Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Avis aux nouveaux, et aux futurs DCs: Les lycans sont en sous-population. Allez-vous laisser gagner les vampires? Prenez note que le nombres d'employés de la brigade de l'ombre est en constante chute libre. ♦♦♦ NB: Le groupe des Sanguinaires ainsi que de la guilde de Saint-Pierre sont désormais fermés pour un temps indéterminé: les groupes sont en surpopulation. Merci! ♦♦♦


Partagez|

Tiens, je te donne mon sang. [PV Elizabeth Rosenbach]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lina Delmald

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 33
Points : 119
Emploi et loisir : Technicienne de Labo

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 1m68
Emploi: Technicienne de Labo

MessageSujet: Tiens, je te donne mon sang. [PV Elizabeth Rosenbach] Lun 26 Juin - 9:58

Quoi de mieux qu'une bonne balade la nuit, alors qu'une légère brise souffle, dans un parc ? Pour Lina, c'était le paradis, surtout que ce soir, elle n'était pas vraiment à la recherche d'un vampire qui voudrait bien la prendre avec lui mais plutôt en mode je m'en fou de tout et de tout le monde, laissez-moi seule. Elle s'était habillée de manière simple, optant pour un jean d'une qualité assez exceptionnelle ainsi que d'un haut qui dévoilait ses épaules ainsi que la blancheur de son cou qui n'avait pas été mordu depuis un moment. Ses cheveux blonds étaient attachés en une jolie queue de cheval avec des mèches bouclées qui tombaient sur les deux côtés de son visage. En somme, elle était mignonne et se faisait donc moins remarquée. De plus, il n'y avait pas grande monde qui aimait se promener la nuit du coup c'était un plus pour elle car elle ne se ferait pas dérangée. Elle aurait pu se mettre à courir et faire du sport mais elle n'aimait pas vraiment ça alors elle se contentait de marcher en profitant des rayons de la lune. Dans tous les cas, c'était une belle soirée qui s'annonçait.

La jeune femme parcourait les sentiers en réfléchissant à sa vie de manière détachée. Aux yeux de son père, elle était un échec mais pour elle, elle était une réussite. Elle s'était déniché un boulot avec un collègue pour le moins sympathique, elle possédait une très belle maison rien que pour elle seule et elle laissait les vampires se nourrir d'elle car ils en avaient besoins et au moins, ça les évitait de devenir violent pour avoir ce beau liquide rouge qui parcourt les veines des humains. Elle avait donc pas mal de qualité appréciable comme: généreuse, compréhensive et bosseuse. Une femme presque parfaite, quoi. Sauf que certains ne le voyait pas de cet œil là et la trouvait complètement bizarre. AU pire, elle s'enfichait car les regards des autres ne comptent pas pour elle et puis elle n'avait pas forcément envie de devenir amie avec ce genre de personnes. Pour l'instant, elle se contentait de faire connaissance avec ceux qui aimaient bien donner leur sang volontairement, comme elle. Et puis, elle faisait ce qu'elle voulait et ce qu'elle faisait ne devait pas être un sujet de discussion. Chacun à sa personnalité et chaque personne est comme elle est.

Un soupire lui échappa tandis qu'elle laissait son regard parcourir le ciel étoilé, complètement perdue dans ses pensées. Si elle ne l'avait pas été, est-ce qu'elle aurait pu faire un pas de côté ? Probablement. Mais dans ce cas, elle aurait sûrement manqué une belle occasion en or. Pourquoi ? Parce qu'à force de rester la tête dans les nuages, elle avait finit par rentrer dans quelqu'un et pas de manière douce, en plus. Elle s'effondra par terre à cause du choc, l'air de ne pas comprendre ce qu'il se passait. Puis elle remarqua la magnifique jeune femme qui se tenait devant elle et qui avait l'air de ne rien avoir. De manière précipitée, elle se redressa sur ses deux jambes en remettant ses cheveux en ordre. Elle prit la parole, voulant s'excuser le plus vite possible.

- Veuillez me pardonner, je ne regardais pas où j'allais. J'espère sincèrement que je ne vous ai pas blesser, sinon je m'en voudrai beaucoup et je me verrai dans l'obligation d'essayer de me faire pardonner autrement. Vous allez bien mademoiselle ?

Lina n'avait pas encore vraiment devinée qui était cette personne mais elle supposait qu'elle le saurait bientôt. Quelque chose qui glissait sur son bras attira son attention et elle remarqua qu'elle s'était ouvert un peu le coude et que, par conséquent, du sang s'en écoulait doucement. Elle se mordit la lèvre inférieure en se disant que finalement, ce n'était pas une aussi bonne soirée que ça car elle allait devoir rentrer chez elle pour s'en occuper rapidement. Cela faisait peut-être un moment qu'elle n'avait pas proposé son sang mais elle préférait évité de tomber sur un vampire un peu trop malhonnête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Rosenbach

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 701
Points : 478
Niveau de puissance : Vampire supérieure
Emploi et loisir : Barmaid

Feuille de personnage
Âge: 170 ans
Taille: 1m69
Emploi: Barmaid

MessageSujet: Re: Tiens, je te donne mon sang. [PV Elizabeth Rosenbach] Mar 27 Juin - 9:49


Tiens, je te donne mon sang

Feat Lina & Lizzie
Les cheveux lâchés en cascade rousse dans son dos, Elizabeth avançait calmement dans la pénombre. Nul ne savait ce qu’elle venait faire, en cette nuit, dans ce parc. Elle n’en savait d’ailleurs pas plus. Son travail terminé, l’immortelle s’était décidée à marcher jusqu’à l’aube.
Les mains croisées devant elle, Lizzie observait silencieusement les étoiles. Leur étincellement avait toujours provoqué chez elle un sentiment d’infinie petitesse. Qu’était-on, vraiment, dans ce monde ? Comment pouvions-nous trouver notre propre place alors même que celle-ci n’était rien face à l’immensité stellaire ? Tant de questions se bousculaient dans sa tête, et aucune réponse ne venait. Pourtant, comme à chaque fois qu’elle relevait les yeux vers le ciel, la Vampire trouvait une seule explication à ce sentiment : Elle n’était pas à sa place. Il lui fallait remédier à cela, aussi vite que possible. Son esprit divagua légèrement, repensant à celui qu’elle avait rencontré il y a peu. Un sentiment différent était né à son égard en si peu de temps. Il ne ressemblait à aucun autre, n’agissait comme aucun autre, ne parlait même comme aucun autre. Il était tout. Pouvoir, séduction et tant d’autres choses encore qu’une bouche humaine ne pouvait estimer. Un léger soupire s’échappa de ses lèvres fines. Elle avait encore tant de choses à accomplir. Tant de choses pour si peu de temps.
Après tout, le temps n’était-il pas différents pour les Immortels. Qu’était-ce l’immortalité ? Etait-ce l’éternité ? Mais qu’était-ce l’éternité ? La philosophie du temps échappait largement à la rousse qui sentait le temps, doucement, glisser sur elle, sans effet sur sa peau laiteuse et ses yeux de jade. C’était les Hommes qui lui faisaient alors remarquer le temps qui se déroulait sous ses pas. Ces Hommes pourtant sans intérêt, ces aliments tout au plus, eux, étaient le symbole du temps. Les rides, leurs us et coutumes, jusqu’à leur mode, tout était relié au temps.

Elle tourna la tête vers la droite. Un homme, blond, sale, se tenait là, l’air hagard, ses yeux bleus écarquillés. Elizabeth s’arrêta, en silence, elle croisa les bras sous sa poitrine. L’homme semblait la fixer sans même la voir. Un léger rictus s’afficha alors sur le sourire de l’humain. Son regard croisa celui de l’immortelle, dont le visage ne reflétait alors que le dégoût que cette vue lui aspirait. Dans un geste fatigué, elle sortit une petite montre de sa poche. 2h00. Il ne lui faudrait tout de même pas tarder. Tournant les talons, elle fit fi de l’homme. Il n’était rien. A quoi bon s’en délecter ? Elle valait bien mieux que cela.
C’était sans compter la lubricité de ce qu’il restait d’humain au blond. Après quelques pas peu assurés vers ce qui lui semblait être l’une des meilleures proies de sa vie, ce dernier fondit sur l’immortelle dans un râle.

« Viens ici ma beauté » articula-t-il, soufflant, par la même occasion, relent d’alcool et de drogue. D’un geste qui se serait voulu précis, il entoura la taille d’Elizabeth pour remonter vers sa poitrine.

Las, elle arrêta le mouvement de l’homme rapidement au niveau de son ventre. Serrant le poignet attrapé, Elizabeth soupira. « C’est donc vous. » Dit-elle simplement à mi-voix. Il y a quelques semaines, des faits-divers avaient secoué la presse. Un « serial violeur » était en liberté dans Londres. De très nombreuses plaintes avaient alors été enregistrées, mais personnes n’avaient pu décrire l’homme recherché.
Or, si Elizabeth n’avait guère l’âme d’une justicière, elle était néanmoins attachée à la condition des femmes dans le monde et à leur protection, si tant est qu’elle le veuille. Le viol, était à son sens, l’une des pires choses qui pouvait être faite à un tiers. Et cet homme en était auteur. Ce dernier, d’ailleurs, semblait vouloir se dégager de l’emprise de la rousse, perdue dans ses pensées, le regard vague. Un claquement de langue sec fit arrêter tout mouvement de la part de l’agresseur. « C’est drôle… L’agresseur devient victime. ». Les supplications de l’homme commençaient à se faire entendre.

« Pitié ! » - « C’était pas moi ! » - « C’était leur faute ! »

Agacée, Elizabeth se retourna pour attraper la gorge de l’impertinent. « Ts ts ts… Trop de mots pour une homme sans cervelle. Soit gentil. Ferme-la. »
Le reste ? Une boucherie. Après avoir vérifié qu’aucun témoin n’était à l’horizon, Elizabeth fit terre l’homme en lui enfonçant son foulard dans la bouche, émettant le regret de devoir sacrifier ce beau foulard, et un a un, cassa ses os, terminant par son entrejambe qu’elle brisa aussi sec alors que la bête s’évanouissait de douleur.
« Dommage. Trop fragile. » Ponctua-t-elle en égorgeant l’homme de sa dague. Non que l’envie de boire ne fût pas présente, mais elle se refusait catégoriquement de se souiller avec le sang d’un pervers.
Lorsqu’enfin le corps devint froid et dur, l’immortelle retira son foulard et le rangea dans sa poche. « Aucune preuve. » Se murmura-t-elle à elle-même.

Le corps caché dans un fourré, elle quitta les lieux en observant l’heure. 3h30. Il commençait à se faire tard. Le pas rapide, elle avança à travers les allées. Il lui fallait regagner son appartement, le soleil se levant assez tôt, Elizabeth préférait avoir de l’avance que se retrouver sous les premiers rayons du soleil. En face d’elle apparut une jeune femme. Ayant l’habitude que l’on se pousse, Elizabeth ne fit pas de pas de côté, estimant que l’humaine qu’elle était se décalerait. Malheureusement, ce ne fut pas le cas et la collision eut bien lieu. Elizabeth ne fut, évidemment nullement ébranlée, observant l’humaine tomber à la renverse.
D’autant plus agacée de cela, il fallut que cette dernière se précipite. Mmph. Comme si elle pouvait lui faire du mal.

Doucement, de manière hautaine, Elizabeth la toisa, de haut en bas. Sans même écouter ce que lui racontait le morceau de viande ambulant, son regard fut attiré par le liquide rouge qui s’écoulait de son bras. Ses yeux se teintèrent de rouge, alors qu’un sourire malsain se dessinait sur son visage. Après tout, le pervers mort dans les fourrées l’avait empêché de poursuivre sa ballade. Cette jeune fille, sûrement, serait un bon passetemps pour lui faire oublier cette légère mésaventure.
S’approchant de la jeune fille, elle épousseta légèrement sa robe noire.

« Je n’ai rien, je vous remercie. » Dit-elle alors, mielleuse. « Vous par contre… » Son regard dévia à nouveau vers la blessure. « Vous semblez avoir besoin de soin. »

Son sourire inquiétant toujours fixée à ses lèvres, Elizabeth se mit à tourner autour de l’humaine. « Vous ne devriez pas vous promener seule la nuit… Qui sait sur qui vous pourriez tomber… »
Doucement, elle passa sa main sur l’épaule de la fille alors qu’elle s’était arrêtée dans son dos.. « Elizabeth. Enchantée de faire votre connaissance. »





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lina Delmald

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 33
Points : 119
Emploi et loisir : Technicienne de Labo

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 1m68
Emploi: Technicienne de Labo

MessageSujet: Re: Tiens, je te donne mon sang. [PV Elizabeth Rosenbach] Mer 28 Juin - 8:29

La jeune femme ne pouvait plus détacher son regard de celui de la demoiselle dans laquelle elle était rentrée dedans. Elle déglutit lentement en oubliant pratiquement tout ce qu'il y avait autour, les battements de son cœur s'accélérant légèrement. En plus, elle avait une belle voix qui pouvait en envoûter plus d'un. Ou plus d'une... Elle passa sa langue sur ses lèvres afin de les humidifier tandis que l'autre se présentait après avoir pas mal dit de choses inquiétantes dont elle n'en avait rien à faire pour le moment. Elle pivota vers elle d'un mouvement de talon, relevant son visage vers le sien de manière calme, observant chaque choses qui pouvaient être un indice quant à son appartenance. Ce n'était certainement pas une louve, elle était bien trop magnifique et trop gracieuse pour cela. Ce n'était pas non plus une humaine sinon elle aurait crié au scandale. Donc c'était forcément une vampire, ce qui ne la dérangea pas tant que cela, au final. Pourquoi ? Parce qu'elle aurait pu tomber sur pire et se faire mordre directement alors qu'elle, elle discutait un peu avec elle. Certes, cela ressemblait plus au jeu qu'un chat inflige à une souris mais quand même. C'est un bon début.

- Vous savez, ce n'est qu'une égratignure, ce n'est pas comme si j'avais besoin de points de sutures. En tout cas, je suis contente que vous n'aillez rien même si j'ai l'impression que vous n'avez même pas ressentit le choc.

Lina savait ce qui l'attendait et c'est pour cela qu'elle ne cherchait pas à fuir. De plus, ce n'était pas comme si elle n'aimait pas la morsure avec cette sensation de vulnérabilité et sentir qu'elle était indispensable. Elle trouvait ça génial et magnifique. Le prédateur qui se nourrit de sa proie est toujours un beau spectacle, à ses yeux, et elle est souvent ravie de faire partie des participants. Tant qu'elle n'était pas au bord de la mort, elle restait satisfaite de sa vie. Si cette jeune demoiselle qui trompait les humains de part son apparence presque humaine voulait s'abreuver et étancher sa soif, elle était prête à se laisser attirer dans ses bras afin de laisser les deux jolies canines qui étaient le seul signe de distinction entre les Hommes et elle, se plonger dans la peau tendre de son cou. Elle secoua la tête pour sortir de ses pensées, se contentant alors de rapprocher son corps de celui de la vampire en penchant la tête sur le côté, ses cheveux s'écartant doucement afin de montrer son cou, comme si elle avait deviné ce qu'elle voulait.

- Mais là n'est pas la question. Je suis enchantée de faire également votre connaissance, magnifique jeune femme. Je me prénomme Lina, simple humaine qui aime se balader la nuit au cas où un vampire solitaire souhaiterait prendre un peu de bon temps en buvant de mon sang. N'est-ce pas là votre principale but depuis que vous ayez remarquer qu'il coule de mon coude ?

Il était vrai qu'elle pouvait très facilement passer pour une folle à cause des propos qu'elle tenait et par le fait qu'il n'y avait pas un seul éclair de peur dans ses beaux yeux verts pâles. Elle restait juste immobile avec sa peau à découvert, telle une invitation silencieuse qu'elle ne dirait pas de vive voix pour ne pas paraître désespérer. En y réfléchissant, cette vampire semblait vraiment intéressée par elle et elle serait d'avantage surprise de constater que l'humaine qu'elle était adorait faire ce genre de choses. C'était un plus pour Lina qui espérait toujours trouver quelqu'un qui la prendrait sous son aile et à qui elle pourrait servir de frigo ambulant. Est-ce que ce serait elle ? Peut-être, peut-être pas, seul l'avenir nous le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Rosenbach

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 701
Points : 478
Niveau de puissance : Vampire supérieure
Emploi et loisir : Barmaid

Feuille de personnage
Âge: 170 ans
Taille: 1m69
Emploi: Barmaid

MessageSujet: Re: Tiens, je te donne mon sang. [PV Elizabeth Rosenbach] Ven 30 Juin - 4:18


Tiens, je te donne mon sang

Feat Lina & Lizzie
A la réflexion de Lina, Elizabeth ne put s’empêcher de rire. Un choc… Cela avait été une caresse plutôt, un souffle sur la pierre. Elle ne répondit néanmoins rien verbalement à cela, préférant observer l’humaine tout du long, sans détacher ses yeux devenus rougeoyant d’elle.
La suite des événements surprit alors la vampire.

« Que… » Hésita-t-elle en voyant ses gestes.

Etait-elle en train de se rapprocher ? Oui ! Elle se rapprochait ! Qui était cette humaine assez imbécile pour tenter le diable ? Un court instant, elle imagina la suite des événements. Cette gamine, blanche, raide, morte, enlacée avec l’homme tué et laissé dans les fourrées. On les retrouverait au petit matin, alors que l’aube grandirait. « Les amants maudits »… Oui… Cela ferait un excellent titre pour la presse du matin. Après son meurtre au port, il était vrai qu’un double meurtre ne serait clairement pas refus. L’idée même de faire tourner la police en rond devenait… amusant, jouissif presque.
La vue du cou de l’humaine mit pourtant rapidement un terme aux pensées de l’Immortelle. Son visage se figea alors, ses yeux trahissant une impatience et un agacement non feints.

« Lina… » Répéta-t-elle à mi-voix. « Vous êtes bien sûre de vous. » Continua la rousse d’un ton sec, qui ne demandait aucune réponse. « A vrai dire, Miss… » Elizabeth se tut. « Vous m’enlevez les mots de la bouche » Finit-elle alors dans un sourire. Un changement de comportement flagrant venait de frapper la Vampire, et nul doute que l’humaine l’ait remarqué. Un sourire malsain s’était à nouveau dessiné sur son visage figé dans le temps. Dans la nuit noire, à la seule lumière d’un réverbère non loin de là, ses yeux lui donnaient alors l’air d’être deux éclats rouge démoniaques, contrastant largement avec sa peau de porcelaine. « Pour autant… » Repris Lizzie après quelques instants de silence pesant. « Il y a quelque chose que j’aime bien plus que prélever du sang comme une simple infirmière. »

La vampire s’éloigna de quelques pas, tournant alors le dos à l’humaine. « Vous, les humains, êtes réellement impressionnant ». Dit-elle alors d’une voix claire,  distincte et presque douce. « Certains… Plus que d’autres. » Elle se retourna alors prestement. « Lina ! » Décria-t-elle, un air ravie sur son visage. « Vous m’avez convaincue ! » En un geste, une seconde, elle se retrouva près de ce qui venait de devenir son petit jeu de la soirée.
« Je suis convaincue que votre impertinence à mon égard n’est que le fruit de votre inconscience. » A nouveau, son visage changea de nature. Oubliant toute douceur, Elizabeth attrapa le bras de l’humaine. « Inconscience qui pourrait vous coûter cher. » Elle sourit. « Avez-vous déjà pensé à la façon dont vous préfèreriez mourir ? ». Levant les yeux au ciel, elle soupira légèrement. « A vrai dire, j’y ai pensé, moi. J’aimerais pouvoir mourir dignement, tuée par un ennemi juré ou pire par un amour interdit. Je reposerais alors dans un caveau digne des plus belles familles. J’ai d’ailleurs déjà acheté le mien dans le cimetière de Londres. Il n'y a rien de plus… Romantique vous ne trouvez pas ? » Humidifiant à nouveau ses lèvres, elle reposa son regard sur l’humaine. « Mais vous… Mourir vidée de son sang paraît être bien cruel comme mort. Nous pourrions inventer un petit jeu alors, vous et moi. » Elizabeth fit mine de réfléchir. « Ho ! Je sais ! Jouons au chat et à la souris. Je vous laisse cinq minutes d’avance pour vous enfuir et je me mettrais à votre poursuite après cela. » Un autre silence se fit. « A moins que… Vous n’ayez eu dans l’idée de vous suicider, auquel cas vous ne participerez pas à mon jeu, ce qui, à vrai dire, serait très triste. »

La rousse fit une légère moue. « Très triste… » Répéta-t-elle en terminant dans un rictus. D’un geste rapide et précis, elle attrapa la gorge de sa victime. « En fait… Je n’ai pas vraiment envie de jouer. Je suis bien trop las pour cela, et je préfère profiter de cette magnifique nuit. Le ciel n’est-il pas merveilleux ce soir ? »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lina Delmald

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 33
Points : 119
Emploi et loisir : Technicienne de Labo

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 1m68
Emploi: Technicienne de Labo

MessageSujet: Re: Tiens, je te donne mon sang. [PV Elizabeth Rosenbach] Mar 4 Juil - 7:29

L'humaine trouvait le comportement de la vampire assez spécial. Serait-elle bipolaire ? Probablement, cela ne faisait aucun doute. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle craignait quelque chose. Aucune peur ne se lisait dans ses beaux yeux verts, qui étaient à l'exact opposé du magnifique rouge qui était posé sur elle. Elle en était presque hypnotisée, rien que pour cela, même si ça paraît assez bizarre au premier abord. De toute manière, ce genre de choses chez cette race ne l'avait jamais dérangée ou inquiétée. D'un certains point de vu, elle comprenait pourquoi la plupart d'entre eux devenaient tarés. Un passé violent, l'appel continuel du sang, transformation tragique... Que de situations qui rendaient fous. A supposé que même elle deviendrait folle si elle n'avait pas eu un minimum de chance dans sa vie. En fait.. elle l'était déjà, à force de vouloir autant se faire mordre. Un jour elle perdrait probablement la totalité de son sang dans une mauvaise rencontre mais elle savait que ce ne serait pas aujourd'hui.

Elle laissa la femme parler, parler et encore parler, ayant l'air de se faire un monologue intérieur qu'elle dictait à voix haut. Elle serait très bonne en théâtre, à force de changer de personnage en quelques secondes seulement. Mais elle se garda bien d'ouvrir la bouche afin de le lui faire remarquer sans quoi elle finirait probablement en carpette humaine dans sa maison. Bien qu'elle aimait bien avoir mal et se mettre en danger, elle n'avait pas tellement envie de mourir, quand même. Ce serait trop bête alors qu'elle arrivait enfin à avoir ce qu'elle voulait. Un soupire franchit ses lèvres lorsque sa gorge se fit enserrer des belles mains de la vampire dont elle avait envie de caresser la peau qui donnait l'impression d'être douce et soyeuse, comme de la soie ou du satin. Une vraie poupée de porcelaine, dis donc.

- Si, c'est pour cela que je suis venue ici ce soir. Tout est propice à la balade nocturne, vous devez vous en doutez puisque vous êtes également ici, n'est-ce pas ? Mais je suppose que là n'est pas la question. Figurez-vous que moi aussi j'ai envie de jouer mais sur le long terme.

Lina faisait sûrement quelque chose de risquer mais elle en avait l'habitude, à force de ne faire que ça, demander un maître ou une maîtresse. Mais avec elle, elle avait l'impression qu'il était possible de faire enfin quelque chose et elle ne se garderait pas de lui dire, bien qu'elle ait peur de se prendre un refus. Dans le meilleur des cas, sa réponse pouvait être par une morsure, dans le pire, elle l'enverrait balader en décrétant qu'elle n'était pas intéressante. C'est ce qui arrivait la plupart du temps. Non en fait, à chaque fois. Elle s'en sentait un peu déprimée, comme si elle n'était pas assez jolie, pas assez... peureuse pour eux. Elle s'était alors dit qu'ils cherchaient sûrement des humains à courser dans toutes les pièces de la maison avant de les attraper et de lire le désespoir dans leur regard sauf qu'elle n'était pas comme ça. Elle adorait séduire, se faire mordre, être totalement loyale et fidèle à celui qui la prendrait avec lui ou elle. Mais pour l'instant, elle ramait complètement.

- Vous ne voudriez pas.. avoir une humaine pour vous toute seule ? Parce que j'aimerai devenir un frigo sur patte à un vampire et toutes mes recherches se sont soldées par un échec. Sauf que vous m'avez l'air différente, plus entreprenante et beaucoup plus puissante. J'aime beaucoup votre caractère et votre personnalité. Vous avez de l'allure, beaucoup d'allure. Je pense qu'on peut se rendre service mutuellement.

Tellement de risque, surtout que la vampire n'acceptait peut-être pas la flatterie et en ce cas-là, elle se plantait complètement et ratait l'occasion de poursuivre ses envies. Elle leva les yeux vers le magnifique ciel étoilé en réfléchissant à ses prochaines paroles. Elle devait parler d'elle, se vendre, comme si elle était une prostituée même si c'était nullement le cas.

- J'adore la douleur. Je la cherche auprès des vampires mais la plupart ont trop peur de faire trop de mal... Vous n'avez pas l'air de vous en souciez. Vous pourrez passer vos nerfs sur moi et tout ce qui va avec. Qu'en dites-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Rosenbach

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 701
Points : 478
Niveau de puissance : Vampire supérieure
Emploi et loisir : Barmaid

Feuille de personnage
Âge: 170 ans
Taille: 1m69
Emploi: Barmaid

MessageSujet: Re: Tiens, je te donne mon sang. [PV Elizabeth Rosenbach] Mer 5 Juil - 10:59


Tiens, je te donne mon sang

Feat Lina & Lizzie
La main sur la gorge de ce qui semblait être sa prochaine victime, Elizabeth écouta attentivement les dires de cette dernière. Décidément, elle était bien trop sûre d’elle, ce qui agaçait très clairement la rousse.
Lizzie aimait le sang rougeoyant coulant de veines fraîchement arrachées. Elle aimait la douleur que cela engendrait chez les faibles humains, elle aimait voir dans leurs yeux terreur et douleur. Mais plus que tout, Lizzie aimait jouer, bien plus que lorsqu’elle était installée, elle aimait la préparation mentale qu’elle infligeait à ses victimes. Or, Lina lui enlevait là tout son plaisir. Doucement, elle serra le petit cou de l’humaine.

« Les balades nocturnes sont sûrement les plus agréables… En effet… » Murmura l’Immortelle entre ses dents. « Certaines balades, cependant, sont bien plus intéressantes que d’autres… Mais vous me gâchez ce plaisir. »

Dans un geste presque las quoique tinté d’une douce violence, Elizabeth lança la jeune humaine un peu plus loin.

« Vous voulez jouer sur le long terme, être une humaine à démon… » Doucement, d’un pas menaçant, Elizabeth s’approcha de Lina. « Mais en as-tu la capacité ? ». Un instant, la rousse eut une pensée pour Chléo. Elle non plus n’en avait pas la capacité, mais ses charmes et surtout sa façon d’être avait su convaincre Lizzie de lui laisser la vie sauve contre contrat. Cette fois, plus qu’un simple contrat, Lina se proposait bonnement et simplement comme une esclave à son service. Mais après tout, n’avait pas déjà Marvel qui faisait ce qu’elle désirait ? Marvel n’était cependant pas un humain. Son sang était donc inutile. Son corps par contre… Enfin. Elizabeth observa longuement la jeune fille dans un silence presque religieux. Autour des deux femmes, la nuit se faisait entendre, quelques grillons, des pas et des voix s’élevant au loin, vers le fond du parc, mais rien qui ne puisse réellement attirer leur attention. Le vent, doucement, soulevait la robe d’Elizabeth à chacun de ses pas.

Enfin, elle s’agenouilla près de Lina. « Ts ts ts… La flatterie n’est pas très utile dans cette situation. Pour les faibles d’esprits cela serait une raison de te garder en vie, pour moi… » Pour elle, c’était une raison pour mettre fin aux jours de la gamine immédiatement. Néanmoins… Elizabeth n’était pas ce soir de nature douce et gentille, elle ne l’était plus depuis l’altercation précédente. L’homme lui avait rappelé l’incapacité des humains à se contrôler et à contrôler leur vie. Ces pathétiques insectes n’étaient utiles que dans la souffrance et le jeu, rien d’autre. La tuer sans rien attendre d’autre n’était donc guère intéressant. Jouer par contre…

Lizzie se releva. « Ma belle… Sache une chose. Je ne rends pas service. Je me sers. » Elle ponctua cette phrase d’un sourire malsain. « Vois-tu… » Continua-t-elle. « Tu aimes bien trop cela pour que je puisse apprécier ta douleur. Mais nous allons rendre le jeu plus intéressant… » Elle attrapa alors violemment le poignet de Lina et la traîna là où l’homme avait trouvé le sommeil éternel. Lâchant la jeune fille, elle sortit l’homme des fourrés et le balança aux pieds de l’humaine. « Lui. C’est le dernier à s’être joué de moi. Il y a moins de vingt minutes. » Elle donna un coup de pied dans le corps inerte avant de lever les yeux vers Lina. Dans un même geste, son poignet fut à nouveau capturé et Lizzie obligea la jeune fille à toucher le cadavre encore chaud. « De deux choses l’une ma belle. Tu es maintenant suspectée de meurtre grâce à tes empreintes digitales. Soit tu m’obéis et il ne t’arrivera rien, soit tu tentes de fuir et tu seras arrêtée. »

Doucement Elizabeth se remit debout et lâcha le poignet de la femme. « A toi de choisir. Quoique… Il me faut avant goûter la marchandise… » La vampire fondit sur l’humaine et, sans aucun ménagement, lui fit pencher la tête pour y planter ses crocs profondément et se délecter du nectar qui put en sortir. Elle ne la lâcha que lorsqu’elle estima qu’assez de sang avait quitté le corps de Lina.

« Bien » Dit-elle alors en essuyant le coin de ses lèvres du bout de l’index. « C’est donc à toi de choisir si tu veux jouer. Mais dans ce jeu, ma belle, ne compte pas avoir quelconque avantage. »




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lina Delmald

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 33
Points : 119
Emploi et loisir : Technicienne de Labo

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 1m68
Emploi: Technicienne de Labo

MessageSujet: Re: Tiens, je te donne mon sang. [PV Elizabeth Rosenbach] Dim 9 Juil - 17:01

Lina comprit où se trouvait son erreur. Elle résidait dans le fait que cette vampire-là aimait faire souffrir et voir la peur dans les yeux de sa victime. Elle savait qu'avec elle, elle ne l'aurait pas. Elle aurait du négocier autrement, pour le coup, mais rien à faire, elle était tellement sincère qu'elle venait probablement de gâcher sa seule chance ! Elle se claqua mentalement en s'insultant. Il fallait croire qu'elle ne pouvait pas tenir sa langue le temps de réfléchir à une réplique et à jouer la comédie. Quoique... si elle avait fait ça, ne serait-elle pas morte sur le coup ? Si, probablement ! Un petit rire intérieur la secoua alors qu'elle se trouvait complètement idiote de réagir avec autant de précipitation, sans même réfléchir à la situation. Il se trouvait qu'elle avait en réalité de la chance d'être une femme si honnête et sûre d'elle, cela pouvait lui éviter un tas de problèmes, surtout quand la peur ne l'animait pas. Elle pouvait braver ce cas et gagner enfin la partie.

Le contact douloureux avec le sol la ramena à la réalité. Quoi ? Elle venait de la jeter par terre ? Avant qu'elle ne comprenne ce qui s'était réellement passée, elle vit la belle femme s'approcher d'elle d'un pas lent, menaçant, qui était tellement beau qu'elle aurait pu en pleurer. Décidément, cette vampire avait tout pour elle ! Il semblait juste lui manquer un humain avec lequel jouer et c'est là qu'elle intervenait. Le vent jouait avec ses cheveux roux et ceux, blonds, de l'humaine, qui ne bougeait pas de sa place, bien trop admirative et hypnotisée pour pouvoir essayer de se relever. Elle n'avait même pas encore réussit à prononcer un seul mot, laissant la créature faire ce qu'elle voulait. Ses yeux verts se posèrent instantanément sur les siens alors qu'elle s'abaissait à sa hauteur pour lui parler encore, et encore.

Elle ne sortit que de sa transe que lorsqu'elle se fit reprendre avec brusquerie par Elizabeth, au niveau du poignet cette fois-ci. Elle se laissa traînée, restant parfaitement mutique, seuls quelques gémissements se faisant entendre lorsque quelques petits objets traînant par terre s'enfoncèrent légèrement dans la peau de sa deuxième main, celle qui était libre. Lorsqu'elle la lâcha, ce fut pour sortir un homme mort des fourrés, ce qui ne la choqua nullement puisqu'elle voyait des cadavres tous les jours. Elle ne sembla pas réagir quand ses doigts entrèrent en contact avec la peau encore chaude du pauvre monsieur qui avait du sûrement en faire beaucoup pour énerver la vampire. Mais ce qui la fit monter au ciel, se fut quand elle sentit des crocs pénétrer sa chaire afin de faire couleur le délicieux nectar qu'elle possédait à l'intérieur d'elle. Elle resta à même le sol, même lorsque son interlocutrice se releva.

- Je... Je vous trouve tellement brutale ! Cela me plaît ! Je m'en fiche de ne pas avoir d'avantage dans le jeu que vous proposez tant que vous recommencez ce que vous venez de faire avec moi à l'instant. J'ai énormément apprécié et je suis prête à tout pour que vous me preniez avec vous, quitte à tuer un autre humain. Des corps, j'en vois tous les jours, ce n'est pas cela qui me fera peur, vous savez !

Lina était passé en mode euphorique, ayant vraiment adoré tout ce qu'il venait de se dérouler. Certes, elle passait vraiment pour la plus grande tarée de l'humanité mais pour le moment, elle n'en avait cure. Elle se sentait vivante malgré le sang perdu et cela se voyait dans son regard qui rayonnait. Tout ce qu'elle souhaitait se trouvait là et elle ne comptait pas le perdre de vue, quitte à en mourir dans la seconde. Quelle belle mort ce serait !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Rosenbach

Vampire Libre
avatar
Vampire Libre


Messages : 701
Points : 478
Niveau de puissance : Vampire supérieure
Emploi et loisir : Barmaid

Feuille de personnage
Âge: 170 ans
Taille: 1m69
Emploi: Barmaid

MessageSujet: Re: Tiens, je te donne mon sang. [PV Elizabeth Rosenbach] Mar 11 Juil - 6:23


Tiens, je te donne mon sang

Feat Lina & Lizzie
Cela lui… Plaisait ? Elizabeth commençait clairement à s’agacer. Non ! Cela ne devait pas lui plaire ! Elle allait réagir à nouveau quand soudain une idée lui traversa l’esprit alors que Lina continuait de parler. Ainsi voyait-elle des corps tous les jours… Bien… Très bien…
Sans un mot, Lizzie se retourna et fit quelques pas en direction d’un banc non loin de là. Gracieusement, elle s’y assit et croisa les jambes. Les deux bras sur le dossier, elle observait, non, toisait, Lina. Après tout… Chléo n’était pas réellement ravie de servir de poche de sang, et bien qu’Elizabeth l’appréciât bien plus que comme une simple poche de sang – et quoiqu’elle ne dise devant la dite Chléo – la rousse ne pouvait l’utiliser comme bon lui semblait. Cette fois ci, le hasard avait voulu qu’elle puisse croiser le chemin d’une adoratrice de vampire aussi folle qu’amusante. Oui. Amusante. Pas dans le sens dont l’Immortelle avait l’habitude, il lui faudrait d’ailleurs bientôt oublier clairement son envie de voir la peur dans ses yeux, mais… Elle pourrait sûrement lui servir à bien d’autres projets.

Un sourire malsain, dangereux se fixa sur son visage blanc. Ses yeux rouges lui donnaient alors l’air d’être possédée par un Démon. Un religieux lui aurait sûrement jeté l’eau bénite et la croix au visage en récitant nombre de prières pour éloigner le succube qu’elle était. Doucement, elle se pencha en avant. « Lina, Lina, Lina… » Dit-elle alors d’une voix mielleuse. « Ma belle petite Lina… Approche-toi chérie… »

Elle attendit que l’humaine soit assez proche pour continuer. « Tu as beaucoup de chance aujourd’hui. D’être tombée sur moi je veux dire. Le sais-tu ? Je connais bien des vampires qui t’auraient brisé la nuque pour tant d’effronterie ma belle. » Doucement, Elizabeth se saisit du menton de l’humaine. « Mais pas moi » Continua-t-elle d’une voix tendre. « Non, pas moi. Moi… J’ai bien d’autres projets pour toi. » Elle lâcha la femme et se réinstalla dos contre dossier sur le banc.
Lizzie prit une profonde respiration, humant l’odeur du sang de l’humaine. Mmmh… Qu’il était agréable. Un peu comme une douce rose que l’on pourrait tuer rien qu’en lui tranchant la tige. Ses yeux rouges se replongèrent dans ceux de Lina et son sourire s’agrandit alors.

« Veux-tu me servir ? Non ! Ne répond pas. A vrai dire, cela n’était pas une question. » Elle passa doucement sa main dans ses cheveux roux pour ordonner sa crinière. « Alors tu vas servir. Agenouille-toi. Tout de suite. » Ordonna-t-elle d’une voix ferme et froide. Lorsque cela fut chose faite, Lizzie tapota la tête de Lina. « Bien… » Dit-elle plus tendrement. «[color=#ff0066] Nous allons mettre quelques règles ma douce. » La vampire se leva et attrapa le mort laissé en arrière par les cheveux. Dans un geste presque furieux, elle le jeta près de l’humaine. « Vois-tu cela ?... Bien sûr que tu le vois… » Doucement, elle se positionna de l’autre côté de la jeune femme et s’agenouilla à ses côtés. De sa main droite, elle lui fit tourner le visage vers elle. « Ton joli minois va se mettre à mon service. Tu m’obéiras au doigt et à l’œil, me servira ton sang quand je te le demanderais, m’amènera chacune des proies que je t’aurais indiqué, quelle qu’elle soit, même s’il s’agit d’un tueur ou d’un violeur. Tu feras ce que tu veux mais tu me les emmèneras vivants. » Lizzie se releva. « Ho… Et tu n’as qu’à m’appeler Maîtresse. » Petite folie de sa part, à vrai dire. Elizabeth avait beau être mégalomane, elle n’avait jamais cherché à se sentir dominante par son nom, mais… Cela lui semblait être de bon jeu en ce jour. Après tout, Lina ne voulait-elle pas être dominée ? Si tel était son désir, tel serait son futur. « Alors… Lina… Que vais-je maintenant faire de toi… » Se demanda-t-elle à mi-voix. « Debout ! » Le ton utilisé pour chaque ordre était froid, glacial même, n’appelant à aucune discussion.

Lizzie attendit alors que sa nouvelle petite esclave soit sur ses pieds avant de lui agripper le menton à nouveau. Par chance, Lina et Elizabeth faisait approximativement une taille semblable, ce qui arrangea bien la vampire. Souriante, bien que menaçante, Lizzie approcha doucement son visage de celui de la jeune fille. « Tu es à moi. » Dit-elle avant de l’embrasser langoureusement, terminant sa passion par une morsure dans sa lèvre inférieure.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lina Delmald

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 33
Points : 119
Emploi et loisir : Technicienne de Labo

Feuille de personnage
Âge: 20 ans
Taille: 1m68
Emploi: Technicienne de Labo

MessageSujet: Re: Tiens, je te donne mon sang. [PV Elizabeth Rosenbach] Mar 18 Juil - 13:09

Il n'y avait pas grande chose à dire, pensait Lina, à part que cette vampire était tout ce qu'elle désirait. Tout ce qui faisait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui alors qu'à partir du lendemain, elle serait plus encore. Devenir l'esclave d'une femme comme elle, il n'y avait rien de mieux. Si cela avait été quelqu'un qui craignait pour sa sécurité ou autre, cela ne l'aurait pas intéressé. Elle aimait le danger, vivre des aventures qui pouvaient la tuer en quelques minutes seulement et c'était tout ce qu'on lui offrait actuellement. Restant assise par terre, son regard fixé sur le démon qu'elle avait en face d'elle t qui ne l'effrayait pas le moins du monde, elle ne touchait même pas à la morsure qu'elle avait dans le cou et qui saignait encore doucement. Elle ne savait pas ce qui l'attendait mais elle le saurait bientôt, elle en mettrait sa main à couper. Bon, quand même pas mais c'était juste pour signifier que la demoiselle avait la langue bien pendue, encore plus qu'elle d'ailleurs, et ne pouvait s'empêcher de parler tout le temps, dès que quelque chose lui venait à l'esprit. Elle aimait bien ce trait de caractère chez les gens, quand ils arrivaient à tout vous dire sans craindre les conséquences. Elle-même était ainsi alors elle ne pouvait que l'apprécier d'avantage.

La voix mielleuse qu'elle avait arriva à ses oreilles alors qu'elle relevait la tête vers la sienne. A peine avait-elle finit sa phrase qu'elle s'était redressée sur ses deux jambes afin de rapidement marcher jusqu'à elle dans l'attente qu'elle lui fasse ou lui dise quelque chose qui la rendrait joyeuse. Ce qui arriva. Oui, elle le savait qu'elle avait de la chance de ne pas être morte dès les premiers mots audacieux qu'elle avait prononcé. Elle se retenait de le lui dire afin de la laisser continuer, plongeant ses yeux verts dans les siens qui étaient toujours d'un rouge magnifique alors qu'elle se saisissait de son menton pour terminer ce qu'elle avait à lui dire. Des projets. Elle avait des idées en tête la concernant et bien qu'elle craignait que cela soit vraiment dangereux, elle ne ressentait toujours aucune peur. Face à ce genre de personnes, parfois le courage était une chose qui pouvait impressionné aux premiers abords avant de décréter que c'était du suicide. Est-ce qu'elle était suicidaire ? Probablement. Est-ce qu'elle s'en fichait ? Oui, bien sûr que oui. Plus rien ne comptait à part la vampire qui venait de la lâcher comme pour se mettre à réfléchir avant de reprendre la parole.

Un ordre fusa et l'humaine ne perdit pas de temps pour l'exécuter. Elle tomba à genoux devant cet être supérieur aux traits magnifiques avant de sentir des légers tapotements sur son crâne comme si elle était un chien. Elle n'en avait rien à foutre de comment elle la traitait tout ça parce qu'elle, comme elle le dit si bien après lui avoir expliquer quel serait son travail, était sa nouvelle maîtresse. Être considéré comme une esclave pouvait avoir ses avantages et ses problèmes mais pour l'instant, elle n'avait rien à y redire. Bien qu'elle n'avait pas envie de se faire planter par un meurtrier en série ou de se faire dénuder par un violeur, elle sut tout de suite qu'il ne valait mieux pas la décevoir au risque de se prendre une méchante punition en pleine tête. Mais cette domination la comblait énormément. Elle n'avait jamais été du genre à prendre le dessus, préférant que ce soit les autres qui le prennent sur elle et elle était satisfaite du résultat actuel.

La voix autoritaire se fit entendre à nouveau et s'en demander son reste, elle se remit debout. Elle s'aperçut alors qu'elle faisait la même taille qu'elle, ce qui était beaucoup plus pratique pour pouvoir la regarder dans les yeux. Lorsque le contact se fit entre elles, un sourire se dessina sur se lèvres charnues qui se firent embrassées et mordre après 4 mots qui lui avaient provoqués des frissons dans tout le corps. Elle ne s'autorisa pas à la toucher, se contentant simplement de se laisser faire avec une docilité surprenante, osant même répondre à ce baiser qui contenait une passion à laquelle elle ne s'y attendait pas et qui la surprenait. Une fois qu'elle se sera dégagée, elle lui dit d'un ton simple.

- Oui, je suis à vous. Je vous le promets et je vous le jure sur ma vie.

Lina recula d'un pas en faisant glisser son regard sur le corps de sa nouvelle maîtresse, se demandant ce qui allait se passer maintenant au cours de cette nuit. En avait-elle finit avec elle ? Ou est-ce qu'elle avait d'autre choses à lui faire faire afin de clore cette rencontre d'une manière belle et sûrement sanglante ? Hésitante, elle lâcha un petit soupire en venant passer sa langue sur sa lèvre mordue pour y sentir le goût métallique du sang sur cette dernière. Si seulement elle pouvait savoir à quel point le sang des humains était bon lorsque l'on était un vampire ! Légèrement frustrée, elle parla d'une voix basse et pleine de respect.

- Puis-je vous demandez ce que je dois faire maintenant ? Souhaitez-vous aller ailleurs ou me permettez-vous de rentrer chez moi ? Au passage.. comment pourrai-je vous retrouvez ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Tiens, je te donne mon sang. [PV Elizabeth Rosenbach]

Revenir en haut Aller en bas
Tiens, je te donne mon sang. [PV Elizabeth Rosenbach]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [ABANDONNE] Pour nous, l'argent a l'odeur du sang ! [Aedis]
» Tiens ça m'aurait étonnée !
» Don de sang
» Chrétiens évangéliques atake vodouizant ak kout roch nan Cite Soley
» Monture sang-froid et homme lézard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Regent's park-
Sauter vers: