Quelle race dominera la ville de Londres? L'avenir de cette ville repose entre vos mains, maintenant.
 
N'oubliez pas ! L'évent d'Halloween sera clôturé le 20 novembre !

Partagez|

[TERMINE] London's calling. [Elizabeth Rosenbach]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Message Sujet: [TERMINE] London's calling. [Elizabeth Rosenbach] Mar 11 Avr - 21:44

Korben Dallas
Vampire Respecté
avatar
Messages : 95
Points : 288
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge réel: 240
Taille: 1m90
Emploi:



London's calling
Feat Elizabeth Rosenbach


Vendredi soir, l'avion qu'il prenait vers Londres en provenance de New-York avait eu du retard à cause des mouvements sociaux, une histoire longueur de jupe raccourcie imposée aux hôtesses de l'air qui avait enflammée la presse et fait défiler deux cents hôtesses en robe longue autour de l'aéroport. Korben n'avait pas suivit l'histoire de très près, mais dans le lot, il en avait reconnu deux ou trois dont il avait déjà parcouru les courbes dans des circonstances bien différentes.

Le trajet fut cours et agréable... Korben avait sifflé une bonne quantité d'alcool proposé par la compagnie aérienne durant le vol, ce qui l'avait fait dormir  une bonne partie de la traversée. Il s'est réveillé juste pour l’atterrissage, lui permettant d'avoir un aperçu de ce que donne Londres la nuit.

22:14, l'avion atterrit sans encombre... Les passagers débarquent  tranquillement. Korben prend son bagage à main, un grand sac noir, et se dirige vers la sortie de l'avion. Lorsqu'il pénètre dans le Terminal, une voix le sort un peu de son état vaseux « Welcome To London City Airport, We hope ... ». Korben ne prend pas la peine d'écouter la suite du message sonore, il met sa capuche dissimulant légèrement son visage et s'empresse de rejoindre la sortie de l'aéroport pendant que les autres passagers s'agglutinent pour récupérer leurs bagages en soute.

D'une main levée, il commande un taxi, avant de se rendre compte qu'il est du mauvais côté de la route. « Putain de roast-beef, font rien comme tout le monde ». Il traverse et lève une nouvelle fois la main pour commander un taxi. L'un d'eux daigne enfin s'arrêter et, Korben monte à l'arrière. « Bonjour monsieur je suis Paul, votre chauffeur aujourd'hui. Alors ce vol ? Pas trop long ? Vous venez d'où comme ça ? Et d'ailleurs, je vous emmène où ? Dites moi tout ! ». Agacé et toujours vaseux, Korben fixe le chauffeur qui le regarde par le rétroviseur et lui lance un regard glacial. « Tout le monde est aussi chiant que vous ici ? Baissez d'un ton, j'ai mal au crâne, conduisez moi dans le centre ville, je me débrouillerai seul après ». Le chauffeur s'exécute et remet le contact, passe la première et s'en va vers le centre-ville.

Le véhicule s'arrête sur Picadilly Circus, Korben plisse les yeux, éblouit par la lumière des écrans de publicités omniprésents sur la place. « Ça ferra 35 livres ! ». Korben sort du véhicule, fouille dans son sac et en sort une liasse de billet et prend 50 Dollars de cette liasse qu'il tend par la fenêtre « Gardez la monnaie ». Le chauffeur fixe alors Korben, l'air ahurit « Mec tu m'as prit pour une banque de change où quoi ? Ici c'est des livres sterling, pas des dollars, c'est 35 livres ! Putain de Ricain !». Korben, piqué de la réaction du chauffeur, le fixe droit dans les yeux, dévoilant sa nature... Ses yeux étaient rouge, rouge sang, forcément, il n'avait pas eu sa dose de sang pendant le vol, et rien depuis l’atterrissage. « Écoutes mon grand, soit tu prends les 50 dollars et tu fais avec, soit tu les prends pas et tu fais avec quand même. ». Effrayé, le chauffeur prend rapidement les billets de la main de Korben et redémarre tout aussi rapidement, manquant de renverser une piétonne qu'il n'avait pas vu. « Et j'suis Français ! Guignol ! » qu'il lui crie à la volée alors que le taxi s'éloigne.

Korben s'allume une cigarette, et commence son périple londoniens par chercher un endroit où il pourra boire un verre, se trouver une femme de passage et surtout se nourrir. S'il trouve à faire ces trois choses en même temps (où dans un temps rapproché, si l'on veut), il s’installerait peut-être définitivement ici, qui sait. Comme à chaque fois qu'il écume une nouvelle ville, son instinct le dirige vers un Pub, pas trop exposé et offrant une proximité avec les gens. Passant devant plusieurs devantures, il s'attarde finalement devant un pub Irlandais.Lorsqu'il pousse la porte, une odeur de vieux bois et de fumée de cigarette lui arrive au visage. S’imprégnant de l'ambiance, il écrase sa cigarette décide d'y entrer et de s'installer au comptoir. Il retire sa capuche et commande au serveur, un barbu roux, comme de par hasard, de lui servir une pinte de Guiness, qu'il avale d'une traite. Dans la foulée, il en commande une deuxième qu'il va cette fois emmener à table.

Balayant la pièce du regard, il ne remarque rien de particulier, des groupes de personnes, un vendredi soir en train de boire une bière entre ami mais aucune femme de son goût... « Mauvaise pioche » se dit-il, « J'irais voir ailleurs »... Il termine sa bière moins rapidement que la première, la savourant un peu plus, et à peine eut-il le temps de la poser que la serveuse s'approcha de lui. Il ne l'avait pas remarqué, elle venait sûrement des cuisines. « Je vous ressert quelque chose monsieur ? » Korben la dévisagea... « Pas si mauvaise pioche finalement ! » pensa t-il à nouveau. « Et bien, puisque c'est vous qui le demandez, j'allais partir mais je vais prendre un whisky, un Lagavulin 16 ans s'il vous plaît ». Elle lui a tapé dans l’œil,  où plutôt ses tatouages lui ont tapés dans l’œil , ses bras en sont recouverts, lui donnant envie d'aller voir les autres qu'elle cache sous ses vêtements. « Tout de suite » dit-elle avec un large sourire au visage. Haaaa cette mentalité des Pubs, Korben ne s'en lasserai jamais. Il regarde la serveuse s'éloigner et s'atteler à lui servir son précieux. Il s'allume une nouvelle cigarette et voit la serveuse revenir avec le même sourire. Elle lui ramène un cendrier en même temps et prend même le luxe de s'asseoir à sa table. « Je peux ? ». D'un signe de tête et d'un sourire, il acquiesce. Elle allume sa cigarette et engage la conversation « Dites, c'est pas pour vous agresser, mais d'habitude, on voit quasiment que des habitués passer la porte... Du coup, je suis curieuse, vous faites quoi par ici ? Vous êtes clairement pas de Londres, et puis, il y a des bars dans la ville pour les gens comme vous. » Elle faisait référence à sa nature de Vampire, forcément, ses yeux étaient rouges de soif. « Et bien, disons que pour l'instant je viens d'arriver en ville, à vrai dire, c'est même mon premier soir, je sors tout juste de l'aéroport. Et je ne sais pas où sont les endroits pour les gens comme moi dont vous parlez... » Elle lui sourit un peu plus : « Ho, et bien vous continuez dans la rue, 200 mètres plus bas, il y a un établissement en sous-sol, vous pouvez pas le rater il y a des néons rouge qui bordent les escaliers ! » Il lui rendit son sourire. La voyant rougir, il se demande si elle est sympa parce qu'elle a peur, où parce qu'il lui a également tapé dans l’œil ? « Et si je vous disais que ce soir, je n'ai pas spécialement envie de visiter ce genre d'endroits ? » Il finit sa phrase sur un clin d’œil « Putain, le naze, un clin d’œil quoi... sérieux Korben... ». Elle le dévisage un peu, puis, sans hésiter « Je termine dans une heure, t 'éloignes pas ! » ….. « BINGO ! »

Il est 19 heures lorsqu'il se réveille chez sa conquête de la veille. Qu'elle nuit il a passé ! Si les londoniennes sont toutes aussi accueillante, il serait ici chez lui ! La voyant courir un peu dans tous les sens en petite culotte, Korben rassemble ses affaires. Il jette un œil dans la salle de bain où elle tente de se poudrer le cou... Dans cette folle nuit, elle l'avait autorisé à se nourrir, même si bon, il avait pas vraiment besoin de son autorisation. « Je vais être en retard au boulot, mais si mes collègues voient ça (elle montre les traces de crocs ) ils vont me me charrier toute la journée, tu peux m'aider ? » Le vampire se place derrière elle sans dire un mot et lui recouvre les plaies avec son maquillage. « Merci ! ». Ils quittent ensuite tous deux l'appartement et se retrouvent sur le trottoir. Elle regarde le vampire, lui sourit et lui glisse un papier dans la main en lui murmurant à l'oreille sur la pointe des pieds « Mon numéro, si jamais tu cherches encore où dormir un soir ». Elle se sépare légèrement de lui, le fixe en se mordant la lèvre inférieure et  en adressant un dernier sourire à Korben elle se retourne et part en courant pour ne pas rater son bus.

Pleinement satisfait de sa première nuit à Londres, Korben décide de retourner vers Picadilly Circus. Fouillant dans sa tête une idée de quoi faire ce soir, il ramasse un flyer amené à ses pieds par le vent « Le Club Sky »... Une discothèque, pas trop son fort les discothèques... Mais bon, pour ce soir ça irait. Sur la place, il remarque une enseigne lumineuse qui indique qu'il peut échanger ses dollars contre des livres sterling. Il échange quelques dollars et quitte la boutique. En sortant, il remet sa capuche et se met en quête d'un taxi. Il lève la main, un taxi s'arrête et Korben s'approche de lui. Le taxi baisse sa fenêtre et le vampire remarque avec amusement que c'est le même homme qui l'a déposé hier quasiment au même endroit « Bonjour! Vous allez ….. » Avant de réaliser que c'est son client de la veille. Il remonte rapidement sa vitre et démarre en faisant crisser les pneus de son taxi « Cette fois-ci j'avais des livres TOCARD! » lui crie t-il le sourire aux lèvres. Il lève la main une seconde fois, et monte dans un taxi en donnant le flyers « Le Club Sky » au chauffeur « Je voudrais aller à cet endroit s'il vous plaît ». Et le taxi démarre.

23 heures, il entre dans le Club, il y a du monde, il y a de l'ambiance, mais la musique n'est pas du tout à son goût. Trop d'electro, il tiendra pas toute la nuit ici. Mais la carte des boissons est vachement plus sympa que la musique. Loin d'être un fan des pistes de danse, il se trouve une table un peu à l'ombre... De temps à autres, il y a des spots lumineux qui viennent éclairer l'endroit, mais le coin est relativement sombre. Il appelle un serveur et lui demande une bouteille de Whisky. Deux fois en deux soirs, c'est pas dans ses habitudes, mais bon, pour l'instant, il vient d'arriver et il n'a que ça à faire. Il se verse un verre, y glisse un glaçon et s'installe confortablement dans les canapés en velours, s'étalant légèrement. Malgré le panneau d'interdiction de fumer juste au dessus de sa tête, il remarque que beaucoup de jeunes s'autorisent à fumer dans l'établissement, à l'imitation, il s'allume une cigarette... de toute façon, personne n'oserait venir lui demander de l'éteindre. Il est détendu, il savoure son Scotch et sa cigarette, planifiant le reste de sa nuit.







Dernière édition par Korben Dallas le Dim 30 Avr - 8:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: [TERMINE] London's calling. [Elizabeth Rosenbach] Mer 12 Avr - 6:37

Elizabeth Rosenbach
Vampire Supérieur
avatar
Messages : 773
Points : 664
Niveau de puissance : Vampire supérieure
Emploi et loisir : Barmaid

Feuille de personnage
Âge réel: 170 ans
Taille: 1m69
Emploi: Propriétaire du Saloon

London's Calling

Feat Korben Dallas
Bouger. Elizabeth avait une folle envie de bouger. Voilà bien trop longtemps qu’elle n’avait pas « dragué », comme au bon vieux temps, se déhanchant, provocatrice, au son de la musique. Voilà bonnement deux mois qu’elle s’était enfermées dans une vie tranquille, presque monotone. Ho, bien sûr y avait-il eu quelques rebondissements : Chléo et leur petit contrat ; Marvel ce jouet si doux… Mais rien de violent, pas de soirée alcoolisée, pas de rencontre d’un soir sans arrière-pensée autre que le plaisir des sens, pas de folie en somme.
Ce soir-là allait être différent. Elle allait s’amuser, se défouler, et enfin s’échapper.

Enfin le soleil se couchait. La journée avait été bien longue pour l’immortelle qui était resté enfermée chez elle à dormir, lire et écrire. Une journée bien trop tranquille, trop… Rangée pour une immortelle. Après tout, lorsque l’on a l’éternité devant ça, quoi de pire que ne pas en profiter ?
Allongée sur son lit, ses yeux verts fixés aux moulures du plafond, Elizabeth soupira. Que faire ?... Elle avait déjà testé le Black Rabbit… Un spectacle affligeant de débauche vampirique s’y était déroulée, mettant à jour les faiblesses de sa race. Pauvre race devenue dépendante et stéréotypée. Dommage, en fin de compte… Ce bar aurait pu lui être agréable… Mais il n’était vraiment pas l’endroit rêvé pour se lâcher. Décidément, il lui fallait un endroit où danser. Il y avait bien ce bar-club dans la rue…  Allons… Pourquoi pas après tout !
La rousse posa un pied à terre. Il lui fallait désormais trouver une tenue. La question vestimentaire était toujours un dilemme pour la femme et ce jour-là ne fit pas exception. Droite devant son armoire, elle observa ses robes une à une. Eludant volontairement ses longues robes, son attention se porta sur celle plus courte. Colorée, actuelle et provoquante. Trois mots qui, l’espérait-elle, lui permettrait de choisir une tenue digne de ce soir de relâchement ; tenue qui, à son tour, permettrait quelques accroche avec femmes et hommes de la région. Quelques longs moments d’hésitation, et la vampire tendit la main. Elle sortit alors une robe verte, à la couleur de ses yeux, à la forme patineuse, les quelques volants présents en bas du vêtement apportés alors un peu d’originalité. Dans un geste gracieux, elle se sépara de la tenue portée et enfila la seconde avant de se présenter devant un miroir.
Provocante. Le terme avait été parfaitement choisi. La robe parut alors bien plus courte sur elle que sur le cintre. S’arrêtant au-dessus du mi-cuisse, les volants lui donnait une impression bien plus courte. Pis encore, les bretelles n’étaient que deux petites ficelles, tenant un décolleté en V large et s’arrêtant bas. Sa poitrine rebondie était ainsi bien mise en avant, soulignant, de fait, une taille fine, propre aux vampires et à leur régime alimentaire. Ravie de son choix, Elizabeth termina sa tenue. Un maquillage léger et ses longs cheveux roux lâchés en cascade dans son dos. Elle était fin prête à redevenir, le temps d’un soir, une princesse de la nuit – non pas que le titre de reine ne lui fasse envie, mais il lui fallait être honnête, avant de devenir reine, il fallait la détrôner. Des escarpins noirs enfilés, Elizabeth prit sa carte bleue pour la glisser dans son décolleté (autrement appelé poche féminine intégrée).

« Allons-y » Souffla-t-elle, fermant la porte derrière elle.

La journée avait été pluvieuse. Le sol, l’air, tout sentait l’humidité. Pourtant, par chance, la nuit, bien que fraîche, ne semblait pas prendre le même chemin. Le ciel était dégagé, et, pour une fois, empli d’étoiles. La lune, brillante, était à quelques jours de son paroxysme. Bientôt allait-elle entendre les hurlements des lycans devenus fous. Elizabeth haussa légèrement les épaules. Il lui fallait vérifier qu’elle ne travaillerait pas ce jour-là. Non pas qu’elle craignait les chiens, mais une morsure étant si vite arrivée, elle ne désirait pas tenter le diable, préférant la sécurité à l’argent. De fait, s’enfermer chez elle était sûrement la solution la plus appropriée et la plus logique. Il lui restait cependant au moins deux jours de tranquillité avant de passer une nuit bien trop calme à son goût, nuit qu’elle devrait d’ailleurs préparée afin de s’occuper l’esprit et le corps.

Le Sky n’était pas à proprement parlé « proche » de l’appartement d’Elizabeth. Il lui fallut bien quinze minutes de marche rapide pour atteindre les portes. La pharmacie du coin de rue indiquait vingt-deux heures trente. Bonne heure pour commencer la fête, d’autant que la population semblait être au rendez-vous. D’un pas leste, Elizabeth se glissa vers le bar. La vampire désirait ardemment oublier sa condition, sa vie et ses manières, mais elle savait mieux que quiconque qu’une simple envie de briserait pas les barrières de bienséance et de retenue qu’elle s’était elle-même fixée au fil du temps. Ainsi commanda-t-elle son premier verre. Un classique des bars puisqu’elle-même le préparait chaque jour. Whisky, Rhum et Sucre. Quoi de mieux pour commencer ?
Accoudée au comptoir, la femme observait les clients autour d’elle. Qui donc serait sa proie pour la soirée ?
Mmmh… Il y avait bien ce jeune homme, là-bas, les cheveux blonds comme les blés, tatoué et dont la musculature saillait sous son T-shirt. Ou cette femme, brune aux yeux noirs et dont la longueur de la robe égalait, au moins, la sienne. Difficile de choisir…
C’est à son troisième cocktail avalé, alors que l’ivresse se ressentait lentement, sous la forme d’une douce désinhibition, qu’Elizabeth descendit de son siège. Il était temps. Temps de danser, et d’oublier cette journée monotone. Ce fut une femme que la vampire prit en « chasse ». Une petite blonde, aux yeux glacés et à la peau couleur miel. Doux présage pour sa soirée. La musique battait son plein et la piste de danse regorgeait de monde. Calmement, Elizabeth rejoignit sa jeune victime, et lascivement, l’enlaça, engageant une danse tant séductrice que provocante. A mesure que la musique avançait, les lèvres de la vampire s’appropriaient celles de l’humaine, tandis que ses mains fines se glissait au creux de ses reins. Douces odeurs de parfum et de shampoing vanille, Elizabeth huma légèrement la jeune femme. Elle s’était nourrie la veille, il n’y avait donc aucun risque de dérapage. Aucun… Certainement… Mais elle sentait si bon. Ses courbes étaient si appétissantes, son cou blanc…
La musique changea, mettant un terme aux avances implicites de la rousse qui s’écarta doucement. Sa gourmandise lui faisait bien défaut…
Afin d’éviter tout scandale ou tout incartade malheureuse, Elizabeth prit soin de quitter le centre de la piste, se trouvant un nouveau jouet à caresser lors d’une danse tout aussi lascive. Cette fois, pourtant, se fut les mains de l’homme qu’elle autorisa à parcourir son corps. Se serrant sensuellement au brun, un baiser sauvage les lia alors. Les langues s’entrechoquant, leur corps enlacé, enfin, Lizzie se sentait libérée de toute entrave. D’ailleurs, sûrement avait-elle trouvé son jouet du soir, à moins que…
Alors qu’enfin leurs lèvres se séparaient, alors que le garçon lui susurrait quelques mots doux, sans effet aucun sur la vampire, Elizabeth haussa un sourcil.

Dans un coin sombre, là-bas… Qui diable pouvait s’installer dans un coin si sombre durant une soirée endiablée ?
Un projecteur éclaira le recoin.

« Mmmh… » Elizabeth laissa échapper un susurrement de plaisir.

Le petit brun dût le prendre pour lui, car un sourire s’afficha largement sur son visage. Sourire bien vite remplacé par une moue boudeuse alors qu’Elizabeth se séparait de lui pour s’approcher de ce recoin obscur.
Le pas calme et serein, sa main sur la hanche droite, Elizabeth s’avança. Doucement, elle se pencha en avant, prenant appui sur la table de sa main gauche. Son décolleté vertigineux posé devant les yeux de l’homme, elle prit de deux doigts le verre d’alcool avant de le porter à ses lèvres, dans un calme parfait.

« Scotch. Johnnie Walker je suppose. Au moins 10 ans d’âge. » Elle reposa le verre, amusée. « Amateur ou hasard des choses ? »

La rousse s’installa en face de l’homme, un sourire malicieux aux lèvres. Si de loin il lui avait tapé dans l’œil, de près… Elle ne regrettait clairement pas le déplacement. Doucement, son pied s’avança sous la table. Elle n’était, après tout, pas là pour faire des manières en suivant sa « ligne de bonne conduite », quoique celle-ci ne fût pas « bonne » aux yeux de tous.
Doucement, dans un calme olympien, bien qu’avec un regard perdu entre la malice et la séduction, son pied caressa le mollet de l’homme.

Charmeuse, elle lui sourit alors. « Elizabeth, pour vous servir. »

Grand Dieu que l’alcool aidait aux contacts humains, quoiqu’il est vrai que, même sobre, elle aurait pu tout autant aborder ce bel homme.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: [TERMINE] London's calling. [Elizabeth Rosenbach] Jeu 13 Avr - 15:58

Korben Dallas
Vampire Respecté
avatar
Messages : 95
Points : 288
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge réel: 240
Taille: 1m90
Emploi:



London's Calling
Feat Elizabeth Rosenbach




La musique tape encore un peu plus à ses oreilles... Ça en devient limite insupportable... Vite, quelque chose d'autre, un truc un peu plus audible ! Le morceau qui suit est tout aussi techno, Korben songe de plus en plus à écourter sa soirée. Il balaye rapidement la piste de danse du regard mais il se dit que de toute façon, ce soir il ferai un tête à tête avec sa bouteille. Refusant la compagnie de quelques demoiselles et quelques damoiseaux, il se sert des verres qu'il termine plutôt rapidement. L'alcool lui monte légèrement à la tête, suffisamment pour qu'il trouve la musique un peu plus audible.

Une demie bouteille plus tard, la musique à un peu changée, c'est toujours pas ça, mais bon, il pourrait s'en contenter. Son regard s'attarde sur une ridicule dispute de jeunes coqs éméchés, à en voir la scène de loin, l'un aurait dragué la copine de l'autre, un truc du genre. La bagarre qui en découle est tout aussi pitoyable, créant un petit attroupement avant l'intervention de la sécurité pour séparer les deux guignols. L'air un peu dépité, il remplit à nouveau son verre pour terminer sa bouteille et quitter rapidement cet endroit. Il regarde longuement son contenant, un peu déçu quand même de la qualité, une couleur or si prononcée ne devrait pas être aussi décevante en bouche.

Il lève tête en direction d'une silhouette qui semble venir déranger sa réflexion. Lorsqu'il pose les yeux avec un peu plus d'attention sur la dame qui s'avance d'un pas sûr vers lui, il découvre petit à petit la personne qui vraisemblablement partagera quelques mots avec lui dans quelques secondes. Une rousse vêtue d'une robe courte, très courte, provocante mais pas vulgaire, mettant en valeur ses courbes délicieuses. Pleine d'assurance, elle se penche et semble vouloir mettre en avant l'un de ses plus beaux atouts de façon à se que Korben ne puisse pas regarder ailleurs. Mais plutôt plutôt que de plonger le  nez plus longtemps dans son décolleté (même s'il a eu le temps de voir la carte bleu rangée à l'intérieur), il regarde ses yeux. Ils sont d'un vert éclatant, avec un peu moins de lucidité, Korben aurait pu se perdre dedans. Elle prend son verre et le porte à ses lèvres...

« Scotch. Johnnie Walker je suppose. Au moins 10 ans d’âge. Amateur ou hasard des choses ? » Dit-elle avec un sourire dévoilant sa nature que Korben soupçonnait depuis le début. Une Vampire, il était ravit.


« Amateur déçu, un 12 ans d'âge peu convainquant si vous voulait mon avis, mais il n'y a rien d'autre sur la carte... » lui dit-il en lui rendant son sourire pendant qu'elle prend place en face de lui.

Elle est avenante, enjôleuse, sûre d'elle, au point de venir le chatouiller sous la table.... Ce qui n'est pas pour déplaire au vampire.

« Elizabeth, pour vous servir » dit-elle en souriant.

Voyant le regard plus que séducteur de la vampire, il décide d'entrer dans son jeu et se rapproche un peu plus...

« Enchanté Elizabeth, Je m'appelle Korben... » Il tourne son regard vers une serveuse qui passe par là et l'interpelle « S'il vous plaît ! » . Il replonge ses yeux dans ceux de la vampire.

« Vous prenez la même chose ? Où je vous commande une autre boisson ? »

La musique n'a pas changée mais il n'y prête plus aucune attention... Le lieu est bizarrement devenu beaucoup plus accueillant pour lui...  Décidé à ne plus partir et à converser avec sa récente rencontre, Korben lui demande :

« Dites moi, chère Elizabeth, qu'est-ce qui vous amène à venir vous perdre ici au milieu de tous ces.... mortels ? » Il finit sa phrase sur un air très nuancé de dégoût, non pas que les humains le dégoûtent particulièrement, mais le spectacle de ce soir ne lui laisse guère bonne impression. Heureux d'avoir trouvé si belle compagnie dans une soirée pourtant mal entamée il prend la main de la vampire, constatant qu'elle ne porte pas d'alliance, il tient à s'assurer d'une chose. « Vous êtes venue seule ? » avec le même sourire malicieux qu'elle lui a adressé, quelques secondes plus tôt.

La serveuse fait son apparition à côté d'eux « Je vous écoute, vous désirez ? ».








Dernière édition par Korben Dallas le Dim 30 Avr - 8:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: [TERMINE] London's calling. [Elizabeth Rosenbach] Jeu 13 Avr - 22:48

Elizabeth Rosenbach
Vampire Supérieur
avatar
Messages : 773
Points : 664
Niveau de puissance : Vampire supérieure
Emploi et loisir : Barmaid

Feuille de personnage
Âge réel: 170 ans
Taille: 1m69
Emploi: Propriétaire du Saloon

London's Calling

Feat Korben Dallas
Elizabeth rit doucement à sa remarque. Un client difficile, visiblement. Elle en connaissait certain, mais elle n’avait jamais vu de tel homme entrer dans son bar. Dommage. Elle s’en serait donné à cœur joie pour l’amener dans son arrière-boutique... D’ailleurs, son prénom était aussi atypique que ne l’était son physique. Korben... Joli prénom. Spécial, mais joli. Il allait parfaitement avec le personnage, ou tout du moins ce qui transparaissait de lui.

Un sourire de la part de la rousse lui indiqua qu’elle le laisserait commander. Elle n’en avait à vrai dire que faire, tant que le degré d’alcool lui était suffisant. Un degré assez élevé pour se désinhiber d’autant, mais pas trop pour lui faire perdre tout contrôle sur son corps. Un juste milieu pouvant facilement amener dans une douce extase pour le reste de la soirée.
Korben prit alors la parole, s’adressant directement à sa personne. Enfin pu-t-elle juger de sa voix masculine et si agréable à l’oreille. Elle en esquissa même un sourire charmé, ponctué par un léger rire cristallin alors que la voix de l’homme se perdait dans un ton légèrement dégouté. Ho... Etait-il aussi chasseur qu’elle ne l’était ? Avait-il aussi peu de respect pour la vie humaine ? Mmh... C’était chose à vérifier, et cela ne le rendrait que plus agréable aux yeux de la rousse si cette déduction s’avérait être vraie.

« Une envie soudaine de... » Elle hésita. « De profiter du moment présent. » Elle rit doucement. « Ces mortels, comme vous les appelez peuvent être sources de bien des plaisirs... Divers et variés. »

Le pavé était lancé. Il suffisait d’attendre sa réaction pour connaître le fond de sa pensée. Un bel homme comme cela... Il serait tellement dommage qu’il fasse parti de ces énergumènes en quête d’égalité. Vraiment dommage, car, à vrai dire, Elizabeth ne se voyait guère en compagnie de l’un de ces sectaires sans avenir, même le temps d’une courte soirée.
Néanmoins, lorsqu’il prit sa main, la douceur du geste la fit alors presque regretter sa pensée précédente. Une peau froide et dure comme du marbre, et pourtant si agréable... Elizabeth frissonna légèrement. Elle n’avait guère pu discuter de la sorte avec beaucoup de vampires, et elle ne touchait physiquement qu’une toute petite partie de ceux-ci. Autant dire qu’elle n’avait guère plus l’habitude du toucher de l’un d’entre eux.
La question même, de Korben, l’amusa, tout comme son sourire. Etait-il joueur ? Cela ne serait que d’autant plus intéressant.

« Seule, en effet. » Répondit-elle doucement. « Je suis venue chercher une compagnie, une petite folie. »

Il fallait être honnête, la petite folie recherchée n’était pas vraiment aussi petite que ce qu’elle accepter avouer. D’autant que l’alcool n’aidait guère à restreindre ses envies du soir, et boire, elle n’avait apparemment pas terminé de le faire puisque la serveuse fit enfin son apparition. Elizabeth se contenta alors d’une simple commande « Un autre. ». Après tout, même s’il était décevant, cela restait du Whisky à savourer...
Elle se retourna alors vers l’homme. Dieu du... Si elle n’avait pas été croyante, elle aurait certainement juré sur le nom du Seigneur tant cet homme était... A son goût. Loin des petits fanfarons et  freluquets présents dans le club ce soir-là. Plus fier et plus fort que n’importe lequel de ces gamins. Et de ce fait bien plus... Enfin... Il fallait rester sérieux.

« Et vous ? Que diable venez-vous faire ici dans un recoin aussi sombre ? Je ne connais que peu de personne qui resterait ici sans un mot sans une compagnie. » Demanda-t-elle du ton le plus enjôleur qu’elle put prendre. « Et ces personnes sont bien loin d’être intéressantes... Et intéressées. »

Doucement, elle observa autour d’elle. Les esprits s’échauffaient, tant physiquement que mentalement. Les premières disputes avaient déjà eu lieues, et les premiers rapprochements tendaient à se concrétiser. Une étrange sensation lui vint, alors que sa main était toujours retenue dans un tendre étau entre celles du vampire. Sensation bien vite dissipée alors qu’elle reposait son regard dans le sien, lui souriant presque timidement. Ce contact n’était décidément pas des plus habituels pour l’immortelle, plus habituée à prendre les devants rapidement et sûrement, sans s’encombrer de telles choses. Pourtant, doucement, Lizzie referma ses doigts fins sur la main de l’homme près d’elle. Après tout, elle était là pour jouer...





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: [TERMINE] London's calling. [Elizabeth Rosenbach] Ven 21 Avr - 0:41

Korben Dallas
Vampire Respecté
avatar
Messages : 95
Points : 288
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge réel: 240
Taille: 1m90
Emploi:



London's Calling
Feat Elizabeth Rosenbach




Elle veut le mettre à l'aise. A sa façon de se comporter, sa manière de faire, elle doit souvent avoir le dessus sur les hommes qu'elle rencontre. Il faudra faire attention, ces créatures sont des plus dangereuses, mais que leur compagnie est agréable. Et soyons honnête, elle lui offrait exactement ce qu'il voulait, une partie de séduction dans laquelle elle semble avoir déjà un avantage tant elle met son assurance en avant. Reste à savoir s'il la laisserai mener la danse ce soir.

« Une envie soudaine de... De profiter du moment présent. Ces mortels, comme vous les appelez peuvent être sources de bien des plaisirs... Divers et variés. »


Le ton qu'il a employé pour parler des humain semble avoir provoqué une petite réaction chez la vampire. Il était du même avis, ces petites choses avais parfois de l'intérêt, sa barmaid d'hier par exemple.... Même si au fil des années, il les considère de moins en moins, certains valent quand même que l'on s'intéresse à eux. Il continue de tenir sa main, plus qu'un geste de tendresse ou d'affection, il se sert du touché pour guetter les réactions de ce qui est, avouons le, la plus belle dame de cette soirée. Il ne savait toujours pas à qui il avait à faire vraiment, mais les intentions de la belle pour ce soir sont claires, et quelques peu rassurantes pour lui.

" Seule, en effet. Je suis venue chercher une compagnie, une petite folie."

Coïncidence ou pas, c'est exactement ce qu'il était venu chercher. Demain, il entamerai sûrement ses recherches à Londres, en attendant, il a de pus en plus de mal à quitté la vampire des yeux... Ce vert émeraude, qu'il est plaisant de se perdre dedans... Voir dangereux ? Il faut rester lucide, mais l'alcool n'aide pas. Il n'est manifestement pas le seul que ce doux nectar touche, les première rougeurs se manifestent sur les pommettes d'Elizabeth. Le contexte, l'alcool, sa partenaire... Tout est réuni pour rentrer dans le jeu. Korben décide d'y jouer pleinement lorsque la vampire commande un autre whisky. Il semblerai qu'elle ai du goût en plus de ça.

"Et vous ? Que diable venez-vous faire ici dans un recoin aussi sombre ? Je ne connais que peu de personne qui resterait ici sans un mot sans une compagnie Et ces personnes sont bien loin d’être intéressantes... Et intéressées."

Toujours d'un calme affiché, mais le même sourire complice aux lèvres, il hésite intérieurement à lui dire toute la vérité, la question est pourtant simple et peu sujette aux égarements, pourquoi diable vouloir en dire plus que nécessaire ? C'est vrai, comment dire à la première venue qu'elles sont ses réels intentions ? Mais, qu'elle première venue, décidément, il a vraiment du mal à la quitter du regard, et il semble que ce soit réciproque. Non, il n'aurait absolument pas ce genre de conversation ce soir. Trop fier pour laisser paraître quoi que ce soit, il s'applique tout de même pour plaire. Il lâche la main de la vampire, voyant la serveuse arriver avec le verre supplémentaire, afin de se resservir un verre ainsi qu'à sa charmante compagnie, par laquelle il commence, galanterie oblige. La bouteille est quasiment vide, de quoi faire trois verre encore, tout au plus. Tout en remplissant le verre d'Elizabeth, il lui livre partiellement ses intentions du soir.

« Et bien, pour tout vous dire, je débarque en ville, et pour ce soir je cherchait de la compagnie. Les night-clubs ne sont pas mon fort en général, mais je m'y suis risqué quand même. Une idée pas si mauvaise finalement puisque vous êtes à présent face à moi. »

Il est dans le coin parce qu'il n'aime pas cette ambiance, il n'aime pas la musique. Mais tout semble s'être plus ou moins effacé depuis qu'elle est arrivée à sa table. Néanmoins, l'ambiance dans la salle semble prendre l'allure d'une fin de beuverie plutôt que d'une folle soirée. Faisant abstraction de cela, il continue.

« Ces personnes personnes ne sont pas intéressantes, d'où ma présence dans ce coin, je tenait à rester tranquille... Mais vous Elizabeth, m'avait l'air très intéressante. Dites moi, qu'est-ce que fait une femme aussi ravissante que vous de sa vie Londonienne ? »

Un jeune homme ivre semble vouloir perturber leur tranquillité. D'un pas chancelant, il s'approche de la table où ils sont installés. Malgré le regard insistant de Korben vers le jeune homme, il continue. Ignorant presque les deux vampire attablés, il en veut à la bouteille de scotch. D'un ton bégayant il demande à se servir. Essuyant plusieurs refus polis de la part du vampire l'homme insiste. C'est pas qu'il n'est pas fan des méthodes de cow-boys, mais en public il n'aime vraiment pas se faire remarquer. Néanmoins, le jeune homme, certainement sur de lui grâce aux quelques grammes d'alcool qu'il a dans le sang, se met à jouer les coq à l'image de ses petits camarades présents ce soir. Korben l'invite, calmement une nouvelle fois, à quitter les lieux, le jeune homme lui crache au visage. Le geste de trop. Le vampire l'attrape par le col et va le plaquer contre un mur. Le soulevant facilement à quelques centimètres du sol, il oblige l'homme à le regarder dans les yeux « Tu dégages. » Le ton est froid, cinglant et ne laisse aucune possibilités de réponse. Le regard du jeune homme devient lucide en une fraction de seconde. D'un hochement de tête apeuré, il lui fait comprendre qu'il partira. Lorsque Korben le relâche, il n'a même pas le temps de faire un pas en arrière que l'homme est prit d'un rejet d'alcool éclaboussant le vampire sur une partie de son pantalon et ses chaussures. Furieux, il propulse d'un geste de rage l'homme a quelques mètres. Ce dernier, se relève difficilement peu aidé par l'alcool et disparaît à travers les gens qui dansent, sûrement en direction des toilettes. Se retournant d'un air déçu vers Elizabeth, il se rapproche de la table et prend quelques serviettes pour essayer d'éponger comme il peut l'alcool déversé malgré lui sur ses vêtements.

« Voilà pourquoi j'ai horreur des night-clubs. Me voilà peu présentable à présent... s'adressant de nouveau à la vampire. Vous connaîtriez un endroit où qui me permettrai d'avoir une tenue un peu plus digne de votre compagnie ? »

Ses yeux verts étaient toujours posaient sur lui. Haaaa, ces yeux.








Dernière édition par Korben Dallas le Dim 30 Avr - 8:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: [TERMINE] London's calling. [Elizabeth Rosenbach] Lun 24 Avr - 6:31

Elizabeth Rosenbach
Vampire Supérieur
avatar
Messages : 773
Points : 664
Niveau de puissance : Vampire supérieure
Emploi et loisir : Barmaid

Feuille de personnage
Âge réel: 170 ans
Taille: 1m69
Emploi: Propriétaire du Saloon

London's Calling

Feat Korben Dallas
Alors cet homme était un nouveau venu... C’était tout simplement… Parfait. Les « petits » nouveaux étaient pour la plupart les plus faciles à avoir. Perdus dans cette grande ville de Londres, souvent sans domicile fixe et sans aucuns repères, ils se laissaient facilement amadouer par quelques clignements de cils et douces paroles. D’autant que l’homme qui se trouvait en face d’elle semblait déjà sous le charme, ce qui lui faciliterait grandement la tâche. Ses filets dorés déjà tissés et tendus, il n’y avait plus qu’à attendre qu’il se jette à cœur perdu à l’intérieur.
Elizabeth n’était décidément pas femme facile. Retombant sans même s’en rendre compte dans ses travers, elle semblait avoir déjà oublié sa résolution du soir : « pas d’arrière-pensées ! ». Il ne fallait que s’amuser ce soir, sans même chercher à le revoir un jour. Rien d’autre. Pas de manipulation, pas de jeu de force. Rien. Enfin... S’il pouvait lui apporter quelque chose d’autre en plus... Elle n’allait tout de même pas refuser !

« Une idée des plus éclairées, il est vrai. » Appuya-t-elle dans un léger clin d’œil.

La remarque de l’homme amusa Lizzie. De mieux en mieux. L’intéressée – et intéressante – observa un sourire sincère se dessiner sur son visage, une fois n’étant pas coutume. Charmée. Elle était effectivement charmée, tant des manières que du personnage. Ses paroles l’amusaient autant qu’elles l’enchantaient. Elle était vraisemblablement tombée sur une distraction parfaite pour la soirée… Doucement, la vampire reposa son verre sur la table.

« Les femmes ravissantes, telles que vous les appelez, font bien des choses dans leur vie. » Répondit-elle avec quelque peu d’effronterie. « Mais, les autres femmes plus ordinaires font des choses non moins ordinaires. » Continua-t-elle. « Celle-là même en face de vous n’est qu’une simple barmaid, servant d’ailleurs de bien meilleurs whiskies qu’ici. »

Un léger rire ponctua sa phrase. Un rire qui voulait dire beaucoup de chose dans une grossière manifestation émotionnelle. Un rire qui se voulait enjôleur, et pourtant bordé d’une ombre de malaise car qui pourrait dire d’Elizabeth Amelia Mary Rosenbach qu’elle n’est qu’une « simple » barmaid ? L’on pourrait l’étiqueter de bien des choses en somme, esclavagiste, tueuse, sadique, instable, raciste, séductrice et bien d’autres dénominatifs variés, mais « simple » ? Non. Sûrement pas. Pourtant, Elizabeth ne désirait pas se découvrir, préférant se maintenir dans un flou global, ne permettant à Korben que de voir ce qu’elle-même désirait, et… Obligeant le vampire à creuser, non pas sa propre tombe, quoique cela puisse paraître une réalité pour beaucoup, mais bien la personnalité de sa compagne d’un soir s’il en exigeait plus car Elizabeth ne laissait entrer personne dans sa vie et dans son esprit sans bien des épreuves de force.

Pourtant, le destin en choisit autrement cette fois-ci.
Dieu que ces insectes pouvaient l’insupporter, s’insinuant dans les moindres recoins, sans gêne et sans instinct. Ils se jetaient dans la gueule du loup sans même sourciller ; et l’homme qui s’approchait ne faisait pas exception. Son petit jeu n’avait échappé à la rousse, qui se contentait de jeter quelques coups d’œil aventureux vers celui-ci. Ivre. En plus de n’être qu’un cloporte sans importance, cet homme – ou ce qu’il en restait – était ivre.
Pourtant, alors qu’attirer cet homme en dehors pour le saigner lui semblait être une idée des plus agréables, bien qu’elle n’aurait pu profiter de son sang tant son degré d’alcoolisation semblait élevé, Elizabeth se contenta d’observer Korben, le menton posée sur deux doigts et le regard amusé. Comment se débrouillait-il donc avec cette espèce de géotrupe rampant pour le fond d’une bouteille d’alcool ? Calmement, peut-être même un peu trop face à l’humain. Elizabeth estimait qu’ils ne méritaient que peu d’égard, trop faibles, trop insignifiants pour que l’on s’embrasse de douceur à leur égard. Celui-ci, néanmoins, semblait un peu plus tenace que ses amis, qui observaient la scène de loin, encourageant le téméraire comme l’on vend du poisson à la criée. Son comportement à l’égard du vampire décrocha alors un sourire amusé à la femme. Enfin. Elle avait attendu cette provocation dès le début du manège car nul ne pouvait jauger de la valeur d’un homme sans avoir pu apercevoir son courroux. D’autant qu’Elizabeth ne possédait que très peu d’élément pour le juger… Or, le comportement qu’adopterait Korben lui indiquerait, en tout premier lieu, un âge moyen à lui attribuer.
Et la réaction ne manqua pas de lui plaire davantage. Il ne devait pas être une jeune sangsue sans expérience. Un de ceux-là aurait très certainement perdu son sang-froid, provoquant un bain de sang dans le club. Lui, au contraire, utilisa l’intimidation. Sa voix dure et son ton sévère provoquèrent un léger rictus chez Lizzie, plus encore sous le charme du vampire.

La fin de cette petite farce termina de divertir Elizabeth qui se retint de rire pour ne pas froisser de plus belle le vampire. Alors qu’il se retournait vers elle, la rousse levait à nouveau ses yeux vers son visage. Le destin était ainsi bien joueur avec les deux, car il n’avait eu à décider de se jeter dans les filets de la douce, on l’y avait poussé avec force et détermination.

« Je connais un endroit effectivement » Répondit-elle en réfrénant un sourire. « Pour autant vous n’aurez guère le choix dans les vêtements. Ces derniers ne sont pas de la dernière époque. »

Depuis la mort de son compagnon, Elizabeth avait entreposé bien de ses affaires au fond de sa penderie, comme avec un espoir que ce dernier reviendrait d’outre-tombe et, qu’un jour, elle le retrouverait, là, sur le fauteuil, à regarder la télévision, commentant allègrement la politique du pays. Rêve vain, elle en convenait, mais peut-être était-il temps de se séparer du passé. Et cet homme avait bien plus besoin de vêtements masculins qu’elle-même.
Terminant son verre presque cul-sec, la rousse se leva de la table.

« Je dois cependant vous prévenir, là-bas, vous devrez supporter une femme. Ce qui n’est pas chose facile. » Reprit-elle en riant. « Allons. Suivez-moi, mon appartement vous accueillera avec plaisir. Nous y laverons vos vêtements et je vous donnerais quelque rechange. »

Elle fit quelques pas vers l’entrée du club.

« Ho… Et vous n’aurez qu’à rester dormir pour cette nuit. Je me sentirai coupable de mettre un bel homme à la rue, même pour une nuit. J’ai un canapé… Et un lit. A vous de voir. » Termina-t-elle, enjôleuse, tant dans sa voix que dans le sourire qu’elle lui adressa.

Le pas léger, amusé et sensuel, elle partit vers la sortie du club, espérant que le vampire la suive. Enfin, le filet allait pouvoir se refermer sur sa proie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Message Sujet: Re: [TERMINE] London's calling. [Elizabeth Rosenbach] Mar 25 Avr - 0:35

Korben Dallas
Vampire Respecté
avatar
Messages : 95
Points : 288
Niveau de puissance : Vampire respecté

Feuille de personnage
Âge réel: 240
Taille: 1m90
Emploi:



London's Calling
Feat Elizabeth Rosenbach




« Les femmes ravissantes, telles que vous les appelez, font bien des choses dans leur vie.  Mais, les autres femmes plus ordinaires font des choses non moins ordinaires. « Celle-là même en face de vous n’est qu’une simple barmaid, servant d’ailleurs de bien meilleurs whiskies qu’ici. »

Cette phrase est lourde de sens... Elle n'est visiblement pas une femme ordinaire, mais elle se dit simple barmaid. Korben devrait faire attention. Après tout se laisser tomber dans les bras de la vampire serai tellement facile, et tellement dangereux à la fois. Pour une soirée, il voudrai bien céder, mais s'il est amené à fréquenté plus cette Elizabeth il devra être prudent. Plusieurs fois pendant son existence il avait eu à faire à ce genre de femme, il savait qu'il fallait éviter de tomber entre leurs griffes. Elle dit avoir de bien meilleurs whiskys, ça lui fait déjà  un bon point non négligeable. Il a en face de lui une personne mystérieuse, clairement, elle ne dévoile pas tout... Mais pourquoi ? Ses secrets la rendait d'autant plus intéressante, si bien que pour ce soir, il se laisserai peut-être apprivoiser afin d'en apprendre d'avantage. Qui sait, la « simple barmaid » qu'elle prétend être joue peut-être un plus grand rôle à Londres.

Même si ce n'était pas le but premier, il espère que sa petite démonstration de force à eu  un effet sur la vampire. Certes, ce n'était qu'un humain, mais l'assurance qu'il dégage contamine généralement ceux qui l'entourent. Regagnant la table, il finit son verre alors qu'elle l'invite à la suivre dans ses appartements. L'idée n'est pas forcément mauvaise, certes, il y aurait des vêtements anciens, provisoirement, mais cela ne ferai que lui rappeler une époque de sa vie. Un style vestimentaire qu'il a sûrement déjà assumé il y a bien des années. Cette pensée l'amuse, mais il se garde de commenter les années qui le précèdent afin d'éviter de dévoiler trop tôt son âge, d'ailleurs, qu'elle âge peut-elle bien avoir ? La proposition semble honnête.  Korben fixe une nouvelle fois ses yeux vert, avant qu'elle ne se lève et ajoute qu'elle l'accueillerai avec plaisir. Mentionnant tout de même qu'il devrai y supporter une femme. Un léger sourire lui vient aux lèvres.

« Est bien, je dois vous avouer que votre compagnie me plaît et si cette femme à supporter l'est autant que dans ce club, je devrais m'en accommoder aisément. Votre invitation tombe à point nommé, cependant, je ne voudrai pas imposer ma présence. »


La vérité est que Korben se met à hésiter, mais encore une fois, il ne laisse rien paraître. Ne sachant pas si la suivre est bien prudent, il hésite à lui faire faux bon.  Ce ne serai pas la première fois qu'il refuserai une proposition aussi bienvenue. Néanmoins, l'alcool aidant, il se laisserai peut-être tenter. Il marque un temps d'arrêt et repense au fait que la « simple barmaid » ne lui dévoile pas tout de sa personne. Sa curiosité envers cette femme, autant que son envie de se faufiler dans les sphères de Londres, finissent par le convaincre d'enjamber le pas de la belle. Et comme si pour éliminer une chose qui n'existe plus, l'infime partie de lui qui voudrai partir, elle se retourne et lui propose un toit pour la nuit. Allant même jusqu'à sous-entendre qu'ils passeraient la nuit ensemble. Elizabeth se retourne en direction de la sortie, et sa démarche n'est qu'une invitation de plus à la suivre.

« Et bien, je vous suis volontiers. »

Un léger sourire, presque malsain, lui vint aux lèvres. Il prendrait totalement part au jeu.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
[TERMINE] London's calling. [Elizabeth Rosenbach]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» RPG :: LONDON CALLING
» Bloody London
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» LONDON CALLING TO THE FARWAY TOWNS
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Londres et Ténèbres :: Le Bar-Club Le Sky-
Sauter vers: