Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

Le temps nous le diras [ Feet. Shun ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Ash Blackwell

Guilde de Saint-Pierre
avatar
Guilde de Saint-Pierre


Messages : 54
Points : 236
Niveau de puissance : Loup
Emploi et loisir : Objet de Test

Feuille de personnage
Âge: 19
Taille:
Emploi: Objet de Test

MessageSujet: Le temps nous le diras [ Feet. Shun ] Lun 26 Juin - 9:29

“ Dois-je vous écouter ?”Plusieurs semaines venaient de s’écouler depuis son entrée à la Guilde St Pierre. Cela n’avait pas été simple de se retrouver dans un lieu inconnu et de devoir se faire à une simple chambre en guise de maison. L’isolement lui avait été terrible, plus d’une fois, il avait ressenti le sentiment de piège à-travers les murs de la Guilde. On lui avait fait énormément de test, préférant avaler que d’être piqué par une aiguille. Il en avait peu, il faut dire. Mais avec tout ça, il était toujours perturbé par une chose. La venue de ce loup se disant son...Grand-père ? Géniteur supérieur ? Il n’avait pas tout suivi. Simplement qu’il l’avait cherché pendant longtemps et que celui qui l’avait transformé le rechercher.

Toutes ces histoires avaient eu raison de son moral qui était aujourd’hui bien bas. Il n’avait aucune occupation, rangé sa chambre, faire les tests, manger, dormir...Il n’avait rien de bien intéressant à faire et puis, il y a quelques jours, l’un des supérieurs de la Guilde avait donné son autorisation pour que celui-ci puisse sortir à l’extérieur pour quelques heures, mais dans un périmètre bien défini. Quel ne fut pas sa joie en entendant la nouvelle. Un brin de fraîcheur dans un monde de pierre ! Il avait même reçu un peu d’argent pour s’acheter un petit quelque chose s'il le voulait. À croire qu’il avait un ange gardien au-dessus de lui !

Pour ce jour, il avait revêtu un jean sombre ainsi que son sweat préféré avec un dessin d’un corgi en version manga mangeant une fleur de couleur bordeaux. Il se sentait bien et lorsqu’il passa les portes de la Guilde, il sentit la brise frapper son visage et plaquer ses cheveux sur son crâne. Le temps était dégagé et il était à peine dix heures du matin. Il avait donc deux heures et demis devant lui. Un des gardiens vérifia son identité avant qu’il ne sorte, il passa un objet vers son cou pour voir la puce implantée sous la peau avant d'entrer les informations et de rappeler les règles à suivre avant de le laisser sortir.

“ Enfin un peu d’air…” Se dit-il avant de s’engager vers la ville.

Il s’engagea vers la ville, cherchant ce qui lui ferait plaisir pour pouvoir s’occuper à la Guilde. Il n’était pas sûr de pouvoir ramener des gâteaux avec lui, ni de quoi boire. Il devait trouver quelque chose. Il déambula à-travers les rues, regardant les magasins tout en restant sur le qui-vive, ayant toujours l’impression d’être surveillé puis il s’arrête devant la boutique des Beaux-Arts et vit un joli carnet à dessin avec une boite assortie avec. Il avait perdu son carnet dans la forêt ne l’ayant pas retrouvé sur place après sa morsure. De nombreux dessins qu’il avait à jamais perdus on ne sait où. Ni une, ni deux, il entra dans la boutique et en ressorti avec son nouveau carnet à dessin et sa boîte de crayons avant de chercher un endroit pour profiter de son nouvel ami.

Un endroit calme et sans personne pour l’embêter, un parc. C’était une bonne idée même s'il avait depuis du mal à rester seul, mais lorsqu’il observa l'horloge de la ville, il sentit la tension retomber lentement. Il n’était pas si tard.

Il se rendit donc au Richmond Park, lieu tranquille couvert de verdure et de plante qu’il pourrait dessiner. Il croisa pas mal de personne, des mères, des hommes d’affaires. Certains prenant la route de la détente, d’autre du travail. Il alla s’installer sur un banc fait à partir d’un tronc d’arbre à l’écart tout en restant à portée de vue. Il sortit la boîte de son emballage et commença à faire quelque croquis rapide avant de dessiner une jeune mère assise pas très loin avec une poussette puis, il porta son regard sur l’homme qui venait de s’asseoir en face de lui. Un très bel homme d’affaires en vus de ses vêtements. Il avait pris une jolie pose qu’Ash se mit à redessiner sur le papier de son carnet tout neuf. Il releva à peine les yeux entre chaque coup de crayon. Puis, sur le point de faire le visage de l’homme, il sentit celui-ci le fixer de loin croisant son regard plus que perturbant.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shun Steel

Lycan Libre
avatar
Lycan Libre


Messages : 33
Points : 184
Niveau de puissance : Loup Respecté
Emploi et loisir : Lire et écrire

Feuille de personnage
Âge: 130
Taille: 6ft1
Emploi: Businnessman

MessageSujet: Re: Le temps nous le diras [ Feet. Shun ] Lun 26 Juin - 10:43

Le temps nous le diras

Avec Ash Blackwell ou "Forsan miseros meliora est"


Ainsi il y a bien un endroit où je vais pour être au calme et tranquille, c’est le parc de Richmond, endroit de nature et de silence, ou bien loin sont les bruits de la ville, le seul rappel de cette existence urbaines, étant parfois les gens passants, habillés comme des hommes d’affaires, qui s’empressaient de couper par ce lieu, pour atteindre leurs travail plus rapidement.

Moi, justement, s’en était tout l’inverse, puisque j’en venais ici pour être au calme, et loin du brouhaha de la ville, qui m’en irritait que trop les sens, que ce soit olfactif, ou auditif. En cet endroit, j’avais plusieurs coins lointains de toute personnes qui pourraient me chercher, sans réseau ni téléphone, ou je pouvais m’entraîner au taekwondo sans être dérangeais, ou bien prendre une sieste sous la cime des arbres, aux feuilles déjà vertes et bourgeonnantes. J’en pouvais parfois venir également pour en faire mes comptes sur mes affaires, écoutant bruit de la nature, tout en concentrant sur mon carnet de note, qui jamais ne me quitte. C’était pour cette dernière option aujourd’hui que j’en étais venu, mais je m’étais laissé piéger par la beauté de l’endroit, qui parfois m’en rappeler mon village natal, perdu entre bois et vallée.

Il m’en arrivait encore de me demander ce qu’il s’en serait passé, si j’étais resté dans cet endroit, cependant, j’en savais déjà que cela n’aurais rien put être en tirer de bon. Aussi c’est en pensant à des souvenirs lointain, que je me mis à voguer parmi la forêt, esquivant sans réellement leurs prêter attentions, des collègues ou des femmes avec des poussettes et leurs enfants. J’en aperçus un banc, prés du chemin de terre battu et de gravier, entourée d’herbe et avec une odeur de fraîcheur qui en faisait délice à mes sens abusés par la l’urbanisme.

J’en allais m’asseoir dessus, et croisant les jambes l’une sur l’autre, j’en posais mes bras de chaque côté du dossier et alors que me penchais légèrement en arrière, fermant les yeux et profitant du soleil, qui brillait pour une fois, de tout ces rayons.
Et à ce moment, pendant quelques instants j’en perdis enfin pieds avec la réalité, sentant chaque battement de cœur dans mon corps, chaque brassement d’air de ma respiration, je sentis le temps ralentir son pas de course, aussi grand que celui d’une société qui va toujours plus vite. Et durant ses quelques minutes, profonde, qui pourrais équivaloir à un état de méditation avancée, j’en restais immobile, écoutant soudainement le silence, dans cet après-midi ensoleillée, brise légère, caressant la peau, qui m’en donna envie de retrouver mes instinct primaux de loup, un sourire calme et tranquille, en vint étirer mes lèvres alors que je prenais une grande inspiration.

Puis sachant qu’il me fallait tout de même en finir avec mon travail, pour réellement profiter de cette journée libre, je m’en redressais de ma position et j’allais en sortir mon carnet lorsque j’en nota la présence – qui avait était là depuis quelques temps déjà – d’un jeune homme en face de moi, sur un banc, agitant son crayon, dessinant probablement, à en jugeait par les coups qu’il en donnait sur sa feuille blanche, et remarquant qu’il n’y avait ici, pas grand-chose à dessiner, hormis la nature ou moi, le passage de la population ayant pratiquement disparut, j’en fus suspicieux, qu’il n’en dessiné pas les fleurs ou l’herbe.
J’en posais mes yeux sur lui, essayant de l’analyser comme j’en avais pris la mauvaise habitude depuis que j’étais devenu businessman, regard pénétrant et de marbre. Mes iris qui étaient victime d’hétérochromie, je le savais, créée différente réactions, allant de la personne qui en trouvait perturbant, deux yeux de couleurs si désynchronisé, à ceux qui en étaient fascinés, généralement, des personne ne faisant pas preuve de timidité.

Ma cible en semblait faire partie de la première catégorie, car aussitôt qu’il en nota que je le regardais, il sembla en perdre ces moyens. Bien que je n’eusse pas étaient ici par commencer, pour discuter, faisant trop de cela ces derniers temps, je ne pus m’empêcher de trouver amusant sa réaction, et de me montrer curieux de ses facultés de dessins qui, il fallait le dire, n’était pas ma tasse de thé. Tout au plus, j’étais capable de faire des plans carrés, traces passés des itinéraires que nous devions suivre à la main sur des cartes, à l’époque ou j’étais au service Himmler. J’en décidais que puisque à le fixer, autant m’en montrer poli, dévisageait les gens n’en étant, généralement pas le meilleur moyen de le faire.
- « Bonjour. »

Bien qu’en soit, cette parole soit simple, elle peut en véhiculer beaucoup de chose en une seule fois, si vous en prêtez attention au ton, gestuelle et tout autre occasion d’en décrypter le comportement de votre interlocuteur. Il en fut donc pour ma part, que j’eusse prononcé cette salutation chaleureusement, avec un sourire au coin des lèvres simple et amical, qui n’offrait rien d’autre que simplicité. Pour ce qui en est des gestes, j’en avais prit l’habitude de ne pas en bouger, sauf initiation adversaire, aussi, j’en gardais mon corps immobile, me contentant d’un simple hochement de tête. J’en poursuivis ensuite.
- « J’ai conscience d’outrepasser la limite sociale des conversations avec des inconnus, mais vous savez, si vous voulez dessiner quelqu’un, il est généralement conseiller de lui en demander autorisation avant. »
Je lui offris le sourire de celui qui sait, sans en être vexé ou bien fâché, tout au plus amusé. Vous voyez ? Tout dans les paroles et la gestuelle. Soyez en tranquille, peu m’importait qu’il en avait décidé de me dessiner, ce n’était là, pas le sujet.

Ici simplement, s’agissait-il de politesse, car bon nombre sont les susceptibles qui en pourraient un jour en venir à la violence, la stupidité n’ayant de limite que les neurones atrophier par la propagande. J’en avais vu meurtre pour bien moins qu’un simple portrait à la voler, et pour être franc, bien que je n’en soit pas du genre, j’en préférais éviter que quelqu’un ce fasse tuer par des Hommes rentrant de soirée, et prenant à partie un être plus faible.

Car oui, il ne fallait pas ce mentir, la position et le physique de la personne en face de moi n’en n’indiquait pas une grande puissance, mais plutôt quelqu’un de physiquement limité. J’en observais la réaction de la personne en face de moi, cherchant à savoir à qui j’avais affaire.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je parle en : #666666
Fight - All Good Things:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ash Blackwell

Guilde de Saint-Pierre
avatar
Guilde de Saint-Pierre


Messages : 54
Points : 236
Niveau de puissance : Loup
Emploi et loisir : Objet de Test

Feuille de personnage
Âge: 19
Taille:
Emploi: Objet de Test

MessageSujet: Re: Le temps nous le diras [ Feet. Shun ] Lun 31 Juil - 13:39

“ Dois-je vous écouter ?”- « Bonjour. »

Il ne s’attendait pas du tout à ce que l’homme le salut, il regarda néanmoins vers l’arrière pour être sûr que cet acte de politesse lui était réservé. Personne, c’était bien à son égard que l’homme en costume avait émis un salut. Comment réagir face à ça ? Il ne s’était pas du tout attendu à ce que l’homme le remarque en train de le dessiner. Il n’avait pourtant fait aucun bruit montrant son attention sur lui.

- « J’ai conscience d’outrepasser la limite sociale des conversations avec des inconnus, mais vous savez, si vous voulez dessiner quelqu’un, il est généralement conseiller de lui en demander l'autorisation avant. »

Un malaise s’installa, il n’avait pas non plus pensé que cela pouvait déranger quelqu’un d’être prit pour modèle. Le jeune homme se sentit honteux de son acte se rappelant les nombreuses personnes qu’il avait dessiné sur ces carnets disparut. Il avait surement déranger plus d’une personne en faisant ça. Mais comment refouler ce désir de mettre la vie sur le papier ?

“ Je suis désolé...je ne pensais pas vous causer du… du tort en faisant votre … portrait.”
Dit-il en baissant les yeux.

L’homme en face de lui devait être important pour qu’il en vienne à faire une remarque. Un puissant homme dont l’odeur était étrange. Pas comme les autres. On lui avait vaguement parlé des odeurs dites humains ou surnaturels mais il avait encore du mal à identifier mais vus la puissance que l’homme en costume dégageait...il avait affaire à un lycan ce qui rendit le jeune homme moins confiant encore qu’au début.

“ J...je peux jeter le dessin ou le brûler s...si vous voulez. Je...je vous ai vus et vus que vous aviez une bel posture....je suis désolé de vous avoir embêter !”

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shun Steel

Lycan Libre
avatar
Lycan Libre


Messages : 33
Points : 184
Niveau de puissance : Loup Respecté
Emploi et loisir : Lire et écrire

Feuille de personnage
Âge: 130
Taille: 6ft1
Emploi: Businnessman

MessageSujet: Re: Le temps nous le diras [ Feet. Shun ] Dim 13 Aoû - 17:40

Le temps nous le diras

Avec Ash Blackwell ou "Forsan miseros meliora est"


Pour être franc, je ne m'attendais pas à cette réponse, surtout vu l'absurdité de cette dernière. Faire du tord ? Il n'en faisait aucun ! Non, je préférais juste qu'il évite de finir en bouillit pour je ne sais quelle pathétique excuse d'être vivant qui utiliserait ça contre lui. Je ne pus donc, contre toute bonne volonté, retenir un court éclat de rire.
- « N'est donc de crainte mon garçon. Dessiné mon hideux visage n'apporte de tord à personne, si ce n'est pas à se pauvre carnet. Tu devrais dessiner quelque chose de plus jolie tu sais. »

C'était plus fort que moi, je dus l'admettre. J'étais d'humeur taquine et je ne savais pas vraiment pourquoi. L'endroit peut-être ? Il m'avait toujours fait du bien. Ce qui était sûr, c'est qu'il poursuivit avec cet air peureux et proche de l'hystérie. J'haussais un sourcil, en reprenant un simple sourire amical. Je ne m'attendais pas à pareille radicalité de ce dernier.
- « Allons jeune homme. Ne panique pas comme ça. Je disais cela pour te taquiner. Inutile de brûler quoi que ce soit ou de t'excuser. »
Il y avait définitivement quelque chose qui clochait chez ce garçon, son comportement ressemblant davantage à un animal apeuré qui découvre le monde, qu'un simple promeneur venu faire quelque croquis. Je ressentais, sans réellement savoir le pourquoi de pareil sentimentalité, une monté fraternelle que je n'avais que rarement ressentis jusqu'ici, et que je m'empressais d’écraser. Il était hors de question de me montrer émotionnel pour l'heure. Ce n'était ni le lieu, ni l'endroit.

M'adossant à mon banc je prenais un air légèrement ennuyer, comme si la conversation était sur la pluie et le beau temps.
- « Mais pardonnez mes mauvaises manières ! Je ne me suis pas présenté. Je me nomme Shun Steel. Enchanté de vous rencontrer. Je peux connaître ton prénom, mon cher ami artiste ? »
Mon ton de businessman était de retour, damnée soit cette manie ! J'en avais prit l'habitude au cours de ces dernières décennies et m'en défaire lorsque je le souhaitais était un calvaire. Si je n'en avais pas un entraînement d'enfer, j'aurais sans doute donné un coup de pied dans la poubelle non loin de là,
pour soulager mes nerfs de ce problème récurant. Bon nombre en penserais qu'il ne s'agit là, de rien de grave, mais pour moi, ne pas être capable de parler avec le ton que je souhaite, nuisait gravement à mes capacités d'élocuteur que je chérissais tant.

En soupirant, je croisais les jambes, et tête haute et visage impassible, je pris une grande inspiration en baillant. Au diable mes nuits blanches... Je devrais sérieusement commencer à penser à un remplaçant et à une aide. C'est que tout cela commençais à en être harassant... Une chape de fatigue sembla vouloir ce poser sur mes épaules, mais il était hors de question que je me laisse abattre pour l'heure. Je reportais mon attention à mon interlocuteur, qui avait aujourd'hui, piqué mon intérêt.


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Je parle en : #666666
Fight - All Good Things:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Le temps nous le diras [ Feet. Shun ]

Revenir en haut Aller en bas
Le temps nous le diras [ Feet. Shun ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Dans la vie Chaque chose a son temps , La vie nous réserve plein de surprise !
» Il faut savoir prendre son envol avant que le temps nous emporte. [Sunggyu Kim/Raphaël Kolliam]
» Nous sommes riches aussi de nos misères [Freya :3]
» (f) pietra capone ◮ l'amour est ivresse et il est temps pour nous d'aller vomir
» Nous devrions prendre le temps de parler. ft. Ellyn des Essaims [flashback]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Richmond Park-
Sauter vers: