Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

[18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Arturia Knight

Lycan Mac Hawks
Lycan Mac Hawks


Messages : 46
Points : 49
Niveau de puissance : Grande Louve
Emploi et loisir : Béta dominante des Mac Hawks.

Feuille de personnage
Âge: 32
Taille: 1m74
Emploi: Bêta dominante/Dirigeante de chaines de restauration.

MessageSujet: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Mar 13 Sep - 10:59

Les crocs noirs sont tombés, Alexander William réside bien sagement dans une cellule des Mac Hawks à servir de défouloir en terme sac de frappe ou de jouet sexuel. Arturia aurait préférer l’enterrer définitivement sans plus de cérémonie, mais bon les ordres d’Evelynn Mac Hawks étaient de le capturer vivant. C’est l’unique raison pour laquelle il respire encore le même air. Désormais, les seuls conçurent à être toujours en liste, sont les ancestraux, la guilde de saint pierre et la brigade de l’ombre. Les sanguinaires n’étant plus, elle recherche pourtant toujours activement ce Damian. Part chance Arturia ou surtout son équipe est parvenue à capturer un ancien membre des sanguinaires, entrain à leur actuel de se faire interroger par des spécialistes. La belle aura l’adresse du gêneur et cette fois elle ne se priverait pas pour saisir la moindre occasion de le réduire au silence pour l’éternité.

On frappe à la porte de son bureau. On la prévient que le prisonnier vampire a désormais parlé. Elle ordonne qu’on l’accompagne. Il fallut au duo dix bonnes minutes afin d’arriver au cachot en dessous de la maison. Que l’on ne se fait pas d’idée l’alpha des crocs noirs est retenu ailleurs. La louve arctique ne souhaitant pas dépenser ses deniers personnels afin d’entretenir ce cabot inférieur ayant besoin d’éducation. On lui ouvre la cellule. La sangsue avec les bras en l’air enchaînée par des fers solides au mur, l’obligeant à garder les bras tendus. La pièce puant le sang, le sol en était jonché. Le vampire tentait d’en prendre des gouttes. Soudain, il lève la tête comme un possédé, les canines en moins.

- Du sang.

Pas une once d’expression sur le minois de la louve, elle se désintéressait complètement du souhait. En le scrutant, elle n’apercevait aucune trace de blessure, dommage que les vampires guérissent si vite. Elle choisit étrangement de répondre favorablement à la demande du prisonnier. Si un fil au-dessus de sa tête, il y avait des poches sanguines, le vampire les fixés comme un drogué en manque. Elle en saisit une et l’enfonça dans la bouche de l’affamé.

- Tiens.

Il ne se rendit pas compte tout de suite, mais le sang, n’était pas humain, mais lycan. Il tentait en vain de cracher la poche trop enfoncée dans sa gorge. Avec un ton glacial, elle donna ses ordres.

- Débarrassez-vous du corps en restant vigilant à ne pas vous faire contaminer. Et préparez quatre équipes pour la demeure des sanguinaires en plus de deux autres qui iront en éclaireur avant que l’on arrive, il y a plusieurs packs de bombes incendiaires dont j’aimerais voir l’efficacité à l’usage.

- On ? Vous venez avec nous Dame Knight.

- Bien évidemment.

Il est vrai que la présence de la béta sur le terrain aussi peu risqué soit il est devenu rarissime avec le temps. Mais comme son ego aurait pu être combler d’avoir éliminer ou capturer un chef de clan ennemi sans y avoir mis la main à la patte elle-même. À y réfléchir, ses adversaires devraient prendre cela comme un honneur qu’elle daigne se déplacer pour eux. Cela prouve aux yeux de tous qu’ils ont une petite sorte d’importance sans compter le crédit apporté à la béta de la finance. Après quoi de mieux qu’un coup comme celui-ci pour gonfler sa popularité au saint du clan ?

Sans se poser de question, elle alla chercher son colt dans ses appartements, avec plusieurs chargeurs de balle anti vampire. Même si officiellement il est censé être abandonné de ses résidents, la prudence reste de mise, voilà pourquoi elle retira sa veste afin de mettre un kevlar en dessous, avant de la remettre. Elle mit également une ceinture pour y mettre ses chargeurs supplémentaires. La sécurité de l’arme enclenchée.

Durant le voyage, l’équipe envoyée en éclairage averti qu’ils y restaient un petit nombre d'hostile. La consigne de la chef est limpide, on extermine tout vampire s’y trouvant. Unique exception pour les prisonniers qui seront mis en dehors de leur cage et à qui ils seront demandés de bien resté sagement sur place, le temps qu’elle arrive faire son inspection et sa publicité.

En fin compte, elle aperçut enfin le fameux manoir des sanguinaires. En sortant de son véhicule blindé, la belle constate la beauté de la demeure. À la réflexion, elle se souviendra que même des dégénérés plaçant l’image des vampires en disgrâce pouvaient aussi avoir du goût. La grande porte enfoncée, Arturia déchanta avec la célérité de la lumière en constatant la décoration morbide. Même les morts dans les cimetières sortiraient de leur tombe pour manifester pour ces tendances aussi scatophiles. Désormais elle est résolue à envoyer cet endroit dans l’oublie. Le réduire en cendre non pas pour son plaisir personnel, mais pour l’honneur de l’art et de la décence la plus élémentaire. Il devait disparaître afin que personne, vampire, humain et surtout pas lycan n’ose s’en inspirer. On l’informe par radio qu’il ne reste aucun hostile vivant dans le manoir, maintenant la marche à suivre est de poser les explosifs et l’essence également. Elle désire le voir brûler un peu avant de le souffler aux quatre vents.

Elle ordonna qu’on lui indique où sont entreposés les prisonniers et surtout que rien n’est pris au sanguinaire. Normalement d’un naturel pragmatique, elle refusait de prendre au déchet pour l'emmener dans son temple. Dans son manoir, tout devait avoir un minimum d’allure et d’amour propre le reste ne franchissait même pas son portail afin d’entrer dans sa cour.

Elle entra dans un immense salon canapé et fauteuil disposés en cercle. Épais rideaux, cheminée, tapis correct, séparé par un mur en bois interrompu en son centre par un mur porteur. Derrière se trouver la troupe cachée à côté de plusieurs billards. Une fois, devant les cinq prisonniers encadrer par trois loups armés, deux demoiselles et trois hommes tous de différent âge, hormis les femmes qui semblaient jumelles. Leur point commun à tous ? La mine défaite, le corps famélique marqué par les blessures, des yeux entre l’espoir et le désespoir. Elle les scrute semble réfléchir, tous s’interrogent sur les intentions de la dame devant eux n’affichant aucune émotion. Alors elle parla sur un ton étonnamment énergique.

- Vous cinq êtes malheureusement les seuls survivants. Vous êtes désormais libre, cependant je vous offre deux possibilités. Rejoindre les lycans et en devenir un afin de vous vengez du reste des misérables ou tout simplement pour me servir moi et le clan Mac Hawks. Ou reprendre vos vies là où elles se sont arrêtées, je vous offrirai quand même les soins pour vous remettre pleinement.

Les yeux tout écarquillés, sans exception, elle affichait un sourire satisfait bien qu’éphémère. Pas question de leur forcer la main, elle s’attend même à ce qu’ils refusent tous, mais au moins ça lui fera gagné en popularité parmi la plèbe. La radio émit un signal, elle s’éloigna et demanda ce qu’il se passait. Apparemment, d’autres personnes viennent à se joindre à la fête. L’ordre, n’ouvrit le feu uniquement par nécessité, interrogé sur la provenance des vampires et surtout de bien leur préciser que les Mac Hawks sont ce soir les maîtres des lieux. Après un échange interposé via son homme de main et le chef de l’expédition vampire qui fit passer la guerre des tranchées pour une simple partie d’échec. Elle céda à leur caprice en indiquant quel souhait voir le meneur de ce groupe en personne dans le salon où elle se trouve.

Elle se mit à attendre près d'un fauteuil surveillant l'entrée par laquelle elle est venue. Elle informa aux prisonniers, désormais libre, qu’ils n’avaient pas besoin de rester dans leur coin et pouvaient se mouvoir dans la pièce à leur guise. Elle émit une condition qu’en dehors il leur faudrait une escorte et qu’elle ignore si les nouveaux venus sont aussi amicaux qu’elle même. Donc, éviter d’aller à leur rencontre, un conseil qu’ils sont également libres d’écouter ou non.
Il mît du temps à arriver ce chef et lorsqu’elle le vit physiquement, son apparence lui évoqua une personne. Elle se dressa devant le vampire la dépassant d’une bonne tête, ses quatre gardes du corps à son apparition mirent les armes en évidence, faisant comprendre qu’il valait mieux ne pas chercher les embrouilles. Arturia prit le soin de saluer son invité de sa voix habituellement flegme.

- Bien le bonsoir très cher. Je me nomme Arturia Knight à qui ait-je l’honneur ?

La tête de ce vampire, elle a la certitude de l’avoir vu quelque part, mais où ? Sans doute dans les avis de recherche et elle fouillait dans sa mémoire pour mettre un nom sur ce visage avant qu’il ne le prononce. Qu’il soit important ça c’est certain, mais elle avait mis l’accent dernièrement sur Damian et Alexander, et non les autres grands dirigeants des clans adverses. Elle avait l’avantage, d’être inconnu aux bataillons. L’inconvénient étant qu’elle est relativement simple à retrouver une fois son patronyme connu. Cela l’inquiétait ? À moitié, ce n’est pas pour rien qu’elle a en permanence une escorte. Sans le lâcher de son champ de vision, elle prit position dans le centre d’un canapé, étonnamment confortable. L’invitant à faire de même d’un geste de la main.

- Mieux vos se mettre à l’aise pour les derniers instants de se misérable repère. L’odeur de l’essence ne vous dérange pas trop j’espère ? Et que vous amène-t-il ici, pas l’architecture tout de même ?

Hautaine comme à son tempérament, elle n’avait cure de si l’odeur du combustible importunait le vieux vampire. Non, l’unique détail l’intéressant est de savoir pour lequel il est ici. Sauf, que la conversation peut apporter davantage d’information qu’espéré de prime à bord, alors autant demeurer courtois.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Dernière édition par Arturia Knight le Dim 23 Oct - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vergil Vacaresco

Viens te faire détester
Viens te faire détester


Messages : 182
Points : 148
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Tuer les sanguinéreux

Feuille de personnage
Âge: 215 ans
Taille:
Emploi: Gestion du clan

MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Mar 13 Sep - 13:29




La fierté des maîtres
PV Vergil et Arturia

Nous avions eu une mauvaise chasse. Cette chasse, où nous étions parti pour le manoir Sanguinaire, dans une intrusion sans effraction pour secourir le fabricant d'arme. Cette soirée où nous avions récupéré un esclave, mais également un bras droit. Ce moment où nous avions appris les plans du manoir, cette semaine là où nous avions fortement et sévèrement interrogé un des membres Sanguinaire pour connaître cette carte du bâtiment dans ses plus profonds secrets. Cette chasse où j'avais fait tout un carnage, décimant plus de la moitié du clan à moi seul...... également cette chasse où je m'étais fait massacrer comme jamais, ou du moins, la dernière fois où j'avais eu ce piteux état remonte à plus de 15 décennies.

Maintenant Evelyne ainsi que moi-même sorti de la bâtisse aux architectures particuliers, ayant en compagnie notre fabricant d'arme dénommé Gabriel, nous nous étions rendu au manoir Ancestral question de soigner l'état lamentable de l'humain avant de se remettre en plan. Il était en ce moment resté avec Evelyne, question d'apprendre les dogmes et coûtumes du clan Ancestral ainsi que nos façons de fonctionner, et pour ma part, je faisais parti du plan que nous avions élaboré pour la suite des choses.

J'étais sensé y aller seul, pour cette fois-ci, et ça comprenait la capture de Damian Black, soit le chef de ce clan machiavélique que nous étions sur le point de décimer. Nous avions élaboré un plan sur papier, l'un de ces plans détaillé, et où j'avais également des gens à l'appui, une troupe qui me suivrait. On ne sait jamais, j'ai beau être l'un des vampires les plus puissants, je ne suis pas imbattable... et c'est chose constatée, malheureusement, lors de notre dernière intrusion en ce lieu que nous convoitions tant. J'avais beau avoir prévu y aller seul, Evelyne avait insisté pour inclure trois de mes hommes dans le projet...... et question d'éviter un majeur coup à l'orgueil, encore une fois, j'avais prit mes précautions, évitant ainsi de laisser mes faiblesses en vue, et j'avais accepté la venue de renforts.

Me voilà en route, suivi de trois de mes hommes. Les trois hommes comprenaient également M. Lawrence, il tenait à me suivre bien que je doutais de son efficacité sur le terrain. Il est plus doué à distance ou encore dans la conception de plan, que dans le combat si cela s'avérait nécessaire. Heureusement pour lui, il avait emmené une arme à feu assez discrète, ce qui serait sûrement plus utile que sa simple présence. Il reste quand-même dans les seuls hommes qui m'ait vu dans un état pitoyable, et sûrement l'un des seuls qui sera en capacité de m'arrêter si je perds la boule comme la dernière fois où j'ai mit les pieds chez les Sanguinaires sans risquer sa vie. Si jamais un autre de mes hommes essayait de m'arrêter, la mort s'en suivrait sûrement pour lui, alors que Lawrence, je le considère comme mon bras droit, c'est mon frère de coeur, si on peut le dire ainsi, je ne lui ferai pas de mal, même en transe. Finalement, M. Lawrence avait sûrement son utilité!

Je me pointais devant le bâtiment, observant encore l'architecture ancienne, toutefois magnifique. Mon regard curieux et sérieux scrutait les parois des murs, la bâtisse encore intacte... et je devais mettre feu à l'art qu'abritait le bâtiment, qui était toutefois habité par des monstres sanguinaires sur pattes. C'était un vrai gâchis, c'était peu de le dire... mais le choix n'était pas là, si nous gardions ce bâtiment, nous deviendrons les cibles d'un potentiel retour de Damian. Lorsqu'un navire coule, le capitaine coule avec lui, comme on disait à l'époque.

Sur ces pensées un peu regrettées, je m'avançais finalement dans le manoir. Une forte odeur de noctambules avait tendance à m'arrêter dans ma course, mais l'envie de détruire cet endroit sinistre avait prit le dessus, me poussant à continuer. Qu'est-ce que des lycans faisaient dans cet endroit, de toute façon? Peut-être que le groupe ennemi avait prit les devants face à la destruction du bâtiment, nous devions rester à l'affût des moindres mouvements, et des moindres signes de présence dans la bâtisse... si des explosifs sont placés pour détruire le manoir, nous devions être en mesure de les éviter. Par contre, l'odeur canin toujours présent dans la place, je me disais que ce serait du suicide de les faire exploser maintenant...... et encore, si on parlait d'explosifs, puisqu'une mince odeur d'essence venait titiller mes narines......

Un pas après l'autre, je constatais que l'architecture intérieure était tout aussi resplendissante que celle extérieure, me refilant tout de même un certain regrès de faire brûler ce bâtiment. Je m'avançais dans le hall, en compagnie de M. Lawrence, alors que les deux autres étaient partis dans le manoir, ailleurs. Une odeur lycantrope m'était montée au nez alors que je pénétrais une pièce, celle-ci déjà occupée par quelqu'un... une blonde, d'ailleurs, un air assez hautaine au visage. Celle-ci semblait un peu surprise de me constater dans la même pièce, de même pour moi... c'est là que j'avais constaté que je n'étais pas seul à en avoir après Damian, et que forcément, elle comptait mettre fin aux balivernes qu'habitait ce manoir. Je la foudroyais du regard, mon but étant sûrement le même que le sien, je ne devais pas lui laisser l'honneur de mettre le feu à cet endroit avant moi.

Sa voix avait retenti sur un ton assez formel, se présentant, me saluant. Je hochais légèrement de la tête, comme quoi j'avais compris ce qu'elle avait dit avant de me lancer dans une présentation de forme aussi formelle, question de garder une certaine politesse, et possiblement même calmer son ego un peu trop gonflé à mon goût. «Mes salutations Mademoiselle Knight, je me nomme Vergil Vacaresco. Enchanté. » Même Lawrence me lançait un regard particulier, surpris de voir tant d'élégance sortir de mes paroles. Venant d'une certaine époque, j'avais tout de même cette tenue que je pouvais garder malgré mon côté très arrogant à la normal. Mon regard fusait vers M. Lawrence, lui faisant signe d'aller rejoindre mes deux autres hommes un peu plus loin, demandant donc de me laisser seul avec Arturia. J'avais fait cette demande dans un silence total, seul mon regard et il avait compris, tournant les talons et prenant la direction de l'étage.

Pour ma part, mes pas s'avançaient lentement en direction du sofa en question, voyant que Arturia s'y était assise lentement. Je prenais donc place dans celui en face du sien, dans le centre, m'y assoyant dans toute mon élégance de l'époque, confortablement tout de même. Je scrutais la demoiselle en face de moi, un léger sourire s'étirant alors qu'elle s'exclamait sur ma venue. C'est donc d'un léger sourire mesquin que je venais lui répondre, sur un ton assez sérieux. «L'architecture est sans nul doute merveilleuse, mais ce n'est pas le point principal de ma venue. Cette odeur d'essence ne fait que me confirmer que vous avez le même but que moi, en venant entre ces murs.» Ouais, la destruction de ce manoir effectivement. «Ce manoir, bien que d'apparence sublime, se doit d'être détruit. Un navire qui coule se doit d'emmener son capitaine.» C'était donc clair comme ça, et confirmation s'en suit: «M. Black est ma prochaine cible, vous aurez deviné.»

L'odeur d'essence me montait au nez et devenait plutôt désagréable, mais je me devais de cacher ce désagrément de l'oeil de la lycane devant moi. Aucune faiblesse ne devait se faire voir de ma part... aucun. Je n'avais pas droit à l'erreur, ni à l'échec, et une moindre faille pourrait devenir une arme fatale tombant entre les mains de la femme blonde devant moi, celle-ci semblant avoir un oeil -ou une attitude- attentive à ce qui se passait. Allons, attendons de voir quel sera es réponses de Mademoiselle Knight face à mes dires....


code by law

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Fiche ..  ♦  .. Suivi RP  ..  ♦  .. Liens  .. ♦ ..   Voice  .. ♦  .. # bf0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Arturia Knight

Lycan Mac Hawks
Lycan Mac Hawks


Messages : 46
Points : 49
Niveau de puissance : Grande Louve
Emploi et loisir : Béta dominante des Mac Hawks.

Feuille de personnage
Âge: 32
Taille: 1m74
Emploi: Bêta dominante/Dirigeante de chaines de restauration.

MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Dim 18 Sep - 9:12

Vergil Vacaresco, les souvenirs sur son avis de recherche remonté à la surface avec la célérité d’un volcan en éruption. Si elle en croit sa fiche alors, sa capture serait une excellente compensation d’avoir raté Damian Black. Seulement, il faut mesurer les risques, à son odeur il est âgé, est donc relativement puissant. Et elle doute également qu’il soit à sa place sans avoir appris à se battre. Même en prenant en compte ses loups-garous d’élite, ce type n’a pas dû venir non plus avec des débutants. Elle allait y réfléchir dans un coin de sa tête, mais elle ressent le risque. Elle réussit, ça la glorifiera aux yeux du clan, cependant si elle meurt tout s’arrête. Le pire resterait d’être capturé comme un vulgaire cabot et rabaissé aux yeux de tous, ça, sa fierté ne le supporterait pas.

Elle note que ses hommes furent surpris de l’élocution de leur supérieur. Leur plan fut changé en court de route ? Où cette marque de politesse n’est pas des plus habituelle ? Le temps lui apportera la réponse. Arturia a quoi qu’il en soit la certitude qu’il ignore qui elle est. Une information troquée elle espère, car ne pas la connaître avec toutes ses chaînes de restauration ou son casino ou encore sa position au saint des Mac Hawks. Remarque on ne pouvait trouver de chef aussi compétent qu’elle dans tous les clans ou groupe, sinon la louve ne serait qu’un patron parmi tant d’autres au lieu de s’élever au-dessus de la masse.

- Que l’un de vous mette les humains libérés à l’abri le reste dans le couloir et pas de vague.

Elle donna son ordre de façon plus oral que son homologue vampire, sans tourner la tête afin de la garder dans son champ de vision et ne rien rater de ses réactions. Elle salue mentalement, l’initiative de Vergil ne tournant pas autour du pot. Sa cible était également monsieur Black. Lorsqu’il avoua aimer la décoration du manoir, la béta dominante eut comme réaction de cligner davantage des yeux. Il faut croire que les vampires ou tous des goûts de fond de cuvette de toilette pour le dire poliment. Ce qui défendable entre ces murs sont les meubles et rien d’autre, le reste, fuyez pauvre fou. Elle emprunta son ton flegme comme si elle dénonçait une évidence.

- Hormis le mobilier, rien n’est à sauver ici. Plus tôt sera le mieux que je mette le feu à cet endroit. Malheureusement, comme vous l’aurez également deviné monsieur Black ne se trouve point ici. Sinon, je lui aurais déjà arraché le cœur et réduis en cendre ce lieu bien avant votre arrivée.

Elle leva les yeux un instant et songea à une chose. En rapportant une preuve de sa mort, elle aurait des félicitations de tout le clan et sa position se serait avérée des plus ancrée dans le clan. Sa popularité serait vue gonflé également. Une question demeure, si les événements s’étaient passés comme ça, la tête et les chevilles de la belle tiendraient-elles encore dans son manoir ?

- J’aurais aussi pris sa tête comme preuve incontestable de sa mort. Dans une boîte cela va de soi, pas question de toléré le sang d’un inférieur dégelassent le coffre d’une de mes voitures ou même les sièges. Qu’auriez-vous fait à ma place si vous aviez pu l’attraper ?

Elle se retient de dire vampire inférieur, pour le coup cela sonnerait comme une possible provocation à l’encontre de Vacaresco. Or elle ne souhaite pas créer le conflit ou une excuse pour le neutraliser et le ramener dans leur cellule. Sans compter le danger qu’il représente, sur la feuille il est marqué élevé et s’il dépasse les deux cents ans alors même avec son arme et sa deuxième forme Arturia pourrait avoir du mal à le maîtriser. Avant d’enchaîner un message radio vient interrompre ses pensées. Ses hommes avaient apparemment fait une découverte intéressante.

- Madame, on vient de trouver la raison d’une si faible résistance dans le manoir des sanguinaires.

- Et alors ?

- C’est un carnage ici, bon sang, c’est dégueu, la plupart des vampires ici se sont fait massacrer à mains nues. Les plus chanceux c’est par balles, ouch la tronche de celui-là. J’ignore combien étaient les mecs ayant réalisé cette horreur, mais ils doivent être sacré dérangé du bocal.

- Merci pour le rapport, rappeler moi uniquement s’il y a des informations plus capitales que celle-ci.

Donc, une bonne partie du clan avait succombé avant leur arrivée. Est-ce eux qui ont emporté Damian avant l’arrivée des Maw Hawks ou des Ancestraux ? Il serait judicieux de capturer un membre des sanguinaires pour connaître le nombre exact d’ennemis en voulant à la vie de leur maître. Quoiqu’il en demeure, jusqu’à preuve du contraire Damian Black est encore en vie et sera poursuivie en tant que tel.

- Une idée de qui aurait pu venir avant nous ? Vous croyez qu’ils ont réussi à attraper notre proie commune ? D’ailleurs simple curiosité que lui vouliez-vous à Damian Black en dehors d’une mort dans d’atroces souffrances ?

Interrogation lancée sans espoir de réponse concrète et elle ne s’en cachait pas vraiment. Malgré son visage presque inexpressif. En réalité depuis qu’elle s’est assise dans ce canapé seul ses yeux et paupières, sans compter sa bouchère avait bougé.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vergil Vacaresco

Viens te faire détester
Viens te faire détester


Messages : 182
Points : 148
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Tuer les sanguinéreux

Feuille de personnage
Âge: 215 ans
Taille:
Emploi: Gestion du clan

MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Dim 18 Sep - 21:48



La fierté des maîtres
PV Vergil et Arturia



J'étais entré dans le manoir, et j'avais demandé à mes bras droits s'ils pouvaient me laisser seul. Ils m'avaient obéi au doigt et à l'oeil, me refilant du coup un sacré sourire en plein visage. Mon regard rubis scrutait attentivement la pièce dans laquelle je venais de m'assoir: un salon au mobilier assez victorien également, de même que l'apparence extérieur du bâtiment. Sûrement ils auraient pu faire un musée avec ce bâtiment, si ce n'était pas question de repaire en ce moment même. Le détruire était mon devoir, bien malgré ce que je pouvais penser de l'apparence de cette bâtisse... Arturia avait d'ailleurs répondue à mon commentaire vis-à-vis l'architecture du bâtiment. Décidément, nous ne venions pas de la même époque. Elle avait rajoutée que si Damian se trouverait entre ces murs, elle lui aurait déjà arrachée la tête avant ma venue. Malheureusement pour son ego, j'y étais quelques jours auparavant, j'avais fait un carnage, et bien malgré ce que je croyais, Damian ne s'y était simplement pas trouvé. Cela doit faire un moment qu'il n'avait pas mit les pieds dans son propre manoir, on voit bien vite que ce dernier devait avoir hâte de se libérer du fardeau d'un clan... un clan qui aurait d'ailleurs pu mener à sa perte, qui sait.

Suivant le tout, la question concernant ce que j'aurais fait de Damian. Un léger sourire s'étirait sur mes lèvres, faisant comprendre à la demoiselle que mes intentions étaient sûrement bien sadiques. «Son sang aurait sûrement jonché le sous-sol de mon manoir, et ce, jusqu'à ce qu'il me livre les informations que j'ai à lui réclamer.» Certain que je ne lui parlerai pas de ce que j'ai si gentiment à lui demander, mais si j'arrive à mettre la main sur ce fichu vampire avant elle, j'aurai complété mon contrat concernant les Sanguinaires... si elle s'advenait qu'à le tuer avant que j'en ais fini avec, c'était perdu, et je n'aurais sûrement jamais la chance d'obtenir mes réponses. Ceci dit, je conservais le contact visuel avec elle, restant assis bien confortablement sur le canapé à l'ornement plutôt victorien qui ornait le salon...

... jusqu'à ce que celle-ci se fasse déranger par ses semblables, venant dénoncer un carnage. Un large rictus s'étirait sur mes lèvres à entendre leur dires. Décidément, ils me sous-estimaient. Ils croyaient que nous étions plusieurs à avoir commis ce carnage, et pourtant, je suis le seul à avoir fait couler le sang dans le couloir de l'entrée arrière menant aux escaliers. C'est d'ailleurs à cet instant que je m'étais fait sérieusement amoché, mais ça, la lycane devant moi n'avait aucunement la nécessité de le savoir. J'étais peut-être ''dérangé du bocal'', comme ils disaient, mais mon but, c'était Damian Black, évidemment! ... alors que Evelyne, elle, avait comme but de capturer un simple humain du sous-sol, recherchant une façon inconditionnelle d'obtenir des armes. Cet homme, cet humain, était un vraie génie quand il était question d'armement, et Evelyne semblait le savoir. Je n'avais pas réussi à mettre la main sur Damian encore, mais ce sera pour bientôt. J'avais d'ailleurs défoulé ma rage face à son absence, tuant presque 20 vampires à main nues, durant cette soirée. Cela faisait un bail que je n'avais pas fait couler autant de sang!

Je détournais le regard à mes pieds un simple instant, mon rictus sadique toujours au visage alors que Arturia faisait ressurgir une autre question. Celle-ci, j'allais y répondre froidement, et en toute honnêteté, puisque j'en avais une certaine fierté... bien que peut-être me prendra-t-elle pour un fou? Peu importe, je ne sais pas encore à qui j'ai affaire, donc je préférais ne montrer aucune faille, rester de marbre, et quitte à démontrer mes ''oeuvres'', en guise d'avertissement -ou provocation, dépendant comment elle le prend- mais je n'allais pas la laisser se gonfler l'ego comme ça. «C'est un bien bête accident, qu'il y a eu là, ça en est malheureux. » J'avais beau avoir l'air vraiment stupide, désolé, innocent, ou encore auvais menteur, ce n'était pas le point en ce moment. Je m'apprêtais à raconter ce qui s'était passé, alors autant faire passer ça pour un accident que pour un acte de barbarie.

Mon rictus avait disparu, laissant place à un air très sérieux, un regard froid, et un absence de sourire totale, faisant comprendre à mon interlocutrice que je ne rigolais pas avec la situation. «J'avais pénétré ce repaire, il y a quelques jours, à la recherche de ce fameux Damian Black. J'ai jeté un oeil partout dans le manoir, sans aucune trace de lui. Ma collègue, un peu maladroite, était descendue au sous-sol, alertant presque tout le manoir. J'ai dû me défendre.» Bon.... je faisais passer Evelyne pour une stupide, une cruche, mais tant que ça me remonte l'estime, alors pourquoi pas! «J'ai commis ce carnage. De mes propres mains, seul, et main nues.» Voilà, c'était dit. Mon regard glacial, aux iris enflammés était rivé directement sur la blonde devant moi, et voilà que je reprenais le dialogue après avoir marqué une légère pause. «Malgré tout, déjà il y a quelques jours, Damian n'était plus dans ce manoir. Nous avons quittés les lieux, et me voilà de retour avec des renforts, en espérant mettre la main sur une vermine qui pourrait connaître son emplacement.»

La destruction du manoir était envisagée, oui, mais une fois que j'aurai fouillé le manoir, et pas avant. J'avais des trucs à trouver, des questions à poser, avant d'arriver à mes fins, et ainsi retrouver la piste de cette sangsue. J'aurais très certainement brûlé le manoir un peu après, effectivement, question de laisser ces traces entre les mains de personne.... retirant du coup toutes possibilités de représailles de la part des Sanguinaires, ceux-ci n'auront plus de manoir. «La destruction du manoir n'est pas prévu pour aujourd'hui, mais après les recherches, nous déterminerons s'il est nécessaire de poursuivre, ou si la destruction peut être lancée. » J'ai personnellement peu d'espoir de trouver une quelconque trace de cette vermine, alors je ne m'y attarderai pas d'avantage..... après mince connaissance auprès de cette Arturia, je pourrai quitter, cramant le manoir au passage.


code by law

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Fiche ..  ♦  .. Suivi RP  ..  ♦  .. Liens  .. ♦ ..   Voice  .. ♦  .. # bf0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Arturia Knight

Lycan Mac Hawks
Lycan Mac Hawks


Messages : 46
Points : 49
Niveau de puissance : Grande Louve
Emploi et loisir : Béta dominante des Mac Hawks.

Feuille de personnage
Âge: 32
Taille: 1m74
Emploi: Bêta dominante/Dirigeante de chaines de restauration.

MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Lun 19 Sep - 9:51

Le sourire sardonique de Vergil à sa question sur ses intentions une fois la main mise sur Damian trahissait la réponse un peu avant son arrivé. Riche en information, il le voulait vivant, le cas de Black pouvait être revu. Serait-il donc plus intéressant de le garder en vie comme monnaie d’échange si jamais elle devra avoir à nouveau à rencontrer le vampire ? À y réfléchir, pour quel genre d’échange ? Elle ignorait encore la réponse, mais ça, l’avenir lui dira. Elle pèsera le pour et le contre une fois l’entrevu terminer. Il serait également intéressant de savoir ce que veut connaître monsieur Vacaresco. Engrangé de la connaissance est toujours un bon moyen de prévenir les coups fourrés.

Le rictus de plaisir n’échappa aucunement à l’œil attentif d’Arturia. La louve comprit qu’il n’est pas innocent dans le carnage. Ce qui signifie que c’est au minimum la deuxième fois qu’il vient dans ce manoir, mais pourquoi ? Il détourna un instant le regard, la belle en fit de même, mais elle le fixa par-dessus l’épaule de son interlocuteur, fixant temporairement le mur. Elle se concentre à nouveau sur lui, lorsqu’il reprend la parole. Interloqué elle reprit sans réfléchir.

- Un bien bête accident ? Comment ça ?

Intrigué, le vampire s’expliqua dans son élan. La louve arctique devina juste alors, sauf pour un détail, il est encore plus dangereux qu’il semblât de prime à bord. S’il ne se vante pas, alors même avec sa deuxième transformation et ses compétences martiales. Il sera vraiment difficile de le maîtriser. Remarque, si elle y parvient sa réputation n’en sera qu’amplifiée. Elle afficha un rictus éphémère, avant de reprendre un regard sérieux  à la justification de sa présence dans le manoir. Damian était déjà la raison de sa présence ? Dans ce cas, pourquoi revenir ? Surtout avec son massacre, en un coup d’œil, s’il n’est pas complètement dingue, il se serait enfui ailleurs. Dans le cas contraire aurait-il encore les troupes nécessaires pour représenter une menace digne de ce nom ? À ce sujet ce Vergil ne serait-il pas un Ancestral ? Il menace bien les sanguinaires et il y a peu de clans pouvant se targuer de menacer ouvertement les sangsues aliénées. Rien ne le prouve également, ça peut-être juste un petit bandit paumé qui tente d’enterrer un énorme conçurent pour la prise de pouvoir. Elle commenta de façon espiègle.

- On ne peut pas tous avoir des camarades adroit et compétent en toute circonstance.

Le visage de la béta dominante devint subitement morose. Le pauvre vieux vampire, il n’a pas compris à qui il faisait face. Il est alors encore temps pour lui de comprendre que lorsqu’Arturia prend une décision, il faut posséder de vrai argument pour lui faire dévier de sa direction. L’unique exception à la règle étant l’Alpha du clan des Mac Hawks et les autres béta dominant s’ils sont trop nombreux à être contre son illustre personne. Le reste devait sinon être en position de force et dans la configuration actuelle ce n’est absolument pas le cas.

- Vous faites erreur, la destruction du manoir est prévue pour ce soir, car je l’ai décidé. Et sa fin est programmée à la fin des rechercher de mes troupes. De ce que vous avez dit, j’ai malheureusement peu d’espoir que Black se terre ici, enfin s’il est encore à Londres à l’heure ou on parle. Quoi qu’il en soit après mon départ le bâtiment ne sera plus, libre à vous cependant d’y demeurer pendant que les flammes le dévorent et que les explosifs le souffle.

Des iris d’émeraude dure fixe Vergil avec pourtant un visage impassible. Elle rajouta sur un ton calme, mais autoritaire.

- À moins d’avoir de quoi négocier dans cette échange ? Dans ce cas, je demeure ouverte à la conversation.

Un silence se pose, briser part des coups d’arme à feu. Son instinct lui fait lever les yeux. La radio émet à nouveau.

- Madame, on a trouvé d’autres sanguinaires dans les derniers étages.

- Bien, une chose cependant, si vous le pouvez, faîte des prisonniers. Sauf, en cas d’identification de Damian Black lui doit être rapporté vivant.

- En… Interruption de quelques secondes, entendu madame ordre reçu.

Elle coupa, les consignes sont données et la suite de l’entretien avec le chef d’escouade inconnue allait être ponctuée du bruit des armes lourdes. Elle ne s’en faisait pas pour les hommes situés dans les derniers étages. S’ils sont là c’est qu’il demeure apte à l’accomplir les demandes de la belle et à assurer sa protection en cas de besoin. Elle sourit derechef, mais plus longuement avant de reprendre d’une voix intéressée.

- Et biens mes loups-garous vont sans doute réussir à attraper quelque sanguinaire n’ayant pas la clarté d’esprit de fuir pendant qu’il était encore temps. Si vous le désirez, on pourra partager afin que notre discussion termine dans des termes corrects.

Arturia songea à prononcer en bon terme, mais elle n’avait pas assez d’hypocrisie en elle pour sortir un propos aussi déplacé. Cependant, allait-il se montrer raisonnable ou allait-il réclamer le bras alors qu’elle lui proposer un coup de main ?

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vergil Vacaresco

Viens te faire détester
Viens te faire détester


Messages : 182
Points : 148
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Tuer les sanguinéreux

Feuille de personnage
Âge: 215 ans
Taille:
Emploi: Gestion du clan

MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Mar 27 Sep - 20:16



La fierté des maîtres
PV Vergil et Arturia



J'écoutais attentivement Arturia parler, celle-ci venant de me corriger, et me reprendre sur la date de la destruction de ce manoir en croyant y mettre le feu elle-même. Elle n'avait pas compris que c'est moi qui allait le détruire, ce manoir? J'allais mettre le grappin sur tout, et c'est moi qui allait y mettre le feu, pas elle. Elle ignorait sûrement qui j'étais, cette petite ingrate, et c'était quelque chose qui était venu agresser mes oreilles à un point où j'avais froncis les sourcils sans le vouloir face à son affirmation quant à ses plans. Je détestais me faire regarder comme ça, me faire parler sur ce ton, et encore moins me faire contredire mes plans... surtout par une femme aussi hautaine qu'elle. Je restais là, assis sur le sofa, et outre mes sourcils froncis et mon regard légèrement assombris, je n'avais pas bougé d'un poil, et aucune expression ne se lisait sur mon visage..... mais si elle était lycane, elle devait sûrement sentir la colère qui montait en moi, lentement... elle était mieux de changer de ton, si elle ne voulait pas que je décide de lui sauter au visage.

Finalement, je soupirais intérieurement, sans toutefois laisser aucun signe d'émotion sortir. Mes mots allaient fendre l'air avant que mes émotions paraisse, c'était clair... et pourtant, à l'instant même où j'allais répliquer, j'entendais des gardes de la blonde parler, par je n'sais trop où... -sûrement de cette foutue technologie trop développée que j'arrive pas à comprendre, quoi- affirmant avoir trouvé des sanguinaires vivants, encore. Et bien, un bien ou un mal? J'en savais rien, mais la réplique d'Arturia avait su me tirer un léger sourire. Certes, un combat d'ego entre elle et moi, ce serait probablement un monstre montant, un truc qui ne ferait que grandir et qui ne se terminera jamais. J'allais finir par la surpasser un jour, mais je ne voulais pas m'embarquer dans ce genre de balivernes en ce moment... j'étais trop occupé, j'avais une vie bien plus palpitante que détruire des manoirs par pur plaisir.

Elle faisait allusion de partager les informations... et bien, hors de tout doutes que nous allions partager, j'allais m'en saisir de certains, et sûrement repartir avec quelques uns que je pourrais trouver intéressant. Lawrence et l'baraqué sont avec moi, alors on pourra sûrement faire un truc pour les traîner avec nous... en parlant de ces deux là, je me demandais où ils en étaient, bien que je ne dois pas trop m'inquiéter de Mr Lawrence... il est bien habile, je le connais, et il a du vécu ainsi que beaucoup de logique. Je soupirais légèrement, ramenant finalement mon attention vers la lycane blonde qui m'avait suggéré de partager... parce que je n'en avais pas besoin, de l'aide. «Autant bien en profiter, étant dans la même pièce, ayant les mêmes buts, on est mieux de partager l'information, effectivement.» Bon.... un entraide serait bien, mais pas avec un lycan. J'ai une haine envers cette race, c'est donc la raison pour laquelle j'ai refusé d'utiliser ce terme, puisque malgré tout, on a les mêmes buts, on recherche la même personne, on va sûrement mettre tous les deux notre plan de détruire le manoir à exécution, et nous sommes tous les deux, ici, à diriger une troupe de recherche. Nous sommes mieux d'en profiter, certes.

Lawrence ne tardait pas à revenir de l'aile gauche des chambres de l'avant dernier étage, me regardant de son oeil noble habituel, sa grandeur, son élégance, et toute fierté mise de l'avant. «Navré de vous déranger, Sir Vacaresco, mais c'est pour vous signaler que dans l'aile gauche du deuxième étage, c'est vide, il n'y a rien du tout. J'ai croisé Esteban également, il n'y a rien dans le premier étage. Il nous reste le rez-de-chaussée à fouiller, et le dernier étage.» Je souriais bêtement face à cette affirmation, j'étais content de voir qu'il ne restait que le rez-de-chaussée et le dernier étage.... mais le dernier étage, justement, ils avaient trouvés des sanguinaires, non? Je regardais alors mon partenaire avant de lui répondre. «Les troupes de Madame Knight ont trouvés des sanguinaires dans le dernier étage. Je ne sais pas combien ils sont, mais je vous conseille d'aller voir également, s'ils ont besoin d'aide, ramenez-les, tous, n'en laissez aucun s'échapper.» Je ramenais mon attention vers Arturia aussitôt que mon collègue avait quitté.

Il allait sûrement monter à l'étage, ramasser Esteban et monter au dernier étage pour aller chercher les sanguinaires restants... sans savoir combien ils sont, on ne pouvait pas prendre de chances de les voir massacrer les troupes de Arturia, ou encore les miennes, et de voir un si grand espoir nous filer entre les doigts. Mon regard se retournait donc vers la blonde, rivant mes iris rubis dans les siennes, découvrant donc l'émeraude de ses yeux. «Mieux vaut mettre toutes les chances de notre côté. Ils sont probablement de très grandes pistes pour la découvertes de la planque de Damian, alors s'ils nous filent entre les doigts, possible que l'on perde une bonne pièce de notre casse-tête.» J'avais utilisé des mots qui ne me ressemblaient pas..... mais bon, elle avait très sûrement compris le message, fallait tout faire pour les attraper, et bien que ça ne fait pas mon affaire -et sûrement pas la sienne- nous devions travailler en équipe pour être en mesure d'obtenir le plus de renseignements possibles.


code by law

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Fiche ..  ♦  .. Suivi RP  ..  ♦  .. Liens  .. ♦ ..   Voice  .. ♦  .. # bf0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Arturia Knight

Lycan Mac Hawks
Lycan Mac Hawks


Messages : 46
Points : 49
Niveau de puissance : Grande Louve
Emploi et loisir : Béta dominante des Mac Hawks.

Feuille de personnage
Âge: 32
Taille: 1m74
Emploi: Bêta dominante/Dirigeante de chaines de restauration.

MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Dim 2 Oct - 11:25

Arturia est certaine que Vergil n’a pas apprécié son rappel à l’ordre pour preuve le foncement de sourcil. L’air de rien, elle se prépare mentalement à la contre-attaque, le vampire devant elle restait maître de lui, assez contradictoire avec ce qu’elle lut dans l’avis de recherche. Le duel d’orgueil allait continuer, si leur ego à chacun les fournissant en énergie pour répliquer et endurer, alors la lutte n’en finissait uniquement dans quelques milliards d’années. Cependant, lorsqu’elle raccrocha la radio, le sourire n’échappa à l’œil braqué sur la sangsue. Lui comme la louve était heureux de constater des sanguinaires encore vivantes.

Au moins Vergil, garde les pieds sur terre tout comme elle. Avant leur fierté, ils sont tous deux venus avec un objectif et quand bien même il serait tentant de tenter de capturer ce type. Il n’en demeure pas moins dangereux. Surtout qu’une offensive directe irait à l’encontre des ordres de l’Alpha, mais la belle avait toujours le droit de se défendre. Mais d’abord trouver Damian ou des informations amenant à sa cachette. Si possible on prend Vergil, mais à condition d’avoir les troupes nécessaire et correctement positionnée de l’assaut. Hélas, Arturia pêche au niveau militaire, elle rage de se l’avouer, mais dans le cas actuel, la présence de Lukas aurait fait une belle différence. Cependant, elle préférait se tirer une balle en argent dans le pied que lui admettre que son savoir aurait fait la différence ici même.

Les coups de feu continuaient de résonner et un des hommes de main du vampire fit irruption dans la pièce. Son subordonné lui ramena les informations entendues peu de temps avant, comme quoi eux aussi sont efficaces. Raison de plus de ne pas vouloir s’en prendre aujourd’hui à Vergil, mais étudier le personnage pourrait s’avérer utile à long terme. Suite à son départ son homologue eut une tirade intelligente, qui fut salué d’un hochement de tête positif de la béta dominante. Elle inspira et expira profondément, le travail d’équipe n’allait pas être aisé, mais vital pour éviter de voir les efforts réduits à néant pour une querelle d’orgueil. Elle prit sa radio et avisa ses hommes aux prises avec l’ennemi dans les étages supérieurs.

- Messieurs faits gaffe, il y a des vampires qui vienne vous rejoindre, ils sont avec nous pour ce soir, donc éviter de les confondre avec les sanguinaires.

Une réponse se fit entendre peu après.

- Vu la tronche des sanguinaires et leur équipement, s’il ne nous tire pas dessus il n’y a aucun risque. Je préviens les autres.

Elle raccrocha la radio et se leva droite comme un i. Elle invita d’un geste de la main Vergil à faire de même.

- Bon, nous n’avons plus rien à faire ici. Allons rejoindre nos troupes respectives. Vous trois accompagné nous en haut.

Des trois lycan qui était resté dans le couloir deux prit de l’avance tout en ce gardant à porter de vu le troisième attendait les deux patrons pour fermé la marche. Deux gardes devant pour veillé à qu’aucun hostile ne s’en prenne à leur supérieur. Le troisième lui devra pour une fois surveiller seul si rien n’a échappé à la vue des deux autres et surtout faire attention au vampire si jamais il tente d’agresser Arturia.

Dans le trajet le bruit des armes cessa, ce qui fit donna à un commentaire de la louve arctique.

- Bien, le combat est apparement terminé, allons voir si la récolte est bonne.

Le chemin fut sans encombre, d’un calme même plus inquiétant que le vacarme incessant des armes. Mais ils arrivèrent tous sans encombre devant les loups des Mac Hawks et sans le savoir des vampires Ancestraux. Le chef d’escouade alla à la rencontre d’Arturia pour lui faire un résumé de la situation. Tout en surveillant Vergil du coin de l’œil.

- Madame, nous sommes parvenus à capturer deux sanguinaires vivantes. Soyez prudente, ils tenteront tout pour vous mordre et ainsi mourir en emportant leur secret dans la tombe.

Elle se frotta le menton et se dit qu’il était temps de jouer avec cette alliance de fortune.

- Et bien on a de la chance pour cette nuit nous avons un partenaire qui ne craint en aucune manière d’être contaminé pas le sang des vampires. Elle regarda de ses iris d’émeraude Vergil. Que faisons-nous, on en prend un chacun ou on les torture sur places avant de régler la question au sujet du manoir ?

Lui laisser l’initiative, devrait lui donner l’impression qu’il a un semblant de pouvoir dans ce manoir. Mais si toute décision finale revient de droit à Arturia la béta dominante. Si le vampire souhaite se salir les mains afin qu’il parle, soit tant qu’il y a des informations possibles à glaner.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vergil Vacaresco

Viens te faire détester
Viens te faire détester


Messages : 182
Points : 148
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Tuer les sanguinéreux

Feuille de personnage
Âge: 215 ans
Taille:
Emploi: Gestion du clan

MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Jeu 20 Oct - 19:17



La fierté des maîtres
PV Vergil et Arturia



J'étais assis, à attendre le dénouement des choses... en fait, j'attendais que la conversation de la petite radio accroché à son épaule se termine, puisqu'il pourrait y avoir des informations pratiques de cachées là dedans (Oui, j'ai pas encore allumé que ce sont des gens qui parlent de l'autre côté de ce machin....... La technologie d'aujourd'hui est folle...). Également, elle venait d'aviser ses collègues que les miens se rendraient auprès d'eux pour les aider, et ainsi les avertir de ne pas attaquer pour rien. C'était un information plutôt pratique. Aussitôt le radio terminé, Arturia se redressait, et je n'attendais pas son signal pour en faire de même: je me redressais aussi fièrement qu'elle, les épaules bien droite, un regard hautain aux abords arrogant se retournait finalement vers le couloir, soit notre direction. Je ne comptais pas attendre ses ordres, elle en avait d'ailleurs pas à me donner.

Elle donnait des ordres: deux lycans partaient devant, et un autre restait derrière nous alors que nous nous mettions en route. J'étais grandement en infériorité numérique en ce moment, et très sûrement complètement à leur merci. Je démontrais cependant aucun stress : c'est une chose inutile que j'ai appris à contrôler il y a longtemps... avec 215 ans de vie, on finit par apprendre à contrôler ce genre de sentiments, surtout quand on est encerclé de lycans ennemis. Je restais fier, droit, et je marchais d'une démarche entre la noblesse et le côté militaire de la démarche, et ce, jusqu'à ce que nous nous immobilisions devant mes futurs défouloirs. La route avait été inquiétante tellement ça avait été tranquille, et calme, mais faut savoir rester patient, silencieux et tranquille quand c'est nécessaire. Je regardais les futurs défouloirs, me craquant les jointures. Peu importe ce que la bêta dominante viendra me dire, si j'ai envie de lever le poing sur ces minables, j'allais le faire.

Un des Mac Hawks venait à l'encontre de nous deux, venant expliquer la situation à ma collègue d'infortune. J'écoutais d'une oreille attentive, cela reste des bons renseignements. Ils feront tout pour mordre Arturia, la tuer et mourir en même temps? Aucun soucis, j'suis un vampire, ils ne pourront pas me tuer. Un long rictus s'étirait sur mes lèvres alors que mon regard démontrait beaucoup plus de sérieux et de sadisme que par le passé. Mes prunelles rubis se rivaient directement en direction des sanguinaires. Avant même que Arturia ait terminé sa phrase -ou sa question, plutôt- j'étais déjà parti vers les vampires ennemis, que j'attrapais d'une poigne solide à la gorge. Je les plaquais directement dans le mur, tous les deux, resserrant leur gorge fortement. «Quel malheur, vous êtes tombés sur l'un des vôtres.» En parlant spécifiquement de la race, ouais. Ils ne pouvaient rien me faire, et peu importe ce qu'ils allaient tenter, ils réussiront rien contre moi.

Mon regard était sombre, vraiment sombre. Je sentais les frissons de certains dans les nerfs de leur cou, et mes phalanges se resserraient d'autant plus sur leur trachée. «Où est planqué Damian? » Le temps qu'ils avaient mit avant de réagir m'avait frustré, et j'avais resserré encore plus l'emprise sur eux. Mon sourire avait disparu, laissant place à un expression faciale des plus grave. J'allais donc répéter, sur un ton sombre, et bien plus grave que la dernière. «Où. Est. Damian...?» Je ne rigolais pas, et je le voyais dans leur regard traumatisé, et leurs mains tremblantes venaient tenter d'ouvrir la mienne, chose que j'avais fait d'un coup sec tout en attrapant leurs cheveux, les plaquant contre le mur par leur crinière question de les laisser respirer, du coup, les laissant parler aussi. J'attendais la réponse, les deux vampires tremblants. Finalement, leur compte allait être réglé bien assez tôt, d'après moi... plus tôt que je ne l'aurais anticipé.

Finalement, les sanguinaires sont sadiques envers plus faibles que soi, et se font passer pour des grosses brutes et des grands méchants face aux humains..... mais en réalité, quand il s'agit de plus forts ou même de force égale, ils sont de vrais andouilles incapable de tenir tête, et manquent d'uriner dans leurs sous-vêtements. Ils tremblent comme des bons à rien, et Damian s'est poussé comme une mauviette. Un vrai clan de gamins! Heureusement que Dracula m'avait demandé d'exterminer ce clan merdeux, finalement, cela aura été tâche facile.


code by law

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Fiche ..  ♦  .. Suivi RP  ..  ♦  .. Liens  .. ♦ ..   Voice  .. ♦  .. # bf0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Arturia Knight

Lycan Mac Hawks
Lycan Mac Hawks


Messages : 46
Points : 49
Niveau de puissance : Grande Louve
Emploi et loisir : Béta dominante des Mac Hawks.

Feuille de personnage
Âge: 32
Taille: 1m74
Emploi: Bêta dominante/Dirigeante de chaines de restauration.

MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Dim 23 Oct - 12:59

Contrairement au mis en garde sur la fiche de ce Vergil. Arturia le trouve étonnamment calme, il s’est contenté de fixer sa radio et de se redresser l’air fier avec un aspect de noble vantard dans le regard. La belle ne manque pas de toupet de trouver cela déplacé. Elle observa son homologue vampire, ce dernier ne semblait pas plus enclin que cela à la panique et sa démarche s’avère d’un régulier. À son pas elle n’exclut plus la possibilité d’un passé militaire, ce qui avec son âge peut en faire un adversaire extrêmement dangereux et ceux même si on est armé et lui non. Enfin, elle était sereine, pas de danger imitant, ses gardes du corps près à la protéger en cas d’attaque. Aussi rapide que puisse être le vampire, ses hommes autour pourraient l’abattre avant qu’il ne fasse du mal à sa personne. Sans compter qu’elle pourrait aisément le repousser, cela ne fait aucun doute dans son esprit.

Une fois arrivé sur place, la béta dominante ne montra point d’émotion à la mise en garde. Ce n’est pas de toute façon comme si elle avait prévu d’aller au contact des sanguinaires pour leur soustraire des informations. Si Vergil ne fut pas là, elle les aurait fait embarquer et interrogés dans ses sous-sols sans que ses troupes soient inquiétées de la moindre morsure. À ce sujet, elle jeta un oeil au visage du suceur de sang et vis sa joie malsaine. Pas d’ambiguïté là-dessus il s’agit la d’un sadique, cela sens l’acte barbare dans peu de temps.

La mine sombre elle le vit empoigné à la gorge des deux prisonniers. Il s’agaça de ne pas les voir répondre, tandis qu’il les secouait. Autant l’excès de violence est pathétique aux yeux de la louve, mais cette couardise après avoir joué les terreurs nocturnes pendant des années est au moins aussi affligeante. C’est dire même les plus misérables chefs vampire vus jusqu’à présent avez su démontré davantage de dignité, malgré des situations peu flatteuses. Sauf, que la béta dominante n’avait guère envie de traîner encore des heures ici. Ce creusant les méninges elle eut une idée en voyant une horloge au mur, réfléchissant à comment dire sa réflexion. Elle claqua dans les mains une fois afin d’attirer l’attention des vampires.

- Bons messieurs, j’aimerais ne pas passer toute la nuit ici. Alors j’ai une proposition à vous imposer à vous deux. Pendant que monsieur Vacaresco vous torturera afin de délier vos langues, vous aurez dix minutes pour parler et être abattu pour que vos souffrances prennent fin. Sinon, vous aurez une demi-heure supplémentaire ou un seul celui qui aura parlé se verra libéré définitivement, l’autre deviendra la propriété de monsieur Vacaresco. Dépassez le délai et vous serez tous deux ses jouets dont il pourra décider ce qu’il en fait.

Après son discours atone, elle mit un cours silence, elle regarda ensuite d’un sourire complice Vergil.

- Et bien entendu, monsieur Vacaresco pourra employer tous les moyens qu’il juge nécessaires pour vous faire parler sur la position de Damian. Personne n’interviendra pour vous soulager. Vous pouvez toujours tenter de vous enfuir, mes hommes viseront avec soin vos jambes afin que notre ami commun puisse exercer ses talents de docteur. Sachez que je suis une femme de parole et que le temps imparti s’écoule maintenant.

Fit-elle en pointant l’horloge ayant survécu miraculeusement au combat. Arturia souriait en étant heureuse de ne pas subir ce qu’allaient expérimenter les deux vampires. Torture physique et mentale en même temps. Sachant qu’ils n’ont aucune échappatoire heureuse à l’horizon. Elle se fit la remarque qu’ici la mort était la meilleure chose pouvant leur arriver. Malheureusement, Arturia ne se montre généreuse qu’envers ceux qui le méritent et il est déjà bien heureux qu’elle fasse ce type de proposition à des êtres indignes de respirer comme ça. La béta dominante sentait qu’elle allait apprendre des leçons d’un professeur confirmé dans son art.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vergil Vacaresco

Viens te faire détester
Viens te faire détester


Messages : 182
Points : 148
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Tuer les sanguinéreux

Feuille de personnage
Âge: 215 ans
Taille:
Emploi: Gestion du clan

MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Jeu 27 Oct - 0:39



La fierté des maîtres
PV Vergil et Arturia



Une fois dans le couloir, près d'eux, je m'étais précipité sur les individus en question, les saisissant carrément par la chevelure. Esteban, la grosse brute qui se tenait avec moi, était venu m'aider, s'emparant d'un des sanguinaires sur lesquels j'avais mit la main. Je comptais bien défoncer leur crâne à coup de poing, et leur estomac à coup de couteaux, mais restait à savoir si ça en valait la peine.... et s'ils avaient des informations à me transmettre, c'était le temps de me les transmettre. Je ne rigolais pas du tout avec la situation actuelle, et une chose est certaine, je ne les laisserai pas filer. Ils viennent avec moi, ou meurent sous mes griffes.

Mon regard se retournait vivement vers Arturia alors que celle-ci donnait les explications... ce qui venait de m'offusquer un peu trop, à vrai dire, à un point où mon regard s'était assombri, lui lançant un oeil de mort... ou presque. Lawrence lui lançait un regard semblable, le genre de regard que je jugeais très, mais là très rare, provenant de sa part. Mon regard se retournait très lentement vers mon principal intéressé, délogeant lentement Arturia de ma vision. Elle n'allait pas aimer la façon dont j'allais la traiter si elle osait recommencer. J'allais lui faire comprendre qu'entre nous deux, c'est moi qui gère, pas elle.... et si elle voulait qu'on termine cette journée ''dans des termes corrects'', elle ferait mieux de changer d'attitude, parce que ce n'était pas avec une telle attitude qu'elle allait finir ''en termes corrects'' avec le chef des Ancestraux.



Finalement, une minute et demi, et les informations étaient livrées. Je me retournais vers Arturia, essuyant mes mains ensanglantés sur un morceau de tissu arraché de sur un des sanguinaires, vant de lui lancer un dernier regard.  «C'est comme ça, qu'on fait cracher le morceau. La pression ne fait rien, ils se suicideront si on leur laisse le choix. Il ne faut pas leur laisser de choix, et agir, faire comme on en a envie. Je les ramène tous les deux avec moi pour la peine... »  Je soupirais, légèrement, me retournant vers mes deux complices avant de ramener mon regard vers l'alpha devant moi.  «Alors, t'as compris? Il se cache dans les tunnels de métro, surtout dans la partie sud de la ville. Cela ne me surprend pas de sa part, c'est là qu'il y a le plus d'achalandage au niveau des prostitués.» Comment je le sais? Elle a pas besoin de le savoir... elle en sait déjà trop. C'est une tâche facile de tirer des informations, faut simplement savoir comment s'y prendre, et... faut croire que Arturia ne savait pas comment s'y prendre. Si elle n'aurait pas été aussi protégée, je l'aurais sûrement prise aussi, par la même occasion... mais pour le moment, c'est trop risqué, alors j'avais abandonné le projet pour le moment.


code by law

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Fiche ..  ♦  .. Suivi RP  ..  ♦  .. Liens  .. ♦ ..   Voice  .. ♦  .. # bf0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Arturia Knight

Lycan Mac Hawks
Lycan Mac Hawks


Messages : 46
Points : 49
Niveau de puissance : Grande Louve
Emploi et loisir : Béta dominante des Mac Hawks.

Feuille de personnage
Âge: 32
Taille: 1m74
Emploi: Bêta dominante/Dirigeante de chaines de restauration.

MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Mar 1 Nov - 5:49

Il y a des jours où vous sentez que quelle que soit la bonne volonté que vous investirez de votre personne qu'à la fin cela tournera mal. Arturia n'a pas eu ce pressentiment en voyant la brute saisir un des deux sanguinaires. Afin de sans doute lui faire un passage à tabac. Non, c'est le regard noir de Vergil au point qu'elle sentit une menace, ce type s'il avait pu l'aurait tué avec des éclairs sortants des yeux. S'il était offusqué de l'initiative de la belle, elle était vexée que ses efforts soient récompensés ainsi. Alors soit, au diable les politesses et la mondanité. Une fois les informations soutirées elle le féliciterait de l'unique manière dont une brute comme lui peut comprendre.

Les prisonniers étaient terrifiés et Vergil savait s'y prendre pour délier les langues à se demander si lorsqu'il s'exerce il ne prendrait pas un certain plaisir sadique. Même s'il affichait une colère de fou à leur présente. Elle nota sa méthode dans un coin de sa tête elles lui seront sans doutes utiles plus tard au cas où elle aurait besoin de faire parler un prisonnier dans l'urgence. Elle s'illumina, en voyant le résultat et surtout entendre enfin un indice sur la localisation de Damian. Elle retient aussi qu'on cède ou non aux menaces, Vergil ferait ce qu'il lui chante. Ce qui agaça la béta fut le dialecte dans lequel il donna un ordre à son homme de main. La lycane parlait, l'anglais, le français, le japonais, le russe et l'allemand et ses paroles n'étaient dans aucune de ses langues. Elle regarda un à un ses hommes à elle et personne ne semblait comprendre. L'unique chose qu'elle comprit grâce au geste associé aux paroles c'est qu'il lui répondait par l'affirmatif.

Il changea de prisonnier, qu’il questionna à l’aide d’un couteau. Durant le court instant où elle entendit le vampire crié de peur et de douleur, Arturia fut persuadé d’avoir perçu un sourire de plaisir sur le visage de Vergil. Aussi exécrable qu’il soit il fallait lui admettre une certaine utilité. La louve arctique retira ses gants en préparation de ce qu’elle comptait faire prochainement. Surtout que vu le peu de temps qu’il lui a fallu à son homologue pour obtenir ses informations, elle se devait de respecter sa parole.

Le bourreau essuya ses mains du sang versé par son labeur. Aussi énervée qu’elle l’est, elle parvenait à entendre les commentaires instructifs. Sauf que lorsqu’il affirma qu’il les emmenait avec lui, c’était le moment où elle sentait devoir resserrer la vise. Elle transforma ses yeux et ses oreilles devenues des oreilles de louve au poil blanc. Le laissant finir sa litanie, elle se mit à prendre la parole d’une voie plus énervée qu’atone contrairement à son habitude. N'essayant plus de cacher que l'attitude de Vergil l'avais usé.

- Oh que oui je comprends et toi la brute écervelée tu n’as pas compris quoi lorsque j’ai dit je suis une femme de parole ? Exécuter la promesse.

Deux lycans tira deux coups feu chacun, un dans la tête et l'autre au cœur de chaque prisonnier. D'une main levait elle ordonna la fin des tires, cette même se recouvra d'un pelage blanc et de griffe aiguisée. Elle ne cherche plus à masquer son émotion, mais son visage reste maîtrisé ainsi, elle ne fessait que fusilier du regard Vergil. Tandis que les autres attendaient que les vampires répliquent ou qu'il s'en prenne à leur béta dominante.

- Prend des notes vampires inférieurs, je tiens toujours parole et un jour tu seras dans un de mes cachots afin d'être tôt ou tard éliminer. Ce soir si je te laisse une chance de t'en sortir, c'est uniquement pour ta pseudo utilité, qui aura seulement accéléré la prise d'information au sujet de Damian, je te réserverais une cellule à ses côtés ceci dit. Elle saisit la radio de sa main non transformée. Brûlé le manoir, attendez que l'on soit sorti pour les explosifs.

Elle repartit par le même chemin d'où il venait, ses hommes la couvrant. En tête de file avec deux gardes, elle reprit la radio pour un dernier ordre qui allait retentir au tympan de leurs ennemis.

- À toutes les unités si vous voyez des vampires tirés à vue. D'un ton plus bas elle continua. Sortez tous du bâtiment et ne cherchez pas à atteindre les vampires outre mesure pour votre sécurité.

Surtout que le manoir allait vite prendre feu et c'est pour cela qu'elle gardait un pas pressé, voir qu'elle commençait à courir en restant vigilante.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vergil Vacaresco

Viens te faire détester
Viens te faire détester


Messages : 182
Points : 148
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Tuer les sanguinéreux

Feuille de personnage
Âge: 215 ans
Taille:
Emploi: Gestion du clan

MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Sam 12 Nov - 6:59



La fierté des maîtres
PV Vergil et Arturia



Arturia ne semblait pas de super bonne humeur. C'est quelque chose qui m'avait sauvagement agressé les oreilles, d'ailleurs: elle était venue me refiler une insulte, et du coup, exécuter les deux prisonniers que je m'étais fait. Mon regard devenait de plus en plus sombre, et si ce n'était pas de ses brutes épaisses qui étaient près de nous, je lui aurais complètement sauté à la gorge, et je l'aurais sûrement tuée... Sa tête entre mes mains, son corps qui brûle au bucher, moi-même, m'emparant de ce manoir et de tous les esclaves et les armes qu'il y avait dedans. Enfermer ses gardes dans des cages, les torturer à mort, les entendre hurler, supplier... c'était de plus en plus bouillant en moi. Encore mieux. L'enfermer en bas et la surveiller étroitement, et chercher Damian... Forcer Damian à la tuer. Forcer Damian à la torturer, la battre, lui arracher des informations, lui trancher la gorge, la tuer sauvagement. Voir cette femme mourir face à son pire ennemi. Ce n'était pas l'envie qui manquait.

L'absence de sourire sur mon visage, mon regard sombre, cela voulait tout dire. J'avias déjà fait un carnage dans ce manoir, et si ce n'était pas de leur race, j'en ferais un autre. J'écoutais attentivement chaque mot utilisé, les gardant précieusement, et je comptais bien m'en servir à nouveau. Encore une fois, une ordre était retentie... ou une promesse de m'enfermer? Elle comptait me tuer, ça, c'était clair. Elle me laissait d'ailleurs une chance de m'en sortir. Une... chance... de m'en sortir? J'vais m'en sortir si j'en ai envie: les vitres étaient bien présente, j'avais qu'à sauter par les vitres. J'avais d'autres portes de sortie que le couloir qu'elle bouchait avec son ego surdimentionnée. Je croyais que je l'étais un peu trop, mais elle, alors.... c'est du jamais vu.

Insulte par dessus insulte, le tout fusait en moi. L'envie de lui hurler dessus, elle était bien présente... mais ses gardes avaient tués mes nouveaux jouets, alors ils pourraient bien s'en prendre à mon cerveau et mon tas de muscles, soit Lawrence et Esteban. J'allais devoir rester ici, sage, et les regarder fuir? Non. Oh que non, je ne pouvais pas rester là à ne rien faire. Un large sourire s'étirait alors qu'elle semblait se barrer. «Merci pour ta méthode de combat et de communication, ça aussi, ce sera des informations bien utiles.» Ma voix avait été sérieuse, juste assez forte pour qu'elle l'entende de son ouïe de canidée. J'allais alors l'attaquer à son propre jeu, je restais sérieux, calme, et je tentais de contrôler mes émotions...... tout le contraire de ce qui bouillait en moi en ce moment. Malgré tout, je me craquais les doigts, avant de donner des ordres à mes troupes -soit mes deux meilleurs amis-.

«On sait où est Damian, et on sait comment capturer cette Arturia. J'vais me la faire, soyez-en sûrs! J'ai des cages dans mon sous-sol, c'est pas pour rien. On verra si elle jappe autant, seule dans une cage, menacée à l'argent.... » Un large sourire s'étirait, sachant qu'elle m'avait entendue. Si elle ne m'avait pas entendue, elle était bien sourde. Par contre, j'enchaînais rapidement, tentant d'éviter les représailles: je ne tenais pas à me prendre d'autres balles. Ce manoir et le carnage que j'y avais fait m'avait mené à un état assez piteux, et j'ai su trouver un côté très déplaisant aux munitions de flingues. Je soupirais légèrement avant d'attaquer avec la suite auprès de mes deux acolytes.

«Allez, assez perdu de temps ici, on se barre. On a un con à attraper dans les sous-terrains de Londres.» Je me barrais rapidement, un pas strict, rapide, autoritaire, une posture digne de l'armée -du moins, de ce que j'en ai retenu- et je me faisais suivre par mes deux acolytes. Estheban et sa posture fier, grand, bâti et une démarche digne de l'armée également, et Lawrence qui avait une posture et une démarche des plus nobles. Nous avions quitté le manoir à une vitesse assez rapide, hors de question que nous perdions plus de temps ici en compagnie d'une louve qui avait prévu faire sauter le manoir...


code by law

Vergil sorti!

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Fiche ..  ♦  .. Suivi RP  ..  ♦  .. Liens  .. ♦ ..   Voice  .. ♦  .. # bf0000
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Arturia Knight

Lycan Mac Hawks
Lycan Mac Hawks


Messages : 46
Points : 49
Niveau de puissance : Grande Louve
Emploi et loisir : Béta dominante des Mac Hawks.

Feuille de personnage
Âge: 32
Taille: 1m74
Emploi: Bêta dominante/Dirigeante de chaines de restauration.

MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Dim 4 Déc - 6:50

Aussi douloureux soit-il Arturia et Vergil avait de nombreux points communs une fois leur ego froissé. Est-il sage de lui signaler ? Certainement pas, à moins de vouloir lui servir de partenaire d’entraînement au combat, pour ne pas dire dans bien des cas de sac de frappes. La béta n’avouera également jamais que si elle laisse le vampire étant les risques importants pour sa survie en cas de conflit direct. Qui sais si ses ennemis n’avaient pas de balle en argent et avait vidé leur chargeur une fois leur chef menacé. Elle marchait d’un pas pressé faisant mine que le feu ne l’affolait pas sans ignorer le danger présent.

Cependant ce qui attira son attention en plus du crépitement des flammes dévorant le manoir son les paroles de son ennemi. Avait-elle peur des menaces qui planaient sur elle ? Oui d’une certaine façon, mais la louve s’en inquiétait plus que cela ? Non, sinon elle serait devenue folle au point d’être terrifiée par son ombre. Elle compte bien désormais capturer Damian et ensuite Vergil et les enfermer dans deux gaules différentes suffisamment solides pour résister à leur assaut. De plus assez proche pour qu’il puisse se parler sans jamais pouvoir en venir aux mains.

Sorti du manoir, l’odeur du bois brûler sur eux. Elle hume également la senteur de la chaire de vampire calciné dans ce feu de joie. Celui de Vergil et ces acolytes ? Aucune chance même si cela l’arrangeait bien. Elle se mit avec ton son équipe de loup-garou qui assistent ensemble au concert d’exposition faisant s’effondrer le manoir des sanguinaires comme un vulgaire château de cartes. Carte qui continuait à s’embrasser pour la plus grande satisfaction. Elle prononça ne quittant pas le brasier des yeux.

- Dès demains tout les membres des Mac Hawks devront savoir on l’on peut trouver Damian et surtout des précautions à prendre en cas d’aperçue de Vergil.

Après cela elle rentra dans sa voiture avant ses gardes du corps et parti finir la soirée dans son manoir.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco] Aujourd'hui à 3:43

Revenir en haut Aller en bas
[18+ : Torture] La fierté des maitres [Vergil Vacaresco]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Des policiers accusés de torture, risquent l’emprisonnement
» [A.C] Torture et autres délices
» Ce monde qui me torture...
» Forum: La fierté du Lion
» NOUVEAUX CONVERTIS ON NE PEUT PAS SERVIR DEUX MAITRES A LA FOI. IL FAUT CHOISIR.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Manoir Sanguinaire-
Sauter vers: