Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

Lost in translation -pv Masa-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Lorenzo V. Spencer

Guilde de Saint-Pierre
avatar
Guilde de Saint-Pierre


Messages : 163
Points : 165
Niveau de puissance : Vampire Respecté
Emploi et loisir : Chirurgien

Feuille de personnage
Âge: 200 ans
Taille: 1m90
Emploi: Chirurgien

MessageSujet: Lost in translation -pv Masa- Ven 26 Mai - 5:03

Détendu, Lorenzo arpentait tranquillement les rues pour rentrer chez lui. Sa cigarette électronique coincée entre ses lèvres, il repensait à la geisha tout en laissant derrière lui, un nuage mentholé.

Après le cours de grimage, alors qu’il était encore recouvert de fard, il lui avait demandé sa carte. Tant qu’il ne l’avait pas eu entre les mains, il doutait fort des probabilités de réussite de sa requête. Il n’avait pas l’intention d’apprendre cette langue, mais approfondir sa connaissance en matière de robes le tentait bien. Il gloussa de ses bêtises. Cela faisait plus de deux semaines maintenant et il n’avait toujours pas pris quelques minutes pour inventer une excuse pour le rappeler…

Pendant un laps de temps, Lorenzo  avait réussi à chasser de son esprit les pensées parasites qui alourdissaient sa vie. Celles qui le faisaient ployer sous le poids de son échec à trouver un remède, un vaccin, une solution qui serait aussi sa vengeance. Il n’avait plus songé à sa condition de vampire, mais s’était rêvé de nouveau humain.

Son attitude amusée s’effaça au profit de cette mine sombre et sévère qui était la sienne dès que ses préoccupations reprenaient le dessus. Il se focalisa sur la rue devant lui afin de ramener la paix dans son esprit et mâchouilla l’embout de sa cigarette pour se calmer.
Pestant contre sa faiblesse à se laisser submerger par sa colère, il retira l’embout malmené de sa bouche. Nul besoin de vérifier, il l’avait une nouvelle fois massacré. Il en avait toujours plusieurs d’avance chez lui. En attendant, il jeta le tout au fond de sa besace, et fouilla au milieu de son bordel afin de retrouver son paquet de clopes – des vraies cette fois – et son briquet.

L’un des avantages à être un mort en sursis, c’est qu’il pouvait fumer, sa fin ne viendrait pas de là.

Il respira l’odeur du tabac, comme une gourmandise, puis, la cigarette entre les lèvres, il s’approcha du briquet. La flamme vacillante colora sa peau pâle de reflets orangés. Lorenzo aspira longuement, savourant la chaleur et le goût de la nicotine avant de souffler la fumée vers les cieux enténébrés.

Planté au milieu de la rue, il fumait. Expulsant ses noirs desseins, faisant de ses expirations des expiations.

La vibration de son biper  le ramena instantanément à la réalité. Dans un froncement de sourcils, il récupéra le petit boitier, jeta un coup d’œil et stoppa l’alarme.

Fini amusement et humeur légère.

Il râla tout en fourrageant encore une fois dans sa sacoche afin de retrouver son portable. Une fois l’objet de sa convoitise trouvé, il rappela le numéro  tout en déposant dans son fouillis, le paquet de clopes et  le briquet.

A l’hôpital, les équipes savaient qu’ils pouvaient compter sur lui en cas d’urgences. Lorenzo n’avait pas de famille et peu d’amis, aussi, ne lui restait-il que son métier pour combler le vide de sa trop longue existence.

Il allongea le pas, et se dirigea vers son lieu de travail.

Il n’avait pas franchi le hall des accueils, que déjà une infirmière se précipitait vers lui pour le conduire un peu plus loin, où les accidentés étaient parqués. Tout en marchant, elle exposait rapidement la situation à Lorenzo.

Il écoutait, sentait et regardait son environnement. Une vraie boucherie, comme à chaque fois que des piétons se faisaient charger par un chauffard ivre. Celui-ci avait percuté plusieurs voitures avant d’aller se loger dans la vitrine d’une superette. Le bilan était dramatique. Le chauffard était mort. Cela éviterait à Lorenzo d’être obligé de sauver un assassin.

Au fur et à mesure qu’il progressait, l’infirmière le débarrassait de ses affaires et lui tendait une blouse, des gants. Pour un premier bilan, il n’avait pas besoin de plus. En progressant au milieu des blessés, il savait déjà qui allait survivre et qui n’y parviendrait malheureusement  pas.

Il se retrouva devant le brancard d’un vieil homme. Celui-ci gémissait et marmonnait des choses absolument incompréhensibles tout en se tenant le ventre. Le personnel se regardait mais personne n’était en mesure de traduire. Le pauvre homme se tortillait tellement que personne n’avait réussi à l’examiner correctement.

Agacé, Lorenzo hurla « Avez-vous  fouillé ses poches pour trouver une personne à appeler ? Un nom, quelque chose qui nous permette d’établir un  contact ?! »

Il savait très bien que le personnel autour de lui connaissait le métier, mais gueuler un bon coup le soulageait.

Une voix s’éleva « Bien sûr que nous avons regardé ses vêtements, et nous avons même demandé si il y avait une personne qui pouvait servir de traducteur, mais rien… ».

La voix se tut, résignée.

Traducteur…traducteur…asiatique…

« Dans ma sacoche, il y a une carte, va la chercher et ramène-moi ça » il s’était adressé à l’infirmière qui s’était occupé de ses affaires… «  Et mon portable aussi… »

Peut-être que monsieur…Sakamoto allait enfin pouvoir montrer l’étendue de son savoir et se rendre vraiment utile.

L’infirmière revint rapidement, brandissant le carton et le téléphone.

« Compose le numéro et passe le moi »

Tout en parlant, il tentait vainement d’ausculter le vieil homme. il y avait trop de monde, trop de battements de cœurs pour qu'il puisse isoler clairement celui du vieil homme.

« Lorenzo Spencer à l’appareil…J’ai besoin de vous, tout de suite, à l’hôpital. Je vous attends, c'est urgent »

Satisfait, il fit signe à l’infirmière de raccrocher. Il avait enfin contacté la geisha.
Avant de retourner à son patient il précisa à l’assemblée «  Si vous voyez un asiatique en robe, c’est lui…le traducteur »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masanari Yasahiro


avatar


Messages : 194
Points : 307
Niveau de puissance : Vampire Supérieur
Emploi et loisir : Professeur de Japonais à son compte.

Feuille de personnage
Âge: 195 ans
Taille: 1m71
Emploi: Prof de japonais à son compte

MessageSujet: Re: Lost in translation -pv Masa- Jeu 15 Juin - 15:58


Ici
Yasahiro
Masanari
Lost In Translation
Masanari s’ennuyait… Il se sentait seul bizarrement. Comme d’habitude ceci dit, ses journées se ressemblaient trop et de longues nuits solitaires ne satisfaisaient pas ses envies. Il voulait mordre, planter ses crocs dans la chair d’un individu et sentir des mains parcourir son corps trop froid afin d’y apposer leur affection. Et le pire dans tout ça était qu’il n’arrivait pas à se sortir le malotru de la tête et l’associait à de telles idées. Lorenzo Spencer. Contrairement à lui il avait retenu son nom à la perfection, ses traits carrés, ses cheveux noirs qu’il avait eu l’occasion de toucher. Masanari pouvait fermer les yeux et imaginer tous ses fantasmes sur cet individu en même temps qu’il voulait lui faire payer pour s’être moqué de lui. Et ça lui avait plu. Sa longue vie était tellement monotone, cela venait la pimenter quelque peu. Masanari se sentait l’envie de posséder Lorenzo, de le faire sien. Le problème était qu’il n’avait aucune idée d’où commencer un tel projet et quels en seraient les tenant et aboutissants. Au final il ne savait pas quoi faire.

Le vampire tâcha de faite de penser à autre chose, de se le sortir de la tête de force. Mais plus il y essayait, plus cette idée virait à l’obsession. Il voulait le revoir. Alors il hésitait. Passait parfois vers l’hôpital en se baffant mentalement d’agir comme un ado timide ou un pervers stalker, espérant un signe de sa proie. Il n’osait pas l’aborder même en voyant sa haute silhouette de temps à autre. Il lui fallait un plan, savoir quoi lui dire, ne pas avoir l’air de dépendre d’un regard. Ce jour-là, ou plutôt cette nuit, faisait exception. Il avait décidé de ne pas y aller, de ne pas avoir encore l’air idiot ou timide, de ne pas s’enfoncer un peu plus vers l’absurdité que prenait sa vie. Un appel ? Il décrocha.

Ses émotions arrivèrent à faire une montagne russe en une petite seconde. Joie stupide puis colère se succédèrent soudain à une vitesse effarante grâce à une seule phrase. Lorenzo l’avait appelé. Lorenzo l’avait seulement appelé parce qu’il avait besoin d’un traducteur d’urgence à l’hôpital. Le malotru. S’évertuant à garder son calme, Masanari respira un grand coup, mis ses bottes et sortie furieusement de son appartement, ne portant cette fois pas de kimono – il n’avait pas eu l’intention de sortir – mais juste un pantalon noir et un haut qui restait assez d’inspiration asiatique pour que l’on reconnaisse sa marque de fabrique. Ses longs cheveux étaient détachés sans fioritures et ses yeux brillaient de l’envie de faire payer Lorenzo pour ce dérangement.

Le vampire s’élança dans les rues, usant de sa rapidité surnaturelle afin de compenser le manque de voiture. Il ignora les gens qu’il croisait, sa fureur s’abaissant légèrement au contact de l’air frais nocturne. Néanmoins, cela ne suffisait pas à lui faire oublier que Spencer avait dédaigné sa culture et son cours pour finalement l’appeler au secours parce que môssieur avait un petit souci pour parler japonais. Comme quoi cela lui aurait été utile ! Il entendit avant de le voir l’hôpital, à cause des sirènes d’ambulance puis de l’odeur de sang et de médicaments attaquant ses sens. Masanari fronça légèrement le nez et s’avança d’un air assuré parmi toute l’agitation afin de chercher ce pourquoi on l’avait appelé – ses sentiments passaient au second plan pour le moment. Heureusement, il semblerait que le personnel avait été prévenu de son arrivé, même s’il dû confirmé être le traducteur. Son ouïe fine capta le marmonnement d’une infirmière « mais il n’est pas en robe » avant qu’elle ne se remette au travail.

Serrant les dents, Masanari se jura qu’il ferait payer cela au malotru. Une autre tare sur la liste qui s’allongeait. On le guida jusqu’à un vieil homme, vraisemblablement blessé qui essayait de communiquer sa souffrance aux membres du personnel bien embêté. Il ignora superbement Lorenzo et s’approcha de l’humain avant de comprendre que…. C’était du coréen. Magnifique. S’adressant à qui voulait l’entendre il déclara :

- Ce n’est pas du japonais. Mon coréen est un peu rouillé mais on va devoir faire avec.

Un peu comme un français pouvant éventuellement faire ressurgir des bases d’allemand de son esprit. Masanari ne pouvait pas tenir de grand discours profond, mais peut être que le fait de prononcer quelques mots calmerait assez l’individu pour que les infirmiers puissent faire leur travail. Faisant de son mieux pour se montrer patient et rassembler ses souvenirs malgré l’environnement déplaisant, le japonais articula en coréen quelque chose devant ressembler à :

- Je m’appelle Masanari et toi ? Eux t’aider.

Il avait surement fait une faute mais il espéra que ce serait suffisant pour avoir un nom. Ensuite, il désigna le personnel soignant et ne savait pas quoi faire de plus, attendant avec impatience que tout soit réglé pour qu’il échappe aux odeurs de cet endroit et qu’il… règle ses comptes avec le docteur Spencer.
.



✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo V. Spencer

Guilde de Saint-Pierre
avatar
Guilde de Saint-Pierre


Messages : 163
Points : 165
Niveau de puissance : Vampire Respecté
Emploi et loisir : Chirurgien

Feuille de personnage
Âge: 200 ans
Taille: 1m90
Emploi: Chirurgien

MessageSujet: Re: Lost in translation -pv Masa- Dim 18 Juin - 5:32

Une cohue de journalistes battait le pavé devant l’hôpital, les plus téméraires n’hésitaient pas à entrer  et se faire passer pour de la famille afin d’obtenir des renseignements. Le personnel submergeait ne savait plus où donner de la tête et surtout essayait de la garder froide afin d’agir pour le mieux.

Lorsque Lorenzo vit le japonais, celui-ci ne portait pas son bout de chiffon fleuri sur le dos mais une tenue des plus sobres. Il ne put s’empêcher d’esquisser un petit sourire avant de revenir rapidement à des préoccupations plus grave qu’un bout de tissu. Cet homme avait le don de le contrarier et de faire ressortir sa mauvaise foi.

« Ses cheveux bordel !! Ils  pendouillent partout ! Foutez-lui une charlotte sur la tête ! Il y a assez de saloperies qui traînent comme ça»

Tandis qu’une infirmière tentait de faire tenir sous une ridicule charlotte en papier bleu la masse sombre du japonais, Lorenzo s’était rapproché, prêt à recueillir les renseignements vitaux. Il  n’était pas question de lui donner un produit dont il serait allergique et qui le tuerait plus sûrement que l’accident.

Le brouhaha autour d’eux était assourdissant mais lorsque le brun annonça qu’il s’agissait de coréen, Lorenzo ne peut s’empêcher d’exploser.

«Je me fous de ce que c’est, pour moi c’est du chinois…je veux une traduction ! Pourquoi je t’ai fait venir ICI à ton avis ?... » Il regarda autour de lui, et apercevant les journalistes, fonça vers un cameraman et une femme qui parlait dans un micro. Il l’attrapa par le bras et la poussa à l‘écart avant de souffler « Vous êtes en direct ? »

Elle lui répondit par un hochement de tête.

«  Venez par ici et rendez-vous utiles pour une fois »

Il ne remarqua pas le regard assassin qu’elle lui envoya. Elle préféra malgré tout ne rien répondre. Grâce à ce malotru, elle tenait un super direct…

Tout en se dirigeant vers le patient, il lui exposa la situation. Il avait besoin de connaitre l’identité de cet homme, un coréen. Ils devaient mettre son visage à l‘écran et demander à ce que la famille appelle l’hôpital.

Dans les secondes qui suivirent, ils furent inondés d’appels. Après vérification, ils découvrirent l’identité du vieil homme ainsi que la garantie qu’il n’avait aucune allergie. Sa fille, qui les avait renseignés, arrivait aussi vite que possible.  Ils avaient malgré tout pris la précaution de lui demander la traduction de ce que son père répétait depuis son arrivée.

Lorenzo vit les yeux de l’infirmière s’arrondir puis, elle secoua la tête avant de raccrocher et d’annoncer :
« Il demande à aller faire pipi… »
« Il a envie de pisser ?!... faites le nécessaire et ensuite, continuer la batterie d’examens…et toi, tu viens avec moi étant donné que tu es nul en coréen… tu ne sers à rien… » Puis, s’adressant à l’infirmière « Si vous avez besoin pour le bloc…sonnez-moi… »

Il y avait une armada d’urgentistes qui géraient la situation, ils n’avaient plus besoin de lui pour le moment.

Lorenzo attrapa fermement le japonais par le coude et en quelques enjambées, ils quittèrent le champ de bataille qu’était devenu les urgences pour s’isoler dans une pièce minuscule, ressemblant plus à un placard qu’à un bureau.

La pièce n’avait aucune ouverture et des étagères ornaient tous les murs, eux-mêmes recouverts d’une horrible peinture vert délavé. Il referma derrière eux et lâchant enfin l’asiatique, il farfouilla sur les étagères et trouva une de ses cigarette électronique qu’il dispersait au gré de ses besoins. Après vérification du niveau du produit, il l’alluma. Ce n’est qu’une fois son cérémonial fini qu’il porta son attention sur le vampire. Il posa ses fesses sur la minuscule table qui faisait office de bureau ou de…dépotoir, vu le nombre incalculable de choses qui s’amoncelaient en une pyramide à l’équilibre précaire. Une chaise pliante en plastique rouge ajoutait une touche criarde dans cet univers fané, bercé par le ronronnement d’un table-top qui avait connu des jours meilleurs.

L’odeur de menthe l’enveloppait lentement, masquant presque les autres odeurs dont celle tenace et écœurante du sang.

Lorenzo détaillait le brun tout en fumant. Sans se gêner. Comme il l’aurait fait d’un insecte sous un microscope. Il souffla un nuage mentholé tout en lâchant d’un ton ironique « Tu es sûr de vouloir continuer dans le professorat ...j’ai des doutes quant à tes capacités…tu as eu quoi…deux ans cents pour apprendre ou réviser, et le jour où  je fais appel à tes services, tu n’es même pas foutu de comprendre que le vieux a envie de pisser… »

Il inspira longuement avant de pointer son index vers la tête du japonais où l'affreuse charlotte bleue ornait toujours le somment de son crâne « Je crois que tu peux enlever ce truc ridicule maintenant, sauf, si tu veux le garder en souvenir… »

En plus du ton ironique, un sourire narquois avait pris place sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masanari Yasahiro


avatar


Messages : 194
Points : 307
Niveau de puissance : Vampire Supérieur
Emploi et loisir : Professeur de Japonais à son compte.

Feuille de personnage
Âge: 195 ans
Taille: 1m71
Emploi: Prof de japonais à son compte

MessageSujet: Re: Lost in translation -pv Masa- Ven 23 Juin - 16:24

HRP:
 


Ici
Yasahiro
Masanari
Lost In Translation
Les éléments s’enchainerent quasiment a une vitesse vampirique. En deux temps trois mouvements, Masanari se retrouva affabule d’une charlotte et évincé de la scène a cause d’une soit disant inutilité. De fait il laissa Lorenzo s’occuper des journalistes et du vieil homme afin de savoir ce qui n’allait pas chez lui. Il tacha de rester digne malgré la situation ; c'est a dire un malotru qui le malmenait encore. Logique qu'il ne parle pas coréen tout de même ! C’était un japonais ! Une fois la situation réglée il se retrouva embarqué dans les couloirs. Qu’est ce qu'on lui voulait encore ! Le vampire n’etait plus très sur de ses propres intentions. Peut être que son congénère le détestait vraiment ? A l’étroit dans ce petit placard - comment appeler cette pièce immonde autrement ? - le vampire doutait. Ses yeux rougeoyant passaient sur le bazar environnant, critique, avec un air pincé. Figer comme statue, Masanari attendait le verdict, le jugement de l’analyse muette du docteur Spencer. Quelle était l’odeur la plus malodorante entre le sang de l’accident et la menthe artificielle ? Un nouveau débat mental venait d’apparaitre dans sa tête.

« Tu es sûr de vouloir continuer dans le professorat ...j’ai des doutes quant à tes capacités…tu as eu quoi…deux ans cents pour apprendre ou réviser, et le jour où  je fais appel à tes services, tu n’es même pas foutu de comprendre que le vieux a envie de pisser… »

Un sourcil haussé, le japonais n'en revenait pas d’autant de mauvaise foi. Apres sa seconde phrase, le vampire prit sur lui pour ne pas lui sauter a la gorge et enleva froidement la charlotte, libérant ses cheveux noirs de jais, quasiment trop long pour être pratiques. Il jeta l’objet sur le bureau sèchement et siffla entre ses lèvres :

- Parce qu’en plus du fait d’être un malotru vous êtes complètement con ?

C’était de son point de vue tout a fait mérité.

- Un professeur d’anglais doit il savoir parler italien ? Linchez vous aussi les professeurs de français quand ils ne parlent pas allemand ?

Il s’approcha, sa fureur allumant ses yeux, persiflant :

- La seule raison pour laquelle vous m’avez appelé après deux semaines , il avait compté, est pour un soucis de traduction que vous auriez pu résoudre si vous aviez été attentif un minimum au cours de japonais afin d’identifier la sonorité de la langue. Cela vous aurait fait gagner du temps et épargner ma présence.

Tout ça pour ça. Le vampire devait bien se rendre a l’évidence : il était fort possible que Spencer ne l’apprécie pas forcement, et le japonais ne comptait pas s’abaisser a quémander sa sympathie. Apres s’être approché suffisamment, Masanari arracha d’un mouvement sec la cigarette électronique des mains de son interlocuteur, un geste qui n’était pas sans rappeler celui de Lorenzo envers le bouchon de Ljol. Il porta l’engin a sa bouche, quasiment provoquant et inspira une bouffée passant outre l’odeur qu’il trouvait insipide mais il voulait se donner un minimum de prestance, puis lui souffla dans la figure histoire de lui rendre la pareil, restant dans un silence accusateur furieux. Et curieux quand a la réaction de son interlocuteur, bien que peu optimisme sur le fait d’avoir des excuses.

✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo V. Spencer

Guilde de Saint-Pierre
avatar
Guilde de Saint-Pierre


Messages : 163
Points : 165
Niveau de puissance : Vampire Respecté
Emploi et loisir : Chirurgien

Feuille de personnage
Âge: 200 ans
Taille: 1m90
Emploi: Chirurgien

MessageSujet: Re: Lost in translation -pv Masa- Dim 25 Juin - 2:47

Une chose était certaine, Lorenzo avait réussi à faire sortir le japonais de ses gonds. Il ne savait pas trop s’il devait s’en réjouir ou pas…car au final, il ne le connaissait pas et n’avait aucune envie de se retrouver enfermé dans ce cagibi avec un vampire déchaîné.

Il regardait le brun vociférait et s’il avait été humain, Lorenzo ne doutait pas que Masa aurait viré au cramoisi tant il était furieux. Fort heureusement, il ne risquait pas de lui claquer entre les mains en ratant un battement de cœur. À la rigueur, il pouvait lui sauter à la gorge mais, le japonais semblait avoir un minimum de civilité…surtout avant de rentrer dans cette pièce…

Lorenzo secoua la tête et fronça les sourcils lorsque Masa le traita de « con » et lui fit la leçon, ce qui était presque normal pour un mec qui se voulait professeur. Il resta  abasourdi et ne pensa même pas à lui couper la parole. Il attendit que le brun finisse de déverser sa rancœur sur lui pour se défendre mais alors qu’il allait ouvrir la bouche, celui-ci lui arracha sa cigarette, s’en servit et lui recracha sa fumée au visage.

Plusieurs idées lui traversèrent l’esprit, toutes plus sanglantes les unes que les autres, mais il opta pour «  la médiation selon Lorenzo » et se redressant, il planta ses prunelles vertes dans celles de l’asiatique avant de hurler « Tu te fous de moi !!! Tu sais très bien que je suis venu dans ta salle pour attendre un confrère et non pour prendre un cours de japonais…et même si je m’étais intéressé à tes blablatages, crois-tu vraiment  qu’en quelques heures, on peut sortir de là en arrivant à faire la différence entre du japonais, du coréen ou du chinois, c’est du grand n’importe quoi ! Et ne mets pas les autres professeurs dans ces histoires… » Il fit un geste de la main « J’aurai peut-être dû appeler le blanc-bec… » Il accompagna la fin de sa phrase par un petit sourire narquois avant de continuer « Parce que moi,  si je me revendique  chirurgien  lorsque j’ouvre quelqu’un, je sais ce que je dois faire ! Je suis un professionnel, pas un amateur !» et il jugea que cela était préférable pour la survie de ses patients.

Son regard se porta sur sa cigarette électronique, toujours en possession du vampire colérique, puis revint sur le visage déterminé de l’asiatique. En fouillant minutieusement toutes les étagères et tiroirs du cagibi, il était quasiment sûr d’en trouver un deuxième exemplaire, voire un troisième. Il les semait littéralement mais cela n’était peut-être pas une bonne idée, ni le bon moment. Il resta donc les fesses posées sur son bureau et croisa les bras sur son torse, épiant son vis-à-vis.

Il ne put  s’empêcher de rajouter «  Avoue que j’ai raison…il ne…»

Sa phrase resta en suspens, interrompue par la sonnerie de son bip qui emplit la minuscule pièce d’un son strident. Il s’empressa de répondre. Lorenzo fut debout près de la porte en une fraction de seconde, la main sur la poignée, il lança un regard moqueur à Masa tout en déclamant d'un ton non moins moqueur «Je vais pouvoir tester mes connaissances »

Il ouvrit la porte.

« On peut se voir plus tard…Tu as attendu deux semaines,  tu devrais survivre à quelques heures. Je t’appelle lorsque j’ai fini »

Sans attendre de réponse, il fila rejoindre son équipe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Lost in translation -pv Masa-

Revenir en haut Aller en bas
Lost in translation -pv Masa-
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» lost in translation [camille]
» Questions ► lost in translation
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: St-Thomas' Hospital-
Sauter vers: