Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Effy Brown

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 1377
Points : 335
Niveau de puissance : Sangsue (une fois transformée)

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Taille: 1m71
Emploi: Etudiante & Serveuse dans un bar (la nuit)

MessageSujet: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Sam 26 Aoû - 15:03

ft. Kyoshiro

ft. Effy

Le Dragon & le Corbeau
Le vendredi soir était sans nul doute l'un des soirs les plus chargés de la semaine. Les étudiants se permettaient de sortir, tous comme ces adultes qui avaient la chance de ne pas bosser le lendemain. La cadence avait été dure à suivre au début. Prendre les commandes, débarrasser les tables vides, servir les clients et s'assurer que tout le monde soit suffisamment satisfait pour être tenté de revenir une prochaine fois. Mais je m'y étais habituée, à tel point que j'étais devenue de plus en plus efficace et rapide dans mon travail. Je slalomais entre les tables, récupérais des verres vides sur certaines d'entre elles, les reposant en équilibre sur le plateau que je tenais à bout de bras. J'avais bien évidemment cassé quelques verres au début mais il parait que c'est plutôt nécessaire pour éviter de répéter les mêmes erreurs.

Ce job me permettait de voir du monde, d'en rencontrer parfois même, bien que ce ne soit franchement pas mon but premier en pénétrant sur mon lieu de travail. J'avoue que parfois c'était assez agaçant de devoir se retenir de remettre certains clients trop impolis à leur place. Lorsqu'un groupe de nanas décolorées, perchées sur des talons de 15cm et vêtues de robes aussi courtes que mes t-shirts, déboulaient je ne pouvais m'empêcher de me marrer intérieurement en les voyant commander un ridicule panaché.

Je ne refusais jamais de servir une table, j'étais payée pour servir ces clients alors je me devais de le faire, peu importe que ces derniers soient parfois de purs connards, qui se permettent de te zieuter de haut en bas en lâchant des petits commentaires à ton passage. Bien que ça me mette les nerfs à vif, je ne dis rien. Puis bon, si je ne portais pas cette tenue obligatoire, j'aurais surement moins de commentaires ou de regards malsains à mon égard. Cette idée qu'une jupe courte et haut moulant puisse inciter les gens à boire me dépassait mais le dire aussi franchement à mon patron risquait de ne pas tellement lui plaire, alors mon avis, je le gardais pour moi.

D'ailleurs, je tirais sur le bas de ma jupe pour la faire redescendre un peu sur le haut de mes cuisses, elle ne cessait de remonter au gré de mes mouvements et j'avais bien du mal à ne pas y penser. J'avais la constante impression que j'allais risquer de finir en culotte au milieu du bar. Je passais une main dans mes cheveux, je n'avais pas le droit au chignon négligé ni d'ailleurs au chignon trop stricte alors je me faisais une queue de cheval assez haute et laissais mes cheveux virevolter de gauche à droite lorsque je déambulais. Je reposais mon plateau sur le comptoir et m'étirais un coup avant de balayer la salle du regard. Une table attira mon attention, un homme, seul semblait ne pas avoir été servit et il ne me semblait pas que j’eus déjà pris sa commande.

Aussitôt, je resserrais mon élastique, chassant une mèche rebelle de devant mes yeux et m'approchais à grand pas du nouveau venu. Avec un petit sourire –n'allez pas croire que je souriais constamment, hein, c'est obligatoire- je me plantais devant lui. La couleur de ses yeux me frappa une petite seconde mais je n'aimais pas vraiment fixer les gens, au risque de leur paraître offensante. J'aimais bien la couleur de ses iris et je crois même que mon sourire dû s'agrandir. Pouvait-on vraiment avoir des doutes quand à sa nature? Les créatures surnaturelles aussi étaient admises au Sky et certains lycans et autres vampires pénétraient parfois dans le bar et buvaient un coup avant de repartir. Je n'étais pas habituée à en voir beaucoup mais j'étais loin d'être effrayée.

-Bonsoir, qu'est ce que je vous sers?

Je n'avais pas besoin de noter, je faisais régulièrement travailler ma mémoire et je trouvais ça plus pratique, c'était un gain de temps. Malgré mon désir de ne pas l'offenser, mes yeux se perdirent dans les siens, leur couleur rubis avait quelque chose d'envoutant bien que je ne sois pas sure que cela soit très sain.



HRP:
 

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


~ C'est dans une main perverse que la plume se transforme en poignard ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoshiro

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 45
Points : 186
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge: 202
Taille: 1m88
Emploi:

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Sam 26 Aoû - 17:48


Le dragon & le corbeau


La nuit tombe enfin et je vais pouvoir sortir de la grotte dans laquelle je me suis abrité pour me protéger des rayons du soleil. Cela fait maintenant plusieurs jours que je voyage. Je suis tout prêt de la fameuse ville de Londres, il ne me reste plus qu’à trouver un endroit pour passer la journée de demain et éventuellement les autres. Je pense que me rendre dans un bar est le meilleur endroit pour me renseigner. J’aurai pu prendre l’avion pour venir mais j’ai préféré le bateau et la marche c’est pour cela que j’ai mis un long moment à traverser la planète m’arrêtant dans différente auberge ou hôtel pour passer mes journées. Depuis que nous nous sommes révélés il y a de plus en plus de commerce qui reste ouvert la nuit pour nous permettre à nous aussi de nous intégrer. Je me lève alors et je commence à prendre la route vers cette fameuse ville dont mon créateur m’a tant parlé. Mon manteau rouge flottant au vent à ma suite j’avance d’un pas assuré examinant avec attention les alentours afin de voir si je ne passe pas devant une auberge ou un hôtel. Par chance j’ai réuni un petit pécule lors de mes précédents contrats ce qui m’a permis de vivre aisément jusqu’à maintenant.

La nuit est sombre mais pour ma part je vois comme en plein jour, je n’ai nullement besoin de tous ces réverbères. Je m’enfonce un peu plus dans la ville mais toujours sans croiser le moindre hôtel ou la moindre auberge. Soit je n’ai pas de chance soit cette ville n’en possède que peu. Pourtant c’est une grande ville je devrais pouvoir en trouver. Bon je pense que dans un bar on pourra me renseigner. D’ailleurs ce ne sont pas les bars qui manquent mais la plus part sont plein. On est vendredi soir donc c’est plutôt normal. Tous les étudiants sont de sortie. Certains regards ce tourne vers moi. Il est vrai que j’ai un look atypique et en plus mes yeux rouges ne passent pas forcément inaperçu. Quand les vampires n’était pas encore au grand jour on me demandait souvent où j’avais trouvé mes lentilles. J’inventai donc une histoire pour pouvoir donner le change. Maintenant ce n’est plus nécessaire. Je ne suis pas le seul de ma race à avoir les yeux rouges, mais pour la plupart c’est uniquement quand ils chassent ou quand ils partent dans une rage sanguinaire. Moi c’est tout le temps. Je ne saurai pas expliquer pourquoi mais c’est ainsi.

J’arrive finalement devant un bar qui s’appelle le « Sky ». Intéressant comme nom et je vois à l’intérieur qu’il y a une table de libre. Je ne perds pas une seconde et je pénètre dans l’enceinte et me dirige d’un pas décidé vers cette table. J’observe rapidement les alentours et je remarque plusieurs tablés intéressantes. L’une d’entre elle est remplie de jeunes qui reluquent sans aucune discrétion la serveuse. Une autre est composés de filles elles aussi doivent être étudiantes. L’une d’entre elle croise mon regard et j’entends son cœur s’accéléré. Elle se lève prenant ma direction mais d’un simple mouvement de négation je lui fais comprendre qu’elle perd son temps. Elle semble le comprendre car elle rebrousse chemin. Ainsi donc je n’ai rien perdu de mon charme. Je reporte ensuite mon attention sur la serveuse qui slalom avec aisance entre les tables. Ses cheveux couleur corbeaux dansant derrière elle. Elle ne manque pas de grâce pour une humaine. Elle doit avoir l’habitude de naviguer ainsi d’une table à une autre un plateau rempli dans une main.

Je m’amuse de voir qu’elle tire régulièrement sur sa robe tentant vainement de cacher ses jolies jambes. Mais dès qu’elle reprend sa route sa robe remonte faisant baver les immondices que j’ai vu à une table en arrivant. Ils ne la lâche pas des yeux. Sont-ils seulement conscient que leur chance de sortir avec une serveuse sont quasiment nul ? Les serveuses dans les bars et d’autant plus les barmaids sont très prisées et refusent souvent les avances de leur client. Je reporte mon attention sur la carte et je ne vois pas de saké, mais avec un peu de chance ils pourront m’en proposer. Sait-on jamais. Si vraiment ils ne peuvent satisfaire ma demande alors je prendrai un whisky, après tout je suppose qu’un bar appelé le sky doit pouvoir proposer une large palette de bon bourbon. Je regarde à nouveau vers le bas et je vois la jeune serveuse s’étirer avant de faire un tour d’horizon de la salle et fini par croiser mon regard écarlate. Elle se dirige alors d’un pas assuré vers moi et j’entends son cœur battre mais pourtant quand elle arrive devant moi il n’a pas accéléré comme le fait souvent ceux des autres humains. Elle ne semble pas perturbée par mon apparence mais je remarque tout de même que mes yeux ne la laisse pas indifférente. Elle essai d’ éviter mon regard tout en me demandant ce qu’elle peut me servir. Je constate alors qu’attendant ma réponse elle ne fait plus d’effort et plonge ses yeux au fond des miens. Je réponds alors d’une voix douce :

« Je suppose que vous n’avez pas de saké ? Si par chance c’est le cas je prendrai un bouteille. Sinon servez-moi votre meilleur whisky. »

Je lui souri alors et je regarde la salle. Tout le monde semble servi et j’ajoute alors :

« Peut-être me ferez vous-même l’honneur de m’accompagner, à mes frais bien entendu ? »

Je soutiens son regard attendant qu’elle me réponde. J’espère sincèrement qu’ils ont du saké mais je ne me fais pas tellement d’illusion. Je pense que c’est assez rare dans un pays aussi éloigné du continent Asiatique.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Brown

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 1377
Points : 335
Niveau de puissance : Sangsue (une fois transformée)

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Taille: 1m71
Emploi: Etudiante & Serveuse dans un bar (la nuit)

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Lun 28 Aoû - 10:47

ft. Kyoshiro

ft. Effy

Le Dragon & le Corbeau
Bien que l’on puisse penser le contraire, être serveuse n’est pas le job le plus facile. Le travail n’est certes, pas bien compliqué, si l’on s’en tient à croire qu’il suffit de servir les bonnes commandes aux bons clients, mais ce n’est pas toujours évident de se confronter à ces derniers. Les discussions à votre sujet, votre manière d’être habillé, alors que ce fichu accoutrement est obligatoire ou encore les commentaires déplacés de jeunes en chaleurs qui pensent sans doute que siffler une serveuse leur rapportera son numéro, peuvent mettre les nerfs à rude épreuve. Il est rare, en revanche, que les clients soient volontairement très virulents, certains ne sont pas très agréables mais cela s’arrête là, et tant mieux, d’ailleurs.

Ce client était loin d’être désagréable, au contraire, il se montrait respectueux et m’arracha un sourire. Ça arrivait de temps à autres qu’un client propose à une serveuse de boire un verre à ses côtés, mais on se devait toujours de refuser, parce que ce n’était pas tellement «approprié» surtout pendant notre temps de travail. Je continuais de me perdre dans ses yeux rouges bien que j’avais parfaitement conscience que ce ne soit pas forcément très poli et les détaillais soigneusement. Il était évident qu’une question me brûlait les lèvres, à savoir s’il appartenait à la race vampirique.

Intérieurement je me demandais bien ce que ça changerait, serait-il plus effrayant à mes yeux ? Sans doute pas. Est-ce que j’aurais doublement raison de refuser son invitation ? Je ne crois pas non plus. Alors au fond, peu importait. Qu’il se nourrisse de sang ou non n’avait pas grande importance. Je lui fis un petit sourire désolé et répondis alors :

-Je suis désolée, je crains que nous n’en ayons pas. Essayer peut être un autre bar.. si vous y tenez. En revanche nous avons de l’Hibiki. C’est un des meilleurs whisky que nous possédons et il vient du Japon. Vous pouvez le consommer comme les japonais, allongé à l’eau ou avec un glaçon rond, si vous le désirez ?

Je l’observais un instant, la lumière des néons au plafond ne devait pas rendre justice à son beau visage pourtant, j’y distinguais quelques traits asiatiques et je me demandais alors s’il venait d’un de ces pays de l’Est où s’il n’en avait que les origines. Je me mis alors à réfléchir à la seconde partie de ses paroles. Il m’avait proposé de boire avec lui, si je ne me trompe et j’hésitais fortement. A vrai dire, ce n’était pas tellement mon genre d’accepter ces propositions mais je ne voyais pas vraiment de raison de refuser.

-Eh bien..je n’ai pas vraiment le droit d’accepter. Mais.. si vous attendez la fin de mon service…
Je marquais une pause, jetant un coup d’œil discret au portable qui se trouvait dans ma poche et relevais les yeux vers lui. C’est à dire, dans.. 30 minutes, je serais alors libre de vous accompagner.

L’idée de me retrouver dans le bar où je travailler à siroter un verre en compagnie d’un inconnu me paraissait un peu étrange, mais pourquoi pas. Après tout, lorsque l’on était intriguée il fallait faire en sorte d’assouvir sa curiosité, non ? En tous cas, c’est comme ça que je résonnais. J’aimais bien ses prunelles écarlates et la douceur dans sa voix et ça me confortait dans l’idée que je pouvais bien faire un effort de briser mes habitudes et d’accepter de m’asseoir à sa table.

Je jetais un œil autour de moi, une table venait de se libérer, il allait falloir que je la débarrasse et un  couple venait de s’asseoir non loin, j’allais sûrement devoir prendre leur commande. Je reportais mon attention sur l’inconnu en attendant de savoir s’il aurait la patience de m’attendre, ou non. Ça se trouve il aurait disparu lorsque j’aurais fini de bosser et toute cette réflexion n’aura servit à rien. J’haussais les épaules en secouant légèrement la tête, chassant cette idée là pour mieux entendre sa réponse.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


~ C'est dans une main perverse que la plume se transforme en poignard ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoshiro

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 45
Points : 186
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge: 202
Taille: 1m88
Emploi:

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Lun 28 Aoû - 11:19


Le dragon & le corbeau


Je regarde la jeune femme qui n’a de cesse de me détailler. J’aimerai bien savoir ce qu’elle pense. C’est assez gênant de se faire dévisager de la sorte mais après tout j’ai un peu l’habitude. Elle m’offre alors un sourire radieux que je ne peux ignorer. Son sourire se fane un peu alors et elle m’explique qu’elle n’a pas de saké. Je m’en doutais un peu mais c’est bien dommage. Elle me propose même d’essayer un autre bar mais je n’y tiens pas. Je doute d’une part de pouvoir trouver une table tranquille et en plus je doute de pouvoir trouver un bar qui sert du saké. Ce n’est pas très répandu dans les autres pays. Elle me dit alors qu’ils ont de l’Hibiki de l’alcool bien de chez moi. Elle me précise inutilement qu’il vient du japon. Ces paroles me choque quelque peu, elle prétend que nous les japonais nous l’allongeons à l’eau ou avec des glaçons. En ce qui nous concernait mon instructeur et moi-même ça n’a jamais été le cas.

Elle décroche enfin ses yeux des miens pour regarder le reste de mon visage. Après quelques instants elle m’annonce qu’elle n’a pas le droit de boire avec un client mais que si je le souhaite je peux attendre la fin de son service. Elle glisse alors sa main dans sa poche pour m’annoncer qu’il ne lui reste que trente minutes. Pendant qu’elle me parle je vois des gens entré dans le bar tandis que d’autres en sorte. Je vais donc être privé de la compagnie de la jeune femme dans les minutes à venir. Il se trouve que elle aussi les remarques et attends certainement une réponse de ma part. Toujours sur le même ton je lui réponds alors :

« Je le prendrai sec s’il vous plaît, mais apportez moi toute la bouteille. »

Je marque une courte pause et me demande si je dois l’attendre. Après tout je n’ai rien de prévu dans l’immédiat si ce n’est trouvé une auberge et peut-être qu’elle pourra me renseigner après tout. Et puis la nuit est encore jeune donc ce n’est pas en une demi-heure que le jour va se lever. Et si vraiment je ne trouve pas je retournerai dans ma grotte qui n’est pas si loin que ça. A pleine vitesse je pourrai le rejoindre en quelques minutes. J’adresse donc un sourire charmeur à la jeune femme :

« J’attendrai donc que vous me fassiez l’honneur de votre compagnie »

Puis je plonge à présent de moi-même mes yeux dans les siens, toujours avec un petit sourire sur les lèvres. Je la regarde s’éloigner et s’arrêter au passage pour nettoyer la table que des clients viennent de quitter. Puis elle va vers le bar et passe ma commande au barman. Je l’entends distinctement de là où je suis. Je ne sais pas s’ils ont l’habitude qu’un client prenne une bouteille complète de whisky. Le barman semble un peu surpris mais lui donne ce qu’elle souhaite.

De mon côté je sors alors ma pipe et commence à fumer. Je ne sais pas si c’est autorisé dans ce bar mais qu’importe. Si ça ne plait pas à quelqu’un il me le fera savoir et en fonction je déciderai s’il mérite ou non une raclé. Je sais en tout cas qu’au japon les humains n’osaient rien dire de peur de se faire tuer. Nous verrons si cela fonctionne également ici. Finalement la jeune femme m’apporte ma commande et je me sers un bon verre que je vide d’une traite avant de me resservir. Cette fois plus patiemment je bois de temps en temps tout en écoutant les conversations de la salle.

C’est le meilleur moyen que j’ai trouvé pour en apprendre plus sur la situation politique de la ville. J’ai aussi droit aux niaiseries de la jeune femme qui voulait m’aborder plus tôt qui explique à ses amies à quel point je suis troublant et elle évoque le fait qu’elle pense que je suis un vampire. En même temps mes yeux ne laissent pas beaucoup de place à l’imagination. N’étant pas albinos il est évident que je ne suis pas tout à fait humain. Je me tiens beaucoup trop droit pour que ce soit naturel et des humains avec des yeux rouges ça ne court pas les rues. Le temps passe petit à petit et nous arriverons bientôt à la demi-heure écoulée.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Brown

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 1377
Points : 335
Niveau de puissance : Sangsue (une fois transformée)

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Taille: 1m71
Emploi: Etudiante & Serveuse dans un bar (la nuit)

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Mar 29 Aoû - 6:16

ft. Kyoshiro

ft. Effy

Le Dragon & le Corbeau
La plupart des clients qui s’installent à une table, qu’ils soient seuls ou accompagnés, commandent d’ordinaire un verre et si toutes fois leur soif n’est pas étanchée, ils en commandent un second. Parfois certains d’entre eux, en commandent même un troisième, sûrement que la compagnie d’amis prête à vouloir tester ses limites avec l’alcool, il n’est pas rare d’en voir certains tituber jusqu’à la sortie en sachant qu’ils auront probablement un sérieux mal de tête le lendemain matin. Mais je suis consciente que l’alcool apporte une certaine satisfaction, un plaisir de se sentir quelque peu plus léger, moi même, j’en suis adepte, jusqu’à parfois boire plus que je ne le devrais. Mais, j’avoue m’être figée une petite seconde en entendant la réponse de ce client audacieux qui me demandait une bouteille entière.

-Très bien je vous apporte ça.

J’avais esquissé un petit sourire en apprenant qu’il m’attendrait. Je ne le connaissais pas et sans doute que beaucoup diraient que c’est totalement irresponsable à mon âge de prendre un verre avec un «buveur de sang» qui m’est totalement inconnu, mais en règle générale j’avais pour principe de n’écouter personne. Je me maudis intérieurement en plongeant mes yeux dans les siens, j’avais l’impression de ne pas avoir décroché mon regard du sien depuis que je m’étais approché de sa table et ça m’embêtait bien. Parce que les yeux étaient faibles, selon moi. Ils laissent transparaître absolument tout ce que l’on cherche à dissimuler et offrent aux autres la possibilité de deviner si on leur porte un minimum d’intérêt.

Sans un mot je me dirigeais alors vers le comptoir où je demandais une bouteille entière d’Hibiki, ce qui me valut un regard étonné du barman. Lui aussi, semblait surpris que l’on puisse commander une bouteille entière, surtout pour une seule et unique personne. En jetant un œil derrière moi, je vis ce fameux client dont j’ignorais d’ailleurs le nom, allumer sa pipe et je sentis mes lèvres s’étirer en un nouveau sourire. C’était amusant de voir quelqu’un se foutre autant de tout. A cause ou grâce à ses yeux rouges, personnes ne viendraient sans doute lui dire quoi que ce soit. Les gens étaient toujours trop peureux, c’était assez ridicule d’ailleurs. Comme si demander à quelqu’un aussi puissant soit-il de ne pas fumer dans un lieu où il était interdit de le faire, changer quelque chose. C’était la même chose pour tout le monde. Mais je ne lui dirais rien. Non pas par peur mais parce que la situation était assez drôle, selon moi.

Je revins, la bouteille à la main et la déposais devant lui avec un verre. Je n’avais pas vraiment le temps de rester à sa table plus longtemps alors je m’éclipsais pour aller prendre une commande un peu plus loin et débarrasser la table qui s’était vidée un peu plus tôt. Sans pour autant dire que je regardais mon téléphone chaque seconde, je jetais un œil à l’heure de temps en temps histoire de savoir combien de temps il me restait avant la fin de mon service. Lorsque la fin de la demie-heure sonna, je reposais mon plateau sur le comptoir, m’étirant de tout mon long. Je n’étais pas peu contente d’avoir fini car j’enchaînais l’université puis le taf la nuit et lorsque je rentrais je ne traînais pas longtemps avant de m’endormir dans mon lit ou parfois même dans le canapé lorsque je me risquais à m’y poser une seconde.

Je ne pris pas le temps de me changer, simplement parce que je ne désirais pas le faire attendre d’avantages. Je me retournais dans sa direction et marchais jusqu’à sa table avant de tirer la chaise pour m’y asseoir. Je croisais les jambes, tirant une nouvelle fois sur ma jupe noire afin d’éviter qu’elle ne soit si courte qu’on puisse confondre avec ma culotte et libérais mes cheveux de l’élastique dont ils étaient prisonniers. Je plongeais mes doigts fins à l’intérieur, poussant un très léger soupire de satisfaction avant de relever les yeux vers mon inconnu.

-Le whisky vous plaît ?

Je jetais un œil à son verre ainsi qu’à la bouteille avant d’arquer légèrement un sourcil pour appuyé mon interrogation.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


~ C'est dans une main perverse que la plume se transforme en poignard ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoshiro

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 45
Points : 186
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge: 202
Taille: 1m88
Emploi:

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Mar 29 Aoû - 10:24


Le dragon & le corbeau


Seul à ma table j’attends que ma commande arrive et je fume ma pipe tranquille. Je vois le regard en coin de certains clients mais aucun qui n’ose venir me dire quoi que ce soit. Je n’ai pas repéré énormément de vampire dans le coin. Il y en a un à une table avec des humains. J’entends alors amuser que l’un des humains lui demande de venir me dire de ranger ça. Mais ce qui est encore plus drôle c’est que le vampire lui répond qu’il n’a pas l’autorité nécessaire pour faire ceci car il pense que je suis beaucoup plus âgé que lui. Je ne sais pas comment ça se passe dans le coin mais moi je n’ai jamais témoigné plus de respect que ça même à des vampires plus âgé que moi tant qu’ils n’ont pas gagné mon respect. Il est amusant aussi de voir les humains en compagnie de créatures surnaturelle se pavaner parce qu’il se croit invulnérable et intouchable sous la protection de leur ami si particulier.

Je continue à épier les conversations et j’entends enfin quelque chose d’intéressant. Il semblerait qu’il y ait plusieurs clans dans cette ville. Ils ne sont pas énoncé clairement mais si je comprends bien il y a des meutes spécifique pour les lycans et des groupes de vampires également. Si je comprends bien il n’y a pas de clan qui réuni les deux races à moins que ce dernier ne soit pas connu de tout le monde. « Rebelles » arrive alors à mes oreilles. Voilà qui semble intéressant mais la personne ayant prononcé ce nom n’en dis pas plus. Il va falloir que je me renseigne un peu sur tout ça. Est-ce que la ravissante serveuse serait en mesure de m’en apprendre plus sur ce qui se passe réellement dans cette jolie région ?

Elle finit par m’apporter ma bouteille avec un verre. Je le remercie et tout en continuant à fumer et à boire je continue de me concentrer pour essayer d’entendre quelque chose d’un temps soit peu intéressant. Il y a un lycéen qui raconte comment il a mené son équipe de foot à la victoire. Une bimbo qui explique à ses copines ce qu’elle a fait avec son copain la veille. Que des sottises sans importance. Je vois le regard d’une fille à une table lancé un regard assassin dans une direction. Je suis son regard et il se dirige vers la jeune serveuse qui est en train de regarder son portable. La jalousie est tellement amusante à observer. Nous sommes dans une pénombre et les gens semblent se croire invisible. C’est peut-être le cas pour les humains mais en ce qui me concerne je vois parfaitement tout ce qui se passe même dans le noir. Après tout je suis un être de la nuit.

Je sors ma montre à gousset rattaché à mon manteau et je constate que la demi-heure est écoulé et il semblerait que la serveuse en soit venu à la même conclusion car sans prendre la peine de se changer elle vient vers moi, tire une chaise et s’assoit en face de moi tout en croisant les jambes. Elle retire ensuite son élastique pour libérer sa chevelure et passe ses doigts dedans sûrement pour retirer les nœuds et pour leur rendre un peu de souplesse. Je ne connais que trop bien tout ses problèmes de cheveux. J’ai les mêmes soucis avec les miens. Je suis même allez jusqu’à me les couper court une fois mais ils ont repoussé et je pense que plus jamais je ne me les couperais aussi court. J’ai fini par m’attacher à ma longue chevelure de jais et je dois dire qu’elle me donne un air un peu plus redoutable et mystérieux.

La jeune femme me demande alors si le bourbon me plait et en lui offrant un sourire je sers un nouveau verre que je pousse vers elle et je lui réponds en souriant sur un ton charmeur :

« Ce n’est pas aussi bon que du saké mais ça reste agréable. »

J’entends la jeune femme de tout à l’heure celle qui voulait m’aborder en train d’insulter à voix basse la serveuse que j’accepte sans mal à ma table. Cela m’amuse et je reporte toute mon attention à la serveuse en lui disant :

« Il semblerait que l’une de vos cliente ne prenne pas bien le fait que vous soyez en ma compagnie. Elle n’a pas du encaisser le faite que je lui ai intimé qu’il ne servait à rien de venir se joindre à moi »

Je souris à la serveuse et j’ajoute alors :

« Mais votre compagnie est bien plus agréable que la sienne. Un aussi joli brin de fille ne devrait pas passer une soirée seule. »

Je m’étire doucement alors et je finis par ranger ma pipe dans mon manteau dévoilant furtivement l’un de mes desert eagle. Je reprends alors la parole vers la jeune femme et toujours sur le même ton charmeur et aimable je lui demande :

« Et si vous m’en disiez un peu plus sur vous ? En commençant par votre nom par exemple »



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Brown

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 1377
Points : 335
Niveau de puissance : Sangsue (une fois transformée)

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Taille: 1m71
Emploi: Etudiante & Serveuse dans un bar (la nuit)

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Jeu 31 Aoû - 12:56

ft. Kyoshiro

ft. Effy

Le Dragon & le Corbeau
Il est vrai que je buvais régulièrement de l’alcool, il faut dire qu’a force de bosser dans un bar et de me balader chaque soir dans Londres, je finissais toujours pas atterrir dans un club ou une boîte de nuit où les gens tournaient rarement à l’eau. Cependant, le whisky… je l’associais à un de ces alcools relativement fort que l’on ne peut se permettre de boire sans modération, dans l’unique but de profiter des effets que l’alcool nous offrait. D’autant plus que j’avais du mal à tenir, deux ou trois verres avaient le don de me faire tourner la tête. Et je n’étais pas franchement branchée alcool fort, du moins, sans le coupé avec autre chose. Et je sais ô combien il s’agit d’un crime pour un grand nombre d’amateur d’alcool. Seulement, la sensation de brûlure dans la gorge était aussi agréable que pénible, à mes yeux.

Je baissais les yeux sur le verre contenant le liquide ambré et le portais à mes lèvres tout en reportant mon attention sur mon interlocuteur. Je sentis l’alcool envahir ma bouche et glisser dans ma gorge tandis que je fermais les yeux pour profiter pleinement de son goût légèrement boisé. Je reposais le verre sur la table, après l’avoir vidé de son contenu et passé délicatement le bout de ma langue sur mes lèvres afin d’y chasser l’alcool qui s’y trouvait. Avec un sourire je repoussais délicatement le verre à l’aide de mon index et de mon majeur dans la direction qui m’était opposée.

-Je ne suis pas une grande adepte du whisky, mais j’aime bien celui-ci. Et pour ce qui concerne le saké, il me semble en avoir bu une seule fois et c’était.. il y a peut être un an déjà.

Lorsqu’il mentionna la cliente visiblement jalouse, je me retournais discrètement en sa direction pour voir de qui il s’agissait et je regardais à nouveau mon inconnu, esquissant un léger sourire. Une idée me vint alors et je me redressais légèrement, me penchant vers mon nouveau compagnon de soirée pour murmurer à son oreille.

-Et je crois bien qu’elle est en train de nous regarder, j’imagine que son visage doit trahir une immense contrariété et j’en suis extrêmement satisfaite.

Avec un petit sourire joueur que je me connaissais bien, je me rassis, croisant de nouveau les jambes. J’avais bien entendu ses compliments mais je n’étais pas très à l’aise avec ça, j’avais toujours du mal à savoir quoi répondre à ce genre de choses.

-Oh.. eh bien, merci. Vous êtes donc un homme généreux tirant une serveuse de sa solitude, c’est ça ?

Mes yeux se posent alors sur son semi-automatique et j’arque un petit sourcil. Parfois il faut savoir ne pas poser les questions qui nous brûlent la langue, je le savais bien mais tout de même, j’étais un peu curieuse. Que faisait-il donc avec une arme sur lui ? Est-ce que les vampires en avait besoin pour se défendre ? J’étais un peu intriguée, mais je dis rien à ce sujet là. Les armes ne m’effrayaient pas, et puis s’il avait voulu m’entraîner dans un coin sombre pour me tirer dessus, ce serait sans doute déjà fait ? Du moins il aurait peut être demandé à ce que je le rejoigne dehors.

-Je m’appelle Effy. J’ai le droit de connaître votre nom en échange ?

Je me demandais si c’était moi qui interprétait mal ou si le ton dans la voix du plus ou moins jeune homme -un vampire, on peut jamais vraiment savoir quel âge il a avant de lui poser la question, non ?- semblait un brin charmeur ? Ce n’était pas désagréable, tout comme boire un verre en sa compagnie, d’ailleurs. Je m’étais demandé si j’arriverais à me mettre à l’aise mais finalement, les choses se passaient bien et je ne me sentais pas à côté de la plaque. Je tendis une main vers la bouteille avant de lui resservir un verre, après tout, au départ, j’étais simplement une serveuse qui apportait sa commande à son client. Et puis à présent, je buvais à ses côtés ce qu’il avait commandé.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


~ C'est dans une main perverse que la plume se transforme en poignard ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoshiro

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 45
Points : 186
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge: 202
Taille: 1m88
Emploi:

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Jeu 31 Aoû - 15:41


Le dragon & le corbeau


J’observe amusé la jeune femme déguster le verre que je viens de lui servir. Elle ferme les yeux pour le déguster enfin c’est ce que je présume. Puis elle passe sa langue délicatement sur ses lèvres pour en retirer les restes des goutes d’alcool. Puis après avoir vidé le verre de son liquide ambré elle le repousse avec deux de ses doigts dans ma direction. Elle abor un sourire qui n’est pas pour me déplaire et je le lui rends alors. Finalement elle prend la parole pour me dire qu’elle n’aime pas le whisky de manière général mais que celui là n’est pas pour lui déplaire. Je me demande s’il elle dit ça par simple politesse ou si elle dit la vérité. Elle précise ensuite qu’elle a gouté du saké il y a longtemps. Oui mais ce n’est pas le même que chez moi. Après nous sommes des experts en matière d’alcool de riz.

Je lui parle de la cliente qui est en train de nous regarder et surtout de parler de nous et la jeune femme regarde discrètement avant de s’avancer vers moi pour me murmurer des mots à l’oreille. C’est tout à fait inutile elle peut bien murmurer de sa place et je l’entendrai parfaitement mais c’est en entendant son propos que je comprends son but. Elle souhaite faire croire à la jeune femme que nous sommes intimes pour la mettre encore plus en rogne. Pour ma part j’en profite pour lui faire des compliments et je me rends bien compte que cela la met mal à l’aise. Elle semble chercher ses mots avant de me remercier. Elle poursuit son propos que j’interprète comme un piège car elle me demande si je me prends pour un grand seigneur qui aide une pauvre femme à ne pas passer une soirée seule. Je lui souris alors avant de répondre :

« Je n’ai pas cette prétention. C’est plutôt vous qui me permettez de ne pas passer ma soirée seul. C’est donc moi qui vous suis redevable et non l’inverse. »

Tandis que je range ma pipe ne montrant que furtivement mon arme je vois ses yeux se poser dessus et je constate qu’elle arque un sourcil. Sûrement curieuse de savoir pourquoi je porte une arme. Cependant elle ne dit rien. Aurait-elle peur de me vexer ou ne veut-elle tout simplement pas se montrer trop curieuse ? Je décide de lui donner une explication de moi-même. Après tout elle ne risque pas de se prendre une balle de ma part. Je pourrais lui arracher le cœur d’un simple geste si c’était mon souhait.

« L’arme que vous venez de voir est pour me défendre ou combattre les lycanthropes. Elle ne contient que des balles en argent. Et celle-ci, j’ouvre l’autre côté de ma veste pour lui montrer mon second desert eagle, est pour lutter contre les vampires. Les balles sont imprégnées d’eau bénite. »

Je marque une courte pause pour observer sa réaction. Puis je me décide enfin à lui demander se présenter et par la même occasion de me donner son nom. Elle me dit alors qu’elle s’appelle Effy et me demande ensuite si elle peut connaitre mon nom en contre partie. Je ne vois pas de raison de le lui cacher. Peut-être pourrait-elle me dénoncer mais avec simplement mon nom ils ne sont pas prêts de me retrouver et en plus elle ne connait pas mon métier. De plus je suis encore innocent dans se pays, je n’ai pas encore eu de contrat. Je lui réponds alors en souriant :

« Je ne me souviens plus de mon vrai nom, mon créateur m’a rebaptisé Kyoshiro, mais vous pouvez m’appeler Kyo. »

Elle finit par me resservir un verre sans que je ne lui demande rien. Réflexe professionnel ou simple tactique pour meubler ? Je ne sais pas mais je me décide à lever la main pour faire venir le serveur qui a remplacer la jeune femme et je lui dis :

« Peut-être pourriez vous prendre la commande de la demoiselle, vous la mettrez sur ma note. »

Puis je reporte toute mon attention sur la jeune femme et je lui demande donc :

«Alors Effy, parlez moi de vous. Que faites vous hors mis votre travail de serveuse ? Quelles sont vos passions. Et n’ayez pas peur de me poser des questions, je ne vous en voudrais pas. Il est normal de se questionner sur un vampire. »

Je lui offre alors un sourire rassurant pour la mettre plus à l’aise. Je ne souhaite pas qu’elle est peur de moi, cela n’aurait absolument aucun intérêt.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Brown

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 1377
Points : 335
Niveau de puissance : Sangsue (une fois transformée)

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Taille: 1m71
Emploi: Etudiante & Serveuse dans un bar (la nuit)

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Jeu 31 Aoû - 19:28

ft. Kyoshiro

ft. Effy

Le Dragon & le Corbeau
Mes lèvres s’étirèrent en entendant sa réponse. C’était bien joué, il s’en était bien sorti. Je passais une main dans ma nuque en l’observant attentivement, ne décrochant pas mes yeux des siens. L’idée que cela pouvait le froisser s’éloignait de plus en plus de mon esprit, au point que mon regard se fit plus intense, plus pénétrant, parce que je contemplais ses iris peu commun avec une certaine curiosité.

-Oh alors, je suis votre sauveuse, ce soir ?

J’écoutais son explication au sujet des pistolets qu’il portait sur lui avec intérêt, il répondait à mes questions muettes et j’hochais doucement la tête. Eh bien, cela faisait deux armes capables de blesser gravement vampires et lycans, il avait visiblement des chances d’être amené à se défendre… mais pourquoi ? Cette question-ci, il n’y répondait pas vraiment. Et je ne la posais évidemment pas.

Lorsque les gens n’en disaient « pas plus que nécessaire » c’est qu’ils cherchaient à éviter d’en dire trop, alors on pouvait se douter qu’ils cachaient quelque chose. Certains trouveraient sans doute cela mystérieux, d’autres trouveraient cela effrayant. Pour ma part je trouvais que le mystère allait bien à mon inconnu. D’ailleurs, il ne l’était maintenant plus car je connaissais enfin son nom. Je laissais un murmure s’échapper de mes lèvres.

-Kyo… Puis j’ajoutais. Enchantée.

Bien sur le fait qu’il évoque un « créateur » attisa de nouveau ma curiosité. Décidément, ce soir, j’étais plus curieuse que tous les autres soirs de l’année réunis. Être la création de quelqu’un semblait assez… étrange. Cela sonnait comme une certaine appartenance, comme si la personne en question était une sorte d’expérience pour celui qui la créait.
Alors que je réfléchissais sans un mot, Kyoshiro appela un serveur. Ce dernier, un collègue à moi qui reprenait le service suivant le mien arqua un sourcil en me voyant assise là et me demanda ce que je voulais commander. Je répondis du tac au tac, parce que j’avais une envie soudaine.

-Un verre de vodka pomme, stoplait !


Je pouvais me permettre d’être un peu moins stricte et de lui parler plus familièrement, on bossait ensemble et il savait que je n’aimais pas me forcer à adopter un langage soutenu avec les gens que je connaissais. Le verre que j’allais prendre, précédé du verre de whisky serait seulement mon deuxième verre et pourtant je savais que la vodka me montait vite au crâne. D’une voix un peu plus chaleureuse que tout à l’heure, je murmurais doucement.

-Je ne suis pas sure que ce soit raisonnable, je vais rentrer à quatre pattes chez moi, après.


J’esquissais un sourire et attendis que mon verre se retrouve devant moi pour m’étirer doucement, une douche bien tiède ne serait pas de refus. Je saisis ma boisson entre mes doigts fins et portais le verre à mes lèvres, rejetant doucement la tête en arrière tandis que j’avalais l’alcool avec gourmandise. Vodka pomme, un de mes mélanges préférés. Je fis signe à mon ami serveur de m’en amener un second et sûrement mon dernier avant que je ne commence à perdre toute cohérence dans mes paroles.

Je jetais un œil à Kyo. C’était un bel homme, enfin, un beau vampire, avec des yeux incroyables qui devaient faire fuir pas mal de gens. Pourtant sa nature n’éveillait absolument aucune crainte en moi, aucun instinct de survie ne se mettait en marche, pas d’inquiétude à son sujet, je me sentais plutôt sereine. D’ailleurs je ne perdis pas une seconde pour le lui faire comprendre.

-Si tu te demandes si j’ai peur de toi alors la réponse est non. Sûrement que je devrais, comme la plupart des gens, mais non.

Pour ce qui était de parler de moi, ce n’était pas trop mon truc. On se demandait bien ce que c’était d’ailleurs, mon « truc » mais parler de moi ce n’était vraiment pas ma tasse de thé. Je me sentais pas très à l’aise lorsqu’il s’agissait de divulguer des informations personnelles. Je n’étais pas très douée pour ça. Cependant je fis un petit effort.

-Hum.. je suis à l’université, dans la branche du stylisme et.. je bosse au Sky le soir, histoire d’avoir un peu d’argent pour payer le loyer de mon loft. C’est évident que j’adore le dessin… mais j’aime beaucoup la musique, sortir la nuit et… larver dans mon canapé. Ça c’est ce que je préfère.

Mon second verre arriva et je le bu de moitié, me montrant plus ou moins raisonnable et désirant surtout ne pas laisser à Kyo une image de nana fan de cul-sec. Je sentais que ma tête s’engourdissait lentement, comme si mes sens perdaient peu à peu leurs facultés respectives. Alcool 1, Effy 0.
J’étais tellement faible face à l’alcool que ça pourrait presque me faire déprimer. J’avais peur de devoir rentrer en taxi tellement je tituberais en pleine rue.

-Et toi, parles moi de toi ? Oh et tutoie moi, j’ai même pas 20 ans ! Tu vis à Londres ?


Sans m’en rendre compte j’avais cessé de le vouvoyer, je me demandais s’il m’en tiendrait rigueur ou si au contraire, ça ne le dérangerait pas plus que ça. L’alcool avait cet incroyable pouvoir de me détendre et de me désinhiber, comme la plupart des gens d’ailleurs.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


~ C'est dans une main perverse que la plume se transforme en poignard ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoshiro

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 45
Points : 186
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge: 202
Taille: 1m88
Emploi:

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Ven 1 Sep - 17:59


Le dragon & le corbeau


J’explique à la jeune femme que c’est moi qui lui suis redevable de ne pas me laisser boire seul. Je ne sais toujours pas pourquoi je l’ai invité à se joindre à moi. Elle est plutôt jolie et amusante, mais cela fait bien longtemps que je n’ai pas réussi à m’attacher à quelqu’un donc ce n’est sans doute pas pour ça. Je ne sais pas mais maintenant elle est là alors autant profiter de sa compagnie. Elle me demande si elle est ma sauveuse ce soir et dans un sourire charmeur je lui réponds :

« Il semblerait en effet »

Je n’en dis pas plus laissant planer un peu de mystère. Je lui explique ensuite suite à son regard interrogateur pourquoi je porte deux pistolets sur moi et quelles sont leurs caractéristique révélant ainsi que je peux aussi bien me défendre contre un loup que contre un suceur de sang. Je ne lui révèle cependant pas pourquoi je pourrai en avoir besoin ni que je suis l’un des meilleurs tireurs de mon pays. A ma demande elle fini par se présenter tout en me demandant mon propre nom. Je lui explique alors que je ne connais pas le vrai et lui donne celui qui m’a été donné à ma mort tout en lui demandant d’utiliser le diminutif car je le préfère et je ne supporte pas de porter le nom donné par celui qui a tué celle que j’aimais. Elle le répète doucement en me disant qu’elle est enchantée. Je lui prends alors la main dans la mienne et pose un léger baiser sur cette dernière en répondant :

« Tout le plaisir est pour moi »

J’interpelle ensuite son remplaçant pour qu’il vienne prendre sa commande. Après tout pour le moment elle est une cliente comme une autre et ce n’est pas parce qu’elle travail le soir dans ce bar qu’elle ne mérite pas le même traitement qu’un client normal. Ce dernier un peu surpris de la voir en ma compagnie lui demande ce qu’elle veut boire et elle lui répond plus familièrement qu’elle ne le fait avec moi en lui disant qu’elle souhaite une vodka pomme. Elle me confie alors une fois le serveur partie qu’elle risque de rentrer à quatre pattes après ce verre. Elle me sourit alors tandis que je lui réponds toujours sur le même ton à la fois amusé et charmant :

« Il est évident que je ne laisserai pas cela arrivé, s’il le faut je vous porterai jusqu’à chez vous. »

Enfin tout cela dépend de l’heure qu’il sera, je dois encore me loger avant l’aube. Son verre fini par arriver. Elle le prend entre ses doigts effilés et le vide d’une traite avant d’en commander un deuxième. Je la regarde faire amusé. Elle est en présence d’un inconnu, un vampire et elle agis comme si de rien n’était. Elle sait que je suis armé que si je le souhaitais je pourrai la vider de son sang en moins de temps qu’il ne faut pour le dire et pourtant elle agis comme si on se connaissait depuis toujours. Comme si elle lisait dans mes pensées elle me dit alors qu’elle n’a absolument pas peur de moi. C’est une réaction un peu stupide mais dans le fond je n’ai pas soif et je ne pense pas que je m’en prendrai à elle. Elle est charmante et amusante alors je ne lui ferai pas de mal. Et puis après tout c’est la première personne avec qui j’échange depuis mon arrivé dans ce pays. Finalement je réitère ma demande pour qu’elle me parle un peu plus d’elle. Se faisant je saurai alors ce que font les jeunes femmes humaines dans cette ville.

Elle réfléchit un long moment semblant hésité puis finis par se lancer en me disant qu’elle va encore en cours la journée et que le soir elle travail ici pour payer son loyer. Elle me dit également qu’elle dessine et qu’elle adore la musique. Elle finit par me dire qu’elle aime également « larver » dans son canapé. Je n’ai jamais connu le loisir de larver ou de ne rien faire. Ce doit être agréable. Ainsi elle travail le soir pour payer son loft, donc un emploi de serveuse suffit pour se payer un logis. Bien dans ce cas le pécule de mes précédents contrats me permettra sûrement de trouver un habitat et d’avancer un bon nombre de loyer avant de devoir retrouver un emploi plus ou moins légal. Bien ceci est bon à savoir mais je chercherai une habitation un autre soir. Finalement elle s’adresse alors à moi avec une plus grande aisance que précédemment et elle me tutoie même. Comment dois-je réagir devant tant de familiarité ? Bon après tout soit. Elle me demande d’en faire de même avec elle et me demande si je vis à Londres. Belle entré en matière pour lui poser une question qui pourrait me servir.

« Je suis arrivé la journée dernière, c’est donc me premier soir dans la ville. A ce propos tu connais un endroit où ils louent des chambres afin que je puisse y passer la journée ?je n’aurai pas le temps ce soir de trouver un appartement ou autre pour m’installer. »

Je plonge alors mon regard dans le sien comme je constate qu’elle aime bien décortiquer mes pupilles. Elle le fait en plus sans gêne depuis que l’alcool l’a désinhibée.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Brown

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 1377
Points : 335
Niveau de puissance : Sangsue (une fois transformée)

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Taille: 1m71
Emploi: Etudiante & Serveuse dans un bar (la nuit)

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Lun 4 Sep - 13:34

ft. Kyoshiro

ft. Effy

Le Dragon & le Corbeau
Je ne sais pas s’il se comporte toujours ainsi, mais il me semble être quelque peu… séducteur. Puis je ne suis pas vraiment naïve au point de croire que je sois réellement sa sauveuse. Tous deux nous savons que si cela n’avait pas été moi, cela aurait été une autre jeune femme avec un peu de bon sens qui ne se serait pas focalisé sur sa nature vampirique. Au fond, je pouvais comprendre. Ca devait être particulièrement bien chiant de sentir une salle entière vous dévisager, pour diverses raisons. D’autant plus que Kyo avait des yeux de couleur peu commune qui ne laissait pas vraiment place au doute quand à l’origine de ce rouge vif.

Je n’étais pas une grande adepte des charmeurs, de leurs belles paroles et de tout ce qui s’y rapportait. Bien sur, chaque personne était différente, il y avait des nanas sensibles à ce genre d’hommes, mais ce n’était pas mon cas. Je suis de nature méfiante et je suis constamment dans l’analyse, je peux pas me permettre de baisser ma garde et de me laisser aller à croire n’importe quelle connerie qu’on pourrait me raconter. Puis de toutes façons, ça m’intéresse pas vraiment. Flirter avec des gens à tout bout de champ, ça non plus c’était pas mon truc. M’enfin je le laissais saisir ma main et y déposer ses lèvres, esquissant un léger sourire, sûrement aidée par l’alcool. Le contact humain… très peu pour moi, mais un peu alcoolisée, ça passait mieux. Et puis le plus beau dans tout ça, c’était sans doute la nana de tout à l’heure, qui depuis sa table, était rouge de contrariété.

Malgré tout et alors que je le connais bien peu, je sens que je peux compter sur lui. Du moins, pour ce qui est de me ramener chez moi. La confiance s’acquiert avec le temps bien entendu, mais s’il dit  qu’il me ramènera dans le cas où je ne suis pas en état de rentrer seule, je le crois. Ses intentions pourraient être mauvaises et sûrement que je devrais -comme à mon habitude- me débrouiller sans l’aide de qui que ce soit, mais je suis certaine qu’il ne me fera rien. Naïveté, inconscience ? Peu importe, je m’en tape. Je pourrais faire un test et me lever là maintenant afin de vérifier mes capacités à tenir debout mais je préfère repousser encore un peu ce moment.

D’ailleurs, aussi joueuse que je le suis d’ordinaire et parce que je n’ai plus rien à boire, j’attire son verre dans ma direction et arquant un sourcil, lui jetant un regard empli de défi, j’en bois le restant de son contenu. La bouteille est loin d’être vide, alors il ne m’en voudra pas, du moins je l’espère, bien qu’il ait dû lire dans mes yeux la malice qui y dansait.

-Eh bien… je te remercie, je compte donc sur toi pour me ramener, si bien sur je ne tiens plus debout.

Repensant à ce que je lui ai dis un peu plus tôt, j’ajoute :

-Je devrais, au fait ? Je veux dire, tu sais, avoir peur de toi ?

Disons que c’est un trait de ma personnalité. Je suis assez insouciante, ça c’est facile de le remarquer mais, je n’ai peur de rien, la peur rend faible, elle rend imprudent et nous ôte toute faculté à être maître de nos moyens. Avoir peur n’est pas bon pour moi, d’ailleurs ce n’est pas bon pour grand monde, même si sous pression on est amené à faire les choses plus rapidement, à réfléchir plus vite et à se sortir de situation bien compliquée. On peut y arriver sans être confronté à la crainte, selon moi. Et puis je m’en suis toujours sortie comme ça et je suis en vie, en pleine santé et en train de boire dans le bar où je bosse avec un client. J’esquisse un sourire en faisant mine de réfléchir un instant.

-Tu peux toujours venir chez moi. J’ai un canapé très confortable et je ne te ferais pas payer pour ça, m’enfin, sinon il y a un hôtel pas loin, un peu cher mais de toutes façons, à Londres des hôtels « pas trop chers » c’est compliqué. Ils profitent bien là dessus d’ailleurs.

C’est vrai que la capitale est touristique, évidemment que les infrastructures comme les hôtels, les bars, les restaurants en profitent pour monter leurs prix. Les lois du marché… puis surtout le profit sur le dos des touristes étrangers. Je réfléchis à ma propre proposition. Ça ne me semble pas déplacé comme offre, je ne sais pas comment il le percevra mais si je lui en parle c’est surtout parce qu’il est là depuis aujourd’hui seulement et que ça ne me pose aucun problème de dépanner. D’autant plus que j’ai un canapé dont je ne me sers pas lorsque je suis dans mon lit et que ce serait stupide qu’il paye alors que je l’invite gratuitement. Cependant, je pourrais comprendre qu’il refuse, surtout s’il a de l’argent à dépenser, les nuits à l’hôtel sont sûrement très agréables, avec tous les services qu’ils proposent.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


~ C'est dans une main perverse que la plume se transforme en poignard ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoshiro

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 45
Points : 186
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge: 202
Taille: 1m88
Emploi:

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Lun 4 Sep - 16:04


Le dragon & le corbeau


Je commence doucement à me lasser du jouer le séducteur surtout que je ne suis pas à la recherche d’une compagne ou d’un compagnon. Je ne suis pas capable d’aimer. Non ce n’est pas vrai je sais aimer mais j’ai peur de m’attacher, c’est encore différent. Et c’est bien pour cela que j’ai pris rendez-vous avec une psychiatre reconnu dans le métier. Une recommandation de feu mon créateur. J’effectue le baise main sur la jeune femme et je sens la chaleur de sa peau qui contraste avec la glace de la mienne. Par chance je n’ai pas faim donc elle ne risque rien avec moi pour le moment et il ne serait pas opportun de tuer quelqu’un à peine arriver. Et puis la jeune femme m’est bien sympathique après tout. Après le baise main elle m’offre alors un sourire un peu crispé. Je comprends alors qu’elle aussi se lasse de ce petit jeu. En revanche l’autre pimbèche y croit dur comme fer et à chaque mouvement que je fais vers la jeune femme j’entends son cœur s’accélérer, la rage sans doute.

Pendant ce temps elle saisit mon verre et le vide d’une traite tout en me lançant un regard de défi. Je reprends mon verre et me resserre un verre que je vide moi aussi d’une traite, je le rempli à nouveau et le pousse vers la jeune femme. Si elle veut jouer à ce jeu-là elle a 150ans de retard. Je buvais après chaque contrat et ceux depuis des dizaines d’année donc je tiens plutôt bien l’alcool. Je lui offre alors un regard empli également de défi.

Elle m’a dit plus tôt qu’elle rentrera sans doute chez elle à quatre pattes et je lui ai alors dis que je la ramènerai s’il le fallait. Je ne pensai pas vraiment qu’elle en aurait besoin mais elle reprend alors en disant qu’elle acceptera mon aide si besoin. Bon après tout pourquoi pas ? Je ne suis qu’un tueur quand j’ai un contrat sinon je sais me montrer courtois et serviable. Je lui souris normalement cette fois lui faisant comprendre à la fois que le jeu de la séduction est terminé et qu’elle peut compter sur moi si besoin. Mais alors elle repart sur un autre terrain. Elle me demande si elle devrait avoir peur de moi. Je la regarde sérieusement et je prends la parole sur un ton sérieux :

« Je suis un vampire, je pourrai t’arracher le cœur en moins de temps qu’il ne me faut pour le dire. Je pourrai aussi boire ton sang. La logique voudrait donc que tu te montres méfiante avec ceux de mon espèce. Toutefois je suis très âgé et j’ai besoin de moins de sang que les petites jeunes, et j’ai pris le soin de me nourrir il y a peu. Enfin tu n’es pas sur ma liste donc non en ma compagnie tu ne risques rien. »

Finalement je réponds à la question de la jeune fille en lui disant que je suis arrivé le soir même dans la ville et que je suis à la recherche d’une chambre au moins pour la journée. Après je pense que je commencerai à rechercher un logement. Pourquoi pas un loft ? Après tout je n’ai pas besoin de vivre dans un château. Je faisais souvent mes planques dans des hôtel ou des endroits peu recommandables, alors un petit loft serai bien plus confortable Et il faut bien que je finisse par m’établir. En plus j’aurai besoin d’une adresse pour recevoir mon courrier même si pour me futurs contrats je continuerai d’utiliser une boite postale pour ne pas prendre trop de risque. C’est alors que Effy me fait une proposition à laquelle je ne m’attendais absolument pas.

En effet elle me propose de me prêter son canapé sans rien demander en échange. Je ne m’attendais pas à l’hospitalité mais refuser une telle offre serait stupide. Toutefois se rend-t-elle seulement compte que c’est non pour la nuit mais la journée que je compte rester dormir ? Pendant que je réfléchis à tout ça elle m’explique que les hôtels sont cher à Londres et que d’ailleurs les managers de ces endroits en profitent allègrement. Je plonge à nouveau mon regard dans le sien toujours sérieux et je lui dis alors :

« Tu es bien consciente que c’est pour passer la journée de que j’ai besoin d’un endroit ? Donc si tu m’offres l’hospitalité je vais l’accepter mais tu m’auras sur le dos toute la journée. Enfin je compte dormir de toute façon mais bon. »

Je marque une pause et lui offre un sourire amical avant de reprendre :

« Toutefois si ton offre tient toujours je l’accepte avec plaisir et dès demain soir j’irai voir pour me trouver un loft ou une maison à acheter. J’ai pas mal d’argent de côté et je ne suis pas trop compliqué. »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Brown

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 1377
Points : 335
Niveau de puissance : Sangsue (une fois transformée)

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Taille: 1m71
Emploi: Etudiante & Serveuse dans un bar (la nuit)

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Mar 5 Sep - 15:12

ft. Kyoshiro

ft. Effy

Le Dragon & le Corbeau
Est-ce une mauvaise idée de lancer un jeu que je suis sure de perdre ? Assurément, oui. Et pourtant mon sourire s’agrandit d’avantages lorsque je vois que le vampire repousse un verre de nouveau rempli, vers moi. Je suis une grande joueuse -qui ne tient absolument pas l’alcool mais est trop fière pour l’admettre- alors je relève chaque défi que l’on me propose. Pourtant ma tête tourne déjà pas mal et je peine à rester parfaitement droite sur ma chaise. La salle me paraît soudain étonnamment bruyante et je sens que ma raison me crie de ne pas boire ce verre. Je le saisis tout de même entre mes doigts, le porte une nouvelle fois à mes lèvres et en avale le contenu avec détermination.

Je commence presque à ne plus sentir ce picotement dans la gorge ou encore cette légère brûlure dans le ventre lorsque l’on ingère de l’alcool et cela devrait sans doute m’indiquer que la quantité raisonnable de whisky est largement dépassée.
Je rempli de nouveau le verre et le pousse doucement vers mon partenaire de jeu. Soudain, je murmure alors.

-Je vais essayer d’être raisonnable une seule fois dans ma vie en arrêtant de boire, je n’ai aucune chance à ces jeux là, j’ai aucune résistance à l’alcool… Alors tu as gagné.


Je préfère déclarer forfait, je ne tiens pas à lui infliger mon état désastreux par la suite, ça me gênerait un peu de lui imposer ça. D’autant plus qu’une personne bourrée n’est jamais très facile à gérer et je me connais, je suis souvent disposée à faire plus ou moins n’importe quoi lorsque je suis ivre. Courir après des voitures, marcher au bord d’un toit les yeux fermés ou me retrouver dans le lit de n’importe qui, toutes ces choses me sont déjà arrivées et c’était le black out total. Mon incapacité à me contrôler dans ces cas là est presque désespérante. Je crois bien d’ailleurs que ce sont les seuls moments où je délaisse le contrôle total que je m’applique à exercer continuellement, sans relâche. C’est peut être pour cela que je bois relativement souvent ?

Je réagis alors à ce qu’il me dit. Cela pourrait être horrifiant mais je me remets de nouveau à sourire de plus belle. En fait je trouve plutôt cela amusant. Peut être parce que je ne suis pas tout à fait sobre, mais surtout parce que je ne m’inquiète jamais vraiment beaucoup et que je passe mon temps à relativiser.

-Eh bien, t’es pas effrayant du tout. Enfin, tes yeux pourraient l’être, mais moi je les trouve beaux.

Et sûrement que cela ne lui a pas échappé. A moins qu’il est pris mon intérêt pour la couleur de ses iris pour de la curiosité ou de l’intrigue. Bien évidemment il y a un peu de ça, mais je suis surtout fascinée par leur beauté. Je secoue doucement la tête pour chasser cette idée, ne désirant pas baver devant deux simples prunelles dont la couleur n’est tout simplement pas ordinaire.

Devant sa nouvelle question, je me demande si l’alcool reflète une image de moi dénuée d’intelligence. Je ne me vexe pas pour autant et hoche la tête. Je n’envisageais pas de l’inviter pour la nuit et de le foutre dehors au petit matin afin de le voir réduit en cendre devant ma porte. Et puis, s’il vit la nuit, c’est qu’il doit sûrement se reposer à un moment ou à un autre le jour, je doute qu’il m’ennuie vraiment à un quelconque moment.

-Bien évidemment. De toutes façons, si tu me tape sur le système, j’ouvre les rideaux et t’es cuit.

Je me met à rire parce que l’image que j’ai en tête ressemble fortement à celle d’un dessin animé pour enfant, mais cela m’amuse tout de même, bien que je ne sois pas certaine que l’idée de se voir brûler dans son entièreté le fasse marrer autant que moi. Enfin, je suppose qu’il devine facilement que je plaisante. Je n’ai pas l’intention de me transformer en la nouvelle Buffy, tueuse de vampires.

-Je vis seule de toutes façons et je suis pas trop présente la journée, la plupart du temps, alors tu peux rester jusqu’à trouver un logement, si tu veux, ça me pose pas de problème.


Je ne mens pas, je suis presque en cours toute la semaine à l’université durant la journée et je rentre quelques heures le soir avant de repartir bosser au Sky. Il n’y a personne avec moi dans le loft et je ne suis pas du genre à mettre les gens à la rue. Et puis, sa présence ne m’embête pas, cela ne change pas grand-chose à mes yeux.

Je lui souris une fois de plus, j’ai l’impression de ne faire que ça, mais l’alcool a souvent cet effet sur moi, cela me rend plus joyeuse, comme la plupart des consommateurs et me permet de me détendre et de m’apaiser. Je me sens à la fois plus légère intérieurement, bien que mon corps me semble excessivement lourd au point de ne pas pouvoir me porter. Je sens que j’ai bien bu, j’ai un peu chaud et je ne me préoccupe plus de grand-chose. Je suis beaucoup plus avenante et chaleureuse avec les gens quand je suis sous alcool, d’ailleurs, sinon, je peux me montrer vraiment très froide. Pas dans le sens… snob, parce que c’est un trait de caractère que je voudrais éviter que l’on me colle, mais plutôt...distante avec les gens.

Je passe une main sur ma nuque, fermant un instant les yeux et humecte mes lèvres du bout de ma langue, ôtant la veste que je portais jusque-là pour demeurer en débardeur, tirant instinctivement sur ma jupe pour lui éviter de remonter un peu plus encore.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


~ C'est dans une main perverse que la plume se transforme en poignard ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoshiro

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 45
Points : 186
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge: 202
Taille: 1m88
Emploi:

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Jeu 7 Sep - 8:39


Le dragon & le corbeau


Tandis que je pousse le verre plein vers la jeune femme elle me sourit largement. Si elle veut jouer ce n’est pas moi que ça va déranger. Vu sa corpulence et sa taille j’ai déjà un avantage non négligeable mais en plus je suis un habitué. Après je pense qu’il y a des gens qui peuvent boire plus que moi, mais pour le coup là je pense que je gagnerai sans mal. Après une courte hésitation je la vois vider le verre avec détermination. Je souri alors quand elle remplit une nouvelle fois le verre et le pousse vers moi. Mais alors que je m’apprête à le vider elle me murmure que j’ai gagné et qu’elle veut se montrer raisonnable, avouant pas la même occasion qu’elle ne tient pas l’alcool et qu’elle ne peut pas gagner. C’est vrai qu’un peu plus tôt elle déjà admis qu’elle ne tenait pas l’alcool et qu’en plus je serai sûrement la personne qui la ramènera chez elle.

« Tu te montres raisonnable ? Sage décision. »

Nous parlons également du fait qu’elle n’a pas peur de moi. Je lui explique alors les raisons qui font de moi et de mes semblables une menace pour les humains. Bien que dans mon cas je suis suffisamment âgé pour me contenter de peu de sang, dans ma jeunesse ce n’était pas franchement la même chose. Heureusement que mon instructeur de l’époque couvrait mes traces. Je n’avais aucune retenue, et une soif insatiable. La jeune femme me dit alors que je ne suis pas du tout effrayant. Elle continue ne me disant que mes yeux pourraient l’être mais qu’elle, elle les trouve beaux. Mes yeux son spéciales oui, ils étaient normaux à l’époque mais après ma première rage de sang ils sont resté rouge et n’ont plus jamais repris leur couleur normal. Même mon créateur n’avait pas d’explication à ce phénomène. Elle a les yeux plantés dans les miens puis elle secoue la tête comme pour sortir d’un état de transe. Je lui souris alors et lui dit :

« Merci, les tiens ne sont pas mal non plus. J’ai eu tout le loisir de les observer pendant que tu fixais les miens plus tôt. »

Savait-elle que pendant ses observations j’en faisait autant ? Je lui explique alors que si elle m’invite chez elle ce n’est pas pour le nuit mais pour la journée. Même si je souffre moins du soleil qu’un jeune vampire, une exposition de quelques minutes suffirait à me tuer. Elle me dit alors que c’est évident. Mais elle ajoute également que si je l’ennui elle ouvre les rideaux. Elle rigole alors mais je reste de marbre en ce qui me concerne. Il est vrai que c’est risqué de dormir chez quelqu’un que je ne connais pas et qui pourrait me piéger de la sorte. Je pense qu’elle plaisante mais je resterai tout de même sur mes gardes on ne sait jamais. Elle reprend alors qu’elle n’est pas présente la journée et que je peux rester chez elle autant de temps que je le souhaite. Voilà qui est intéressant et qui me simplifiera la vie, je pourrai prendre un peu plus de temps pour me trouver un endroit ou vivre. Je pourrai me montrer un peu plus exigeant sur le lieu du coup. Je lui dis alors :

« Et bien j’accepte ton invitation si tu promets de ne pas me faire flamber. »

Je mets l’accent sur la flambée pour lui faire comprendre que j’ai saisi sa plaisanterie bien que moi cela ne m’est pas fait rire. Je resterai quand même sur mes gardes. Je vide mon verre et remarque que la bouteille est presque vide. Si je m’écoutais j’en commanderai une autre mais ce ne serait pas raisonnable. Je vide cette dernière alors puis je regarde à nouveau la jeune femme, tout en sortant une nouvelle fois ma pipe que j’allume. Elle ferme alors les yeux passant une main dans sa nuque tandis qu’en même temps elle passe sa langue sur ses lèvres. Elle finit par enlever sa veste pour rester en débardeur. Elle se met à l’aise et évidemment si elle est saoule elle doit avoir chaud. Je pense que c’est le bon moment pour l’interroger un peu sur ce qui se passe exactement dans cette ville. Les clans et les autres choses que j’ai entendu par ci par là.

« Est-ce que tu peux me parler un peu de ce qui se passe dans cette ville. J’ai entendu parler de clan dans la ville. De clan de lycanthropes mais également de vampires. J’ai entendu les noms Sanguinaires et Ross. »

Je marque une courte pause. Dois-je également mentionner les rebelles ? Après tout elle est humaine donc elle ne sait peut-être pas tout ce qui se passe mais elle est serveuse. Et les serveuses entendent souvent des choses qu’elles ne sont pas censées entendes n’est-ce pas ? Bon ça ne coute rien de lui demander.

« Que peux-tu me dires des rebelles ? des gens à une table en ont parlé en murmurant mais ils ne sont pas allés au bout. Qu’est-ce qu’ils se passe exactement dans cette ville ? »

J’espère qu’elle sera en mesure de me renseigner, il serait bon pour moi que je sache exactement à quoi j’ai à faire. Et si des clans sont ennemis je pourrai soit me faire engager pour tuer des membres d’un autre clan. Mais je saurai aussi à quoi je m’expose si jamais je devais tuer un membre d’un clan. Non je dois savoir exactement à quoi j’ai à faire. Mais cette histoire de rebelles m’interpelle quand même. Contre quoi il se rebelle ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Brown

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 1377
Points : 335
Niveau de puissance : Sangsue (une fois transformée)

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Taille: 1m71
Emploi: Etudiante & Serveuse dans un bar (la nuit)

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Dim 10 Sep - 16:10

ft. Kyoshiro

ft. Effy

Le Dragon & le Corbeau
Être raisonnable, ça ne me correspondait vraiment pas. Je suis pas le genre de nana à faire attention à ce que je mange, si j’ai envie de reprendre une cinquantième part de gâteau, je le fais. Je ne regarde pas forcément la route à gauche et à droite avant de traverser et je me tape bien que le bonhomme soit verre lorsque je quitte le trottoir. On ne peut pas dire que je fasse attention à ma santé en veillant à me coucher tôt et à ne pas me surmener, j’enchaîne tout de même les cours de l’université et un job tard le soir avant de rentrer pour réviser et bosser pour le lendemain. L’alcool n’échappe pas à règle, j’étais tout à fait déraisonnable dans ce domaine là, aussi. Alors il m’est difficile d’être sage face à un homme qui me propose de boire en sa compagnie, d’autant plus que je suis une grande fille capable de me bourrer la gueule si je le désire. Bien entendu j’ai conscience que ça ne fera certainement pas de moi quelqu’un de responsable mais tant pis. J’hausse les épaules, prend un petit air innocent en faisant mine de réfléchir une seconde avant de murmurer un peu plus bas.

-Je crois que c’est trop tard.

En effet, si la salle tournait autant que mes yeux le percevaient, c’est que j’étais plus très sobre, mais je tentais de rester maître de moi, en me concentrant sur Kyo et ses yeux. C’était plus facile comme ça. D’ailleurs, la couleur des miens ne semblait pas lui déplaire. Elle n’était pas aussi rare que la sienne mais pas grand monde avait les iris cendrés, j’étais plutôt contente de ne pas avoir une couleur trop habituelle. Malgré moi, je me sentais un peu nerveuse, je n’étais pas des plus à l’aise lorsque je me sentais observée et avoir loupé le fait qu’il ait regardé aussi longuement mes yeux que j’avais contemplé les siens me fit me mordre la lèvre inférieure. Est-ce qu’il pouvait lire tout ce que je pensais rien qu’en jetant à œil à mes prunelles ? C’était assez perturbant de devoir se poser la question, mais je lui offris un sourire en passant une nouvelle fois une main sur ma nuque.

-Eh bien.. je te remercie. Je… fixais pas tes yeux, je les regardais simplement avec beaucoup d’attention.


J’essayais de me sortir de là, mais ce n’était pas bien glorieux. J’avais du mal avec le fait d’avouer que je puisse porter de l’intérêt pour quelqu’un ou du moins, une partie de son anatomie.  J’aimais bien que les personnes en face de moi ne sachent nullement ce que je pense et sûrement que l’alcool m’empêchait d’agir comme d’habitude et de préserver un poil le mystère.
Je préférais rapidement rebondir sur ce qu’il me disait ensuite, hochant la tête avec un petit sourire joueur.

-Oh bien évidemment. Ce serait dommage de faire flamber un be-.. adorable vampire.


J’avais envie de cogner mon front contre la table. Bon sang, être TROP honnête ou dire tout ce qui me passait pas la tête était une bien mauvaise idée. En général c’était un conseil que l’on prenait soin d’appliquer lorsque l’on se sentait un peu ivre. Le mieux était de garder le silence au maximum, bien que ce ne soit pas facile dans une discussion en tête à tête. Mais cela avait au moins le don de priver l’autre de toutes les petites choses qu’il n’avait pas besoin de savoir.

L’alcool délie les langues et peut être misait-il sur ça lorsqu’il m’interrogea. Je vivais à Londres depuis quelques mois seulement et je ne connaissais pas encore très bien tout ce qu’il s’y tramait. Évidemment, j’entendais beaucoup de choses mais je n’étais pas certaines que tout ce que les clients disaient était vrai, après tout, les rumeurs c’était ce qui circulait principalement dans les bars. Je préférais d’ailleurs être honnête à ce sujet.

-Eh bien.. je suis pas vraiment très bien informée, je ne suis pas sure de pouvoir t’aider beaucoup. Tout ce que je sais c’est que c’est que les Sanguinaires sont les vampires qui effrayent le plus les habitants de Londres. Ils sont incontrôlables et se nourrissent de beaucoup d’humains… La meute Ross ? C’est un groupe de lycans… qui prônent l’aide entre chacun. Si un lycan seul et ayant besoin d’apprendre à se contrôler veut se joindre à eux, il est libre de le faire mais en échange… je crois qu’il doit jurer une sorte de fidélité ou de loyauté à l’alpha. J’ignore qui est ce dernier, en revanche. Il y a une autre meute.. dont j’ai oublié le nom… pour les vampires, les Ancestraux regroupent les plus vieux d’entre eux.. c’est tout ce que je sais.


Ce qu’il se passait exactement dans cette ville, hein ? C’était dur d’en avoir une idée précise, il s’y passait toujours beaucoup de chose, Londres était une ville qui ne manquait pas d’action et qui semblait être dangereuse pour la plupart des humains incapables de se défendre et effrayés à la simple idée de se balader la nuit.

-Les rebelles ? Eux… je crois qu’ils tentent de renverser un peu tout le reste. De prendre le contrôle des autres groupes… pour les annihiler, ils désirent la fin de la guerre entre les races, sûrement une paix et une égalité solide et durable. Ils sont un peu trop utopistes.


Je m’étire de nouveau, détendant mon dos en un soupire d’aise qui trahit le plaisir ressentit en faisant rouler mes muscles de la sorte. Lorsque je me laisserais tomber dans mon lit, je sens que la sensation sera sacrément satisfaisante. J’observe Kyo en arquant un sourcil. Pourquoi me demande t-il tout ça, au fait ?

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


~ C'est dans une main perverse que la plume se transforme en poignard ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoshiro

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 45
Points : 186
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge: 202
Taille: 1m88
Emploi:

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Dim 10 Sep - 16:50


Le dragon & le corbeau


Elle me dit que c’est trop tard. Trop tard pour être raisonnable. Si j’en crois donc ce qu’elle m’a expliqué plus tôt je suis donc bon pour la raccompagner chez elle. Je vais peut-être même devoir la porter. Bon heureusement vu son gabarit ce ne sera absolument pas un problème en ce qui me concerne. Par chance je ne suis pas aussi faible d’un humain donc j’ai déjà un avantage niveau force. Je lui fais ensuite savoir que ses yeux sont également jolis et je lui avoue que j’ai eu tout le temps de contempler les siens tandis qu’elle regardait les miens. Sa réaction m’amuse beaucoup car elle tente vainement de se justifier en disant qu’elle ne les fixait pas mais se contentait de les regarder.

Je lui souris alors ne répondant rien et nous continuons notre conversation sur le fait qu’elle accepte de m’héberger le temps que je trouve mon bonheur question logement. J’ai plusieurs idées de ce qui pourrait me convenir mais je suis le genre d’homme à céder à un coup de cœur surtout que maintenant le choix me revient totalement et il n’est plus de ce monde pour m’imposer sa volonté. La jeune femme me dit alors qu’il serait dommage de faire flamber un adorable vampire. Je ne sais pas si le mot adorable est approprié pour me décrire, mais ce n’est pas ce qui me marque le plus. Je veux plutôt savoir ce qu’elle s’apprêtait à dire avant de se reprendre.

« N’aie pas peur, parle sans détour, que voulais-tu donc dire ? »

Je lui souris aimablement. Je n’ai pas la moindre idée de ce qu’elle voulait dire mais je suis du genre curieux. On dit que c’est un défaut mais ce n’est pas toujours le cas. Parfois ça peut nous permettre d’en savoir plus sur un adversaire ou une cible et de fait de trouver sa faiblesse. Et puis c’est mon métier d’enquêter sur mes cibles avant de les tuer donc la curiosité est un peu mon boulot en quelque sorte. Je finis par lui poser la question qui me pends aux lèvres depuis que nous avons commencé à discuter, que se passe-t-il exactement dans cette ville ? Une serveuse doit entendre beaucoup de chose donc elle est sans doute la mieux placer pour me renseigner.

Toutefois elle me dit qu’elle n’est pas la mieux renseignée mais elle m’explique quand même ce qu’elle sait. Notamment que les sanguinaires sont un clan de vampires qui ne se privent pas de se nourrir des humains et qu’ils apportent alors un climat de terreur. C’est amusant car pendant longtemps j’ai été comme ça et aujourd’hui encore me nourrir d’humain en les tuants ne me pose pas plus de problème que ça, j’essaye simplement de me faire discret. Elle poursuit en me parlant de la meute Ross, m’expliquant qu’il s’agit d’un groupe de lycanthropes qui prône l’entre aide. D’après ses dires un lycan à la recherche d’une aide ou d’une famille peut se joindre à eux en jurant fidélité. Elle ne sait rien de plus sur cette meute mais elle m’annone qu’il y a une seconde meute dont elle ne connait ni le nom ni les activités de cette dernière. Enfin elle termine en me parlant des vampires Ancestraux qui est un clan qui regroupe les plus vieux vampires de la ville. Elle me dit alors que c’est tout ce qu’elle sait. Pour quelqu’un qui ne pouvait pas me dire grand-chose il se trouve qu’elle m’a pas mal renseigné. Les plus vieux vampires hein ? C’est chez eux que je devrais me trouver alors, je ne suis plus tout jeune. Mais je ne doute pas qu’il existe des vampires bien plus vieux que moi, à commencer par le créateur de notre espèce.

« Les sanguinaires, les Ancestraux et la meute Ross. Je vois. Ainsi donc je suppose qu’il y a pas mal de combat politique comme physique entre chacun de ses clans ? C’est intéressant et maintenant je sais au moins à quoi m’en tenir. »

Puis finalement je décide de lui poser ma question sur les rebelles. Là aussi elle a une réponse et elle m’explique que c’est un groupe hétéroclite qui tente de renverser ce qui est en place actuellement et qu’ils veulent ainsi prendre le contrôle des autres groupes pour mettre fin à la guerre. Pour les annihiler. Elle pense qu’ils sont idéalistes et je ne sais pas si elle a raison ou pas mais moi je vois une occasion de retrouver un boulot. S’ils cherchant à tuer des meneurs cela pourrait être une occasion de reprendre du service. Est-ce que je dois rejoindre un clan ou un autre ? Je n’en sais strictement rien je verrai sur le moment. Pour l’instant ma priorité c’est de bien connaitre la ville et ensuite de trouver un logement. Il serait encore temps ensuite de prendre des décisions. Je dois aussi allez voir la spécialiste qui m’a été conseillé. Elle pourra peut-être endiguer la peur de m’engager et de m’attacher qui me ronge depuis toujours.

La jeune femme s’étire alors devant moi et semble prendre beaucoup de plaisir en le faisant. Moi je ressors ma pipe, pensif et je vois que la jeune femme arque un sourcil en ma direction sûrement pour savoir pourquoi je pose des questions aussi précises. J’allume ma pipe et je tire quelque bouffée avant de répondre à sa question implicite :

« Si je te demande tout ça c’est pour savoir où je mets les pieds exactement. Je préfère savoir ce qui m’attends comme je compte bien m’installer dans la ville. »

Je ne précise pas que c’est une aubaine pour ce que je sais faire de mieux et je ne précise pas non plus que c’’est pour voir un psy que je suis venu dans un premier temps. J’ai appris pas mal de choses ce soir, c’est donc une soirée fructueuse. Je ne pensai pas que j’en apprendrai autant si facilement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Brown

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 1377
Points : 335
Niveau de puissance : Sangsue (une fois transformée)

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Taille: 1m71
Emploi: Etudiante & Serveuse dans un bar (la nuit)

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Mer 13 Sep - 15:57

ft. Kyoshiro

ft. Effy

Le Dragon & le Corbeau
Il faut savoir que je parle vraiment mais alors vraiment très peu de moi en règle générale. Je n’aime pas livrer des informations aux gens à mon propos ni même établir un dialogue qui de près ou de loin à un lien avec moi. Je crois que j’aime entretenir le mystère et que je n’ai tout simplement pas le besoin de me confier à qui que ce soit.
Ce que je crois surtout c’est que l’alcool transforme totalement cette partie de moi. Lorsque je suis vraiment excessivement bourrée, il est possible de m’entendre parler de ma mère et dieu sait que je ne l’aborde jamais avec quiconque en temps normal. C’est presque étonnant de voir à quel point je peux passer de la nana silencieuse à la nana capable de tenir une discussion sans s’arrêter plus de quelques secondes.
Et puis, bien souvent, elle me fait dire des choses que je ne préférerais pas dévoiler, l’alcool est mon veritaserum.

J’observe le vampire, bien embêtée, me mordillant plus ou moins nerveusement la lèvre inférieure et fait mine de réfléchir un instant avant d’hausser doucement les épaules, me résignant à lui révéler ce que je m’apprêtais à lui dire.

-Eh bien, je crois que l’idée, c’était que je trouvais que tu étais… un beau vampire.

Alors que j’allais détourner le regard pour fixer un point quelque part dans la salle, histoire de me défiler, je me ravise et préfère planter mes yeux dans les siens. Autant jouer la carte de « j’assume parfaitement ce que je viens de dire » puisque de toutes façons, je pense ce que j’ai dis.
Je suis le genre de personne à me remettre très rapidement d’une gaffe de ma part, et puis je ne vois pas de raison de lui mentir, surtout qu’il doit le savoir, qu’il ne laisse pas les femmes et peut être bien des hommes aussi, indifférents à son charme. Puis je crois qu’il a parfaitement compris que ses yeux rouges me plaisaient bien !

Je me demande si les réponses que j’ai pu lui apporter lui conviennent, s’il a appris ce qu’il désirait savoir et si mes informations étaient utiles. Après tout travailler dans un bar à quelques avantages à commencer par le fait que l’on apprend souvent beaucoup en cheminant de table en table, coupant parfois certaines conversations des plus instructives. Et puis je dois avouer que moi même, ça m’aide, que d’avoir l’impression de cerner un peu mieux cette ville et les différents clans qui s’y opposent. La capitale n’est pas la ville la plus paisible d’Angleterre, on y manque pas d’action, mais  sa diversité en fait sans doute aussi un peu son charme. Et sûrement d’ailleurs que cela attire un peu de monde, tout de même.

-Eh bien, de temps en temps on en entend parler, nous les humains. Mais on a peu d’informations sur ce qu’il se passe exactement, puis rares sont ceux qui ont la chance… ou la malchance plutôt d’être sur place dans ces moments là.

Il sait à quoi « s’en tenir » ? Je réfléchis un instant. C’est vrai qu’un vampire débarquant seul à Londres a sûrement besoin de savoir où il met les pieds et ce qu’il risque en se promenant la nuit dans les ruelles plus ou moins sombres. D’ailleurs il confirme ce que je pense avec la réponse qu’il me donne, bien que je sens que ce n’est pas tout, comme s’il y avait quelque chose qu’il ne disait pas. Cependant, je n’y fais pas allusion et me contente d’acquiescer. Après tout, je peux comprendre son envie, ou son besoin d’en savoir plus.

Je tend la main vers son verre, verse un peu de whisky à l’intérieur et en avale l’entièreté du contenu avant de le reposer sur la table aussi doucement que possible. Déjà que je ne suis pas des masses délicate, alors bourrée… faut pas trop m’en demander. Je lui souris de ce sourire qui signifie clairement « foutue pour foutue, toutes façons… »
Je ferais un effort et tenterais de marcher aussi droit que possible et de préférence… debout. Parce qu’à quatre pattes cela ne risque pas d’être très glorieux et je me sentirais probablement gênée demain en me rappelant avoir perdu une partie de ma dignité aux côtés du « beau vampire ».

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


~ C'est dans une main perverse que la plume se transforme en poignard ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoshiro

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 45
Points : 186
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge: 202
Taille: 1m88
Emploi:

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Ven 15 Sep - 8:47


Le dragon & le corbeau


Je demande à la jeune serveuse de parler sans détour de ne pas avoir peur de dire ce qu’elle pense. Elle semble gênée et se mord la lèvre et semble perdue dans ses pensées ? Est-elle en train de trouver autre chose à dire ou alors juste de débattre intérieurement pour savoir si elle peut me dire ce qu’elle pensait vraiment ? je ne sais pas mais elle finit par hausser les épaules avant de m’avouer qu’elle voulait dire qu’elle trouve que je suis un beau vampire. Elle plante alors ses yeux dans les miens. Sa déclaration me laisse de marbre je sais bien que je plais assez souvent aussi bien à des hommes qu’à des femmes. Je soutiens son regard et je lui réponds :

« Merci. »

Je n’ajoute rien d’autre. Je suis conscient de ce que je vaux mais je suis bien élevé et donc quand on nous fait un compliment les bonnes manières veulent qu’on remercie la personne qui est à l’origine du compliment. Je continue à penser à quel clan je devrais proposer mes services. Si j’ai bien compris les sanguinaires tues à tout bout de champs ils n’ont sans doute pas besoin d’un tueur à gage. Les ancestraux je ne sais pas, quelles sont leurs convictions ? Je suis peut-être un vieux vampire mais je n’ai jamais vécu au sein d’une communauté pour autant. Et les rebelles ? C’est une idée. Mais peu importe pour qui je souhaite travailler je ne sais pas comment je contacterai un clan ou l’autre. La jeune femme me sort de mes pensées en me disant que les humains entendent parler de beaucoup de chose mais peu nombreux sont ceux qui peuvent assister à ce genre de chose. Et je déduis par son ton que les rares témoins humains ne sont plus de ce monde.

« Je vois, c’est intéressant. Est-ce que tu sais par hasard si un groupe comme l’autre porte un signe distinctif ? Tatouage, vêtement particulier, symbole ou autre ? »

Cela pourrait m’aider à différencier les différents groupes. Et peut-être qu’ainsi je pourrai trouver les rebelles.

« Tiens tant que j’y pense tu saurais me dire où se trouve à peu près le Bethlem royal psychiatric Hospital ? »

Je ne vais pas lui expliquer pourquoi je dois allez là-bas si elle ne me demande pas. Je ne souhaite pas que tout le monde sache que je vais là-bas. Certain pourrait en déduire que je suis faible. Ma seule faiblesse est pourtant la peur d’aimer une nouvelle fois. Je ne veux plus perdre mon essence et ma raison de vivre. Cela m’a détruit une fois je ne souhaite jamais plus connaitre cela. La jeune femme se saisit alors de mon verre qu’elle remplit et le vide d’une traite.

Je pensai qu’elle ne voulait plus boire car elle ne tenait pas l’alcool et pourtant elle vide mon verre et me regarde avec un sourire qui semble vouloir dire que de toute façon elle est déjà saoule alors un peu plus ou un peu moins elle n’est plus à ça près. Je vais donc vraiment devoir la porter jusqu’à chez elle à ce rythme. Je lui rends son sourire et lui dit alors d’un ton amusé :

« Je vais être obligé de te porter jusqu’à chez toi à ce rythme. »

Je ne sais pas ce qu’elle va penser mais de toute façon si elle ne marche pas droit je ne lui laisserais pas le choix. Après tout je ne tiens pas forcément à suivre une personne qui marche pas droit. Il faut juste qu’elle reste consciente pour qu’elle puisse m’indiquer le lieu de son habitation. Je la regarde faire puis je récupère mon verre et vide les dernières gouttes de la bouteille dans mon verre que je bois doucement à présent. Je m’étire également et passe ma main dans mes cheveux. Je souris doucement à la jeune femme. Je regarde le serveur un peu plus loin et d’un signe de tête je lui fais signe de venir et je lui demande d’apporté un café bien fort. Cela pourrait aider Effy à se remettre un peu. Ou au moins cela la gardera consciente suffisamment longtemps pour qu’elle puisse nous mener chez elle. Je ne sais pas si elle va s’endormir ou pas mais dans le doute je préfère prévenir que guérir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Effy Brown

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 1377
Points : 335
Niveau de puissance : Sangsue (une fois transformée)

Feuille de personnage
Âge: 18 ans
Taille: 1m71
Emploi: Etudiante & Serveuse dans un bar (la nuit)

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Lun 18 Sep - 16:11

ft. Kyoshiro

ft. Effy

Le Dragon & le Corbeau
Alors que j‘observe le vampire, je me contente de lire un merci sur ses lèvres, alors que le son de sa voix ne vient plus distinctement jusqu’à moi. J’arque très légèrement l’un de mes sourcils, si bien que s’en est presque imperceptible. En réalité, c’est assez dur de se concentrer uniquement sur lui, beaucoup de gens parlent autour de nous, la salle est pleine, et j’ai l’impression que mes sens sont comme décuplés, même si d’un autre côté, ce fond sonore me semble résonner dans mon crâne comme un bruit sourd et sans fin. C’est une sensation un peu étrange, c’est comme si l’on redécouvrait notre environnement et que l’on papillonnait des yeux en tournant la tête lentement, de droite à gauche puis de gauche à droite.
Je connais bien cette sensation de se sentir à la fois lourd et léger, comme si l’on avait soudain la volonté de marcher jusqu’au bout du monde mais que nos jambes refusaient de nous porter jusque là. Une vague de chaleur m’assaille et je passe ma main froide sur mon visage.
Il est sûrement évidemment que je ne suis pas des plus sobre mais j’aimerais conserver un minimum de dignité et faire bonne figure devant le vampire.

Je sens mon cœur battre contre ma poitrine et l’adrénaline pulser dans mes veines. Généralement, c’est dans ces moments là que je ressens un besoin extrême d’accomplir des choses interdites, comme grimper sur des toits par exemple. Je suis en constante quête de sensation mais je me sens étrangement plus libre lorsque je suis bourrée. Pourtant, nous nous retrouvons prisonnier d’un état trop éphémère pour songer à parler de liberté. Je trouve cet état agréable, mais j’essaye tout de même de me reconcentrer sur le présent. Alors je fixe un peu les lèvres de mon partenaire de soirée et essaye de distinguer le plus nettement possible ce qui sort de sa bouche.

Je me mets alors à réfléchir intensément, tentant de faire travailler ma mémoire au mieux, bien que cela me semble assez compliqué sur le moment. Un signe quelconque qui s’apparenterait à tel ou tel clan ? Je n’en avais pas entendu parler et je ne faisais pas vraiment attention aux tatouages ou tout autre détail physique des clients, en règle générale. Je secouais doucement la tête sans dire un mot, lui intimant que je ne savais rien et clignant rapidement des yeux pour faire disparaître le léger brouillard devant mes yeux et rendre mon champ de vision plus net.

Je porte deux doigts à mes tempes et les frotte doucement en plissant légèrement les yeux. Pas de mal de tête pour l’instant, je suis certaine qu’il apparaîtra bien assez tôt pour que je ne cherche à l’invoquer dès maintenant. Je me sens largement plus joyeuse que d’habitude mais j’essaye tout de même de répondre à la question que Kyo me pose. Je pense qu’il serait plus judicieux que je ne me lance pas dans des explications, là tout de suite, ce ne serait sans doute pas très clair…

-Hum.. je te ferais un plan, demain si tu veux ?


Je tentais de la jouer suffisamment assurée pour ne pas laisser percevoir mon état actuel. Je n’aimais pas être assistée ou que l’on me juge faible et vulnérable. En générale, c’était les adolescents qui avaient trop bu et qui rentraient chez eux, qui craignaient de se faire démasquer. Au moins avec ma mère, je n’avais jamais eu le problème étant plus jeune. J’avais commencé à sortir assez tôt, parce que c’était mon seul moyen de m’extirper de l’appartement et surtout de ma génitrice. Alors évidemment, en sortant avec des potes de mon âge ou un peu plus vieux toute les nuits, j’avais fini par apprendre que l’alcool, l’herbe et les autres substances tout aussi illégales avaient la capacité de m’apaiser. Que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons, que ce soit interdit ou non, que ce soit méprisable ou pas, peu importe. C’était ainsi et ça continue de l’être plus ou moins aujourd’hui.

J’avais tendance à repousser les limites et l’alcool fait parti de ces limites que l’on peut toujours tenter de franchir. Bien évidemment il y a un seuil à ne pas franchir et je le connais bien, finir en sale état, ce n’est pas vraiment ce que je recherche. Je fronce un peu le nez, je veux pas contraindre le vampire à me porter jusqu’à chez moi à travers les rues de Londres, simplement parce que je suis pas foutue de mettre un pied devant l’autre et d’avancer droit devant moi.

-Oh, je vais me débrouiller, t’inquiète, c’est pas bien compliqué de tenir debout.

D’ailleurs, à ces mots, je me redresse sur mes jambes et regarde le monde autour de moi tourner légèrement alors que j’ai tout juste le temps de poser mes mains sur la table pour m’éviter de retomber aussitôt sur ma chaise. Je détourne le regard, un rouge léger aux joues. Je me sens un peu idiote et dieu sait que je n’aime pas ça. Je suis sure qu’en me rasseyant et en essayant dans quelques minutes… j’y arriverais. Du moins c’est ce dont je tente de me persuader intérieurement, alors que mon corps sait pertinemment qu’il en sera toujours tout bonnement incapable, que ce soit dans les prochaines minutes à venir ou dans l’heure qui suivra.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


~ C'est dans une main perverse que la plume se transforme en poignard ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kyoshiro

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 45
Points : 186
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge: 202
Taille: 1m88
Emploi:

MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro) Sam 23 Sep - 3:42


Le dragon & le corbeau


Je remercie la jeune femme pour le compliment qu’elle vient de me faire, c’est ainsi que fonctionne la société. Quand on nous fait un compliment on est censé remercier la personne qui est à l’origine du propos. Toutefois je n’agis comme ça qu’avec les personnes qui ne sont pas mes clients. Quand on m’engage pour un contrat je suis beaucoup moins expressif et je ne réponds jamais au compliment ou autre, je reste totalement fermé. Si j’agis ainsi c’est pour ne pas montrer la moindre humanité et surtout ne révéler aucune faiblesse. Mon créateur m’a appris qu’il n’était jamais exclu que je devienne un témoin gênant pour mes clients et ils pourraient tenter de se retourner contre moi et donc ne montrer aucune émotion est un bon moyen de dissuasion.

Effy elle semble plonger dans ses pensées et elle transpire légèrement. L’alcool a ce genre d’effet sur les humains. Il donne chaud et plus on boit plus on a chaud. Je la vois bouger légèrement la tête et j’ai l’impression qu’elle n’arrive plus à se concentrer. Ce n’est peut-être qu’une impression, mais vu ce qu’elle a bu et en considérant qu’elle ne tient absolument pas l’alcool cela n’a rien d’étonnant. Elle passe doucement sa main sur son visage. En ce qui me concerne j’entends son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine et je distingue sans mal son sang filer à toute vitesse dans ses veines.

Quand je pense avoir l’attention de la serveuse je lui demande des précisions sur les membres de ces clans. J’essaie de savoir s’ils ont un signe distinctif entre eux, un tatouage ou une marque quelconque marquant leur appartenance à un groupe ou un autre. Elle ne me répond pas la négative d’un simple mouvement de tête. Puis elle commence alors à cligner rapidement des yeux comme si elle avait une poussière dans l’œil. Je demande alors à la jeune femme si elle peut m’indiquer où se trouve l’hôpital. J’ai rendez-vous avec une certaine Verity Shield très prochainement. C’est à ce moment qu’elle porte deux doigts sur ses tempes et les frottes doucement. Il est clair qu’elle n’est plus très nette en ce moment. Je pense que nous n’allons pas tarder à quitter le bar. Elle me répond toutefois qu’elle me fera un plan demain et je pense que c’est un choix judicieux je ne sais pas si elle a encore l’esprit suffisamment clair pour m’indiquer la bonne direction maintenant.

J’exprime mes doutes quant à sa capacité à pouvoir rentrer chez elle debout et j’évoque alors l’hypothèse de devoir la porter. Elle me répond qu’elle va se débrouiller car selon elle il n’est pas difficile de tenir debout. Elle se contredit immédiatement en se levant et en posant les mains sur la table pour éviter de retomber assise. Je me lève alors et sors un billet de la poche intérieur de mon manteau pour régler nos consommations, puis je m’approche de la jeune femme et sans lui laisser le choix je passe une de ses mains autour de mes épaules et je prends la direction de la sortie. L’air frais lui fera le plus grand bien et de toute façon il vaut mieux rentrer maintenant.

Nous arrivons dehors et je m’adresse alors à la jeune femme :

« Voilà respire un peu d’air frais ça va te faire du bien. Bon par où habites tu ? »

Je soutiens toujours la jeune femme et quand elle m’aura donné les indications nécessaires je le porterai complètement histoire de gagner du temps en déplacement. Je ne tiens pas à vagabonder pendant des heures. Elle me dit alors par où me diriger et encore une fois sans lui laisser le choix je me saisis de ses jambes et la porte comme on porte sa femme pour franchir le seuil le soir de notre nuit de noce. Et je commence à marcher à grand enjamber dans la direction indiquée sans pour autant me déplacer trop vite pour ne pas la rendre malade.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro)

Revenir en haut Aller en bas
Le dragon & le corbeau (Pv Kyoshiro)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» How train your dragon
» Enfin ! Baptême Petit Saule / Petit Corbeau
» [Jeu Vidéo]Dragon Age Origin
» Avocats du Dragon
» Embuscade maritime [Corbeau des Mers]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Le Bar-Club Le Sky-
Sauter vers: