Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

Station Moorgate, 22h07

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: Station Moorgate, 22h07 Sam 23 Juil - 18:13

Une épaisse et poisseuse moiteur recouvre les sièges du métro londonien, comme si l'alliage plastique qui les compose suintait une sueur tiède. Le composite colle, exprimant le son disgracieux d'un baiser aspiré lorsqu'une main nue ou une cuisse dévoilée s'en retire après une trop longue pression. Les enfants s'en amuse, imitant avec leurs paumes contre leurs lèvres la note inélégante, alors que leurs parents les réprimandent mollement, davantage gênés par le regard d'un passant indiscret que par les agissements de leur progéniture...

   Les quais débordent presque sur les voies comme des grandes langues de bétons bavant d'une bouche en chemins de fer. Erica, son casque audio s'imprégnant de l'humidité que dégagent ses tresses, semble chercher à désespérément, les yeux clos, à faire abstraction du monde qu'il l'entoure. Ces bruits, ces gestes, ces odeurs : l'informe abomination des corps qui se bousculent dans une danse chaotique. Elle serre les dents, comme lorsqu'elle pressent l'impact d'un coup de poing lors de ses combats. La vie est une succession irrégulière d'arènes où défilent des ennemis qui ne se révèlent à vous qu'une fois qu'ils sont vaincus.

   Le métro arrive, en retard comme toujours ; à tel point que tout le monde à pris le réflexe instinctif d'ajouter quelques minutes de plus à chaque horaire marqué sur le tableau électronique. La masse de chair suante se pousse, se presse contre les portes, d'où s'extirpent difficilement d'autres atomes de l'humanité. On croirait voir un serpent mort traversé par des milliers d'insectes, sortant et rentrant de ses entrailles. Erica se faufile, jouant avec ses épaules musculeuses pour se faire une place dans le flux. Elle parvient contre les portes opposées, closes, et se fond dans la vitre comme si elle essayait vainement d'imiter sa transparence.

   Le vrombissement de ce serpent creux se fait entendre et se met alors à glisser les tunnels souterrains de Londres. Les stations défilent. Old Street. Erica soupire lourdement en étirant son cou pour ne pas se noyer dans la mare nauséabonde des corps qui se heurtent quand se braque le frein. Angel. A chaque arrêt, le même rituel écœurant où sont récités les mêmes paroles ésotériques : "Il y a de la place a fond, bougez-vous!". Euston. "Poussez-vous, j'ai une poussette!". Camden Town. "T'es sûr que c'est le bon? Il va bien à Finchley?!". Kentish Town. "Putain, c'est toujours les gros qui prennent les sièges!". Tufnell Park... Encore deux stations et cette nage dans le miasme charnel s'achèvera. Erica serre les poings, s'apprêtant sûrement à fendre la foule le plus rapidement possible. Elle se glisse entre deux grands touristes allemands en débardeurs qui, les bras pendus aux barres de soutien du plafond, arborent fièrement des touffes humides de poils blonds au niveau de leurs aisselles. Elle est à mi-chemin. Archway. C'est la prochaine. Une nouvelle masse vient fusionner avec les locataires de l'intestin du serpent. Erica est pressée vers l'arrière.

   Elle se crispe soudain. Immobile, enserrant la barre de soutien centrale comme une lance qu'elle est prête à projeter jusqu'à la surface, elle coupe sa respiration. Derrière elle, un des deux allemands vient de poser sa large main moite sur la fesse droite de la jeune femme, couverte uniquement d'un short de fin de sport. Ses phalanges velues s'arquent lentement, pétrissant obscènement la courbure du postérieur d'Erica. Soudainement, avec la vivacité de la foudre qui frappe la terre, elle fait volte-face et, emportée dans son élan, étire son bras puissant pour venir percuter d'un poing ferme la mâchoire narquoise du pervers. Surchargée en adrénaline, elle enchaine, profitant de la surprise de son adversaire, en élevant son genou contre le bassin de celui-ci. Aussitôt, il se plie en deux en pestant dans sa langue natale quelque chose à son ami qui le fixe, bégayant et fuyant du regard les passagers qui cherchent en lui une réponse à cet incident sordide.

   Highgate. Saisissant l'opportunité provoquée par la stupeur générale de pouvoir quitter le métro sans devoir écarter les corps puants de chaleur, Erica atterrie sur le quai, rejoint avec quelques enjambés l'ouverture de la prochaine porte sur sa droite et se mêle au mouvement qui se dirige vers les escaliers.

___________________________________________________________________


(Voilà qui fera office d'introduction à l'existence d'Erica dans cet univers, tout en me permettant de me faire la main et de vous la présenter en contexte. En espérant avoir susciter l'intérêt) Smile
Revenir en haut Aller en bas
Station Moorgate, 22h07
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» une station de ski dans le désert de Dubaï
» Panic Station ▬ Keith
» La station météo
» CODEX : Station Magellan
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Métro de Londres-
Sauter vers: