer... Je trouvais étrange sa réaction, mais ne cherchait pas plus loin. Elle devait tout simplement être orgueilleuse et prude. Je regardais la vampire du coin de l'œil quitter la pièce, lentement mais surement. Ses blessures ne se refermant pas encore complètement et saignant encore à certains endroits. Lorsqu'elle eut monté les escaliers, je sus qu'elle ne se rendrait pas bien loin. Elle était encore trop faible et aucunement en état pour retourner chez elle par elle-même. Je regardais Vlad et lui dis d'une voix douce,

-Si vous voulez, ma chambre n'est pas fermée à clé. Habillez là avec mes vêtements, nous devons faire approximativement la même taille... Je m'occupe de notre ami, ne vous inquiétez pas... Je gère la situation, vous sauvez votre dulcinée.


J'entendais alors un bruit sourd au dessus de nos têtes. Elle devait être tombé inconsciente dans le couloir. Je regardais alors Masanari, j'espérais qu'il soit coopératif et qu'il adhérait à ma demande. Je ne peux malheureusement pas tout faire... Je lui demandais alors d'une voix douce,

-Pouvez-vous amener l'humain hors de la pièce et m'amener des poches de sang synthétique s'il vous plait?


Vergil était encore sur le sol, les canines sorties, son regard rubis flamboyant, mais vide. L'élément qui me permettait de le savoir encore vivant était d'ailleurs ses respirations régulières. Je prenais alors deux longues menottes qui trainaient dans la pièce. Je rangeais mon pistolet dans son étui sur ma cuisse et la clé pour la paire de menottes dans l'une de mes poches. Je retournais rapidement près de mon ami. Il avait beau être sonné et sembler vaincu, ce qui m'a gardée vivante toutes ces années est ma paranoïa.

En utilisant ma force, je relevais le vampire malgré ses grognements douloureux contre les barreaux de l'un des murs de la cellule. Je lui attachais les mains dans le dos, en passant la chaîne des menottes dans l'un des barreaux, il ne pourrait donc pas quitter le mur sur lequel il était enchaîné. Je gardais mon regard glacé. Avec un animal blessé, tout le monde sait qu'il faut rester calme et neutre. Car montrer une émotion pourrait accentuer les comportements de l'animal, tel que la rage et la colère. Le chef des ancestraux semblait calme, mais pourrait se montrer des plus dangereux une fois qu'il aurait bu du sang de nouveau. En attendant les poches de sang que j'avais demandé, je lui dis alors d'une voix calme en croisant les bras sur ma poitrine,

-Cette fois, tu es allé trop loin mon ami... Tu n'auras droit qu'a du sang synthétique, tu as déjà été bien assez gourmand. As-tu oublié les années ou un seul humain par mois te suffisait pour te nourrir? Le temps ou tu traitais bien tes proches et les gens que tu apprécies? Je crois qu’Aamos aurait plu apprécié ce Vergil que le tortionnaire qu'il a rencontré...

L'adrénaline en moi retombait. La tension dans mes épaules diminuait. C'est alors que je ressentais la douleur dans mon cou. Je bougeais légèrement la tête pour étirer celui-ci. Il ne m'avait définitivement pas manqué et m'avait fait plus de dommage que je l'aurais cru. S'il avait été en pleine possession de ses moyens, cela aurait pu être beaucoup plus dommageable.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Dim 1 Jan - 6:18

Masanari Yasahiro
Vampire Supérieur
avatar
Messages : 231
Points : 479
Niveau de puissance : Vampire Supérieur
Emploi et loisir : Professeur de Japonais à son compte.

Feuille de personnage
Âge réel: 195 ans
Taille: 1m71
Emploi: Prof de japonais à son compte
Oh… Donc le nouveau venu n’était pas un Ancestral, d’où le fait que son visage ne disait rien à Masanari qui ne le situait absolument pas. Etrangement son discours à son égard ne l’énerva pas plus, puisque le japonais était arrivé à un stade où il n’était plus à ça prêt. De plus, il est vrai que Masanari avait toujours trouvé cela étrange que leur chef se cache mais à vrai dire, le vampire défendait plus les valeurs en elles même car il trouvait qu’elles correspondaient bien à sa mentalité traditionaliste. Néanmoins soudain il eut comme une révélation… Une révélation en regardant ce porte-parole pitoyable au sol, cet inconnu qui était probablement un ami à celui-ci, Evelyne, la demoiselle patineuse, le vampire à chapeau et même l’humain blond : il n’avait pas besoin d’être ici. Non pas « ici » dans cette geôle glauque mais de façon plus général « ici » dans ce Manoir, avec les Ancestraux. Après tout, les valeurs que lui-même prônait, il n’avait qu’à les défendre tout seul.

Un calme glacial l’envahit soudain et sa colère retomba.

« Je vous le ferais retourner. Une fois remit en état. »

Il répondit d’un hochement de tête approbateur sans rien dire, continuant simplement le fil de sa pensée. C’est vrai qu’à la mort d’Alwin il avait eu besoin de se raccrocher à quelque chose. Il avait eu beau faire le fier, le vide avait été considérable. Mais maintenant, il se sentait assez fort pour aller de l’avant, suivre son chemin sans avoir besoin que l’on lui dicte sa conduite. Jusque-là il les avait suivis. Néanmoins, devoir obéir à quelqu’un ne respectant même pas les lignes de conduite de son propre clan était hors de question. Masanari pensait venir les aider à rétablir l’ordre car des vampires sanguinaires apparaissaient dans les rues… Il ne savait pas que Vergil était l’un d’entre eux. L’idée de faire comme la demoiselle vampire et de donner un coup sur le gisant au sol était tentante néanmoins, ce ne serait guère mâture. Mais parfois, il faut savoir se détendre, personnellement, une pointe d’immaturité dans tout ce sérieux fait du bien.. Alwin aurait dit quelque chose comme ça, il l’avait déjà fait en d’autres occasions, adoptant une philosophie pouvant surprendre ses congénères. M’enfin, ce n’était pas le moment de penser à ce que son amant aurait fait. Masanari savait que celui-ci aurait voulu calmer les esprits, aurait bien sur désapprouvé le comportement de Vergil mais aurait aussi eu pitié de celui-ci, cherchant à comprendre la raison de sa déchéance. Sauf que Masanari n’était pas Alwin. Le porte-parole ne lui inspirait que du dégout, et puis, ils n’étaient pas assez proche pour essayer de tenter de comprendre quoique ce soit.

Il suivit des yeux la sortie de la demoiselle mais entendit un bruit de chute. Oh, vraisemblablement elle était tombée mais il gageait que son compagnon ambigüe – l’inconnu ami de Vergil – allait la raccompagner, ce qui ferait un problème de réglé.

- Pouvez-vous amener l'humain hors de la pièce et m'amener des poches de sang synthétique s'il vous plait?

Masanari n’avait pas très envie de jouer au livreur mais à situation exceptionnel, mesures de rigueur.

- Soit.

Songeant que l’humain serait encore un peu vaseux d’avoir donné son sang, le japonais eu le bon sens de le prendre doucement par le bras pour l’aider à remonter, faisant preuve de bien plus de compassion qu’il n’en avait pour leur chef. Après tout il était contre l’esclavage. Le vampire passa avec précaution devant ses congénères, à savoir la patineuse, l’ami – ou plus ou moins – de celle-ci et le vampire à chapeau puis s’engagea dans les couloirs du Manoir. Il marchait vite mais sans courir pour autant – Vergil pouvait bien attendre cinq minutes. Il laissait l’humain vaquer à ses occupations dans son cheminement jusqu’à la cuisine. Masanari devait réfléchir à ce qu’il allait faire de manière plus stratégique. Il ne voulait pas rester dans le Clan, soit. Néanmoins, devait-il l’annoncer en fanfare ou quitter la pièce comme si de rien n’était ? Sa première idée avait bien sûr été de lancer un discours mélodramatique pour l’annoncer mais, en prenant le temps de la réflexion, il n’était pas sûr d’avoir le soutient et l’approbation de ses pairs qui connaissaient mieux Vergil. Cela serait-il vu comme un acte de traîtrise et resterait-il des gens pour avoir l’idée de l’emprisonner pour cela ? Si Vergil décidait qu’il méritait la mort, lui obéirait on ? Masanari n’était plus sûr de rien. Pourtant il ne comptait pas révéler quoique ce soit à personne sur la position et les secret du Manoir – à qui d’abord ? – ni les attaquer. Et puis les lois, bon… Visiblement elles étaient obsolètes, les autres en étaient témoin.

Il arriva vers le frigidaire et se saisi de trois poches de sang et pris sa décision. Dans cette ambiance échauffée et sinistre, les esprits s’agitaient vite et pourrait mal prendre son geste, aussi Masanari décida d’attendre que les tensions retombent et éventuellement écrire une lettre. Et puis le moment était mal choisi, il n’était même pas certain que Vergil soit lucide et comprenne ce qu’il dise. Après avoir pris les objets demandés, il revient dans les escaliers, quelques minutes plus tard.

HRP:
 

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad Lun 2 Jan - 3:33

Invité
Invité


Not what you were expecting for

Feat. Charity, Evelyne, Masanari, Vergil & Vlad


Personne n’a pu ignorer le changement d’ambiance. Vergil à terre, grelottant dans son sang, n’est plus que l’ombre du monstre. A la merci de ses amis, de ses fidèles, de ceux qui ont juré de le suivre et le protéger, de ses propres murs, là où il est maître et souverain. Cela désole Vlad de voir le fier dirigeant du prestigieux clan réduit à la ruine qu’il a sous les yeux. Ca le désole d’autant plus que quelques semaines à peine auparavant, tous deux partageaient un bon thé comme si cent ans ne s’étaient pas écoulés entre leur dernière virée à Londres, et leurs retrouvailles. Il connaît Vergil, depuis longtemps, il sait son ami capable d’une maîtrise parfaite de lui-même. Se vautrer dans le pire des vices demande après tout un énorme self-control, et seuls les fous tirent du plaisir de la folie. Il ne veut pas croire son ami fou.

Charity étant Charity, sa galante invitation se voit gentiment rejetée. Il ne la blâme pas. Ici elle est victime d’eux tous à la fois. Elle est entrée dans ce monde sans en avoir demandé l’asile, arrachée au soleil par les caprices d’un impie qui s’est pris pour son dieu. La voilà à souffrir de renaître incessamment par le sang, comme un phoenix ne peut se brûler les ailes dans les flammes. Il ne la blâme pas de vouloir faire mal, de vouloir tuer. Peut-être à sa place ne se serait-il pas délaissé d’un simple coup de pied. Il ne la blâme pas quand elle fulmine ses dernières menaces, sortant le peu de dignité qui s’égoutte derrière elle, laissant un sillage bien visible au sol jusqu’à l'éboulement de son entêtement.

Le couloir a résonné de la chute d’un corps. Meredis s’avance d’un pas vif vers la sortie, sans qu’on ne lui ait rien demandé. Vlad ne le retient pas. Le diable emporte cette femme et ses humeurs, il se hait de ne pouvoir détacher ses pensées d’elle quand sous ses yeux, se fait enchaîner l’homme avec qui il partage tant. Une vision redorée de la noble race, un rôle naturel, que leur créateur et père voudrait enliser. Il n’est pas chose rare que les armées se mutinent contre un dirigeant trop flasque, et quand celui-ci est en plus absent, peut-on réellement blâmer la milice de vouloir s’exalter ?
A ses pensées, le grand vampire s’est avancé vers le morceau de honte. Evelyne le laisse passer, elle sait qu’il ne risque rien entre les mains qui lui soulèvent la tête. Vladislav caresse du regard le visage violenté. Un discret sourire tend ses lèvres. Pas moqueur, pas rieur, juste un murmure pour gager qu’il lui pardonnera. Un jour. Ce soir, c’est trop tôt. Son sang est partout sur celle qu’il n’aurait jamais voulu voir livrée à de tels vices, la vue du résultat lui a suffi, il n’aura pas besoin du récit.
Avant de le laisser il s’avance et dépose ses lèvres froides contre le front de l’homme. Effleurant à peine l’épiderme, sans doute le contact le plus doux qu’il a reçu depuis longtemps.

Et s’écartant, il murmure à sa suggestion une plainte silencieuse, plus adressée à lui-même.

“ Que n’êtes-vous pire que Vergil en matière de torture… “ Il ponctue d’un soupir. Il n’aurait de toute façon arrogé à personne d’autre le fardeau des élucubrations de la soirée, et peut-être que ce soit une autre qui le lui autorise aide à l'affaire.
Un dernier regard pour le prisonnier, il se tourne vers sa congénère et conclut.

“ Bien, je vous laisse la suite, Dame Evelyne. Ce… désaccord doit se régler entre les membres de votre clan, je ne serai là qu’à titre d’honneur, si tant est que vous me le permettez. “


A ce “ vous “, une approbation se cherche également dans le regard qu’il vire vers Masanari, avant de le reporter sur la guerrière solidement armée.

“ Je serai de retour dans quelques heures. “

Et sur ce il recule d’un pas, s’inclinant brièvement, avant de se couler hors de cette salle aux horribles relents.

“ Le bilan est salé, elle devrait s’en sortir mais le réveil va être dur. “


Alors qu’il approche, Meredis lui dit ces mots sans se retourner. Il a un genou près de la jeune femme, son poignet droit dans la main. Elle est sur le flanc, recouverte autant que faire se peut par la soie aux motifs japonais du vêtement souillé.

“ Dois-je aller chercher une tenue plus seyante chez Dame Eve- “
D’un geste de la main, il l’a fait taire. Non... L’avocat se recule alors que son patron se plie dans la position qui était sienne. Vlad ne dit rien. Point de vêtement autre... Il lutte pour la délester de cet affreux tissu qui imprime à sa peau une nouvelle odeur étrangère. Point d'Evelyne sur ses seins, point de Vergil dans ses chairs, point de Masahiro ou qu'importe sur ses bras. Il le lui retire alors, lestant choir au sol ce qui la couvre pour le remplacer de son corps. Après quelques secondes, passant un bras sous les épaules et les genoux du corps meurtri, il la soulève comme si elle était fait de plume. “ Allez prévenir Ludwig. “ Fait-il alors en se dirigeant vers le grand escalier. “ Nous partons immédiatement pour Manchester Square. “



HRP:
 

Code by Vlad for L&T

Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
RP Terminé! (18 ans et + Violence/Gore) × Not exactly what you were expecting for × Vergil × Evelyne × Masanari × Vlad
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: 1, Manoir Ancestral-
Sauter vers: