Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

Trent Sloane - Plus je lutte, et plus mes blessures s'approfondissent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Trent Sloane

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 63
Points : 212

Feuille de personnage
Âge: 20
Taille: 164
Emploi: aucun

MessageSujet: Trent Sloane - Plus je lutte, et plus mes blessures s'approfondissent. Mar 6 Juin - 4:48




TrentSloane



Identification

Nom: Sloane
Prénom: Trent
Surnom: babyboy
Âge: 20 ans
Sexe: Masculin
Orientation sexuelle: Ne se pose pas la question
Pays d'origine: Angleterre
Race: Humain
Groupe: Humain
Emploi: Aucun
Supérieur immédiat: Aucun


Derrière l'écran

Prénom: Julie
Surnom: Zuzu
Âge: 27 ans
Découverte: Klaus
Fréquence de connexion: Variable
Autres personnages: Elijah Barnes et Kaoru Greaves
Autres trucs sur vous: Je suis si faible
Commentaires: Love sur vous

Le physique qui me différencie
Plutôt petit pour un homme, Trent ne mesure qu’un petit mètre soixante-six pour une quarantaine de kilos. Il sait qu’il est beaucoup trop maigre, mais sa vie ne lui permet pas franchement de se nourrir à sa faim. Ses vêtements, au-delà de leur style punk, trahisse d’une franche pauvreté. Ils sont, pour la plupart, sales et abîmer et autant dire qu’il n’y a pas que leur couleur qui ne passe pas inaperçu, mais aussi leur odeur.
Autant être direct, Trent ne paye pas de mine et aura plutôt tendance à rebuter tant il baigne malgré tout dans la crasse bien que derrière l’épaisse couche de saleté se cache un jeune homme à la peau pâle, les cheveux décolorés, teintés de bleu, les yeux assortis à ses cheveux, plutôt maigre, il ne possède pas une once de graisse ce qui a tendance à marquer certain muscle, mais à surtout dévoilé certains de ses os.

Ses oreilles sont ornées de piercing, ce n'est pas moins de six trous qu'il possède à l'oreille droit et d'au moins quatre à celle de gauche. Il en a un à sa lèvre inférieure, à droite, le reliant souvent d'une chaîne vers son oreille. Il en possède un au nombril également.

En d’autres termes, lorsque vous le verrez la première fois, vous pourriez ne même pas vous retourner vers lui, mal à l’aise à l’idée d’attirer l’attention d’un SDF, mais pour ceux qui le connaissent et qui lui auront tendu la main, ils savent que sous l’apparence punk et crasseuse se cacher un jeune homme d’une vingtaine d’années qui n’a simplement pas eu de chance avec la vie.


Le psychologique qui m'habite
Là, penché au-dessus d’une poubelle du parc, il fouille celle-ci à la recherche de quoi se mettre sous la dent. Son ventre gargouille, mais la récolte est mince et au final, la seule chose qui trouve brièvement un intérêt pour lui, c’est un magazine pour adolescent qu’il garde pour faire un peu de lecture. Retournant se poser sous un arbre, il tente alors d’oublier la faim en se concentrant sur un test de personnalité censé lui faire découvrir le genre de mec qu’il est. Il rigole et pourtant se prêt facilement au jeu en lisant les questions, puis les réponses. Il hésite, finissant par répondre petit à petit aux questions à coups de croix, de cercle, de carré et de triangles.

Il fait les comptes, cherche sa catégorie et se met donc à lire…
Vous acceptez tout (trop ?) – ce simple sous-titre l’amuse alors qu’il s’y reconnaît déjà un peu.
Non seulement, vous acceptez les critiques sans broncher, mais vous accueillez de la même manière piques, vexation et autres agressions – ça effectivement, il l’admet volontiers, il n’est pas vraiment du genre à s’énerver que du contraire, il n’aime pas trop se mettre en colère, ça le fatigue et généralement, il considère que cela ne mène pas à grand-chose.
Vous vous targuez volontiers de ne pas posséder une once de susceptibilité – il a presque envie d’en rire en lisant ça, lui qui venait de penser qu’effectivement, il se mettait quasiment jamais en colère et était plutôt du genre à tendre l’autre joue.
C’est tout juste si vous ne vous excusez pas d’avoir failli ou déçu – il se pince les lèvres, jouant avec son piercing à ses mots n'en aimant pas trop avoir la sensation que c’est une mauvaise chose en lisant ses lignes.
D’ailleurs, demander pardon ne vous coûte rien, bien au contraire, cela revient pour vous à donner une preuve d’affection, ce que vous faites spontanément avec toutes vos relations, proches et moins proches. – Là aussi, il doit bien reconnaître que c’est vrai, ses proches sont se qui compte le plus pour lui. Lorsqu’il arrive à avoir assez de monnaie, il appelle généralement sa mère juste pour lui éviter qu’elle ne s’inquiète. Oui… C’est vrai, il lui ment… Il a tendance à se servir de ça. Des pieux mensonges… Pour éviter d’inquiéter ou de blesser ses proches.
Vous êtes prêt à tout pour ne pas faire de vagues, même à prendre sur vous la responsabilité d’erreurs ou de fautes. – Il sourit, plutôt surpris qu’un test dans un magazine lui parle si bien. Observant alors l’explication qui suit sur l’origine de son absence de susceptibilité.

Manque d’estime de soi, car tout accepter de l’autre révèle que l’on se considère comme de peu de valeur et à vrai dire, c’est entièrement ça. Trent n’est pas du genre à s’estimer au-dessus des autres, que du contraire. Les quelques lignes sur l’existence probable d’une éducation très autoritaire à base de menace, de vexation, et d’humiliation lui font crisper les doigts sur les pages du test… Ses pensées se tournant immédiatement sur son père, un homme abusif qui a toujours vu en son fils qu’une tafiole, qu’un déchet, qui finirait ses jours à la rue… Et le fait que la vie lui ait donné raison ne fait qu’empirer ce sentiment de n’être qu’un bon à rien.

Il finit par refermer les pages du magazine avant même de lire le paragraphe sur les conseils, se relevant, glissant sa guitare sur son dos, il retourne près de la poubelle pour jeter celui-ci. Il décide alors d’aller faire un tour, défaut de remplir son estomac, il se remplirait d’air pollué de Londres. Passant alors devant un magasin de hi-fi, il s’arrête quelques minutes devant la vitrine pour observer les gros titres. C’est un homme, au journal télévisé, qui explique comment se défendre face à un être surnaturel comme un vampire ou un lycan… Il ne peut pas s’empêcher de restant quelques minutes. Il doit bien admettre que c’est l’une de ces plus grandes peurs, devoir faire face à l’un ou à l’autre. Lui… Qui n’a pas de toit pour se protéger… Il fait une telle cible parfaite. Il lui arrive parfois de remplir ses poches d’ails quand il peut en piquer au marché.

Mais les soirs de pleines lunes sont se qui l’effraie vraiment. N’ayant nulle part où se cacher.

Concrètement, il ne les déteste pas, mais il est difficile d’accepter une autre race lorsqu’on est, techniquement, la proie de cette race.
Plus il est loin d’eux, mieux il se porte et il aura plutôt tendance à croire qu’il faudrait au moins les ficher, leur mettre une puce ou autre… Faire une sorte de registre, les surveiller en somme…



Le passé qui m'a construit
Originaire de Crail, un petit village de pêcheurs en Ecosse, Trent y vit le jour et aurait techniquement été destiné à y vieillir et y mourir comme les générations précédentes, mais il y en a, comme lui, qui ne se sent pas d’y rester et qui fera absolument tout pour pouvoir quitter les lieux. Sa mère, Jeanne, est une femme au foyer, aimante, ayant donné naissance à cinq vigoureux garçons dont son petit dernier…Trent… Simon, son père, est un pêcheur aussi haut que large, fier d’avoir eu que des fils, c’est un homme autoritaire qui attend des hommes d’être des hommes. Plutôt archaïque dans sa vision des choses et du monde. Trent aime profondément sa mère, mais a toujours eu une relation très conflictuelle avec son père qui ne cessait de le comparer au reste de ses frères.

Lui était mauvais en sport alors que ses quatre grands frères avaient toujours été la fierté de leur père en rapportant des coupes dans des sports tous plus virils les uns que les autres. Ils n'étaient pas des flèches intellectuelles, mais il faisait le minimum requit là où Trent n’a jamais réussi à trouver sa place dans le système éducatif classique. À vrai dire, en grandissant, Trent se désintéressait complètement de tout ce qui était viril, c’était un garçon d’une grande sensibilité et s’il avait gagné une livre à chaque fois que son père lui avait « arrête de chialer, les garçons, ça pleurent pas », il ne serait pas à la rue aujourd’hui.

Sa nature sensible fit naître la fibre artistique chez le jeune homme qui se tourna alors vers la musique, et même là… Il ne trouva pas grâce aux yeux de son père malgré sa "musique de sauvage" "musique de paumer". Rien, absolument rien, semblait faire naître chez son paternel une once de fierté pour son benjamin. Mais il devait bien se reconnaître une force, c’est qu’il ne fut pas capable de sacrifier cet amour. Défoulant sa peine et ses émotions d’adolescent sur le papier, il s’offrit une guitare à l’aide des quelques boulots d’été qu’il pouvait fournir au village et commença à rêver d’une autre vie… Se voyant partie à la ville pour monter son groupe et percer !

À la seconde où ce rêve effleura son esprit, son destin fut scellé, dès qu’il eut la majorité, il prit ses maigres économies pour pouvoir partir avec son meilleur ami pour Londres. Rick et lui étaient prêt à croquer la vie à pleine dent, loin de s’attendre aux difficultés qu’ils trouveraient sur leur route et à vrai dire, tout leur souriait. Ils avaient réussi à décrocher un emploi de serveur dans un pub, à se trouver un appartement en colocation, et même très rapidement à monter leur groupe. « Just Insane » était né et il vécut le frisson de faire ses premiers concerts dans le quartier de Camden. Tout leur souriait, ce n’était pas parfait, ils n'étaient pas ultras connus, mais c’était un début et un bon début. Rick, Kady, Lucas et lui s’entendaient plutôt bien, ils avaient la naïveté de la jeunesse pour eux, se sentant capable de décrocher la lune ensemble.

Mais, et vous vous y attendez, cette histoire-là ne se termine pas bien. C’était un soir comme beaucoup d’autres, ils avaient fait un concert pas trop mal avec du monde et une ambiance de folie et ils avaient largement et amplement fêter ça. Rentrant ensemble et à pied pour leur appartement… Aucun d’eux ne s’étaient réellement soucier de leur état d’ébriété plus qu’avancer et du fait qu’ils étaient des proies particulièrement faciles. C’est Kady qui fut la première victime sous les regards perdus d’incompréhension de ses amis. Lorsqu’ils comprirent, il était déjà trop tard, Lucas fut la seconde victime, il tomba à terre en cherchant à fuir mais ses jambes imbibées d’alcool ne furent d’aucun secours. Il se souvint s’être pissé dessus en voyant les canines, le regard meurtrier et tout ce sang. Rick, prit d’un courage que lui n’avait pas, tenta de venir en aide à leur ami, mais ne récolta au final que le même sort alors que lui…

Lui resta complètement inerte, paralysé par la peur et baignant dans sa pisse. La terreur dans ses yeux, il a encore du mal aujourd’hui à vraiment comprendre ce qui s’est passé et comment il s’en est sorti. Il se souvint d’une intervention extérieure avant qu’il ne soit lui-même attaquer, d’une voix lui ordonnant de courir, d’un début de combat durant lequel il était resté paralyser. Il se souvint voir été secoué, gifler et de recevoir à nouveau l’ordre de fuir et au final… C’est ce qu’il fit.
Il se leva, prit les jambes à son cou, et fuyait. Il ne sut jamais qui avait tué ses amis ce soir-là, ni même qui lui a sauvé la vie.

Mais son état de stress qui suivit lui fit perdre son emploi en quelques semaines, son appartement en quelques mois et il se retrouva rapidement à la rue, il aurait probablement dû rentrer chez lui, mais il ne trouva pas la force d’affronter la honte de son père s’il venait à apprendre qu’il avait fui plutôt qu’affronter le vampire, il ne voulait pas l’entendre lui répéter qu’il avait eu raison dès le départ.

Alors, au lieu de faire vraiment le deuil de ses amis, il chassa et refoula ce souvenir tellement loin en lui qu’il n’en garde aujourd’hui absolument rien, se refusant à accepter ce qui s’est passé et s’imaginant simplement que le groupe s’est séparé un soir. Il se raccrocha à la musique, persuadé que la chance lui sourirait à nouveau ou simplement incapable de regarder la réalité et l’horreur en face. Survivant comme il le peut, il lui arrive parfois d’aller jusqu’à se prostituer pour pouvoir se nourrir ou ne serait-ce qu’avoir un toit au-dessus de sa tête le temps d’une passe.


Fiche faite par Bryan Grey (Law) pour le forum Londres et Ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bryan Grey

L'administrateur sadique
avatar
L'administrateur sadique


Messages : 2833
Points : 3392
Niveau de puissance : Louveteau
Emploi et loisir : Mercenaire

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Taille:
Emploi: Mercenaire

MessageSujet: Re: Trent Sloane - Plus je lutte, et plus mes blessures s'approfondissent. Mer 7 Juin - 14:32

Yop, re-bienvenue!! ^^

Jolie plume, comme d'habitude: j'ai dévoré ta fiche! Un autre personnage bien intéressant. On a envie de le prendre sous notre aile, j'ai pitié pour lui! ><

Bref, tout me semble parfait dans la fiche! Tout fonctionne et tout y est, du coup je te valide de ce pas Wink

Bon jeu!!


Tu es validé!



Bienvenue parmi nous! Le pire moment est fini. Courage, on a presque terminé!

Maintenant, c'est l'heure de la paperasse:
✦ Valider les règlements, si ce n'est pas déjà fait ➤ ici;
✦ Il faut recenser son avatar ➤ ici;
✦ Recenser son nom, si ce n'est pas déjà fait ➤ ici
✦ Receser le double-compte, si c'est le cas ➤ ici
✦ S'il y a un emploi, il faut le recenser ➤ ici
✦ Créer votre carnet de connaissances et de relations et le maintenir à jour ➤ ici
✦ Créer votre carnet d'évolution des RP et le maintenir à jour ➤ ici

Et n'oublie pas: Amuses-toi bien parmi nous!


✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Fiche ♦️ Connaissances ♦️ Suivi de RP ♦️ #ffffff ♦️
Carte d'identité de la brigade de l'ombre:
 


• I've never been perfect, but neither have you •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Trent Sloane - Plus je lutte, et plus mes blessures s'approfondissent.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» LA LUTTE CE RAT SERREE ENTRE MALICE ET KAKAKOK POUR LA MERE RUE DU CAP !
» Claudy Gassant, 1ere victime de la lutte anti-corruption ?
» Reddition des comptes: cle de la lutte anti-corruption

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Espace membre :: Présentation :: Registre officiel :: Registre officiel des Humains-
Sauter vers: