Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

No place like London ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: No place like London ... Ven 5 Aoû - 10:31

Je me souviens parfaitement de cette nuit-là … J’étais de retour.

Il faisait nuit noir, comme si les ténèbres avaient engloutis Londres et la mer qui la bordait. J’étais, seule, sur le pont à l’avant du navire, jouant avec une pièce de monnaie. Je regardais droit devant moi tandis que le vent soufflait sur mon visage, faisant s’envoler mes mèches rebelles. Je pris une profonde inspiration, le bateau se rapprochant du pont. Mon cœur se serra un moment, de nombreux souvenirs me revenaient en pleine figure. Je me sentais mal, terriblement mal durant toute la trajectoire.

J’entendais des hommes sur le navire hurler, donnant des ordres à quelconques matelots tandis que d’autres passagers semblaient soient jouer à divers jeux obscènes ou même me dévisager avec haine, peur ou avec une lueur particulièrement envieuse dans les yeux. Je ne réagissais pas, restant parfaitement à ma place en fermant les yeux. J’étais calme. Totalement calme.


« Madame. Nous allons bientôt embarquer. Il serait préférable que vous vous écartiez. Ca risque de bouger. »


J’hochais simplement la tête en rouvrant les yeux. Les quais n’étaient plus qu’à moins de cent mètres. Je déglutis en me mordillant la lèvre inférieure, rejoignant les autres passagers en continuant de jouer avec ma chère pièce de monnaie. Les matelots hurlaient davantage, annonçant probablement leur arrivé, utilisant certains mots et expressions que je n’écoutais que d’une oreille. Ils préparaient simplement leur embarcation.

Je retournais doucement dans ma cabine, sans la moindre hâte tandis qu’on continuait de m’épier très attentivement. Il faut dire que ma tenue n’était pas des plus classiques … Peut-être était-ce pour cela ? Je portais une longue et délicate robe rouge en soie accompagnée de nombreux bouts de dentelles noires. Le haut de ma robe était en fait en base d’un corset particulièrement élégant, brodé. Une tenue parfaitement victorienne. Mes cheveux habituellement relevés en une haute coiffure élégante, ma condition sociale était des plus visibles. Ma condition raciale n’était peut-être également pas des plus discrètes.

Je récupérais mes bagages, rassemblant mes affaires après ces nombreux jours passés en mer, enfermée dans ma cabine ou sur le pont. Comme une parfaite solitaire, je n’avais adressé la parole à personne lorsque que ce n’était pas parfaitement nécessaire. Je regardais la pièce que je tenais dans mes mains et me mis à sourire un instant, première fois depuis très longtemps. Je repris mes esprits très rapidement, le navire s’arrêta brusquement. Alarmée par ce souci, j’attrapai rapidement mes bagages, retournant sur le pont.


« Hm … N’vous en faites pas. On va venir vous chercher. On a un petit problème avec le bateau. Ça va s’arranger. »


Je soupirais longuement à cette annonce tandis que certains matelots s’activaient à la tâche. A ce que j’avais compris, ce serait une panne, un problème dans les je ne sais quoi … En vérité, je ne m’y intéressai pas plus longtemps.
J’attendais simplement qu’on vienne nous chercher.
Je fixais le port, attendant patiemment en continuant de jouer avec ma pièce, restant dans mon coin, proche de l’entrée des cabines en me demandant si je n'avais pas eu une mauvaise idée de revenir ici ...
Revenir en haut Aller en bas
Lukas Christiansen

Lycan Mac Hawks
avatar
Lycan Mac Hawks


Messages : 94
Points : 415
Niveau de puissance : Loup respecté
Emploi et loisir : Naviguer en mer

Feuille de personnage
Âge: 126 ans
Taille:
Emploi: Garde Côte + Dominants Bêta

MessageSujet: Re: No place like London ... Sam 6 Aoû - 8:31

Je dormais paisiblement et profondément, lorsque mon cellulaire sonnait laissant planer dans l’air une chanson de Metallica. Je me tournais alors vers la provenance du bruit. Master of Puppet était une chanson que j’aimais beaucoup, parfait pour me rendormir… Alors que je me rendormais, la chanson cessa d’un coup. Mais pourquoi s’arrêter en plein milieu du refrain? La chanson repris de plus belle, se rythmant avec la vibration de mon appareil, mais du début…

J’ouvrais les yeux d’un coup. Sans perdre plus de temps, je pris le petit appareil maladroitement dans mes mains, avant de finalement appuyer sur le bouton vert pour répondre à mon cellulaire. J’avais complètement oublié que j’étais de garde cette nuit! Je me frottais alors les yeux, en attendant qu’on m’explique la situation. C’était Adam, l’un de mes collègues. Je suis le garde côte de jour, et il est le garde côte de nuit. C’était l’une des premières fois qu’il m’appelait en 1 an. Normalement Adam ne m’appelle pas pour des conneries et moi non plus. Lorsque nécessaire, de jour, nous l’appelons parfois pour avoir un coup de main, mais cela prend une raison majeur, tout comme pour m’appeler la nuit!

Il m’expliqua la situation. Un navire en provenance du port, contenant une cargaison, plusieurs voyageurs et nouveaux arrivants. Je ne voyais pas le problème jusqu’ici. Lorsqu’il m’expliqua que le navire était tombé en panne, il y avait des risques que des déchets dangereux en provenance du navire se déversent dans la mer. L’équipage avait tenté de réparer celui-ci par leur propre moyen pendant près de 2h, sans succès. Il fallait donc l’amarrer au port. De plus, un autre navire de cargaison devait arriver dans environs 3h, il y avait donc un risque de collision vue la noirceur des plus importantes ce soir. Je calculais rapidement le tout. Il avait raison de m’appeler, car il est impossible d’évacuer et remorquer un navire, seul, en moins d’une heure. À deux, nous en aurions pour environs 30 à 40 minutes.

J’enfilais rapidement mon uniformes de style ‘’civile’’. Des shorts bleus marin et un polo blanc avec le signe de la police dessus. J’enfilais ma ceinture munit de mon arme à feu et d’une lampe de poche. Juste des choses qui peuvent supporter un minimum d’être mouillé. Les deux objets étaient bien protéger dans un emballage à l’épreuve de l’eau. Je prenais mon sac d’intervention nautique et me rendait présentable. Je me peignais rapidement les cheveux, me parfumais, mettais du déodorant et j’étais sorti de ma cabine.

Je m’étais entendu avec mon collègue, puisqu’il avait le navire de la police, il embarquerait le plus de gens qu’il pourrait pour les amener au port, c’est-à-dire, 6 à 8 personnes à la fois… Je m’occuperais de voir s’il y avait une brèche dans le navire et l’aiderait ensuite à évacuer les passagers du grand navire de cargaison. Par la suite, il s’occuperait du reste et je retournerais dormir. Je m’élançais alors vers le quai avec les embarcations de la police. Je démarrais le Zodiak, allumait les lumières de sécurité, ainsi que les lumières bleus pour montrer que j’étais de la police. Je me dirigeais alors vers l’immense navire bloqué à une centaine de mètre du port.

J’adorais cette sensation, l’odeur de la mer et le vent dans mes cheveux. Malheureusement, ce ne fut pas bien long avant que j’atteigne l’immense embarcation. Ce n’était pas l’un des plus gros bateaux que j’avais vu, mais comparé à mon Zodiac qui est un bateau pneumatique de sauvetage, tout est plus gros que moi!  J’observais rapidement les passagers sur le pont. Je remarquais plus principalement une femme à l’écart, avec des valises. Je remarquais d’autres passagers qui la dévisageaient. Était-ce à cause de son style vestimentaire? Bon, je sais que le style victorien n’est pas donné en termes de prix et n’est pas très connue, mais cela ne valait tout de même pas tous ces regards!

Je faisais alors rapidement le tour du navire de marchandise. Utilisant ma grosse lumière pouvant être bougé pour éclairer du mieux que je le pouvais le tirant d’eau. Dans d’autre mot, le bas du navire jusqu’à l’endroit où l’eau s’arrêtait sur la coque. Je ne pouvais voir jusqu’en dessous, il aurait fallu que je plonge à l’eau pour le faire… Je me contentais de regarder si je voyais du liquide ressemblant à autre chose que de l’eau de mer. Je ne trouvais rien d’anormal. Je fis ensuite un petit test d’eau. Le problème devait uniquement être d’ordre mécanique…

Je me concentrais alors vers ma prochaine mission, les passagers. La femme que j’avais remarqué un peu plus tôt était encore à l’écart du groupe. Elle regardait le port, dans une posture fixe, avec une émotion que je n’aurais pu qualifier dans le regard. J’allais au moins lui économisé quelques regards déplacés le temps du transfert! Un son attira mon attention, mon collègue revenait chercher un autre groupe et il aurait assez de place pour tout le reste des passagers. Je m’occuperais donc d’embarquer la dame avec les valises. Je regardais de nouveau vers la dame, pour lui faire un signe, lorsque je vu une tout autre émotion dans son regard.

J’attachais rapidement mon embarcation sur le bateau de marchandise et montait à bord. Une fois sur le pont près de ma passagère, je reniflais une odeur bien particulière, une vampire. Je regardais du coin de l’œil le ciel, un teint rosé commençait à apparait dans le ciel, la pointe du soleil ne tarderait pas à apparaitre. Je m’exclamais alors d’un ton très professionnel, mais doux.

- Bien le bonjour, mademoiselle. Je suis l’agent Lukas, garde côte pour la ville de Londre, puis-je vous escorter sur la rive?

Je rajoutais alors avec un petit clin d’œil,

-Le soleil sera levé d’ici quelques instants, il serait préférable de retourner sur la rive le plus rapidement possible, pour pouvoir profiter d’un bon petit déjeuner après cette longue nuit!

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: No place like London ... Sam 6 Aoû - 9:26

Les matelots commençaient à réellement s’activer sur le pont et courraient dans tous les sens. Je ne connaissais ni le fonctionnement des navires, ni le problème qu’ils avaient actuellement, mais ça semblaient être important. Plus le temps passait, plus je me posais des questions : qu’est-ce qui se passait bon sang ? Allait-ce bientôt être réparé ? Je l’espérais.

Une heure avait passé et ils continuaient de s’activer … L’évacuation n’allait peut-être pas être si rapide que ça, finalement. Les autres passagers commençaient à s’énerver, à s’impatienter. Pour s’occuper, ils parlaient entre eux de diverses choses : de leur travail ; leurs activités ; mais surtout de leurs conquêtes et de leurs prouesses … C’était pitoyable. Et j’étais la seule femme du groupe. Mais j’espérais pour eux qu’ils ne tenteraient rien de stupide. En soupirant, je continuais de fixer le port, une brume importante le recouvrant petit à petit, comme si c’était un signe : comme si le bateau ne devait pas s’amarrer.

Je continuais de tripoter ma petite pièce dorée, la faisant passer entre mes doigts. Ça avait  un effet terriblement relaxant sur moi. Je pris de longues respirations en restant toujours écartée de ces hommes à l’air particulièrement tordus. Il ne fallait clairement pas être une femme sans défense pour embarquer sur ce genre de navire. Mais je n’avais pas trop le choix.

Je fermais les yeux, continuant d’inspirer longuement. Je sentais la mer. J’aimais beaucoup cette odeur. Un fin sourire apparu sur mes lèvres tandis que je tentais de profiter un minimum de cette situation franchement pas agréable. Le vent continuait de nous frapper en plein visage, mais c’était agréable, une véritable bouffée d’air. La mer semblait agitée, les vagues devenant de plus en plus grosses et sauvages. Le bateau semblant pourtant rester de marbre ; en tout cas, je ne sentais pas particulièrement de mouvement. Je continuais, simplement de profiter tandis qu’une seconde heure passait et que cette trajectoire pouvait se transformer en catastrophe pour moi.

Dans moins d’une heure, le soleil sera levé … Dans moins d’une heure, je n’aurais plus la possibilité de me demander si j’avais fait une erreur. Dans moins d’une heure, je n’existerais plus. J’y pensais, effectivement. Peut-être était-ce un signe que j’avais trop vécu ? Qu’il était temps pour moi de partir ? Je n’en avais aucune idée, j’essayais de me faire à cette idée mais je regardais l’horizon avec la peur qui me tordait le ventre. Tout au fond de moi, sans même que je ne m’en doute, j’espérais très fortement que les secours viendraient bientôt. Au fond de moi, l’envie de vivre était bien présente. Je n’avais pas envie de disparaître, malgré tout ce que je pensais et tout ce que j’imaginais.

Et c’est exactement à cet instant que, en regardant l’eau,  j’aperçu un navire de police au loin. Merci. L’agent s’occupait  des premiers passagers. Ça allait peut-être être long, finalement. Plus long que j’avais imaginé car peu de personne pouvait être embarquées à la fois. J’avais peut-être une chance de m’en sortir, mais seulement s’ils se dépêchaient.

Je restais à l’écart, avec mes bagages à côté de moi, continuant de regarder l’horizon sans remarquer l’autre agent qui m’avait parfaitement vu et qui inspectait le navire. Peut-être le problème était-il vraiment grave, après tout. D’une main, je tripotais ma pièce tandis que de l’autre, je jouais avec l’un des plis de ma robe en tentant de garder mon calme.

Je ne pouvais m’empêcher de fixer le port en restant parfaitement droite, sans bouger. J’étais stoïque. Quelques hommes avaient été évacués, des personnes importantes à ce que j’avais pu comprendre. Ou ils s’étaient simplement énervés pour être sur terre le plus rapidement possible. Ce qui était tout à fait plausible vu le comportement qu’ils avaient …

Du coin de l’œil, j’avais remarqué un autre agent, qui venait d’attacher son bateau de sauvetage sur le navire. Il montait et semblait s’approcher de moi. Une odeur bien étrange arrivait à mes narines. Je ne su véritablement la discerner, mon esprit étant totalement confus, j’imaginais toutes sortes de scènes dans ma tête puisqu’en regardant de nouveau le ciel, le soleil commençait à apparaître. Je déglutissais en serrant les dents.
C’est alors que l’agent m’adressa la parole, avec un ton tout à fait calme.


- Bien le bonjour, mademoiselle. Je suis l’agent Lukas, garde côte pour la ville de Londres, puis-je vous escorter sur la rive ? Le soleil sera levé d’ici quelques instants, il serait préférable de retourner sur la rive le plus rapidement possible, pour pouvoir profiter d’un bon petit déjeuner après cette longue nuit !


Il avait, de plus ajouté un petit clin d’œil à mon égard. Il allait peut-être me sauver la vie. Je clignais des yeux, en réalisant ceci. Je le regardais, un long moment sans réagir. Il était grand, et particulièrement musclé avec des yeux bleus particulièrement profonds, dans lesquels j’aurais véritablement pu me perdre, plus de deux cents ans auparavant. Je secouais rapidement la tête avant de hocher discrètement.


- Je euh … Ce serait bien volontiers, oui …


Je souriais maladroitement, passant une main à ma nuque avant de saisir mes bagages, me demandant si cet homme avait deviné qui j’étais. Ou plutôt ce que j’étais. Je m’approchais de lui, interdite, ne sachant absolument pas comment réagir, n’ayant pas eu de contact avec qui que ce soit depuis bien longtemps. Les seuls que j’avais entretenus c’était simplement avec mon propriétaire. Je lui donnais de l’argent chaque mois, et c’était tout. Je n’avais pas vraiment été en compagnie de qui que ce soit depuis … Je n’avais même pas compté. En étant tout proche de cet agent Lukas, je ne savais réellement pas quoi dire, j’avais simplement soufflé, très doucement –un humain ne l’aurais pas entendu- un discret « Merci.. »
Revenir en haut Aller en bas
Lukas Christiansen

Lycan Mac Hawks
avatar
Lycan Mac Hawks


Messages : 94
Points : 415
Niveau de puissance : Loup respecté
Emploi et loisir : Naviguer en mer

Feuille de personnage
Âge: 126 ans
Taille:
Emploi: Garde Côte + Dominants Bêta

MessageSujet: Re: No place like London ... Sam 6 Aoû - 13:48

Je sentais la nervosité de cette femme. Je suis toute de même un loup… N’importe quel vampire aurait paniqué en voyait le petit teint rosé dans le ciel. Pour sa part, elle faisait preuve d’un autocontrôle impressionnant. Elle me confirma qu’elle viendrait volontiers. Je lui fis alors un sourire authentique. J’entendis un murmure sortir de sa bouche, me remerciant. Seul un être surnaturel l’aurait entendu. Je lui répondis alors d’une voix douce,

-C’est tout naturel! Laisser-moi vous aider avec vos valises mademoiselle.

Je pris alors ses deux valises, une dans chaque main. Je me dirigeais vers mon petit navire. Vue ma nature de Lycan, elle ne pesait pratiquement rien pour moi… Arrivé près de l’échelle pour redescendre sur le Zodiac, nous arrivions à côté du dernier petit groupe d’homme attendant d’être amené. Adam pourrait aisément s’occuper d’eux… Je me concentrais alors uniquement sur la vampire et le soleil qui ne tarderait pas à se lever. Je dis alors d’une voix douce,

-Je ne serais pas bien long, je descends vos valises et on retourne à terre.

Je commençais par en descendre une. Je ne pouvais y aller à deux à la fois, car je devais me tenir d’un bras à l’échelle pour descendre et tenir la valise en question de l’autre. Je remontais ensuite pour chercher la deuxième, et remarquais les hommes, dévisageant ma demoiselle en détresse. Je dis alors d’une voix amusé,

-Pardon de vous déranger messieurs, l’un de vous serait-il assez aimable, pour me faire don de sa force quelques instants? J’aurais seulement de besoin que vous m’apportiez cette valise s’il-vous-plaît. Quels hommes nous serions si la dame aurait à lever sa valise par-dessus bord vue le poids de celle-ci!

L’un des hommes du groupe s’avança alors, il était moins grassouillet et un peu plus grand que les autres. Il tira alors la valise sans problème, mais se repris deux fois, avant d’arriver à la levé pour le la tendre puisque j’étais dans l’échelle. Ses bras vibraient sous l’effort. J’agrippais la valise sur l’une de ses poignées, faisant saillir mes biceps et mes pectoraux. Sans aucun effort, je la maintenais à bout de bras et rajoutant d’une voix purement masculine,

- Merci beaucoup mon brave! Vous m’avez été d’une grande aide! Mon collègue Adam s’occupera de votre groupe, il vous amènera tous. Mademoiselle, pour votre part vous pouvez me suivre.

Je descendais alors l’échelle avec la valise en main. J’arrivais finalement dans le petit vaisseau de sauvetage. J’ai toujours été plus à l’aise sur l’eau sur que la terre sous ma forme humaine. Sous ma forme de loup, j’apprécie particulièrement les bains de minuits et les courses dans la forêt. Je plaçais les valises dans un endroit sécuritaire et appliquait une couche de pellicule de plastique sur celle-ci. Les vagues devenaient de plus en plus puissantes et le risque de se faire éclabousser était bien présent. Le navire bougeant au rythme des vagues. Je tendais ma main à la vampire, pour l’aider à ses stabiliser et s’adapter au mouvement sur l’embarcation lorsqu’elle arrivait à la fin de l’échelle.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: No place like London ... Sam 6 Aoû - 14:41


Lorsque l’agent Lukas répondit à mon remerciement, je compris immédiatement que j’avais vu juste à l’odorat. Il n’était pas normal. C’était … un loup ? J’avais souvent entendu parlé des lycans et en avais aperçu de loin mais je n’avais jamais parlé directement avec l’un d’entre eux. C’était une première. Sur le coup, j’avoue m’être sentie imbécile de ne pas avoir remarqué immédiatement. J’avais bien senti quelque chose mais le soleil m’inquiétait davantage. Je savais pertinemment que de nombreux vampires furent tués par des lycans et vises versa. C’était en Alaska, j’y avais séjourné pendant quelques décennies et vampires et lycans n’étaient clairement pas en bons termes. C’était peu de le dire. Peut-être était-ce différent à Londres ? Après tout, ce lycan n’avait toujours pas essayé de m’écorcher. En tant qu’agent, ça aurait clairement été inadmissible, après tout. Mais il était en train de me sauver la vie, et ça, je ne pouvais que l’en remercier. J’avais même une dette envers lui …


-C’est tout naturel ! Laissez-moi vous aider avec vos valises mademoiselle.

- Euh … D’accord. Merci, encore..



J’étais très gênée, peu habituée à recevoir de l’aide de qui que ce soit mais le laissais faire, gardant cependant bien mon sac sur l’épaule gauche en le regardant attentivement. Sa gestuelle et sa force surhumaine ne m’aurait pas échappé bien longtemps. Mine de rien, mes valises n’étaient pas si légères que ça. Même si j’étais assez vieille et donc par conséquent bien plus forte que la plupart de mes confrères et consœurs, elles pesaient un minimum. Il était donc évident que les légendes étaient fondées : les loups-garous étaient donc véritablement plus forts, dotés d’une force exemplaire. Peut-être était-il tout simplement vieux aussi ? Un mélange des deux probablement. Je restai interdite un moment en continuant de l’observer, agrippant bien mon sac.


-Je ne serais pas bien long, je descends vos valises et on retourne à terre.

- C’est gentil.



J’hochais tout doucement la tête, en lui accordant un de mes très rares et fins sourires lorsqu’il descendait avec l’une de mes valises, l’air de rien.


-Pardon de vous déranger messieurs, l’un de vous serait-il assez aimable, pour me faire don de sa force quelques instants ? J’aurais seulement de besoin que vous m’apportiez cette valise s’il-vous-plaît. Quels hommes nous serions si la dame aurait à lever sa valise par-dessus bord vue le poids de celle-ci !


Je fus étonnée en voyant que l’un des hommes auxquels Lukas parlait s’avançait, comme s’il l’avait miraculeusement changé. Il attrapa ma valise avant de la faire venir à l’agent, non sans quelques difficultés. Je m’approchais pour voir ça tandis qu’il la tenait simplement à bout de bras, comme si ce n’était absolument rien.


- Merci beaucoup mon brave ! Vous m’avez été d’une grande aide ! Mon collègue Adam s’occupera de votre groupe, il vous amènera tous. Mademoiselle, pour votre part vous pouvez me suivre.


Mon sang ne fit qu’un tour tandis que je commençais à descendre l’échelle. Adam. Adam. Ce nom tournait en rond dans ma tête encore encore et encore. Je n’arrivais pu à me concentrer, je n’arrivais pu à rester stable. Je manquais de tomber de l’échelle mais réussis à me retenir au dernier moment. Le soleil ne me paralysait plus. C’était Adam qui le faisait. Mon cher et tendre. Par simple réflexe, je tournais la tête pour espérer voir le collègue de Lukas mais c’était trop tard. Je secouais la tête, tentant de me calmer. Il était évident que beaucoup d’hommes portaient ce prénom mais je n’avais pas encore envisagé la possibilité de l’entendre. C’était réellement dur. Je regardais rapidement l’agent monter sur le bateau pneumatique et le suivais, comme il me l’avait demandé. Je continuais de le regarder puis le rejoignais, attrapant doucement la main qu’il me tendait. Encore toute chamboulée, je ne fis absolument pas attention à tout ce qui m’entourait et je partis en avant, mes talons ne me rendant pas service non plus. Je m’écrasais donc presque totalement contre le dit Lukas, véritablement gênée et particulièrement mal à l’aise.


- Je … Suis vraiment désolée. Vraiment, je …
Revenir en haut Aller en bas
Lukas Christiansen

Lycan Mac Hawks
avatar
Lycan Mac Hawks


Messages : 94
Points : 415
Niveau de puissance : Loup respecté
Emploi et loisir : Naviguer en mer

Feuille de personnage
Âge: 126 ans
Taille:
Emploi: Garde Côte + Dominants Bêta

MessageSujet: Re: No place like London ... Dim 7 Aoû - 12:06

Alors que la dame descendait l’échelle pour venir me rejoindre, je détournais le regard. Tout simplement par respect pour ne pas regarder vous savez où et que l’un de mes regards soit mal interprété. Je remarquais que la vampire semblait préoccupé par autre chose, mais quoi? Si cela avait été le soleil, elle se serait dépêchée de descendre l’échelle pour monter à bord. Mais au contraire, elle avait ralenti sa descente. Si un homme lui avait mentionné un commentaire déplacé, je l’aurais entendu…

Elle passait alors près de tomber de l’échelle, mais se rattrapait de justesse au dernier moment. Par réflexe, je me plaçais alors rapidement d’une façon que si elle tombait, je pourrais la rattraper. Heureusement elle atteint par elle-même la fin de l’échelle sans se blesser. Quoi que… Elle était une vampire, je ne me serais pas réellement inquiéter de son état de santé pour une aussi petite chute. Dans un cas de fracture, les lycans et vampires guérissent en quelques heures. Les pires cas, sont ceux où il faut briser le membre de nouveau, pour qu’il guérisse dans un bon angle.

Elle attrapa ma main et monta finalement à bord. Contre toute attente, elle bascula vers l’avant. Le corps dure comme le roc, mais agile et flexible je retenais sa chute. Je suis habitué de naviguer dans des mers beaucoup plus agité qu’elle ne l’était en ce moment. Je gardais donc sans aucune difficulté mon équilibre et pliait légèrement les genoux au rythme des vagues. Je maintenant sa main qui étant déjà dans la mienne, pour l’attirer contre mon corps à la hauteur de mon épaule. Je plaçais alors mon autre main, d’une façon professionnelle et douce en plein centre de son dos. Je n’exerçais aucune pression pour la retenir et aucune pression pour l’attirer contre mon corps. Je gardais ma main à cet endroit pour l’utiliser comme une barrière et l’empêcher de basculer vers l’arrière avec les retours de vague.

Elle s’excusa immédiatement et ne terminais pas sa phrase. Probablement par gêne vu le petit rouge qui venait d’apparaître sur ses joues. Je la retenais le temps que je la sente assez stable et lui répondait alors avec un sourire empathique,

-Ne vous inquiéter pas, ce n’est pas évidant de rester en équilibre dans des vagues de ces grosseurs, surtout dans un petit navire comme celui-ci! De plus, vous aviez l’esprit ailleurs. Je vais vous aider à vous asseoir.

Lorsque je la sentais suffisamment stable, je retirais ma main de son dos et gardait la première main qu’elle m’avait tendu dans la mienne. Je l’amenais vers la poupe du navire et l’aidait à s’asseoir sur le siège juste à côté de celui du conducteur. Lorsqu’elle fut bien assise dans son siège, je relâchais alors délicatement sa main en souriant. Je me dirigeais alors à tribord, où deux cordes retenaient le petit bateau pneumatique à celui de cargaison. Je détachais alors la première corde, la replaçais dans le navire et rajoutais tout en détachant la deuxième,

-Vous pouvez-vous tenir sur la barre à côté de vous. Dans des vagues comme celle-ci, il se peut fortement qu’il y ait un peu de turbulence.

Je replaçais la deuxième corde dans le navire et me dirigeais derrière les contrôles. J’agrippais le volant et démarrais le moteur alors que le navire commençait à dérivé à cause des vagues. Tout en allumant les lumières et m’assurant que l’élise était fonctionnel, je lui adressais un petit sourire en disant,

-Je suis désolé pour l’odeur de chien mouillé. Je sais que certains vampires ne peuvent la supporter!

Elle n’avait pas à s’inquiéter que quelqu’un nous ait entendu, nous étions seul et à une distance qui empêchait les hommes sur l’autre bateau de nous entendre.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: No place like London ... Dim 7 Aoû - 13:10


Je serrais les dents un moment en lui adressant un léger signe de tête en guise d’un énième remerciement sans savoir où me mettre. Tout cela ne me ressemblait absolument pas. Je n’avais pas par habitude de me faire aider, je m’étais toujours débrouillée seule, en toutes circonstances. Tout cela était bien étrange. C’était parfaitement anormal. Londres était devenu bien différent. Londres était véritablement différent des autres villes dans lesquelles j’avais été et les gens, même les lycans, semblaient l’être également. Je restai néanmoins quelque peu méfiante, n’accordant que très peu ma confiante. Jamais, même …

Je restais tout de même contre lui un petit moment sans même le remarquer, le fixant d’un peu plus près. Il semblait sincère et véritablement affectueux. L’image de mon Adam commençait à disparaître de mon esprit, il fallait réellement que je me contrôle avec ceci, sinon ça serait bien compliqué pour moi. Il ne manquerait plus que j’entende un William pour que je redevienne folle. C’était intolérable. Je devais me concentrer. Il fallait que je refasse ma vie.

Je le regardais donc tandis que l’agent Lukas me gardait plus ou moins contre lui, m’empêchant de m’écraser contre le petit bateau pneumatique.


-Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas évidant de rester en équilibre dans des vagues de ces grosseurs, surtout dans un petit navire comme celui-ci ! De plus, vous aviez l’esprit ailleurs. Je vais vous aider à vous asseoir.

- Hm, je vous suis.



J’haussais doucement la tête, le laissant me guider tandis que je passais ma main sur les plis de ma robe pour les remettre en place comme si de rien n’était. Je m’installais donc précautionneusement dans le petit siège vers lequel l’agent m’amenait avant qu’il n’aille s’occuper de quelconques commandes et cordes.


-Vous pouvez-vous tenir sur la barre à côté de vous. Dans des vagues comme celle-ci, il se peut fortement qu’il y ait un peu de turbulence.


Je fis donc ce qu’il me dit, encore une fois, par précaution tandis qu’il continuait quelconques manœuvres avec les cordes et le volant du bateau, le mettant en marche par la suite. Il démarra et nous commencions déjà à nous rapprocher un peu plus de la rive. Et heureusement car d’ici quelques minutes à peine, le soleil serait levé. Ma vie était en jeu, et le jeu se terminait très bientôt. Il ajouta, avec le sourire d’un air parfaitement sympathique ces quelques mots,


- Je suis désolé pour l’odeur de chien mouillé. Je sais que certains vampires ne peuvent la supporter !


Après un bref regard en arrière pour m’assurer qu’il n’y avait personne à notre portée, puis un coup d’œil vers le ciel dans lequel quelques rayons de soleil commençaient déjà à se refléter sur les vagues un peu plus loin derrière nous. Je déglutissais longuement, serrant des dents.


- Ce n’est rien ne vous en faites pas. Et puis, je ne pourrais vous en vouloir pour si peu. Vous me rendez un vrai service … C’est … Merci.


Je le remerciais une fois encore, ne pouvant dire autre chose qui reflétait ce que j’éprouvais réellement. Je pris une grande inspiration. Nous nous approchions du quai, certes, mais ce n’était peut-être pas assez. Je serrais un peu plus les dents et Lukas semblait faire tout de même attention mais il ne pouvait pas aller plus vite que la lumière, c’était le cas de le dire. C’était, -véritablement- une course contre le soleil. Une fois suffisamment proche du quai, un rayon de soleil vint me brûler la main gauche en sa quasi-totalité sans que je ne puisse l’échapper. Je grognais et grimaçais, j’avais réellement mal, ne pouvant plus tenir plus longtemps. Je me jetais hors du bateau, sautant sur le quai pour venir m’écraser contre une quelconque façade près du port, de plein fouet. En me voyant, on aurait même pu croire que je volais, mais ce n’était pas le cas. Dotée d’une immense agilité mais également d’une grande vitesse du à ma condition de vampire et surtout, d’âgée de 250 ans, ça avait été relativement simple, mais je ne pu retenir le choc sur le coup, en alerte, rentrant véritablement dans cette façade. Mais au moins, je n’étais pas carbonisée. Je me cachais au mieux du soleil, face contre cette fameuse façade, jetant un coup d’œil vers ma main en empêchant un juron. J’étais totalement et irrévocablement coincée là et il y’avait de très fortes chances que, très bientôt, l’ombre ne soit plus là. Je pourrais finir en fumée dans très peu de temps.

Je jetais quelques regards un peu partout, cherchant une cachette quelconque. Mais c’était en vain. Je mis ma tête en avant contre la paroi, arrêtant tout simplement de réfléchir.
Revenir en haut Aller en bas
Lukas Christiansen

Lycan Mac Hawks
avatar
Lycan Mac Hawks


Messages : 94
Points : 415
Niveau de puissance : Loup respecté
Emploi et loisir : Naviguer en mer

Feuille de personnage
Âge: 126 ans
Taille:
Emploi: Garde Côte + Dominants Bêta

MessageSujet: Re: No place like London ... Dim 7 Aoû - 14:15

Elle me mentionnait que mon odeur ne lui dérangeait pas. Je lui souris alors franchement alors que le petit vaisseau de sauvetage se rapprochait de plus en plus du port. Dans des vagues aussi instables, je ne pouvais aller à pleine vitesse sans mettre notre sécurité en danger. J’avais le choix entre prendre une chance de chavirer, qui ne sauverais pas la vampire. Ou d’avancer de façon sécuritaire, en gardant une chance de la sauver… Mon choix était fait.

Lorsque je le pouvais, j’accélérais un peu. Lorsque les vagues étaient trop forte, je ralentissais et rentrait dans la vague de façon diagonales. Il ne faut pas affronter les vagues directement, ni les laisser atteindre l’embarcation sur le côté. Il faut les affronter de façon à être légèrement en diagonale, pour que le devant du navire et une petite partie sur le côté soit ce qui rentre en contact avec les vagues. Cela maintient l’embarcation stable et permet de garder une bonne vitesse.

Lorsque je pouvais, je suivais les endroits sans courant pour maintenir une bonne vitesse. Les endroits sans courant sont entre les vagues et zigzague. Elles sont observables par de petites bulles à la surface et bien sur aucune vague ne s’y trouve, ce sont des endroits plats. Ce sont tous ces petits trucs qui me permirent de garder une bonne vitesse jusqu’au quai. Je m’efforçais de ne pas effectuer des virages trop secs, et je gardais un œil sur la vampire tout le retour. Je partageais mon attention entre la mer et la belle inconnue à mes côté.

Une fois près du quai, un rayon de soleil alla se loger sur la main de la vampire. Je la vis alors utiliser sa force et vitesse surhumaine pour bondir sur le quai, où elle alla ensuite se cacher derrière une façade. Elle devait être à l’ombre présentement. Elle était caché derrière une petite bâtisse en bois, je ne pouvais la voir de sur le zodiac. Mais je pouvais m’imaginer que avec la vitesse à laquelle elle avait bondit, l’écrasement avait dû être douloureux!

Je me hâtait de conduire le Zodiac jusqu’à un endroit pour l’amarrer, près de l’endroit où la vampire avait bondit. Une fois le navire près du quai, j’utilisais ma vitesse pour aller rapidement à bâbord, prendre une corde et sauter sur le quai. J’attachais l’embarcation rapidement, par proue et la poupe. De toute façon, je devrais le ramener au quai de la police plus tard. Je me contentais alors de prendre les clés de l’embarcation et de prendre une grande couverture noire, se trouvant à bord du bateau pour les sauvetages dans des cas d’hypothermie. Le matériau protégerait la vampire des rayons du soleil.

J’utilisais ma vitesse de lycan, pour arriver rapidement devant la vampire. Je voyais le dos de la vampire, sa tête reposais contre la façades. Je pris l’immense couverture, qui pourrait recouvrir 3 personnes à la fois. Je la lui mettais sur la tête, comme si elle avait une énorme cape avec un capuchon. Je lui disais alors rapidement, mais d’une voix rassurante,

-Enfilez la pour qu’elle vous recouvre complètement. Le soleil ne passera pas à travers de celle-ci pour le peu de chemin que nous avons à faire. Je vous amène dans un lieu sûr, mais il va falloir me faire confiance…

Dès qu’elle eut enfilé la couverture de façon à être complètement couverte, je mettais une main sur son épaule pour la guider vers mon navire. Elle pourrait y passer la journée en toute sécurité. En plus, puisque je m’étais levé en pleine nuit, ma cabine n’aurait aucun rayon de soleil dans celle-ci. Tous les rideaux étaient bien fermés.

Arrivé dans mon navire, je refermais la porte derrière nous une fois dans la cabine. Cela aboutissait dans le salon directement. Je dis alors,

-Ce n’est pas grand-chose, mais c’est chez moi. Il n’y a aucun rayon de soleil ici. Vous pouvez être tranquille.

(SUITE AU PALAU SIREN)

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: No place like London ...

Revenir en haut Aller en bas
No place like London ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Qui va à la chasse perd sa place [Pinsk Town-Thriller Bark, Rang D, Chasseurs de Prime, Balayage de zone]
» Bloody London

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Port de Londres-
Sauter vers: