Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 
N'oubliez pas ! L'évent d'Halloween sera clôturé le 20 novembre !

Partagez|

Un retour au soleil

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Message Sujet: Un retour au soleil Mer 5 Juil - 22:45

Invité
Invité
La journée la plus difficile de la vie de Gabriel Valérious semble vraiment avoir pris place en cette instant suivant une évasion qui, à la grande surprise du destin, c’est produite avec succès. Maintenant ce qui fut Gabriel est un Lycan sous sa forme la plus vicieuse et destructrice. Sous les trais tiré d’un renard, la vitesse d’un lycan. Il faut dire qu’il s’agit là de la première transformation. C’est à ce demandé ce que cet animal à forme humaine peut faire d’autre que de détruire, mais ça ce sera à Gab de le découvrir avec le temps et l’entrainement. Par chance cette course folle a poussé le nouveau Lycan dans les quartiers peu fréquenté, la cour d’une petite maison dont il a arraché la corde à linge et pour finir dans les bois de Richmond. Certains diront que c’est la chance qui a fait qu’il n’a pas été vue, mais qui sais si ce n’est pas un coup du destin.

Suite à une course qui dura une bonne partie de la matinée, une petite cabane abandonné au fond du boisé de Richmond reçu la visite de ce nouveau née épuisé pas sa course effréné. Normalité aurait voulu que le Lycan soit bien plus sauvage a sa première nuit, mais la fatigue et le stresse causé par les derniers événements ont totalement vidé ce pauvre renard-garou. Inutile de décrire la douleur ressenti pas le pauvre Gabriel alors qu’il reprenait enfin son apparence humaine.

Pensé que cette tentative d’évasion allait me porter a partagé mon corps avec celui d’un Lycan et quand plus cela me porterait dans une forêt… enfin je crois que c’Est une forêt, car je n’ai pas la moindre idée d’où je suis. Malgré tout, le plus impressionnant reste que ma tentative d’évasion fut un succès. J’ai encore du mal à le croire. Bon je vais commencer par prendre une grande inspiration et sortir de cette confusion, car cela ne me mènera nul par.

Après quelque minute à me recentrer et à placer ma tête au fait que je suis maintenant un lycan, j’ai réalisé deux chose qui mon un peu sauté au visage. Premièrement, je suis totalement nu….. J’ai probablement mis mes vêtements en lambeau au moment de ma transformation. Au passage, je réalise maintenant ce que les légendes disent sur la douleur que ressentent les Lycans qui vivre leur première nuit. Je n’avais jamais senti une douleur aussi forte, je voulais juste mourir. Enfin ça c’est pour le premier détail. Pour le second, j’ai réalisé un petit changement chez moi, comme une colère qui était contrôlé et qui pourtant ne l’est plus maintenant. Quand je ferme les yeux j’arrive à voir cette animal en moi qui, alimenté par la haine que j’ai toujours caché dans mon cœur, semble ne désirer que d’anéantir tout ce que je vois. Je me suis mis à me parler, comme si je parlais à cette nouvelle forme en moi. Je sais que ça semble étrange, mais ça m’aide beaucoup de reprendre sur moi.


- Calme-toi, je comprends la douleur et la rage que tu ressens. Maintenant toi et moi sommes un et nous devrons apprendre à vivre et à comprendre le cœur de l’autre.

Suite à cette petite conversation rapide j’ai porté mon regard sur ce qui m’entoure pour trouver une corde à linge couverte de vêtement. Je n’ai pas besoin de chercher très loin, c’est probablement moi qui l’ai arraché dans ma course et d’un côté sa a un sens pratique. Comme si le renard en moi avait pensé un peu à moi. J’aime bien cette idée et en plus les Lycans n’ont rien à voir avec les vampires, ils sont des êtres vivant. En m’approchant des vêtements accroché sur la corde, une pensé d’horreur ma traversa l’esprit. J’ai tout de suis fait une observation de tout mon corps et j’ai passé l’un de mes doigts dans ma bouche et sur mes gencive pour voir si j’y trouvais la moindre trace de sang. À mon grand soulagement il n’y a rien et même mon bras blessé par une balle ne saigne plus. Ce qui veut dire que je n’ai pas tué personne et que tout a bien été.

Une fois rassuré, je me suis penché sur les vêtements au sol devant moi pour réaliser une blague plutôt drôle faite par l’ironie. Il n’y a là que des vêtements féminins. Je vois que je n’ai vraiment pas de chance avec les vêtements, même comme Lycan. Un instant, au bout de la corde ce trouve un pair de pantalon unisexe, un jean qui fera l’affaire dans la situation. Malheureusement ou heureusement, selon le point de vue, il n’y a pas de sous-vêtement d’aucune sorte et pas de de t-shirt. Pas grave, c’est déjà mieux que de ne rien porté et ça va me faire du bien de sentir…. Durant un instant j’ai figé en réalisant que rayon de soleil qui entrait dans la petite cabane. Ça fait tellement longtemps que je ne l’avais pas vue que c’Est presque un rêve qui se réalise. Je suis sortie doucement de la cabane avec de petites larmes de joie sous les yeux.

Ce n’était presque pas croyable, en fait, j’ai encore beaucoup de mal à y croire. Je suis libre, c’Est la première fois que je suis dehors sans une surveillance et que je peux faire ce que je veux. Il y a tellement de chose que j’ai envie de faire que je ne sais pas quoi faire. Je voudrais courir et crier de toutes mes forces que je suis libre, mais ce serait un-peu trop extrême. Enfin j’ai aussi réalisé la quantité d’odeur et à quel point il y a du bruis dans une forêt. C’est complétement fous, mais j’en déduit que je dois ça a mon ami animal. Ça va me prendre quelque temps m’y habituer, mais ce n’est que l’une des nouvelles choses que je vais faire.

Doucement je me suis mis à entendre le son de l’eau qui coule tranquillement. J’ai suivi le bruit avant de trouver un petit ruisseau. Un petit passage d’eau qui m’a fait sourire et qui m’a donné ma première idée de chose à faire. Je me suis couché sur la petit berge en laissant le haut de mon corps dans l’eau, celle-ci couvrant mes oreille jusqu’à toucher légèrement mon visage avant de le contourné. Mon regarde porté vers le ciel, je regarde le soleil au travers des branche d’arbre et je laisse l’eau me faire un petit massage doux en sentent mes cheveux suivre le courant avec calme. Je me suis mis a pleuré un petit peu de joie.


-Juste pour cela ça en valait la peine juste pour être ici. Éve Merci.

J’ai doucement fermé les yeux laissant mes autre sens découvrir leur nouvelle limite et pour découvrir de nouvelle chose à la vie, car c’est une toute nouvelle vie qui commence pour moi d’un côté.  
Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Un retour au soleil Jeu 6 Juil - 18:00

Shun Steel
Vampire Respecté
avatar
Messages : 33
Points : 243
Niveau de puissance : Loup Respecté
Emploi et loisir : Lire et écrire

Feuille de personnage
Âge réel: 130
Taille: 6ft1
Emploi: Businnessman
Un retour au soleil

Avec Gabriel Valerious ou "Bestia me"


Il y avait dans cet endroit, quelque chose de calme et de plaisant. Un moment hors du temps, où je pouvais enfin me décontracter, et vivre pleinement l’instant, me concentrant sur chaque geste, comme une sorte de méditation.

Oui, près de cette rivière au cours d’eau jolie, entre arbres feuillus vert comme une prairie de printemps, au vent chantant et à l’herbe dansante, je me sentais vivre à nouveau, loin des tumultes de la ville, qui parfois pesait dans mon cœur, comme une chape de béton. C’était pourquoi dans des moments de stress, où mon esprit réclamait une accalmie, je venais me détendre, perdu dans les bois, où la forêt semblait reprendre ses droits, du moins, pour quelques temps.

Mes mouvements sont fluide mais lent, comme en transe et accomplissant un rituel. Cousin éloigné de la méditation, le sport de combat qu’était le taekwondo permet aussi de ce calmer, par des gestes de bases, sensés crées une formation hypnotique répétitrice, qui aidait à oublier, et mieux, à ce purifier de l’intérieur, retirant pendant une courte période, stress et anxiété, ne pensant à rien d’autre que ce qu’il y avait autour, s’oubliant soi-même dans l’immensité de la nature. Chaque inspiration apporte de l’air frais, que mon corps, instincts animaux enfin libérés, en était tout heureux de respirer. N’allez pas croire, que nos instincts n’en était que destruction et sauvagerie, car une fois contrôlés, ils étaient de force et de puissance, mais aussi de conseil et de compagnie. Le loup en moi, réclamait un peu de vrai, dans un monde d’artificiel, que je ne pouvais lui refuser, autant pour lui, que pour moi. Non seulement l’espace en était désormais infini, durant cette aparté, mais il en donnait également une sensation de liberté et de légèreté, que je n’avais pas ressentis depuis bien longtemps.

Il était difficile avec mon travail, d’en associer bête et homme, et si l’équilibre fragile en était parfois perturbé, j’en faisais mon possible pour le conserver aussi droit que faire ce peu. Et c’est pendant l’une de ces séances, où j’avais ici sérénité et calme, que j’entendis des bruits, que me sortir de ce sensible état de concentration. J’ouvris les yeux, éblouit par la lumière, et je devais en avouer, je me sentais irrité d’être arrêté dans mon acte. Je me tournais en direction du bruit, n’attendant à nouveau que le cours d’eau, oiseaux et bruissement de feuille. Je plissais les yeux, un moment suspicieux, puis je l’entendis à nouveau. Au couvert des arbres, je marchai en direction de son, remontant du regard le ruisseau et l’arche de la canopée des arbres. C’est là que j’y vis un être – humain ou surnaturel ? – allongé dans l’eau. Peut-être était-il mort, mais de son odeur et de son air, il en était plutôt heureux, à en juger par sa voix, criante de soulagement et de quelque chose de différent. Libération peut-être ? Peu m’en importait, je n’appréciais guère ça venue.

C’est donc à pas de loup – et sans mauvais jeu de mot – que je m’approchais dans l’angle mort de l’inconnu, car son visage tourné vers le ciel, m’offrais une parfaite invisibilité, son point aveugle me couvrant. C’est du côté droit que je sortis d’entre les arbres, reniflant son odeur, cherchant à savoir à qui j’avais affaire. Un vampire, je l’aurais attaqué sans hésité, s’il en avait était de mon niveau, mais il s’en avéra immédiatement qu’il n’était ni humain, ni suceur de sang, si son odeur bestiale mais pour l’heure douce, en était une indication. Il avait des cheveux blonds, voguant aux grès de l’eau, qui miroitait comme un diamant. Il portait un jean mais était torse nu, dévoilant cicatrices nombreuses, comme un tableau grostesque et bien qu’il en semble jeune, il avait un air incrédule sur le visage, qui le vieillissait de manière assez étrange, comme s’il en avait vécu davantage, qu’une existence normale. J’en connaissais ce regard pour l’avoir vu un bon nombre de fois, étant un jour, moi-même le porteur de ce dernier.

Habillé d’un débardeur noir, d’un survêtement tout aussi obscur et pieds nu, je m’accroupissais assez loin pour être hors de vu, mais assez prés pour être entendu. Mes propres cicatrice en était visible, celle de mes poignets cercle parfait, et de mon cou, qui indiquait qu'il n'en était pas seul, à avoir des fantômes qui le marque.
- « Désolé de vous interrompre dans votre baignade, mais je suis quelqu’un de curieux de nature. Et je ne me rappelle ni votre visage, ni votre présence dans ces lieux. En seriez-vous nouveau dans les parages ? »

Oui, clairement, j’avais sans doute mieux fait en introduction, mais entre vous et moi, inutile de faire semblant d’être intéresser dans des broutilles. Contrairement à ce que bon nombre en pourraient croire, je suis curieux, mais j’ai appris à retenir ce dangereux trait de caractère, qui parfois s’avère plus encombrant qu’utile. C’était donc sans détour ni fanfaronnade, que je l’abordais, au risque de lui causer une belle frayeur – ce qui en serait drôle à regarder cependant – tout au plus en serait-il surprit. Je le regardais d’un visage impassible, pas même un air vaguement intrigué dans mes yeux, qui ne sont que marbre et froid glaçant.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je parle en : #666666
Fight - All Good Things:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: Un retour au soleil Mar 11 Juil - 20:50

Invité
Invité
C’est à ce demandé si je ne vis pas dans un rêve en ce moment. D’un côté c’est drôle de voir cela comme un rêve alors que toute personne serait en panique d’être devenu un Lycan, mais pour moi ça passe plutôt bien. Je dirais même que c’est en partie grâce à ça que je suis libre alors pourquoi en voudrais-je à cette nouvelle facette de ma personne. Il me donne ce courage que je n’ai jamais été capable d’avoir et je sais que mon esprits et mon cœur son encore présent quand je suis lui. Pourquoi sinon ce serait-t-il enfui alors que des gens arrivaient? On dit que les Lycan sont agressif alors s’il a fui devant le combat c’est qu’il a compris ma peur et mon désir de liberté. Je suis sûr de pouvoir faire qu'’n avec lui. Un jour je suis ce renard et lui sera moi.

Quoi qu’il en soit, il est plus que temps de penser à ce que je vais faire. Je n’ai pas beaucoup de temps, Évelyne ne sera pas longue a partir à ma poursuite et de là elle me retrouvera très rapidement. Après tout c’est un assassin et elle est spécialisée dans la recherche de ses cibles. C’est du moins ce que j’ai cru comprendre. En plus, mes maitres ne me laisserons pas la vie facile et ma liberté, il est bien trop fière et a trop peur de ce que je peux faire pour me laisser aller. Enfin, je vais profiter du matin de ma nouvelle vie et je commencerai ma recherche d’un lieu a habité ensuite.

Mes yeux fermé, mes oreilles immergé et assourdie par le mouvement de l’eau, il ne reste que mon odora. J’en profite pour ma pratiqué un-peu. Je sais que les nouveaux loups son souvent instable et tue sans le savoir. Je vais m’entrainer le plus possible, je veux pouvoir comprendre ce que je suis et me connaitre. S’il faut que je passe par des méthodes extrême alors je le ferai, mais cela me permettre de vivre bien plus heureux et confiant. C’est presque drôle, car toutes les personnes que j’ai vu devenir Lycan étaient enragées contre le monde. Ils leur en voulaient de ce qu’ils étaient devenus. Moi, de l’autre côté, je suis heureux de cela. D’une certaine façon, je dirais même que j’ai plus d’affection pour ce cœur Lycan qui m’a libéré que pour le fabriquant d’arme que j’ai été toute ma vie.

Je me demande si ce n’est pas là la réponse à mes problèmes? Si je décidais de vivre plus sous les formes de l’animal que de l’humain, Éve aurait du mal à me retrouver…. Mais ça demanderait beaucoup de contrôle de ma part, ça va être difficile d’apprendre. Contrôler ma haine et tout va demander beaucoup de pratique. Enfin, je fais beaucoup de supposition basé sur les livres que j’ai lus et suis cette agressivité qui me touche. En mon cœur il y a tellement de colère, de haine. Le désir de se venger des vampires pour tout ce qu’ils m’ont fait et de faire voler chaque manoir en cendre n’est qu’une goutte d’eau dans toute cette fureur.

Plongé dans mes pensées et concentré sur mes sens, j’ai perçu un drôle de son, mais l’eau m’a empêché de savoir ce que c’était exactement. D’un autre côté il y a une autre odeur qui s’est approché de moi. Je sais que ce n’est pas celle d’une sangsue car je la connais trop bien et aussi que je la porte encore un-peu sur moi. Après tout le temps passé comme leur esclave, il est normal que je porte un-peu leur odeur. Ça va passer et je suis sûr que ma nouvelle odeur va vite prendre place, mais pour l’instant je vais devoir faire avec. Enfin, l’important est qu’il y a une autre odeur qui s’est rapproché de moi, un animal peut-être. Il est préférable d’en avoir le cœur net. Je me suis donc relevé et à ma grande surprise, c’est à un homme de bonne carrure et au visage froid que je suis tombé. J’ai porté mon regard à ses yeux et à une cicatrice bien visible à son cou. Des deux c’est le regarde qui m’a le plus marqué, le même regard de glace que mes maitre on toujours porté sur moi.

Voyant les fantômes de ma vie au manoir au travers, cela n’a pas pris de temps avant qu’une intense douleur à la poitrine ne ce face sentir. Une grosse pression sur mon cœur et une fureur monstre qui monte en moi. L’envie de lui sauter à la gorge sans autre question. Ma respiration de plus en plus rapide et le peu de conscience qu’il me reste réalisa ce qu’il allait se produire. Je vis ma main et sans retenu j’y plantai mes dents pour que la douleur me change les idées de place. Le petit fils de sang qui me coula sur la langue eut vite fait de nous calmer lui et moi. Crois que j’aurais attaqué cet homme sans autre forme de parole si je n’avais rien fait. C’est la raison qui va me pousser à m’entrainer.

J’ai gardé mon regard en direction opposé de l’homme pour éviter de refaire deux fois la même erreur. En plus je ne sais pas où je suis, cette endroit peut très bien être un terrain privé, son terrain.  


-Désolé de ça…. Je me suis un-peu perdu après une nuit…. Disons particulière. Je vous présente toute mes excuse si je suis sur votre propriété, ce n’était pas mon intention. Je vais vous laisser, je ne veux pas abuser plus que je ne l’ai déjà fait.

Il faut dire que je ne sais pas du tout où je vais et ce que je vais bien pouvoir trouver avant la nuit, mais je ne peux quand même pas rester à un endroit qui appartient à quelqu’un.

C’est quand-même étrange, car j’étais convaincu de me trouver en présence d’un animal et encore maintenant je me demande ce qui peut donner ce genre d’odeur à un humain. C’est peut-être une sorte de parfum. Dans tous les cas, s’en est un que mes maitres auraient détesté, mais moi j’aime bien. Son odeur est rassurante, mais son regarde me fait vraiment penser à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Message Sujet: Re: Un retour au soleil Dim 13 Aoû - 17:58

Shun Steel
Vampire Respecté
avatar
Messages : 33
Points : 243
Niveau de puissance : Loup Respecté
Emploi et loisir : Lire et écrire

Feuille de personnage
Âge réel: 130
Taille: 6ft1
Emploi: Businnessman
Un retour au soleil

Avec Gabriel Valerious ou "Bestia me"


Décidément, entre lycan peureux et lycan perdu, je n'arrêtais pas de trouver des membres de ma race complètement hors de leurs terrains habituels de connaissance.
Cela commençais à en devenir inquiétant ! Je poussais un long soupir, observant mon nouvel interlocuteur, puis je me redressais avec un sourire un peu plus chaleureux que mon visage inexpressif qui en effraie plus d'un visiblement.
- « Et bien, que je sache aux dernière nouvelle, ce terrain n'appartiens à personne si ce n'est au gouvernement. Et je ne crois que ce dernier est quelque chose à dire à votre présence. Quant à moi, comme je l'ai dis, je suis de nature curieuse. Pardonnez en cette mauvaise habitude, qui est d'agresser verbalement les gens qui je rencontre. Cependant, si vous me permettez, quelle est donc cette nuit si particulière ? Parce que sans mentir, vous sentez le lycan à plein nez et pourtant Dieu seul sais à quel point mon odorat est ruiné. Si j'arrive à vous sentir, votre trace en est facilement suivit. Et vu votre air perdu, j'en déduit que vous n'êtes pas d'ici. Dois-je donc penser que vous fuyez ? Si tel est le cas, je n'en dirais rien à personne, non pas que cela me regarde, mais je peux toujours vous aider. Entre lycanthrope, c'est généralement ce qui arrive. »

Hummm... J'avais peut-être trop parlé. En même temps, j'étais en pleine séance et maintenant qu'elle est arrêtée, j'ai du mal à retrouver mes repaires. Vraiment, les gens ici, dans cette ville, ont une manie de vous interrompre toujours au mauvais moment, comme si cela ne suffisait pas, je tombais tour à tour sur un lycan complètement apeuré du monde extérieur et innocent de ses règles et un lycan fraîchement débarqué qui était aussi perdu que le chaperon rouge dans les bois. A croire qu'ils faisaient des réunions de lycan perdus dans la vie.

- « Excusez-en mes paroles. Je crois, que j'ai un peu abusé sur ces dernières. Je me nomme Shun Steel et vous n'êtes pas en danger ici. Enfin en tout cas, je ne suis pas un danger pour vous. »

Je pouvais toujours essayer de réparer les pots cassés, mais vraiment, il faut que je tienne ma langue.
J'ai vraiment du mal en ce moment. Mes émotions sont toujours à fleur de peau et les tenir à l'écart et toujours plus difficile. En soupirant, j'abandonnais toute prestance pour prendre le visage d'un homme lasser et qui veux juste pouvoir profiter de la vie. Je m'asseyais au sol, en espérant ne pas avoir effrayer trop, mon nouvel ami.


HRP :
 

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je parle en : #666666
Fight - All Good Things:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Un retour au soleil
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Retour suspicieux ... [P.v. Loki]
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» Retour aux bercailles [Qui veut]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Richmond Park-
Sauter vers: