Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 

Partagez|

Manael Deletraz, humain libre.[Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Manael Deletraz

Humain Libre
avatar
Humain Libre


Messages : 17
Points : 226

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Taille:
Emploi: Plaquiste

MessageSujet: Manael Deletraz, humain libre.[Terminé] Jeu 18 Mai - 3:33




ManaëlDeletraz



Identification

Nom: Deletraz
Prénom: Manaël Théo Goeffrey
Surnom: Mana
Âge: 22 ans
Sexe: Masculin
Orientation sexuelle: Bisexuel
Pays d'origine: France
Race: Humain
Groupe: Libre
Emploi: Plaquiste officiellement – paysagiste, dessinateur et peintre par envie
Supérieur immédiat: Est son propre patron.


Derrière l'écran

Prénom: Cf Chléo Maters/Danae Eliipsa
Surnom: //
Âge: //
Découverte: //
Fréquence de connexion: //
Autres personnages: //
Autres trucs sur vous: //
Commentaires: Toujours aussi bien /o/ Rien à dire, ce forum est trop bien \o\ Et actif ! (Ce qui est important ! X.X)

Le physique qui me différencie
         Baillant, Manaël mit la main devant sa bouche, il souffla la fumée dans l’air qu’il inspirât. Assis en hauteur, sur un muret, il regardait le soleil se coucher lentement, se reflétant dans sa pupille marbrée et son autre pupille blanche. Tout en expirant une dernière fois, il écrasa le mégot contre la pierre. Il se laissa tomber au sol et alla jeter le mégot dans une poubelle non loin, ses bretelles de sa salopette nouées autour de sa taille dévoilant son corps ordinaire, ni trop musclé, ni pas assez, entièrement recouvert de tatouages.

         Pourquoi autant de tatouages ? Au départ, c’était pour cacher sa maladie, cacher ses manques de couleur par endroit sur son corps, formant des tâches blanches parsemant sa peau beige. Des mèches blanchâtres contrastaient sa chevelure brune et sa barbe qu’il laissât pousser. Ses modifications physiques étaient ensuite devenues une passion, faisant toujours plus de tatouages par envie, sans réellement de significations pour lui. Les dessins indélébiles n’étaient pas les seuls modifications faites sur son corps, récemment, il s’était fait un petit plaisir personnel en se faisant percer les tétons : deux simples percings noirs dont les extrémités étaient des boules.

         Manaël se pencha en avant pour attraper ses bombes de peinture qu’il rangeât dans un sac. Il le jeta sur son épaule. Son paquet de cigarette sortait de sa poche arrière. Il sourit et fit volte-face.

         - Miskty, tu viens ma belle ? On rentre à la maison.

         Il s’accroupit et tendit la main, quelques secondes après, un furet au pelage gris grimpa sur son bras pour s’installer sur ses épaules nues. Un petit animal qui ne le quittait jamais, quoi qu’il arrivât. Manaël se baladait toujours avec elle. Il ouvrit les portes arrières de sa camionnette blanche qu’il passât du temps à décorer, pour y déposer son sac. Son furet sauta dans le coffre et il referma derrière elle. Il vint s’installer derrière le volant en glissant une cigarette entre ses lèvres avant de l’allumer. Il passa sa main dans ses cheveux bruns et blancs en se regardant dans le rétroviseur. Sa lèvre supérieur comportait une légère cicatrice éclaircissant sa peau d’un trait court et fin. Il ricana et mit le contact.

         La salopette était son vêtement de travail, habituellement, le jeune homme était plus du genre à mettre des vêtements simples, sans trop de dessins, privilégiant le confort à l’esthétique. C’est pour cette raison que chez lui, il marchait continuellement pieds nus tout aussi tatoués  que le reste de son corps.


Le psychologique qui m'habite
         Calme♦Poli♦Serviable♦Accroc♦Extraverti♦Parle peu♦Froid♦Amoureux de ses animaux♦Bienveillant♦Bon vivant♦Raisonnable♦Connecté

         Il arriva enfin chez lui. Le jeune homme se déchaussa et laissa son furet marcher sur le dossier de son canapé en cuir noir. Il déposa son sac de peinture dans son placard. Lentement, il se dirigea dans sa chambre où il alluma son ordinateur pour, comme à son habitude, parler à sa soeur. Miskty sauta sur le lit et Manaël se laissa tomber dessus. Le furet vint lui renifler le visage, il sourit et embrassa son animal de compagnie. Le jeune homme l’aimait sincèrement, comme un père aimerait son enfant.

         Manaël se laissa glisser sur le côté pour déposer son paquet de cigarette sur sa table de chevet. Cela faisait maintenant deux mois qu’il faisait tout pour tenter de diminuer sa quantité de cigarette fumées par jour. Il était malheureusement accroc à la nicotine mais il faisait tout ce qu’il pouvait pour se contrôler. Lorsque son ordinateur fut allumé, il s’installa pour aller sur son réseau social favori. Il remarqua que sa sœur lui avait envoyé un message :

Spoiler:
 

         Il soupira et lui répondit avec le sourire, il aimait tellement sa petite soeur. Manaël était une personne connectée entre son téléphone mobile et son ordinateur mais cela ne voulait pas dire qu’il restait chez lui enfermé, il était un jeune homme bon vivant, qui aimait sortir et s’amuser tout en restant respectueux envers les personnes qui l’entourât.

Spoiler:
 

         Manaël se laissa tomber en arrière contre le dossier sa chaise. C’est vrai qu’il était très respectueux et raisonnait beaucoup pour prendre toujours les bonnes solutions selon lui, même si elles ne sont pas toutes correctes pour tout le monde. Il n’était pas du genre prendre les décisions importantes seul quand elle concernait plusieurs personnes en même temps.

Spoiler:
 

         Il rit. La jeune homme aimait beaucoup faire de nouvelles connaissances. Lorsqu’une personne était seule, il allait la voir pour lui porter compagnie, même si, paradoxalement, Manaël n’était pas très bavard. Cependant, ce qui l’avait fait rire, était le fait qu’elle dise qu’il était froid. C’est vrai qu’il n’était pas très réactif lorsqu’on le draguait, préférant quand même draguer qu’être dragué.

Spoiler:
 

         Manaël rit de plus belle, sa sœur avait la manie de lui rendre le sourire quand il ne l’avait plus. Elle avait raison. Le jeune homme était bienveillant, s’occupant du mieux qu’il pouvait de sa sœur et de toutes les personnes qu’il aimât. Il sourit avant de se lever pour aller prendre une cigarette qu’il glissa entre ses lèvres avant de l’allumer calmement comme à son habitude, s’énervant très peu. Il était du genre à laisser les gens parler sans réagir parce qu’il se moquât de ce qu’ils pensaient. Serviable ? Évidemment ! Il aidait toujours son prochain en gardant le sourire, le cœur sur la main.

         Il sursauta en entendant la sonnerie d’un nouveau message, il s’installa à nouveau sur son siège pour le lire, tout en lâchant sa fumée dans les airs.

Spoiler:
 

         Les sourcils du jeune homme se froncèrent. Il secoue négativement la tête en claquant sa langue. Il tira une latte de sa cigarette avant de la poser sur le cendrier en laissant s’échapper la fumée de ses narines.

Spoiler:
 

         Manaël n’aimait pas juger les gens sans les connaître. Il estimait que tout le monde, même les créatures non naturelles avaient le droit à avoir une chance, comme tout le monde. Ce n’était pas parce qu’elles étaient différentes qu’elle devait être traité différemment, d’autant plus qu’un de ses amis étaient un lycan et il s’entendait superbement bien avec lui. Son visage s’obscurcît, si sa sœur savait, elle ne le verrait plus du même regard.

Spoiler:
 

         Il se laissa tomber en arrière contre le dossier de sa chaise avant tirant une latte de sa cigarette. Il secoua négativement la tête, il avait peur de perdre sa sœur un jour. Une peur bleue qu’elle tentât à nouveau à sa vie. Quand ils étaient ensemble, il ne voulait pas la lâcher, surveillant ses moindres fait et geste, demandant régulièrement ce qu’elle fait, où elle est. Bien qu’elle cachât bien son jeu, Manaël avait bien compris que sous ses airs de grandes femmes fortes, se cachait un cœur brisé.

         Soupirant, il écrasa sa cigarette dans le cendrier avant de se lever pour aller se doucher.  


Le passé qui m'a construit
         Ayant retirés ses vêtements, Manaël se laissa glisser sous l’eau chaude ruisselante sur son corps. Il ferma les yeux pour repenser à ce qu’était sa vie, à tout le chemin parcouru jusqu’à aujourd’hui.

         << Je ne me souviens plus vraiment de ma naissance, de toute manière, qui s’en souvient, n’est-ce pas ? Tout ce que je sais c’est que je suis né de 12 Avril 2008 non loin de Strasbourg, dans le nord de la France. Ma mère m’a dit qu’elle en avait bavé pour me faire sortir, elle était restée plus de quinze heures à la maternité. Quinze longues heures à souffrir, ma pauvre maman. Lorsque je suis sorti, elle m’a dit qu’elle me trouvait magnifique. J’étais un petit bébé, tout rose tout mignon. Je n’avais pas fais le moindre bruit, je dormais paisiblement dans les bras de mes parents.
         Je grandissais dans une petite maison de Strasbourg. Ma mère était une pure française, chrétienne jusqu’à l’os. Mon père lui était anglais de souche et chrétien aussi, bien moins que ma mère en revanche. J’ai donc été élevée dans un contexte très religieux mais pas pour autant fermé d’esprit. J’ai eu aussi la chance d’avoir une double culture avec ma mère et mon père.
        J’étais un petit enfant sage à cette époque, je grandissais, j’allais à l’école, j’avais plein d’amis et je n’avais pas encore cette maladie qui s’était manifestée que plus tard. C’était d’ailleurs sûrement la seule période où j’étais encore sage. Les choses se sont gâtées par la suite… >>

         Malgré l’eau chaude coulant sur lui, il frissonna. Il tendit le bras pour se sécher la main avant de mettre de la musique à fond dans sa salle de bain : Rob Zombie, Living Dead Girl. Manaël sourit et s’installa à nouveau sous l’eau.

        <          Les premières tâches blanches sont apparues à mes douze ans sur mes doigts. Ma mère m’a tout de suite conduit au médecin pour en savoir plus, il s’avère que j’étais atteint d’une forme de Vitiligo. N’étant pas une maladie très grave, on a laissé couler. Mais d’autres tâches sont rapidement apparues notamment aux niveaux du visage et du reste du corps. Ce n’était une chose handicapante en soit, je n’ai aucune douleur, je ne sens rien. Ce qui était handicapant était le regard que les autres me portaient et portaient sur cette différence.
         C’est en 2018 que je changea rapidement, je me renfermais de plus en plus sur moi-même, je parlais de moins en moins, subissant les moqueries de mes camarades. C’est dans cette même années que je commence la cigarette, âgé de seulement douze ans, je le cachais à mes parents et à ma sœur. Je ne voulais pas qu’ils s’inquiètent pour, selon moi, quelque chose de futile. Je sais, je sais, c’est vraiment tôt pour commencer quelque chose comme ça mais ça me soulageait à l’époque. C’était le seule chose qui m’importait.
         En 2025, lorsque j’étais seulement âgé de 17 ans, j’ai commencé à faire mes premières expériences d’alcool et de drogue. Toujours dans le dos de mes parents. Je prétendais partir chez un ami que je n’avais pas pour aller boire ou fumer avec l’argent que je volais. Je devenais de plus en plus irritable, incontrôlable, de plus en plus absent, de plus en plus longtemps, de plus en plus délinquant. Je me battais souvent aussi, il n’était pas rare que je rentre chez moi avec du sang sur les vêtements. J’ai aussi commencé les tatouages, mon premier ? « I’m Okay », « I’m Fine » sur les deux clavicules… Mes deux plus grands mensonges de l’époque, je voulais me le rappelais quotidiennement.  
         C’est Léolia qui leur dit tout, elle m’avait suivit en cachette. Je me souviens de la colère de mon père pour leur avoir volé de l’argent et la tristesse de ma mère d’avoir appris que je me droguais alors que j’étais encore jeune. Je m’étais tellement senti détruit à cause de ça. >>

         Il fronça les sourcils et ferma l’eau pour attraper son savon qu’il déversa au creux de sa main. Ces souvenirs douloureux, il serra les dents et se lava les cheveux.

         <          Puis il arriva ce jour où j’ai eu le déclic. Où j’ai arrêté définitivement toutes drogues. Le jour où ma sœur s’est faite violée. Ce soir là, elle était partie, je m’étais énormément inquiété, comme un mauvais pressentiment. Je suis donc sorti pour la suivre, je la suivais dans l’ombre prenant attention qu’elle ne me vît pas. J’avais bien fait de la suivre, lorsque j’arrivais à retrouver ses pas, je l’entendais hurler à l’aide. Je me suis immédiatement précipité. Lorsque j’arrivai sur les lieux, dans une ruelle sombre un homme était couchée sur elle, entre ses jambes, le pantalon aux chevilles. Je n’avais pas réfléchis, je l’ai attrapé par les épaules pour le plaquer contre le mur. J’avais reconnu son visage, c’était celui qui me vendait toutes les choses nocives que je lui prenais. Il me décrocha une droite pour me faire lâcher. Ce coup, bien placé, m’ouvrit la lèvre supérieure. Je grogna et ma colère était telle que je frappais, je frappais, je frappais, je frappais… >>

         Manaël frappa violemment contre le mur. Le poing fermé, il tremblait de tout son corps. Il regarda ses phalanges ensanglantées puis le carrelage bleu de sa salle de bain qu’il venait de casser.

         <<… Je frappais… Je ne parvenais pas à m’arrêter. Ce connard avait osé toucher ma sœur, il avait osé profiter d’elle ! Il sentait l’alcool. Suite aux coups que je lui avais donné, il était tombé par terre. Je m’étais mis à cheval sur lui, attrapa son col et lui frappait le visage à coup de poings plus violent les uns que les autres. Ignorant le sang jaillissant de son nez et ses lèvres. Il avait osé touché ! CE FILS DE PUTE AVAIT OSE TOUCHER MA SOEUR ! Je vais le crever ! PUTAIN, JE VAIS LE CREVER CE BATARD !  

         - Manaël, arrête… Rentrons, s’il te plaît…

         Suite au ton suppliant de ma sœur, je l’ai lâché après une longue hésitation, le poing en l’air pour un énième coup, et j’ai retiré ma veste pour la mettre sur ses épaules. On rentra immédiatement à la maison. Elle était tremblante, je me sentaits tellement coupable de son état.
         Le lendemain, on porta plainte contre lui. En 2028, à la fin du procès, on quitta la France pour aller en Angleterre. J’avais pris mon appartement à Londres et mes parents se sont installés à Luton. Je vais régulièrement les voir et je parle quasiment tous les jours à ma sœur grâce aux réseaux sociaux.>>

         Manaël arrêta l’eau et tira le rideau. Il se saisit d’une serviette pour s’essuyer le visage quand il reçu un appel. Il tendit le bras pour le prendre, un sourire étira ses lèvres. Il décrocha en s’essuyant les cheveux.

         - Oui maman ? Je vais bien et toi ?


Fiche faite par Bryan Grey (Law) pour le forum Londres et Ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bryan Grey

L'administrateur sadique
avatar
L'administrateur sadique


Messages : 2833
Points : 3392
Niveau de puissance : Louveteau
Emploi et loisir : Mercenaire

Feuille de personnage
Âge: 24 ans
Taille:
Emploi: Mercenaire

MessageSujet: Re: Manael Deletraz, humain libre.[Terminé] Jeu 18 Mai - 7:30

Superbe fiche! Originale, tout y est! J'adore la structure,
et comme d'habitude, superbe plume!! Personnage fort intéressant, que j'ai hâte de voir évoluer en jeu!

Je te valide sans soucis! Félicitations, et bon jeu! (:


Tu es validé!



Bienvenue parmi nous! Le pire moment est fini. Courage, on a presque terminé!

Maintenant, c'est l'heure de la paperasse :
✦ Valider les règlements, si ce n'est pas déjà fait ➤ ici;
✦ Il faut recenser son avatar ➤ ici;
✦ Recenser son nom, si ce n'est pas déjà fait ➤ ici
✦ Receser le double-compte, si c'est le cas ➤ ici
✦ S'il y a un emploi, il faut le recenser ➤ ici
✦ Créer votre carnet de connaissances et de relations et le maintenir à jour ➤ ici
✦ Créer votre carnet d'évolution des RP et le maintenir à jour ➤ ici

Et n'oublie pas: Amuses-toi bien parmi nous!



✄ - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Fiche ♦️ Connaissances ♦️ Suivi de RP ♦️ #ffffff ♦️
Carte d'identité de la brigade de l'ombre:
 


• I've never been perfect, but neither have you •
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://londres-et-tenebres.forums-rpg.com
Manael Deletraz, humain libre.[Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La gaffe du siècle (LIBRE) TERMINÉ
» Le monde des Hommes (Casoair + libre) [Terminé]
» Benjamin Smith • Humain [ LIBRE ]
» Un informateur plus ou moins discret (Rp libre) - Terminé
» Un crepuscule dans la forêt [libre....très libre] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Espace membre :: Présentation :: Registre officiel :: Registre officiel des Humains-
Sauter vers: