Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

Anya Winters, lycan libre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Anya Winters

Lycan Libre
avatar
Lycan Libre


Messages : 11
Points : 129
Niveau de puissance : Louve

Feuille de personnage
Âge: 23 ans
Taille: 165 centimètres
Emploi: détective privée

MessageSujet: Anya Winters, lycan libre Lun 17 Juil - 2:11




AnyaWinters



Identification

Nom: Winters
Prénom: Anya
Surnom: Ny
Âge: 23 ans
Sexe: Femme.
Orientation sexuelle: Bisexuelle refusant de se l'avouer
Pays d'origine: Angleterre
Race: Lycanne
Groupe: Lycans libres
Emploi: détective privée
Supérieur immédiat: David Winters


Derrière l'écran

Prénom: Anya
Surnom:
Âge: éternelle!
Découverte: Facebook et amis.
Fréquence de connexion: presque tout les jours
Autres personnages: aucun!
Autres trucs sur vous: J'aime les carottes?
Commentaires: j'adore le concept du forum!

Le physique qui me différencie
Les yeux sont le miroir de l'âme, mais je ne crois pas que vous souhaitez parler de celle-ci, du moins pas de suite, quoique mes yeux, d'un bleu pale et pur, sont un de mes attraits les plus plaisants. Je pourrais porter des lunettes mais ce ne serait qu'apparat, puisque j'ai une vision parfaite, du moins dans mon jeune age! Remontons un peu vers le haut, puis nous reviendrons vers le bas un peu plus tard. Mes cheveux sont blancs, et non, il ne s'agit pas d'une teinture ou un artifice quelconque, et non, je ne suis pas vieille au point encore de les avoir. Coupés courts, fins, ils encadrent fort bien mon visage délicat. Un nez délicat en mon visage, et des lèvres que j'adore maquiller d'un rouge pale, certains pourraient dire que je suis une poupée de porcelaine, mais je ne suis la poupée de personne. En fait, je préfère souvent les vêtements de garçons, plus confortable de loin aux jupes et robes, ou étouffée dans des tissus trop petit pour moi. Je mesure un 165 centimètre du dieu de feu et possède un corps athlétique. Ma mère d'ailleurs lamente mon absence de féminisme, car je ne suis point dépourvue. Des vêtements amples sont bien plus confortables et pratiques.

Niveau plus esthétique, je vais avouer que j'ai un tatouage fort simple, rudimentaire si l'on veut même au vu de ce que certains se font faire. Folie de jeunesse, mon flanc gauche est doté d'une lierre montante, la rose venant reposer près de ma poitrine et la base près de ma hanche. Folie que je ne regrette pas, fort jolie, bien que peu d'hommes aient pu avoir la chance de la voir.

Ma forme lycanne? Une blague, car on me traite d'emmerdeuse et de chienne plus souvent que je peux compter, et ma forme est justement celle d'un de ces canidés, massif. Le poil gris est facile à remarquer et se salit facilement. La couleur de mes yeux reste pareil, mine de rien, aussi personne ne pourrait se méprendre quant à ce que je suis véritablement. Il faut avouer que de voir ce qui ressemble à un husky géant n'est pas si difficile à comprendre.


Le psychologique qui m'habite
Que dire à propos de moi? La liste pourrait être longue, mais je ne vais non plus prétendre que je suis une femme parfaite. À dire vrai, il existe véritablement trois aspects de moi à savoir, et encore, je vous gracie des grandes lignes, point de tout les détails.

Mon tempérament de tout les jours, en premier lieu, est celui d'une jeune femme de mon age. Malgré les gènes lycans dans mon corps, je suis une jeune femme qui cherche à s'amuser, boire, danser et, parfois, trouver des bras pour la nuit. J'aime bien taquiner les gens, et surtout tenter de trouver les lignes invisibles qui sont les limites des gens, car une personne qui ne montre de colère ou d'émotion n'est pas humain, et j'aime m'assurer que les gens soient francs avec moi, quitte à me prendre quelques coups au passage. Je déteste les hypocrites, il va de soi, qui les aimes sinon eux-même et encore, ils se détestent entre eux... Enfin. Sinon je suis celle qui aime rire et vivre, croquant dans la vie à belles dents. Cruelle? Un poil, j'avoue, mais seulement lorsque quelque chose m'échappe : Eh oui, autant j'adore un bon mystère, autant ceux-ci m'horripilent et lorsque je ne comprends quelque chose, je n'ai de fin avant d'avoir une réponse qui satisfait mon infinie curiosité.

Maintenant, si vous voulez bien me suivre à mon bureau, désirez-vous un verre d'eau? Non? D'accord. Parlons affaire, car oui, je reste une dame professionnelle. Détective privée, pour dire vrai, spécialisée dans la filature et l'observation. Oui, je fais dans l'illégal, mais je peux au moins donner les réponses à vos questions, bien que tout ait un prix. Oh, je PEUX faire un prix d'ami, mais il faut que ce soit aussi à mon avantage que de donner ces détails. Lorsque je suis engagée, le terme « brillante chienne » est très approprié, pardonnez mon langage, car je ne suis guère tendre et si le prix est bon, je n'ai cure de la loi ni de la vie privée de qui je joue. Toute vérité a un prix.

Finalement, une tierce part de ma personnalité, et celle-ci n'est en rien ma favorite, je vais l'avouer. La pleine lune... Malgré les années depuis mon premier changement, cette période reste fort douloureuse pour moi au vu des souvenirs et de ce changement. Lorsque la lune approche, je me retrouve souvent à être plus agitée, moins contrôlée de mes faits et geste. Bagarreuse, même. Mon caractère devient taciturne et je peux parfois même aller jusqu'à antisociale. L'alcool coule à flot ces temps-là, mais ce n'est pas un problème, je peux arrêter quand je veux.

Ce qui me fait peur? Étrange question, j'ai quelques petites peur, comme je ne peux blairer les araignées, mais si on veut véritablement voir un moyen de me faire perdre les pédales et paniquer, ce serait sans doutes de m'enfermer. Depuis le changement, je peine de plus en plus de rester dans un espace clos, comme si l'air devait toujours circuler autour de moi sans quoi j'étouffe. Étrange, n'est-ce pas? Encore heureux que les vampires ne sachent ce détail, car ces sales sangsues seraient sans doutes ravis de m'enfermer dans un cercueil et m'enterrer vive pour savoir combien de temps j'aurais encore des ongles à gratter contre ma tombe. Les vampires... Bon, j'avoue, je sais peu d'eux mais ce que je sais n'est guère glorieux. Et à ce jour, pas un ne semble vouloir me démentir en s'asseyant pour me parler, malgré quelques efforts vaillants de ma part de les comprendre, ils ne le souhaitent et donc je ne me force plus. Je ne vais pas les agresser, mais je ne me laisserai agresser. Les humains ne sont pas exempt de cela, je vais avouer que je peine un peu avec les humains car ils sont si... Fragile! Je tend à les sous-estimer mais ce n'est pas parce que je les prend de haut, loin de là mais simplement j'ai peur de les blesser. Si un vampire et moi venons à nous battre, je ne ferai réserve de rien mais contre un humain, je peinerais car je n'ai envie de tuer personne.

Enfin. Me voilà.


Le passé qui m'a construit
Un seul instant. Un cri. Une sensation chaude coulant le long de ma bouche, sur mon menton... Je mâche et avale, plus par réflexe que volonté et réalise un instant plus tard que ce n'est pas là ma propre volonté alors que je penche la tête de nouveau. Le goût de cuivre sur ma langue aurait dut me répugner mais il n'en est rien. La viande est encore chaude, mais elle ne bouge plus. Dommage, peu de sport dans cette chasse. Mon regard arctique se pose dans les yeux noisette de ma proie, celle-ci avait hurlée mais elle ne bougera plus, ne respire plus. Le sang ne coule plus autant qu'avant, le cœur avait cessé de battre. Ces yeux m'accusaient, mais je ne comprenais pas véritablement ce qui en était. Pourquoi ce cri me hante-t-il? Pourquoi?
~~~~~~~~

Je me réveille en sueurs froides alors que le cauchemar reste vif dans mon esprit. Neuf ans. Neuf ans depuis cette nuit, bien que ce cauchemar n'est indicateur que de la venue prochaine de la pleine lune. Je ne me souvenais pas de tout ce qui était arrivé, mais je ne sais pas si c'est pour le mieux ou pour le pire. Mon regard tombe sur le réveil qui brille de sa lueur verte, car je n'aimais pas le rouge. 3:40. Encore quelques heures avant que le jour se lève et que j'ais à affronter la réalité qui avait découlé dans mes plaisants songes.

Mon nom est Anya Winters, et je suis une lycanne. Ce cauchemar est marqué dans mon esprit car c'était mon premier pas dans un monde irréel. Il y a 23 ans maintenant, je suis née de Lianna et David Winters dans un hôpital de Londres. Ma vie n'a jamais véritablement été normale, mon père étant agent de voyage et ma mère traductrice pour une maison d'édition. Je ne peux rien dire de mon père, car il serait peu courtois de parler en mal de quelqu'un qui n'a jamais véritablement fait parti de ma vie, et qui avait au passage brisé celle de ma mère. Humaine jadis, elle avait eue le malheur d'accepter de coucher avec ce qui était irréel à l'époque, un lycanthrope. Le changement avait été brutal, douloureux pour elle qui avait à changer sa vie, et ma naissance ne fit que peu pour arranger les choses. Le seul véritable souvenir que j'ais de mon père est de m'être réveillée dans la nuit lors d'une dispute entre mes parents alors que j'étais agée de 4 ans. L'homme avait eu le dos large, mais c'était tout ce qu'il m'a offert véritablement, car je ne me souviens de rien de lui sinon son ombre alors qu'il franchissait la porte. Oh, l'argent ne cessa de rentrer, mais son rôle avait été terminé. Ma mère voulait me donner une vie normale et c'est ce que j'avais, et une fois par mois j'allais dormir chez mamie pour qu'elle puisse faire son projet. Elle disait que c'était un roman qu'elle écrivait et s'absorbait tant dedans qu'elle n'aurait temps pour moi. Combien j'étais naïve...

J'avais 12 ans lorsque l'éclat médiatique se produisit, me laissant dans un état de stupeur. J'étais une étudiante brillante, savourant d'avoir appris diverses langues à travers le travail de ma mère, mais j'avais enfin compris ce qui se passait, lors de ces soirs. La confrontation entre moi et ma mère ne fut pas une partie de plaisir, et j'essaie d'oublier la plus grande partie de cela, pour le bien de notre relation qui est un brin tendue. Ma mère, la lycanthrope... le monstre de légendes... Une véritable blague, car ma mère n'a rien d'imposant, petite femme fragile au teint pale dont j'ai hérité les cheveux. Elle me dit que j'ai les yeux de mon père et il lui arrive encore de pleurer l'absence de celui-ci, mais je n'en ai cure. Que le salaud crève en enfer pour tout ce qu'il est pour moi. Je tenais rancune cependant à ma mère de m'avoir cachée cela, bien que je comprends le pourquoi. Une gamine disant que sa mère était une bête de légende aurait été fort problématique et aurait attiré l'attention de gens indésirables. La pilule fut amère, mais je comprends la nécessitée.

Nous arrivons maintenant à une partie fort moins plaisante, et vous me pardonnerez mais je risque d'avoir besoin d'un verre pour parler de ces nuits. De ce que ma mère savait, la puberté déclenchait aussi les gènes qui avaient été latent en moi toute ma vie. L'explication fut ardue et fort déplaisante, alors que je devais rester dans ma chambre et ne pas en sortir lors des soirs de pleine lune. Ma mère fuyait et disait que je ne pouvais la suivre car elle n'avait contrôle d'elle-même encore lors de ces temps, aussi j'avais à trouver un endroit sécuritaire. Le sous-sol de la maison avait été aménagé pour cela, fortifié pour qu'un lycanthrope ne puisse en sortir sans aise et c'était là que je passais les nuits de pleine lune, ayant à porté un peu de viande qui finissait plus souvent qu'autrement dans l'assiette, rotie, le lendemain. Il s'agissait d'une période déplaisante... chaque pleine lune, à partir de mes 13 ans et demi, pour dire vrai. Finies les parties de plaisir. Cependant, j'avais de bonnes amies, ces amies qui remarquaient trop quant à mes humeurs et mon apathie à l'approche de chaque emprisonnement. Je les dissuadais souvent de penser plus de la chose, mais je commençais à douter de ce qui était. Ma mère était-elle une lycan ou avait-elle simplement un amoureux qu'elle ne voulait me présenter? M'enfermait-elle dans le sous-sol simplement pour son plaisir personnel? Je commençais à avoir une pointe de rancune et, éventuellement, mes soirées finirent par être que des amies venaient me sortir de là. Je respectais par contre la demande de ma mère de dire que c'était une punition ou une excuse bidon, et mes amies ne fouillaient pas. Certaines m'avaient même reniées, ayant fait le lien, mais pas Donnie.

Ma sœur d'une autre mère, ma confidente et ma meilleure amie. Je me souviens très bien d'elle, de son sourire, ses taches de rousseur, ses boucles brunes tombant sur ses épaules et ses yeux.. Non. Elle venait me sortir chaque fois du sous-sol et nous plaisantions jusque tard dans la nuit. Du moins c'était ce que nous faisions jusqu'au jour où j'ai perdue connaissance sans comprendre le pourquoi. Tout deviendra plus clair avec le temps... Enfin. Je ne crois pas vouloir me rappeler plus que ce que les songes m'offrent.

J'ai terminée mes études après le sinistre, bien que j'aie depuis apprise à me contrôler, je préfère la solitude. Les années les plus ingrates, je les ai passées dans ce sous-sol d'une maison qui sentira à jamais pour moi le sang, et dans laquelle je verrai les yeux emplis d'horreur d'une proie qui n'aurait pas dut en être une. Ma mère avait manquée de vigilance, et je ne lui ai jamais véritablement pardonnée. Une fois mes études de bases faites, j'avais dégoté quelques emplois et m'étais mise de l'argent de coté afin de pouvoir déménager et quitter le régime familial. Ces années ont passées rapidement, je vais avouer, et il y a trois ans j'ai décidée de prendre une page du livre de mes parents et tenter une entreprise. Celle-ci bat certes de l'aile, mais je me trouve parfois des contrats intéressant. Sinon, je sais bien servir autant dans les bars que dans les cafés, et ferai tout pour que mon entreprise soit reconnue. Mais pour que je brise la loi, il faut que l'argent soit plus que bonne, car je risque bien plus qu'une simple humaine, avec cette guerre qui se passe et dont je n'ai envie de faire part.

Je ne veux que vivre ma vie, aussi longue qu'elle soit.


Fiche faite par Bryan Grey (Law) pour le forum Londres et Ténèbres.


Dernière édition par Anya Winters le Mar 18 Juil - 16:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evelyne Salt

Vampire Ancestral
avatar
Vampire Ancestral


Messages : 2166
Points : 2438
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Me divertir

Feuille de personnage
Âge: 233 ans
Taille: 5p6
Emploi: Assassin/Mercenaire

MessageSujet: Re: Anya Winters, lycan libre Mar 18 Juil - 8:42

Bienvenue!

Petite présentation, je me nomme Evelyne Salt. Je suis assassin depuis plus de 200 ans et travail seulement pour les Ancestraux depuis un certain temps. Je pourrais être aussi qualifier comme le bras droit de Vergil, représentant du clan, mais je n'ai pas le titre officiellement. Je viens tout juste d'apprendre que ma copine est décédé et vit encore mon deuil difficilement.

Il te manque seulement deux éléments dans ta fiche. Dans la description psychologique il te faudrait :
1) Une peur
2) Ce que pense Anya des autres races (Vampires et humains)

Sinon, pour le reste tout me va!

Écrit une petite mise à jour quand les changements auront été fait!

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Evelyne Salt

Vampire Ancestral
avatar
Vampire Ancestral


Messages : 2166
Points : 2438
Niveau de puissance : Vampire Respectée
Emploi et loisir : Me divertir

Feuille de personnage
Âge: 233 ans
Taille: 5p6
Emploi: Assassin/Mercenaire

MessageSujet: Re: Anya Winters, lycan libre Mer 19 Juil - 7:49

À la lumière des changements apporté, je te valide!


Tu es validé!



Bienvenue parmi nous! Le pire moment est fini. Courage, on a presque terminé!

Maintenant, c'est l'heure de la paperasse et le bout ennuyant :
✦ Valider les règlements, si ce n'est pas déjà fait ➤ ici;
✦ Il faut recenser son avatar ➤ ici;
✦ Recenser son nom, si ce n'est pas déjà fait ➤ ici
✦ Receser le double-compte, si c'est le cas ➤ ici
✦ S'il y a un emploi, il faut le recenser ➤ ici
✦ Créer votre carnet de connaissances et de relations et le maintenir à jour ➤ ici
✦ Créer votre carnet d'évolution des RP et le maintenir à jour ➤ ici

Et n'oublie pas: Amuses-toi bien parmi nous!


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Anya Winters, lycan libre

Revenir en haut Aller en bas
Anya Winters, lycan libre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Espace membre :: Présentation :: Registre officiel :: registre officiel des Lycans-
Sauter vers: